Archives par mot-clé : musées

Cycle de rencontres au Mahj autour du Musée de l’Histoire des Juifs de Pologne (Polin, à Varsovie)

En écho à l’ouverture de Polin, le Musée de l’histoire des Juifs de Pologne, inauguré en octobre 2014 à Varsovie, le Mahj (Musée d’art et d’histoire du Judaïsme) propose le programme « Pologne » de février à juin 2015.
Au cours de six rendez vous, de la présentation du Musée Polin à une Fête de la Musique « Scène polonaise », le Mahj tentera de rendre compte de l’Histoire des Juifs de Pologne, de ses représentations, de ses survivances et des relations infiniment complexes entre Juifs et Polonais.

Pour commencer le jeudi 12 février 2015 à 19 h 30, au Mahj, une rencontre est organisée pour présenter la naissance du projet et du musée Polin ; en présence de Dariusz Stola, directeur de Polin, Musée de l’histoire des juifs de Pologne ; de Paul Salmona, directeur du Mahj ; de Jean-Yves Potel, historien, ancien conseiller culturel en Pologne, auteur de l’ouvrage La fin de l’innocence : La Pologne face à son passé juif ( Autrement, 2009), de  Konstanty Gebert, journaliste, fondateur du mensuel juif polonais Midrasz et membre du Mouvement pour le renouveau de la vie juive en Pologne et de Guy Amsellem, commissaire de la Saison polonaise en 2004, président de la Cité de l’architecture et du patrimoine.

Une autre rencontre est proposée le jeudi 9 avril 2015 à 19 h 30, cette fois-ci sur la question de l’antisémitisme en Pologne. Avec la participation d’Adam Michnik, historien, journaliste, essayiste et ancien militant de l’opposition polonaise, directeur de publication de Gazeta Wyborcza, le plus important quotidien polonais ; Jean-Charles Szurek, CNRS, spécialiste de la Pologne et des relations judéo-polonaises ; Malgorzata Maliszewska, traductrice de Les Légendes du sang. Une anthropologie du préjugé antisémite, et de Joanna Tokarska-Bakir (Albin Michel, 2015)

Musée d’art et d’histoire du Judaïsme
Hôtel de Saint-Aignan
71, rue du Temple – 75003 Paris

5-7 Février 2015, Paris : Représenter la Shoah après 1989 (France-Pologne)

La section de polonais UFR d’Etudes slaves Université Paris-Sorbonne organise le colloque international « Représenter la Shoah après 1989 : idées, poétiques, images. Entre la France et la Pologne »  en collaboration avec l’Université de Varsovie et qui se tiendra les jeudi 5, vendredi 6 et samedi 7 février 2015 à Paris et dont vous trouverez le programme ci-dessous. Une deuxième session aura lieu du 24 au 26 septembre à Varsovie cette fois-ci. Au cours de cette conférence se rencontreront chercheurs et artistes polonais et français.

Sitographie des artistes :
http://miroslaw-balka.com/en
http://culture.pl/pl/tworca/anna-baumgart
http://culture.pl/en/artist/artur-zmijewski

Le comité scientifique est dirigé par Agnieszka Grudzinska (Université Paris-Sorbonne) et est composé de : Kinga Callebat (Université Paris-Sorbonne), Catherine Coquio (Université Paris Diderot – Paris 7), Luba Jurgenson (Université Paris-Sorbonne), Leszek Kolankiewicz (Centre de civilisation polonaise, Université Paris-Sorbonne), Iwona Kurz (Université de Varsovie), Sylvie Lindeperg (Université Panthéon-Sorbonne – Paris I), Philippe Mesnard, (Université Blaise Pascal de Clermont-Ferrand), Alina Molisak (Université de Varsovie) et de Jean-Yves Potel (Mémorial de la Shoah).

