Archives par mot-clé : rapatriement

Exposition, Francfort : Wohin sollten wir nach der Befreiung?

ITS_DP-Ausstellung_2Si par le plus grand des hasards, vous passez par Francfort d’ici le 22 janvier 2015, profitez en pour faire un saut à l’exposition consacrée à la libération et aux personnes déplacées (Displaced Persons, DPs) : „Wohin sollten wir nach der Befreiung?“ (Où devons-nous aller après la libération ?), organisée par le Service  International de Recherches (International Tracing Service, ITS). Elle s’appuie sur les archives émanant de cette institution basée à Bad-Arolsen, en Allemagne.

Cette exposition se penche sur les dix millions de survivants des persécutions nazies, de la Shoah et du travail forcé, libérés puis pris en charge par les Alliés. Les DPs sont issus d’une vingtaine de nationalités différentes. Y sont montrées les structures mises en places par les DPs (administrations, presse, commissions historiques, écoles, garderies, théâtres…), témoins de leur volonté à reconstruire leurs vies. L’exposition se penche sur plusieurs aspects de l’histoire des DPs, et cherche à en donner une vision globale, ainsi que sur des parcours de vie, depuis leur vie en transit dans les camps DP jusqu’à leur rapatriement ou leur émigration. L’assistance apportée par les organismes d’aide aux réfugiés et les administrations d’occupation y est abordée, comme, par exemple, leur participation à l’hébergement et au ravitaillement des DPs, la distribution de vêtements ou encore l’organisation d’une aide médicale. On trouvera aussi dans cette exposition des explications sur la recherche (via un filtrage : screening) d’anciens collaborateurs cachés parmi les DPs.

Tout au longe de la tenue de cette exposition, seront proposées des expositions d’historiens spécialistes de l’histoire des DPs ainsi que la projection du film Lang ist der Weg, réalisé en 1948 par Herbert B. Fredersdorf, et Marek Goldstein, et se penchant sur l’histoire de plusieurs DPs juifs dans l’Allemagne de 1947.

Présentation de l’exposition par l’ITS et informations pratiques.

Mit der Ausstellung „Wohin sollten wir nach der Befreiung?“ lenkt der International Tracing Service (ITS) den Blick auf das Schicksal Überlebender der NS-Verfolgung, des Holocaust und der Zwangsarbeit, die von den Alliierten „Displaced Persons“ (DPs) genannt wurden. Nach der Befreiung mussten sie zunächst im Land der Täter von den Alliierten versorgt, aber auch verwaltet werden – und das verlangte eine ganz besondere Administration. Mehr als zehn Millionen DPs befanden sich nach 1945 in Europa. Die eigens eingerichteten DP-Camps wurden für sie zu Zwischenstationen.

Die Überlebenden rangen darum, das Erlittene zu bewältigen und sich zugleich auf die Zukunft zu orientieren. In den DP-Camps etablierten sie nach und nach diverse Strukturen, die den außerordentlichen Lebenswillen der Menschen dokumentieren: von der Selbstverwaltung über politische Parteien, Presse, Theater, Schulen, Kindergärten bis hin zu historischen Kommissionen, die sich mit der Aufarbeitung der Vergangenheit befassten.

In den DP-Camps standen die Mitarbeiter internationaler Hilfsorganisationen und der Fürsorgeeinrichtungen der Alliierten vor vielschichtigen Herausforderungen: Zunächst benötigten die Menschen vor allem Nahrung, Obdach und Kleidung, außerdem medizinische Hilfe. Später ging es um die „Rückführung“ der DPs in ihre Herkunftsländer und die Unterstützung von mehr als drei Millionen DPs bei der Emigration. Dabei galt es auch zu unterscheiden, wer zum Beispiel als ehemaliger Kollaborateur mit dem NS-Regime versuchen wollte, die Hilfsstrukturen für seine Zwecke zu missbrauchen.

Biografien, DP-Geschichte und alliierte Strategien

Die Ausstellung „Wohin sollten wir nach der Befreiung?“, die aus Mitteln der Stiftung „Erinnerung, Verantwortung und Zukunft“ (EVZ) gefördert und von einem internationalen Expertengremium wissenschaftlich begleitet wurde, widmet sich in zahlreichen Stationen verschiedensten Aspekten der DP-Geschichte: So werden einzelne Biografien und Lebenswege mit den Strategien verwoben, welche die Alliierten damals verfolgten. Die Ausstellung ergänzt, bündelt und begleitet die Forschung, die sich bisher vor allem auf einzelne Camps oder einzelne Gruppen Überlebender konzentriert hat.

Parallel zur Ausstellung geht ein DP-Camp-Verzeichnis des ITS online, das alle bisher bekannten DP-Camps und Free Living Groups von DPs in den drei westlichen Besatzungszonen Deutschlands erfasst. Neben Informationen zur genauen Lage enthält es unter anderem Angaben zur Verwaltung, der Dauer des Bestehens und zu den Nationalitäten der Bewohner. Sowohl die Ausstellung als auch das DP-Camp-Verzeichnis basieren in weiten Teilen auf Dokumenten, die im Archiv des ITS über die individuellen Schicksale und die humanitäre Arbeit der Alliierten lagern.

