Archives par mot-clé : Maghreb

Les Juifs et le Maghreb. Fonctions sociales d’une littérature d’exil. Entretien avec Ewa Tartakowsky

Autour de : Ewa Tartakowsky, Les Juifs et le Maghreb. Fonctions sociales d’une littérature d’exil, Tours, Presses Universitaires François Rabelais, coll. « Migrations », 2016.

Attachée temporaire d’enseignement et de recherche à l’Université Paris 10 et chercheuse attachée au Cenimg_9173tre Max Weber, Ewa Tartakowsky a consacré sa thèse en sociologie aux écrivains d’origine judéo-maghrébine en France et à leur littérature. Ses recherches portent sur les judéités contemporaines, les échanges culturels, les constructions des identités collectives, les enjeux liés à la mémoire et sa patrimonialisation.
http://www.centre-max-weber.fr/Ewa-Tartakowsky

Votre ouvrage met en lumière les conditions d’émergence d’une « littérature d’exil » à partir à la fois d’une étude des trajectoires d’auteur.es juifs.ves né.es au Maghreb (Algérie, Tunisie et Maroc) et installé.e.s en France ainsi que d’une analyse de leurs ouvrages littéraires (récits, romans, poésie et pièce de théâtre) entre les années 1950 et 2010. Comment définissez-vous cette « littérature d’exil » et pourquoi avoir choisi de définir la migration des juifs du Maghreb comme un « exil » ? Continuer la lecture de Les Juifs et le Maghreb. Fonctions sociales d’une littérature d’exil. Entretien avec Ewa Tartakowsky

Ewa Tartakowsky : « Les Juifs et le Maghreb. Fonctions sociales d’une littérature d’exil »

MIG-Tartakowsky_0Nous avons le plaisir de vous annoncer la publication aux Presses Universitaires François-Rabelais de Tours de l’ouvrage d’Ewa Tartakowsky  « Les Juifs et le Maghreb. Fonctions sociales d’une littérature d’exil« , issu de sa thèse soutenue en octobre 2014 et qui avait fait l’objet d’un de nos séminaires en mars de la même année .

Bientôt sur notre site un entretien avec elle sur son ouvrage et ses recherches. En attendant, ci-dessous la présentation du livre par son éditeur. Continuer la lecture de Ewa Tartakowsky : « Les Juifs et le Maghreb. Fonctions sociales d’une littérature d’exil »