Jeudi 5 et vendredi 6 février 2015
Université Paris-Sorbonne

17, rue de la Sorbonne, 75005 Paris
(métro Cluny – La Sorbonne) 

Samedi 7 février
INHA- Institut national d’histoire de l’art
Salle Benjamin
2, rue Vivienne, 75002 Paris

(métro Palais-Royal-Musée du Louvre, Bourse ou Pyramide)

Prière d’imprimer le programme et de le présenter à l’entrée (plan Vigipirate)
Entrée libre dans la limite des places disponibles

Pour tout renseignement :
Aurelie.Rouget-Garma@paris-sorbonne.fr
Tél : 01 43 18 41 93

centre-civilisation-polonaise@paris-sorbonne.fr

Présentation de la conférence :

Représenter la Shoah après 1989 : idées, poétiques, images.
Entre la France et la Pologne

« La chute des régimes communistes a engendré des bouleversements dans les représentations de la Shoah, tant à l’Est qu’à l’Ouest. L’accès à de nouvelles archives, les recherches historiques et des débats mémoriels intenses ont modifié l’image de l’événement, du moins la manière dont les générations d’aujourd’hui l’appréhendent. L’expérience concentrationnaire a perdu de sa centralité, les résistances juives sont davantage perçues. L’attitude des populations non juives, témoins du génocide, préoccupe de plus en plus les consciences. De même, la période récente est marquée par la redécouverte en Europe centrale des traces de la culture juive disparue.

Les approches artistiques de cette mémoire ont tendance à prévaloir, les témoins directs disparaissant. Des œuvres originales se sont imposées ces vingt dernières années. À côté des écrits de rescapés comme Aharon Appelfeld, Imre Kertész ou Henryk Grynberg, des écrivains, des cinéastes, des hommes de théâtre renouvellent considérablement ces représentations.

Que proposent-ils de nouveau ? En quoi influencent-ils les pratiques mémorielles en Europe ? Peut-on réduire la grande diversité des styles et des œuvres à une opposition géographique entre l’Est et l’Ouest, même si les expériences de la Shoah et les mémoires de la Seconde Guerre mondiale y sont bien différentes ?

La fracture intellectuelle entre l’Est et l’Ouest cède progressivement le pas devant la nécessité d’une réflexion conjuguée. Avec ce colloque international, centré sur les cas polonais et français, nous voudrions faire émerger une réflexion commune, en partant moins du contexte que des œuvres elles-mêmes.

En Pologne, la période récente est particulièrement prolifique. Elle touche autant la littérature (Krall, Bieńczyk, Tulli, Ostaszewski…) que le théâtre (Warlikowski, Słobodzianek…), les arts plastiques (Bałka, Libera, Żmijewski…) ou le cinéma (Holland, Pasikowski…).

En France, qu’il s’agisse de la « guerre des images » ou du renouvellement des procédés littéraires, on observe une forte présence de récits hybrides : de la docu-fiction postmoderne (un va-et-vient entre les textes historiques et les textes de fiction), à l’investigation du domaine personnel voire intime… Il en résulte des formes d’illusions mimétiques inédites que nous nous proposons d’analyser.

Ces nouveaux regards respectifs sur l’autre histoire et l’abîme, qui peut apparaître entre différentes représentations, donnent un sens décisif mais assignent aussi des limites à une entreprise de comparaison.

Il s’agit donc d’un riche corpus qui englobera également des avancées théoriques récentes. La France et la Pologne seront considérées comme des territoires de création emblématiques, certes, aux expériences très éloignées, ce qui n’exclut pas l’analyse d’autres œuvres produites ailleurs en Europe.

Nous souhaitons, avec cette première réflexion commune, décloisonner les champs de réflexion et contribuer à en finir avec les fractures d’antan. »

 

 

Programme de la conférence :

La traduction simultanée sera assurée tout au long du colloque.

Jeudi 5 février en Sorbonne

10h30-11h30 – Allocutions d’ouverture – Salle des Actes
Agnieszka Grudzinska et Luba Jurgenson (Université Paris-Sorbonne)

11h30-13h30 – Panel 1: Littérature
La transformation politique constitue-t-elle une césure dans la représentation de la Shoah en Pologne ?
Modératrice : Kinga Callebat (Université Paris-Sorbonne)
Przemysław Czapliński (Université Adam Mickiewicz, Poznań), Malgorzata Smorag-Goldberg (Université Paris-Sorbonne), Justyna Kowalska-Leder (Université de Varsovie), Tomasz Żukowski (Académie Polonaise des Sciences, Varsovie)

 15h-17h : Amphi D670, galerie Claude Bernard

 15h-16h30 – Panel 2 : Littérature (suite)
Écrire sur la Shoah aujourd’hui : explorations et limites
Modérateur : Marek Tomaszewski (Inalco)
Catherine Coquio (Université Paris Diderot – Paris 7), Lucie Campos, Aurélie Barjonet (Université de Versailles, Saint-Quentin-en-Yvelines