 

Dauer: 11. September 2014 bis 22. Januar 2015

Ort: Bildungsstätte Anne Frank, Hansaallee 150, 60320 Frankfurt am Main

 

 

La « libération » des camps de concentration et d’extermination nazis : Appel à contribution

En jeu-FMDA la veille des commémorations du 70e anniversaire de la libération des camps nazis, la Fondation pour la mémoire de la déportation lance un appel à contribution pour sa revue En jeu – Histoire et mémoires vivantes. Il s’agit de réinterroger la notion de « libération » sous l’angle tant des événements que de leurs représentations.

Les propositions de contribution sont à envoyer à la rédaction du journal au plus tard le 30 avril 2014 à l’adresse mail suivante : revue.en.jeu@gmail.com. Elles doivent se composer de : nom et prénom, qualités de l’auteur ; le titre de la contribution et un argumentaire d’une quinzaine de lignes accompagné d’une courte bibliographie. La réponse de la rédaction sera donnée le 15 mai 2014. Les contributions retenues seront à remettre le 1er octobre 2014 au plus tard (maximum 30 000 signes, espaces et notes compris).

Résumé de l’appel à contribution

Dans un Reich en décomposition, la « libération » des camps de concentration et d’extermination nazis n’est pas intervenue comme un événement temporel unique, mais emprunta des voies et des processus différents, échelonnés dans le temps et l’espace et dictés par les circonstances locales et la guerre en cours. Évacuations et libérations se conjuguèrent dans un contexte d’ambiguïté des ordres et des hiérarchies, où les initiatives criminelles et l’effacement des preuves furent une constante, au milieu d’une population allemande agressive, terrorisée par le parti nazi et inquiète de la proximité potentiellement menaçante de ces détenus faméliques et malades. De leur côté, les détenus, pressentant le dénouement imminent, tentaient de survivre et s’organisaient clandestinement. Ils n’échappèrent pas ponctuellement à des règlements de compte. Les conditions de leur retour furent liées au déroulement des combats, aux décisions des autorités militaires libératrices et fonction des bouleversements géopolitiques intervenus en Europe. Au-delà d’aspects événementiels souvent mal compris ou interprétés, il convient de s’interroger sur leur mise en récit et sur les représentations que les uns et les autres entendirent donner des événements.

Voir l’intégralité de l’appel à contribution sur le site de Fabula

The Holocaust in Greece. Genocide and its Aftermath : Appel à contribution

Les rédacteurs du Journal of Genocide Research et « the School of Humanities of the International Hellenic University » lancent un appel à contribution dans le cadre d’une conférence qui aura lieu le 21 novembre 2014 à Thessalonique,en Grèce, et qui portera sur la Shoah en Grèce et ses conséquences.

Les interventions porteront sur la période de la guerre mais également sur l’après-guerre. Sur cette dernière période, les thématiques attendues sont : la vie dans les camps DP (Displaced Persons) des Juifs Grecs ; le rapatriement des Juifs grecs et la reconstruction de la communauté ; les politiques de mémorialisation de la communauté juive en Grèce ; la sphère publique et la Shoah en Grèce.

Pour ceux qui travailleraient sur un de ces aspects, les propositions d’intervention sont à envoyer avant le 1er juin 2014 (titre de l’intervention, résumé de 400-500 mots présentant les arguments, la nouveauté apportée et les sources utilisées, et un CV). La langue de travail sera l’anglais.

Vous pouvez retrouver cet appel à contribution sur le site de h-soz-u-kult.

 

Call for Paper

The Holocaust in Greece. Genocide and its Aftermath

The editors of the Journal of Genocide Research (journal of the International Network of Genocide Scholars) and the School of Humanities of the International Hellenic University invite expressions of interest for participation in a one-day research workshop on the history of the Holocaust in Greece. The focus will be the events of the Nazi occupation, including deportations, and resistance, as well as their aftermath. The workshop will take place in Thessaloniki, Greece, a city of great symbolic importance to Sephardic Jewry. The workshop language is English. Holocaust research remains relatively understudied and marginal both within Holocaust literature and the Greek academic and public spheres. With significant delay, it is currently being incorporated in the Greek national historiography. Issues of special interest to the organizers are: property confiscation; local dimensions of the Nazi occupation such as Jewish community responses and resistance; the Greek administration’s involvement in implementing Nazi policies; the Holocaust in Eastern Macedonia and Thrace and the Dodecanese (areas outside the administrative boundaries of the Greek state at the time); Greece in the context of the continent-wide « Final Solution »; antisemitism; rescue networks; camp and DP camp experiences of Greek Jews; Sonderkommando; camp returnees and restoration of the communities; the Jewish community politics of memorialization; and the public sphere and the Holocaust in Greece.

The workshop organisers invite original (i.e. not previously published), English-language contributions dealing with these or other aspects of the Holocaust in Greece. Prospective presenters are invited to submit a paper title, 400-500-word abstract (detailing argument, innovation and sources), CV, AV equipment requirements (DVD, computer, projector, etc.) and contact details by 1 June 2014 via email to Prof. A. Dirk Moses, Senior Editor of the Journal of Genocide Research: dirk.moses@sydney.edu.au. Applicants will be notified of the outcome by 1 July 2014.