Archives par mot-clé : France

16 avril 2015 : Les artistes rescapés de la Shoah en France de 1945 à 1995 : parcours, œuvres et réception

La prochaine séance de l’atelier “Histoire des Juifs en Europe après 1945″ aura lieu le jeudi 16 avril 2015, de 17h à 19h. Nous recevrons, Julie Constant, docteur de l’Université Bordeaux 3, qui présentera une intervention intitulée :  Les artistes rescapés de la Shoah en France de 1945 à 1995 : parcours, œuvres et réception. Sa présentation sera discutée par Didier Schulman, responsable de la Bibliothèque Kandinsky au Centre Pompidou.

La séance aura lieu à Sciences Po, 13 rue de l’Université (7e arrondissement), salle du Conseil, 5e étage.

Résumé de l’intervention (en français – en anglais)

Les artistes rescapés de la Shoah en France de 1945 à 1995 : parcours, œuvres et réception.

Julie Constant nous présentera sa thèse de doctorat soutenue en décembre, thèse qui propose d’éclairer les trajectoires et les œuvres d’artistes survivants des camps nazis, français ou installés en France après 1945, leur tentative de transmettre l’expérience de la déportation et du génocide ou leur volonté de fuir ces thématiques, les langages plastiques et l’iconographie empruntés, les déclencheurs mémoriels et les mutations des choix de chacun pour témoigner, représenter, remémorer, dans l’après-guerre, durant les années soixante et soixante-dix, puis à l’approche du cinquantième anniversaire de la Libération. Quelques rares artistes ont eu l’opportunité de créer in situ : nous étudions également les motivations, les conditions de création et les spécificités de ces dessins des camps. Entre mémoire, révolte et résilience, les artistes de ce corpus, déportés pour faits de résistance ou dans le cadre de la mise en œuvre de la solution finale, ont dû mener une lutte intérieure contre les douloureuses réminiscences des camps et parfois un combat militant pour diffuser leur message face aux offensives antisémites et négationnistes. La complexité de la transfiguration en termes plastiques du traumatisme a suscité doutes et réflexions : transmettre sans trahir, témoigner sans renoncer à l’art. Les peintres, sculpteurs et graveurs de ce corpus n’ont en effet jamais cessé de se définir prioritairement comme des artistes : l’essence et la portée universelle de la création, ainsi que les références tutélaires de l’histoire de l’art ont épaulé les artistes dans ce processus cathartique. Si les cadavres, corps anonymes et suppliciés, peuplent l’univers visuel de l’après-guerre, les artistes rescapés convoquent les disparus et réinsufflent chair et  individualité aux êtres aimés, figurés souffrants, combattants ou tendres, mais dignes et debout. Notre objet d’étude se concentre également sur les modalités et les formes évolutives de la rencontre entre les œuvres liées à la mémoire de la déportation et la France : la diffusion auprès du public français à l’occasion d’expositions ; la communication autour de ces problématiques dans les catalogues, les cartons d’expositions et les publications ; la réception des œuvres à travers la presse, les acquisitions publiques et les décorations honorifiques, ainsi que l’accueil spécifique de la communauté juive avec notamment la création du premier Musée d’art juif français. Les principaux artistes du corpus sont : Avigdor Arikha, René Baumer, Isaac Celnikier, Léon Delarbre, David Olère, Sam Ringer, Shelomo Selinger, Walter Spitzer et Boris Taslitzky.

Remember your future. Artists that survived the Nazi camps and how their work of testimony and memory has been received in France since 1945.