17h-18h30 : Amphi Milnes, esc. B, 2e étage

17h-18h30 – Rencontre avec l’artiste I : Mirosław Bałka / Jean-Yves Potel


Vendredi 6 février
en Sorbonne

10h30-12h30 – Panel 3 : Mettre en scène la Shoah
Modérateur : Leszek Kolankiewicz (Centre de civilisation polonaise, Université Paris-Sorbonne)
Dorota Sajewska (Université de Varsovie), Grzegorz Niziolek (Université Jagellonne, Cracovie), Philippe Mesnard (Université Blaise Pascal de Clermont-Ferrand)

14h-15h – Présentation des travaux de Zbigniew Libera par Paul Bernard-Nouraud (Université Paris-Sorbonne/EHESS)

15h-17h – Panel 4 : Images, traces, documents, archives
Modératrice : Annette Wieviorka (CNRS)
Iwona Kurz, Ania Szczepańska (Université Panthéon-Sorbonne-Paris I), Ewa Ciszewska (Université de Łodź), Alain Kleinberger (Université Paris Ouest Nanterre La Défense)

17h30-18h30 – Rencontre avec l’artiste II: Anna Baumgart / Iwona Kurz

 

Samedi 7 février à l’INHA

9h15-11h30 – Panel 5 : Musées, monuments, lieux de mémoire
Modérateur :
Jean-Charles Szurek (Université Paris Ouest Nanterre La Défense)
Alina Molisak, Elżbieta Janicka (Académie Polonaise des Sciences), Jacek Leociak (Université de Varsovie/Centre de recherche sur l’Holocauste), Delphine Bechtel (Université Paris-Sorbonne)

11h45- 12h15 – Présentation des travaux d’Artur Żmijewski par Jean-Pierre Salgas

 12h15-12h45 – Conclusion du colloque : Agnieszka Grudzinska et Luba Jurgenson

À partir de 14h : ateliers d’art plastique animés par Artur Żmijewski ouverts à toute personne intéressée [sur inscription].

 

Inauguration au musée de l’Histoire des Juifs de Pologne et Projet « Stories of Polin »

images
Musée de Varsovie
et Monument aux Héros de l’insurrection du Ghetto
(fonds photo Arte)

Commencé en 2007 et terminé en 2013, le musée de l’histoire des Juifs de Pologne va ouvrir au public les portes de son exposition permanente le 28 octobre prochain. Une série de rencontres et d’événements est organisée du 25 au 30 octobre autour de cette inauguration. Cette exposition retrace, au travers de huit galeries, 1000 ans d’histoire des Juifs de Pologne.
Le Musée a été construit à l’emplacement de l’ancien ghetto de Varsovie, en face du monument des Héros de l’insurrection du Ghetto.

Pour en savoir plus sur ce musée et l’inauguration de l’exposition permanente, vous pouvez lire le compte-rendu d’une séance de l’atelier avec Zofia Waślicka sur l’évolution de la mémoire de la Shoah en Pologne et la construction de ce musée, ainsi que l’article de Jean Yves Potel paru récemment dans Le Courrier de Pologne.

Dans le cadre des activités du musée, POLIN-Museum of the History of Polish Jews et MillionYou s’associent et invitent toutes les personnes intéressées par l’histoire et la culture des Juifs polonais à partager leurs histoires et documents sur la plateforme internet « Stories of Polin » (http://storiesofpolin.com).

About the project

10603405_344831245679509_7848056220456305080_n

“Stories of Polin” gathers stories from all over the world about people’s personal experiences with Jewish culture. The project has been divided into two stages. In the first phase, participants are asked to share stories, photographs, and audio and video materials connected to Jewish culture. The best submissions will be evaluated and rewarded. In the second phase, artists from all over the world will be invited to create their own work inspired by the stories submitted.

The ‘Stories of Polin’ crowdsourcing platform is designed to show the unique story of Polish Jews in a modern and unconventional way and to trigger a discussion about current Polish-Jewish relations. Crowdsourcing, as a marketing tool, is becoming more and more popular in Poland. It relies on involving Internet users in the creative process.

Nous remercions Marta Sielska (MillionYou) pour le partage de cette information.

Exposition, Francfort : Wohin sollten wir nach der Befreiung?

