Archives par mot-clé : sociologie

Les Juifs et le Maghreb. Fonctions sociales d’une littérature d’exil. Entretien avec Ewa Tartakowsky

Autour de : Ewa Tartakowsky, Les Juifs et le Maghreb. Fonctions sociales d’une littérature d’exil, Tours, Presses Universitaires François Rabelais, coll. « Migrations », 2016.

Attachée temporaire d’enseignement et de recherche à l’Université Paris 10 et chercheuse attachée au Cenimg_9173tre Max Weber, Ewa Tartakowsky a consacré sa thèse en sociologie aux écrivains d’origine judéo-maghrébine en France et à leur littérature. Ses recherches portent sur les judéités contemporaines, les échanges culturels, les constructions des identités collectives, les enjeux liés à la mémoire et sa patrimonialisation.
http://www.centre-max-weber.fr/Ewa-Tartakowsky

Votre ouvrage met en lumière les conditions d’émergence d’une « littérature d’exil » à partir à la fois d’une étude des trajectoires d’auteur.es juifs.ves né.es au Maghreb (Algérie, Tunisie et Maroc) et installé.e.s en France ainsi que d’une analyse de leurs ouvrages littéraires (récits, romans, poésie et pièce de théâtre) entre les années 1950 et 2010. Comment définissez-vous cette « littérature d’exil » et pourquoi avoir choisi de définir la migration des juifs du Maghreb comme un « exil » ? Continuer la lecture de Les Juifs et le Maghreb. Fonctions sociales d’une littérature d’exil. Entretien avec Ewa Tartakowsky

Ewa Tartakowsky : « Les Juifs et le Maghreb. Fonctions sociales d’une littérature d’exil »

MIG-Tartakowsky_0Nous avons le plaisir de vous annoncer la publication aux Presses Universitaires François-Rabelais de Tours de l’ouvrage d’Ewa Tartakowsky  « Les Juifs et le Maghreb. Fonctions sociales d’une littérature d’exil« , issu de sa thèse soutenue en octobre 2014 et qui avait fait l’objet d’un de nos séminaires en mars de la même année .

Bientôt sur notre site un entretien avec elle sur son ouvrage et ses recherches. En attendant, ci-dessous la présentation du livre par son éditeur. Continuer la lecture de Ewa Tartakowsky : « Les Juifs et le Maghreb. Fonctions sociales d’une littérature d’exil »

27 octobre 2014 : soutenance d’Ewa Tartakowsky – Conditions et fonctions sociales de la littérature d’exil. Production littéraire des auteurs d’origine judéo-maghrébine en France.

Le 27 octobre 2014, Ewa Tartakowsky – doctorante au Centre Max Weber de l’Université Lyon 2 –  soutiendra sa thèse de doctorat de sociologie : « Conditions et fonctions sociales de la littérature d’exil. Production littéraire des auteurs d’origine judéo-maghrébine en France. »

Le jury sera composé de :
Paul Aron, Professeur des Universités, Université libre de Bruxelles (rapporteur)
Chantal Bordes-Benayoun, Directrice de Recherche au CNRS, Université Toulouse Jean Jaurès
Isabelle Charpentier, Professeure des Universités, Université de Picardie (rapporteuse)
Christine Détrez, Maîtresse de conférences HDR, ENS Lyon
Bernard Lahire, Professeur des Universités, ENS Lyon (directeur de thèse)

Pour connaître ses travaux de recherche réalisés jusqu’à présent, rendez-vous sur sa page sur le site du Centre Max Weber.

Le lundi 27 octobre 2014
à 14h
Institut des Sciences de l’Homme
salle Marc Bloch
14 avenue Berthelot
Lyon 

Résumé par Ewa Tartakowsky
« Notre travail de thèse se propose d’interroger la production littéraire des écrivains d’origine judéo-maghrébine en France en tant que littérature d’exil, dans la période de la décolonisation. La démarche, se basant sur une étude prosopographique, porte dans un premier temps sur les contextes favorables et pertinents à l’action d’une série d’individus, autrement dit sur l’état des conditions de la production d’une littérature née d’un déplacement. S’en suit une classification d’écrivains rendue possible par la mise en relation des caractéristiques sociologiques et des dispositions propres à cette génération d’auteurs avec les cadres culturels, historiques et cognitifs qui sont les leurs. En s’appuyant sur des entretiens semi-directifs avec des écrivains sélectionnés selon la typologie dégagée de l’étude précédente ainsi que sur l’étude de leurs œuvres littéraires, la recherche s’attache, dans un second temps, à vérifier si cette écriture « minoritaire » peut nous renseigner, et jusqu’à quel point, sur les relations qu’entretiennent entre elles histoire, mémoire, littérature et identité dans le contexte migratoire. Enfin, dans cette perspective, ses usages sociaux et ses fonctions sont étudiés à travers l’analyse des mécanismes et des thèmes récurrents de cette production littéraire, qui se construit comme le témoignage singulier d’un moment de vécu historique et ce faisant, nourrit notre compréhension des processus d’ajustements littéraires. »