Archives par mot-clé : musées

L’évolution de la mémoire de la Shoah et de celle de la Deuxième Guerre mondiale en Pologne.

À propos de la séance du 28 mai 2014 de l’atelier “Histoire des Juifs en Europe après 1945″.
Intervention de Zofia Waślicka discutée par Audrey Kichelewski.

 

 

Compte-rendu de l’intervention : “L’évolution récente de la mémoire de la Shoah en Pologne à travers deux exemples : le Musée d’histoire des Juifs polonais à Varsovie et les expositions du Musée d’Auschwitz-Birkenau et de Majdanek”.

Le projet de recherche de Zofia Waślicka, porte un regard sociologique sur la manière dont différents musées de pays européens, des États-Unis et d’Israël intègrent l’histoire de la Shoah dans leur narratif.
Au cours de son intervention, Zofia Waślicka a présenté trois institutions : le musée de l’Histoire des Juifs polonais à Varsovie (dont l’ouverture est prévue pour octobre 2014), le musée de Majdanek et celui d’Auschwitz-Birkenau (où les premières expositions furent inaugurées respectivement en novembre 1944 et fin 1945 avant l’ouverture officielle de ces musées en juillet 1947). Aucune de ces trois institutions  n’est consacrée entièrement à l’histoire de la Shoah. L’intervenante se propose d’analyser la place que cette dernière y occupe.

1. L’exposition permanente du musée de l’Histoire des Juifs polonais à Varsovie prévoit de découper l’histoire des Juifs de Pologne en huit entités, les deux dernières étant consacrées à la Shoah et à la vie juive en Pologne après la Deuxième Guerre mondiale. Le contenu de l’exposition, qui n’est pas encore ouverte au public, présente un certain décalage : le projet qui a abouti à la création du musée existe depuis une quinzaine d’années, et une grande partie des contenus n’ont pas été modifiés depuis lors. Par conséquent, par son parti-pris scénographique et esthétique, l’exposition rappelle les années 1990. De même, certaines évolutions, pourtant cruciales, au niveau du vocabulaire n’ont pas été répercutées dans les textes : pour exemple, le musée évoque constamment l’histoire des « Juifs », par opposition aux « Polonais », alors qu’il est dorénavant d’usage d’évoquer l’histoire des Polonais juifs (et non-juifs).

2. En octobre 1944 fut créée, sur le site du camp de concentration et du centre de mise à mort de Majdanek – premier camp libéré par les Alliés –, une exposition temporaire sur l’univers concentrationnaire nazi. Il s’agissait de la première fois qu’une exposition abordait ce sujet, visant à susciter un sentiment d’effroi et de révolte. Son l’objectif était de montrer et de documenter les crimes nazis, alors même que la guerre contre le Reich n’était pas terminée et les autres camps pas encore libérés. Ensuite, en septembre 1945 fut inaugurée l’exposition permanente, reprenant comme thème central celui des atrocités commises par les nazis et faisant appel à de nombreuses ‘images violentes’. Si durant les premières années, le contenu de cette exposition était centré sur les souffrances et la martyrologie des victimes, l’État polonais décida, à partir de 1948, d’axer la muséographie sur l’héroïsme et la résistance des déportés polonais.
Par ailleurs, explique Zofia Waślicka, jusqu’au début du stalinisme, l’exposition accordait une certaine place au sort des déportés juifs et montrait que la plupart des victimes de Majdanek étaient juives. Lorsqu’en 1946 vingt baraques du camp furent transformées en pavillons nationaux, l’un d’entre eux fut attribué aux organisations juives polonaises. L’exposition préparée par ces dernières ne se limitait pas à Majdanek mais montrait également l’histoire des Juifs pendant la guerre et accordait une place importante à la révolte du ghetto de Varsovie. En 1947, le musée de Majdanek fut officiellement fondé par le parlement polonais et fut choisi comme lieu de commémoration des « martyrs polonais et d’autres nations ». A partir de 1948-1949, le parti communiste mit fin à une relative liberté qui régissait jusqu’alors l’organisation des commémorations et prit le contrôle des musées de Majdanek et d’Auschwitz-Birkenau. Les nouvelles expositions des années 1950 furent marquées par la Guerre froide, s’attachant à décrire les camps de concentration comme des instruments de « l’impérialisme » et l’Allemagne de l’Est comme Etat peuplé d’opposants à l’hitlérisme. Avec la fin du stalinisme, les expositions furent à nouveau modifiées mais, jusqu’aux années 1980, leur contenu demeurait sous contrôle étatique et l’histoire du génocide des Juifs restait marginalisée.