The thesis attempts to shed light on the trajectory and work of French artists and artists who lived in France after 1945 after surviving the Nazi camps. It also looks at their efforts to pass on their experience of the deportation and the genocide, or on the other hand their desire to flee the themes, esthetic language and the iconography used. The triggers to the memory and the eventual mutation of choices by each person to be witness, to represent, to recollect after the war, during the 1960s and 1970s, then ahead of the fiftieth anniversary of the Liberation, will also be addressed. A few rare artists had the opportunity to create in situ: we will also study the motivation, the conditions of creation and the particularities of the drawings in the camps. Between memory, revolt and resilience, the artists of this group, deported for their activities in the resistance or the installation of the final solution, had to lead an interior  struggle against the painful reminiscences of the camps and sometimes an activist’s fight to spread their message in opposition to anti-Semite attacks and Holocaust deniers. The complexity of the transfiguration in terms of visual representations of trauma brought up doubts and reflections: transmitting without betraying, witnessing without giving up art. The painters, sculptors and engravers of this group have never really stopped defining themselves mainly as artists: the essence and the universal scope of creation, as well as the custodians of art history having placed this cathartic process on the shoulders of the artists. If the corpses, the anonymous and tortured bodies, inhabit the visual universe after the war, the artists that escaped, summoned those that disappeared and gave flesh and individuality to loved ones, represented as suffering, fighting or tender, but dignified and standing. The study also concentrates on the terms and changing forms of the reception in France of the works linked to the memory of the deportation: the distribution to the French public via exhibitions; the promotion concerning these issues in the literature about the exhibitions and the artists ; the press reactions, the public acquisitions and decorations, including the specific reception by the Jewish community especially with the creation of the French Jewish art museum. The main artists of the corpus are: Avigdor Arikha, René Baumer, Isaac Celnikier, Léon Delarbre, David Olère, Sam Ringer, Shelomo Selinger, Walter Spitzer and Boris Taslitzky.

Biographies des intervenants

Julie Constant est docteur en Histoire de l’art (Université Bordeaux 3), enseignante à l’Université de Lorraine et professeur d’Histoire dans le secondaire.

Didier Schulmann est conservateur du patrimoine et responsable de la Bibliothèque Kandinsky, service d’archives et de recherche du MNAM.

L’œuvre de Secours aux Enfants et les populations juives au XXe siècle

1540-1L’ouvrage collectif L’œuvre de Secours aux Enfants et les populations juives au XXe siècle, prévenir et guérir dans un siècle de violence, paru en 2014 aux éditions Armand Colin, est issu de deux colloques organisés par l’Oeuvre de Secours aux Enfants (OSE) à l’occasion de son centenaire en 2012. Dirigé par les historiens Laura Hobson Faure, Mathias Gardet, Katy Hazan et Catherine Nicault, cette publication rassemble des contributions de chercheurs de nombreux pays et propose pour la première fois une approche à la fois internationale et transnationale de l’histoire de l’OSE. A la croisée de la sociologie et de l’histoire sociale, de l’histoire des sciences, de la médecine et de l’éducation, elle offre de nouvelles perspectives sur l’histoire contemporaine des Juifs d’Europe et l’histoire de la Shoah. Continuer la lecture de L’œuvre de Secours aux Enfants et les populations juives au XXe siècle

Parution : Personnes déplacées et guerre froide en Allemagne occupée

574216_Cover-1Vient d’être publié aux éditions Peter Lang : Personnes déplacées et guerre froide en Allemagne occupée ; ouvrage dirigé par Corine Defrance, Juliette Denis et Julia Maspero. Ce recueil est la publication des actes d’un colloque sur le même sujet qui a eu lieu en mai 2013 à Paris. Ci-dessous vous trouverez le sommaire du livre puis les résumés (dans la langue des auteurs) des articles concernant l’histoire des personnes déplacées (DPs) juives en Allemagne occupée, à savoir :

 

Christin Behrendt : Das ambivalente Verhältnis der Jüdischen Gemeinde Berlin zu den polnisch-jüdischen DPs in den Jahren 1945-1948
Sophie Fetthauer : Sami Feder und das «Katset-Teater». Zu den Grundlagen des dokumentarischen Theaters im DP-Camp Bergen-Belsen
Alina Laura Tiews : Der Film «Lang ist der Weg». Spiegel des DP-Problems 1948 oder zionistischer Heimatfilm?