ITS_DP-Ausstellung_2Si par le plus grand des hasards, vous passez par Francfort d’ici le 22 janvier 2015, profitez en pour faire un saut à l’exposition consacrée à la libération et aux personnes déplacées (Displaced Persons, DPs) : „Wohin sollten wir nach der Befreiung?“ (Où devons-nous aller après la libération ?), organisée par le Service  International de Recherches (International Tracing Service, ITS). Elle s’appuie sur les archives émanant de cette institution basée à Bad-Arolsen, en Allemagne.

Cette exposition se penche sur les dix millions de survivants des persécutions nazies, de la Shoah et du travail forcé, libérés puis pris en charge par les Alliés. Les DPs sont issus d’une vingtaine de nationalités différentes. Y sont montrées les structures mises en places par les DPs (administrations, presse, commissions historiques, écoles, garderies, théâtres…), témoins de leur volonté à reconstruire leurs vies. L’exposition se penche sur plusieurs aspects de l’histoire des DPs, et cherche à en donner une vision globale, ainsi que sur des parcours de vie, depuis leur vie en transit dans les camps DP jusqu’à leur rapatriement ou leur émigration. L’assistance apportée par les organismes d’aide aux réfugiés et les administrations d’occupation y est abordée, comme, par exemple, leur participation à l’hébergement et au ravitaillement des DPs, la distribution de vêtements ou encore l’organisation d’une aide médicale. On trouvera aussi dans cette exposition des explications sur la recherche (via un filtrage : screening) d’anciens collaborateurs cachés parmi les DPs.

Tout au longe de la tenue de cette exposition, seront proposées des expositions d’historiens spécialistes de l’histoire des DPs ainsi que la projection du film Lang ist der Weg, réalisé en 1948 par Herbert B. Fredersdorf, et Marek Goldstein, et se penchant sur l’histoire de plusieurs DPs juifs dans l’Allemagne de 1947.

Présentation de l’exposition par l’ITS et informations pratiques.

Mit der Ausstellung „Wohin sollten wir nach der Befreiung?“ lenkt der International Tracing Service (ITS) den Blick auf das Schicksal Überlebender der NS-Verfolgung, des Holocaust und der Zwangsarbeit, die von den Alliierten „Displaced Persons“ (DPs) genannt wurden. Nach der Befreiung mussten sie zunächst im Land der Täter von den Alliierten versorgt, aber auch verwaltet werden – und das verlangte eine ganz besondere Administration. Mehr als zehn Millionen DPs befanden sich nach 1945 in Europa. Die eigens eingerichteten DP-Camps wurden für sie zu Zwischenstationen.

Die Überlebenden rangen darum, das Erlittene zu bewältigen und sich zugleich auf die Zukunft zu orientieren. In den DP-Camps etablierten sie nach und nach diverse Strukturen, die den außerordentlichen Lebenswillen der Menschen dokumentieren: von der Selbstverwaltung über politische Parteien, Presse, Theater, Schulen, Kindergärten bis hin zu historischen Kommissionen, die sich mit der Aufarbeitung der Vergangenheit befassten.

In den DP-Camps standen die Mitarbeiter internationaler Hilfsorganisationen und der Fürsorgeeinrichtungen der Alliierten vor vielschichtigen Herausforderungen: Zunächst benötigten die Menschen vor allem Nahrung, Obdach und Kleidung, außerdem medizinische Hilfe. Später ging es um die „Rückführung“ der DPs in ihre Herkunftsländer und die Unterstützung von mehr als drei Millionen DPs bei der Emigration. Dabei galt es auch zu unterscheiden, wer zum Beispiel als ehemaliger Kollaborateur mit dem NS-Regime versuchen wollte, die Hilfsstrukturen für seine Zwecke zu missbrauchen.

Biografien, DP-Geschichte und alliierte Strategien

Die Ausstellung „Wohin sollten wir nach der Befreiung?“, die aus Mitteln der Stiftung „Erinnerung, Verantwortung und Zukunft“ (EVZ) gefördert und von einem internationalen Expertengremium wissenschaftlich begleitet wurde, widmet sich in zahlreichen Stationen verschiedensten Aspekten der DP-Geschichte: So werden einzelne Biografien und Lebenswege mit den Strategien verwoben, welche die Alliierten damals verfolgten. Die Ausstellung ergänzt, bündelt und begleitet die Forschung, die sich bisher vor allem auf einzelne Camps oder einzelne Gruppen Überlebender konzentriert hat.