3. Le musée d’Auschwitz-Birkenau fut fondé en 1947, en même temps que celui de Majdanek. Contrairement à ce dernier, le musée d’Auschwitz fut créé non pas par l’Etat mais par d’anciens détenus. Son exposition permanente – préparée dès 1945 – a été l’œuvre essentiellement d’anciens prisonniers politiques et se concentrait sur l’histoire du camp d’Auschwitz I et sur la répression. L’exposition de 1947 distinguait le sort des déportés politiques polonais de celui des déportés juifs ; la plus grande part était cependant consacrée aux premiers. L’organisation des anciens prisonniers juifs polonais – bien que consciente d’importantes lacunes dans cette muséographie – concentrait alors ses efforts sur l’exposition de Majdanek (principal lieu des commémorations en Pologne) ainsi que sur le monument des Héros du Ghetto de Varsovie. En 1946, une exposition consacrée à l’histoire des Juifs fut inaugurée à Auschwitz, agrandie en 1947, puis, en 1948, un monument à la mémoire des « millions de Juifs » assassinés dans ce camp fut érigé à Birkenau. À partir de cette même année, l’État prit le contrôle du musée. L’équipe de conservateurs et de guides, essentiellement d’anciens détenus, fut alors remplacée et l’exposition de 1950 – qui jusque-là accusait « les Allemands » – présentait dorénavant les crimes du fascisme comme des faits de l’impérialisme, commentés par nombre de citations de Staline. En 1955, fut créée une nouvelle exposition, accordant davantage d’attention à l’histoire du centre de mise à mort immédiate de Birkenau. Mettant l’accent sur l’extermination elle évitait néanmoins, dans une large mesure, de préciser l’identité des victimes en évoquant de manière universaliste des ‘êtres humains’. En 1968, dans le cadre de la campagne antisémite d’État, la majeure partie des références aux déportés juifs en fut expurgée et un nouveau monument fut érigé à Birkenau présentant les ‘nationalités’ des victimes par ordre alphabétique et plaçant de la sorte les Juifs (« Żydzi » en polonais) en dernier.

Malgré l’état des sources, très lacunaires, qui rend difficile la reconstitution des différentes expositions du passé, Zofia Waślicka souhaite analyser un processus long. Sa recherche vise à retracer l’évolution – depuis l’immédiat après-guerre, à travers la Guerre froide puis depuis 1989 – alors que le contrôle étatique cède sa place à une politique publique – ainsi que la place qu’occupe l’histoire de la Shoah dans ces lieux.

28 mai 2014 : L’évolution de la mémoire de la Shoah en Pologne à travers quelques musées

La prochaine séance de l’atelier « Histoire des Juifs en Europe après 1945″ aura lieu mercredi 28 mai 2014, de 17h à 19h. Nous recevrons Zofia Waślicka, doctorante à ISS Universite de Varsovie et à l’ISP Paris Ouest Nanterre La Defense qui nous présentera une intervention intitulée « L’évolution récente de la mémoire de la Shoah en Pologne à travers deux exemples : le Musée d’histoire des Juifs polonais à Varsovie et les nouvelles expositions du Musée d’Auschwitz ». Sa présentation sera discutée par Audrey Kichelewski, Maitresse de conférences à l’Université de Strasbourg.