 

 
 
 

Présentation et Sommaire de l’ouvrage :

Au sortir de la Seconde Guerre mondiale, des millions d’étrangers se trouvent sur le sol allemand : anciens travailleurs forcés, rescapés des camps nazis ou déracinés aux profils multiples. La plupart d’entre eux sont rapatriés après la capitulation allemande, mais presque un million de personnes déplacées (Displaced Persons – DPs), effrayés par l’antisémitisme à l’Est de l’Europe, ou redoutant la montée des régimes communistes, refusent de rentrer dans leur patrie. C’est donc dans les trois zones occidentales de l’Allemagne occupée, exsangue et traversée par des flux incessants, que les DPs vivent pendant plusieurs mois ou années. Leur histoire est multiple et ils en sont à la fois les objets et les acteurs.
Cet ouvrage, rassemblant des contributions en trois langues (français, anglais, allemand), croise les perspectives entre histoire politique et internationale, histoire des migrations, analyses culturelles et études des représentations. Il permet de saisir les interactions entre les décisions internationales, les impératifs des pays d’origine des DPs mais aussi ceux des pays d’immigration, les réalités de l’Allemagne occupée et les besoins et espérances des DPs eux-mêmes. Entre sortie du conflit mondial et début de guerre froide se nouent autour des DPs les grandes problématiques politiques et humaines qui forgent l’histoire des déplacements et du refuge.

Corine Defrance, Juliette Denis, Julia Maspero : introduction
Catherine Gousseff  : L’Est et l’Ouest entre consensus et divergence face aux DPs d’Allemagne
Jan-Hinnerk Antons : Britischer Umgang mit militanten Antikommunisten, Kollaborateuren und mutmaßlichen Kriegsverbrechern unter osteuropäischen DPs
Iris Helbingb : Die Fürsorge und Repatriierung polnischer Displaced Children aus der britischen Besatzungszone
Kaja Kumer-Haukanõmm : The Repatriation of Estonians, 1945-1952
Paul Lenormand : Les déplacés tchécoslovaques en Allemagne et en Autriche. Expulsés, exilés et réfugiés dans la reconstruction d’une frontière nationale et idéologique, 1945-1951
Juliette Denis : « Ils sont rentrés dans leur patrie ». L’URSS face aux personnes déplacées et aux rapatriés lettons, 1946-1950
Julia Maspero : Quand la politique française d’immigration rencontre la question DP en Allemagne occupée. Entre préoccupations nationales et diplomatiques au début de la guerre froide, 1945-1948
Frank Caestecker & Lieselotte Luyckx : Inclusion, Exclusion and Autonomy of Displaced Persons in the Dutch and Belgian Political Economies, 1944-1952
Roman Smolorz : Der Alltag der osteuropäischen Displaced Persons 1945-1949 unter dem Einfluss von ost-und westeuropäischen Geheimdiensten
Melanie Dejnega : Zwischen Nachkriegschaos und Kaltem Krieg. Alliierte Flüchtlingspolitik und die Versorgungssituation von «volksdeutschen Ex-Enemy DPs» in Österreich
Adam R. Seipp : «The Most Beautiful Spot on God»s Green Earth”. Archives, Microhistory, and the Story of Europe’s DPs
Christin Behrendt : Das ambivalente Verhältnis der Jüdischen Gemeinde Berlin zu den polnisch-jüdischen DPs in den Jahren 1945-1948
Sophie Fetthauer : Sami Feder und das «Katset-Teater». Zu den Grundlagen des dokumentarischen Theaters im DP-Camp Bergen-Belsen
Corine Defrance : Les personnes déplacées à l’Université en Allemagne occupée
Marcus Velke : Baltische Diaspora in Bonn. Das Baltische Forschungsinstitut (BFI), 1949-1972
Alina Laura Tiews : Datfil
er Film «Lang ist der Weg». Spiegel des DP-Problems 1948 oder zionistischer Heimm?
Cyril Daydé : Les personnes déplacées et réfugiées en zone française d’occupation d’après les Archives diplomatiques françaises. Fonds d’archives et méthodes de recherche
Monique Leblois-Péchon : Les recherches sur les personnes déplacées dans les archives du Service international de recherches (SIR/ITS) de Bad Arolsen.
Daniel Cohen : Conclusion

 

Christin Behrendt : Das ambivalente Verhältnis der Jüdischen Gemeinde Berlin zu den polnisch-jüdischen DPs in den Jahren 1945-1948