Parallel zur Ausstellung geht ein DP-Camp-Verzeichnis des ITS online, das alle bisher bekannten DP-Camps und Free Living Groups von DPs in den drei westlichen Besatzungszonen Deutschlands erfasst. Neben Informationen zur genauen Lage enthält es unter anderem Angaben zur Verwaltung, der Dauer des Bestehens und zu den Nationalitäten der Bewohner. Sowohl die Ausstellung als auch das DP-Camp-Verzeichnis basieren in weiten Teilen auf Dokumenten, die im Archiv des ITS über die individuellen Schicksale und die humanitäre Arbeit der Alliierten lagern.

 

Dauer: 11. September 2014 bis 22. Januar 2015

Ort: Bildungsstätte Anne Frank, Hansaallee 150, 60320 Frankfurt am Main

 

 

18 juillet 2014 : Auschwitz as World Heritage. UNESCO, Poland, and History Politics

Le Leibniz Institute of European History de Mayence organise le 18 juillet 2014 à Cracovie une journée d’étude à propos de l’inscription, depuis 1979, d’Auschwitz-Birkenau sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO (World Heritage List).

Ci-dessous l’argumentaire de ce workshop ainsi que son programme, que l’on peut retrouver également sur le site de l’institution.

Le worskop se tiendra à partir de 9h à l’adresse suivante :  Bursa im. Stanislawa Pigonia – Dom Profesorski, ul. Garbarska 7a, 31-131 Kraków.

Argumentaire du workshop :

After the adoption of the UNESCO World Heritage Convention in 1972, Poland was one of the most active members and one of those states submitting the first proposals to the new World Heritage list. The Polish nominations in 1978 included not only the old towns of Krakow and Warsaw, the Wielicka salt mine and the Bialowieza national park, but also the former concentration and extermination camp Auschwitz-Birkenau. This proposal was initially rejected, but already at the second session of the World Heritage Committee in 1979 the site named « Auschwitz concentration camp » was registered on the World Heritage List. The workshop « Auschwitz as World Heritage – UNESCO, Poland and History Politics » analyses the events that led to the inscription of Auschwitz-Birkenau in the World Heritage List and its further development as a World Heritage site. The focus is not only on assessing cultural and political processes at global and transnational levels, but also on investigating regional and national as well as locally rooted developments. Thus, the workshop will examine the changing role of Auschwitz remembrance in Poland in a historical perspective as well as history politics, heritage preservation and culture politics in an international context. Experts from different historical disciplines and social sciences, practitioners of conservation, and specialists dealing with the site convene in order to discuss implications of the Polish nomination of the Memorial and Museum Auschwitz- Birkenau for inscription in the World Heritage list in 1978. What consequences did the status « World Heritage site » have for Auschwitz-Birkenau? Can the entry of Auschwitz Concentration Camp on the World Heritage List in 1979 be read as an expression of the universalization of the Holocaust from the 1960s onward? Who used the World Heritage programme of UNESCO in this context to pursue global, national or local policies, with what aims and under what conditions?

The workshop is hosted by the research project « Knowledge of the World – Heritage of Mankind: The History of UNESCO Cultural and Natural Heritage » which started at the Leibniz Institute of European History in July 2013.

Programme du woskhop :

9:00 Johannes Paulmann: Welcome/ Andrea Rehling: Introduction

9:30
Panel 1: The changing role of Auschwitz Heritage in a historical perspective

Julia Röttjer : Auschwitz-Birkenau as « dissonant » World Heritage since the 1970s
Jonathan Huener : The Politics and Culture of Commemoration at Auschwitz
Heidemarie Uhl : From the Margins to the Center of European and Global Memory: The Transformation of Holocaust Remembrance as historical context of Auschwitz- Birkenau Memorial
Marek Kucia : The Meanings of Auschwitz in Poland, 1945 to the Present

14h15
Panel 2: Polish history politics and conservation of cultural heritage in an international context

Danuta Klosek-Kozlowska : The Spirit of Place and the Place of Spirits. Auschwitz-Birkenau former Nazi Death Camps
Piotr Trojanski : The problems of commemoration of Jewish victims at Auschwitz Memorial and Museum during the Communist time (1947-1989)
Marek Rawecki : Auschwitz-Birkenau Museum protection zones. Managing the legacy of the former death camp

17:00
Discussion