La séance aura lieu à l’IHTP, 59/61 rue Pouchet (17e arr.), salle 159.

Résumé / Abstract

L’évolution récente de la mémoire de la Shoah en Pologne à travers deux exemples : le Musée d’histoire des Juifs polonais à Varsovie et les nouvelles expositions du Musée d’Auschwitz :  Cet exposé va porter sur l’évolution de la mémoire de la Shoah et de celle de la Deuxième Guerre mondiale en Pologne. La Pologne, pays monoethnique après la guerre, est en train de découvrir sa diversité nationale et religieuse d’autrefois et de redéfinir son identité. Pour étudier ce processus, je propose de prendre comme exemple la commémoration du 70ème anniversaire de l’insurrection du ghetto de Varsovie qui, cette année, pour la première fois, a été célébré de la même façon que l’anniversaire de l’insurrection de Varsovie de 1944 : avec le son des sirènes d’alarme, celui des cloches des églises et la présence des personnes les plus importantes du pays. Au cours de cette cérémonie, le président Komorowski a dit que l’insurrection du ghetto fut « la première insurrection de Varsovie » et a également souligné que c’est un des moments les plus importants de l’histoire polonaise. Par ailleurs, il a présenté une version idéalisée et fausse des relations entre Polonais juifs et non-juifs pendant la guerre. Au cours de cette séance, j’analyserai cette cérémonie très représentative de la mémoire polonaise actuelle ; cérémonie pendant laquelle on a également inauguré le Musée de l’Histoire des Juifs polonais. Je présenterai la narration de l’exposition permanente du musée qui sera ouverte au public l’année prochaine. Je parlerai aussi du Musée d’Auschwitz-Birkenau, ouvert en 1947 par les anciens déportés, dont l’exposition générale et les pavillons nationaux peuvent montrer l’évolution mémorielle depuis la guerre jusqu’à aujourd’hui.

Biographie des intervenants

Zofia Waślicka est doctorante en sociologie en cotutelle à l’Université de Varsovie sous la direction de Joanna Tokarska-Bakir et à l’Université Paris Ouest la Défense sous la direction de Jean-Charles Szurek. Sa thèse est une analyse de la narration historique des expositions de musées de la Shoah et musées juifs en Europe, États-Unis et Israël. Elle a passé deux ans au Centre Marc Bloch à Berlin, et actuellement elle est au CEFRES à Prague.

Maitresse de conférences à l’Université de Strasbourg, Audrey Kichelewski est historienne et spécialiste de l’histoire des Juifs en Pologne. Ancienne élève de l’école Normale Supérieure, agrégée et docteure en histoire, elle est chercheuse associée à l’IRICE et au Centrum Badań nad Zagładą Żydów (Centre de Recherche sur la Shoah) de l’Institut de Philosophie et de Sociologie de l’Académie de Sciences de Varsovie (IfiS-PAN). Sa thèse portait sur la place des Juifs dans la société polonaise de 1944 à 1949. Audrey Kichelewski continue à travailler sur ce sujet et plus spécifiquement sur les relations polono-juives de 1945 à nos jours ainsi que sur les violences antijuives en Pologne et les échos des pogromes en France (1918-1946). Elle s’intéresse également aux landsmanshaftn, ou sociétés d’originaires, comme lieux de sociabilité et de mémoire des Juifs polonais en France au vingtième siècle.
Début 2015 paraîtra son livre sur les survivants juifs en Pologne de 1945 à nos jours, aux éditions Vendémiaire.

New Jewish Museums in post-Communist Europe : Appel à contribution (revue)

Les chercheurs Barbara Kirshenblatt-Gimblett (professeur à NYU et également « Program Director » pour l’exposition permanente du Musée d’Histoire des Juifs polonais à Varsovie) et Olga Gershenson (professeur à l’Université de Massachussetts-Amherst) lancent un appel à contribution pour un numéro spécial sur les nouveaux musées juifs dans l’Europe post-communiste. Elles espèrent notamment y inclure des articles concernant la Russie, l’Ukraine, la Hongrie, la Pologne, la République Tchèque, la Roumanie, la Moldavie, l’Allemagne de l’Est.  Les sujets attendus sont détaillés dans l’appel à contribution cité ci-dessous.

Les propositions d’articles (titre, résumé, biographie de l’auteur – le tout en anglais) sont à envoyer avant le 30 mars 2014 ; puis les articles seront à rendre pour janvier 2015.

Call for Paper

 

Post-Communist Eastern Europe is experiencing a museum boom, and Jewish museums and Holocaust memorials are among them. The Jewish Museum and Tolerance Center in Moscow and Museum of the History of Polish Jews in Warsaw are prime examples of this trend, but there are many others. For decades, the subject of the Holocaust, and Jewish history in general, were largely off-limits in the Eastern bloc. With the disintegration of the Soviet Union and fall of the Berlin Wall, there is a revival of Jewish culture and institutions in Eastern Europe and growing interest in Jewish subjects on the part of non-Jews, paradoxically, in the near absence of Jews. New museums and memorials are part of this trend.

Some of these new museum projects are ambitious. They may be financed at a level of millions of dollars, from both private and public funds. They may be initiated and supported by local and international Jewish communities, as well as by local authorities. They often engage both local and international academics and exhibition designers. Their core exhibitions may present the full sweep of Jewish history in a given place, including the Holocaust and postwar period. They may start from a collection of objects or, in the newest and largest examples, create multimedia narrative exhibitions.

In light of these new developments, we invite submissions to this special issue on Jewish museums in post-Communist Europe that explore the place and meanings of such museums in Russia, Ukraine, Hungary, Poland, Czech Republic, Romania, Moldova, East Germany, and beyond. Possible topics include:

  • Museums as agents of transformation in post-Communist societies, including their role in national narratives and civil society. What exactly constitutes a Jewish museum in post-Communist Europe? How do Jewish museums respond to the opportunities and challenges of the post-Communist period?
  • Evolution and transformation of Jewish museums that existed before and after World War II. What is their relationship to « new generation » museums and exhibitions?
  • Issues and debates regarding the relationship of the Jewish historical narrative to wider local, national, and international narratives in a museum’s exhibition. What is highlighted and what omitted? How does the exhibition deal with competing narratives? Who are the victims, the perpetrators, the heroes? Who tells the story for whom and who is in control of the narrative?
  • Relationship of Jewish museums to Holocaust history, memory, memorials, and commemoration. What does it mean to create Jewish museums, as opposed to Holocaust museums, memorials, and tolerance centers, particularly in the post-war, post-genocide, post-Communist era?
  • Issues of reception, including controversies and reactions in local Jewish communities, national and international media, and on the part of visitors and general public.
  • Jewish museums and their stakeholders – city, state, donors, Jewish communities (local, national, international), and audiences (local, Jewish, and international).
  • Poetics and politics of exhibitions – old and new approaches to exhibitions and their responsibility to those whose story they tell.
  • Collections: how they were formed, to whom the objects belong, and how museums deal with issues of provenance and restitution.
  • Museum architecture and location – site specificity, new architecture, adaptation of pre-existing buildings, with or without a connection to Jewish history.
  • Relation of Jewish museums to networks of Jewish heritage sites and routes linked to religious pilgrimage, Holocaust commemoration, and genealogical quests.

To initiate submission, please send a proposal, consisting of title, abstract, and author’s bio to the editors at brayndl@gmail.com and at gershenson@judnea.umass.edu  Proposal must be received via email no later than March 30, 2014. Approved proposals will advance to the next stage and will be expected to be submitted as completed articles in January, 2015. We encourage prospective authors to contact the editors with questions about submissions.

This special issue will also include book reviews on related subjects. Call for book reviews will be circulated separately.

 

Présentation originale de cet appel à contribution à retrouver sur h-net.