Die Berührungspunkte zwischen den polnisch-jüdischen Displaced Persons und den Mitgliedern der am 10. Oktober 1945 neu gegründeten Jüdischen Gemeinde Berlin waren marginal, solange die Stadt lediglich als Transitstation genutzt wurde. Die deutschen Juden unterstützten ihre Glaubensbrüder mit den ihnen zur Verfügung stehenden Mitteln, obschon sie, kaum die eigene Versorgung gewährleisten könnend, nicht sehr angetan waren vom großen Flüchtlingsstrom aus Osteuropa. Geleitet durch die Nachkriegspolitik der Alliierten, welche allzu oft eine „kurze Zwischenstation“ in Deutschland verhinderte, trugen die osteuropäischen Juden ihrerseits zunächst unbewusst, später offensiv(-er) zum Wiederaufbau der Gemeinde bei. Nachdem sich im Herbst 1946 die Lage stabilisierte, trat die ambivalente Beziehung beider Gruppen immer deutlicher hervor. Wie in anderen Gemeinden Deutschlands (z.B. Frankfurt am Main) flammte, entgegen des offiziellen Diskurses, der die völlige Gleichheit aller Juden verkündete (vgl. Der Weg), die traditionelle Opposition zwischen Ost- und Westjudentum wieder auf. Neben diesen Konfliktherden gab es jedoch insbesondere im kulturellen Bereich viele positive Berührungspunkte. Der regionale Bezugsrahmen schafft die Möglichkeit, sich dem Beziehungsgeflecht zwischen Gemeinde und polnisch-jüdischen DPs anzunähern. Die hohe Fluktuation in den Berliner DP-Lagern – bedingt durch die starke Frequentierung der zionistischen Flüchtlingsgruppe „Bricha“ – und der bereits 1946 einsetzende „Kalte Krieg“ sowie die geografische Entfernung zu anderen Lagern tragen weiterhin zu der überaus spannenden Sonderstellung der Enklave Berlin bei.

Sophie Fetthauer : Feder und das „Katset-Teater“. Zu den Grundlagen des dokumentarischen Theaters im DP Camp Bergen-Belsen

Die Pflicht Zeugnis abzulegen gehört zu den in Torah und Talmud überlieferten Geboten für das jüdische Leben. Dementsprechend wurde während und nach dem Zweiten Weltkrieg eine Reihe von Initiativen ins Leben gerufen, die sich die Dokumentation der Verfolgung und Vernichtung der europäischen Juden zur Aufgabe machten. Auch in den DP-Camps gab es solche Initiativen. Der Autor, Regisseur und Schauspieler Sami Feder, dessen „Katset- Teater“ zwischen 1945 und 1947 im DP-Camp Bergen-Belsen aktiv war, kann in eben diese Tradition eingeordnet werden, da er mit den von ihm publizierten Gedichten, Liedern, Theaterstücken und autobiographischen Texte immer auf die Dokumentation des Holocaust abzielte. Darüber hinaus können auch die von ihm mit dem „Katset-Teater“ auf die Bühne gebrachten Theaterszenen, Lieder, Tänze und Rezitationen als dokumentarisch bezeichnet werden, nämlich in Bezug auf die erzählten Geschichten, die Verwendung erst kürzlich in den Ghettos und Konzentrationslagern entstandener Lieder, die Wahl und Gestaltung der Kostüme und Bühnenbilder sowie schließlich auch in Bezug auf die Schauspieler selbst, die als Zeugen ihrer eigenen Geschichte auf der Bühne agierten. Ziel dieses Vortrags ist es, Sami Feders Biographie und seine Sozialisation im jiddischen und deutschen Theater der 1920er und 1930er Jahre darzustellen und in Verbindung zu setzen mit seinem Theaterschaffen im DP-Camp Bergen-Belsen sowie frühen Formen der Dokumentation des Holocaust. Der Neuanfang der Überlebenden nach der Befreiung, wie er in Feders „Katset-Teater“ sichtbar wird, erscheint damit weniger als radikaler Neustart denn als kontinuierliche Fortsetzung seines früheren Schaffens, da er Bezug nimmt auf verschiedene Traditionen, insbesondere die literarische Verarbeitung anti-jüdischer Pogrome vor 1933, bestimmte Formen jüdischen Geschichtsverständnisses und Experimente mit dem Dokumentartheater in den 1920er Jahren. Der Vortrag gliedert sich dabei in drei Teile: Ausgehend von einer kurzen biographischen Skizze Sami Feders, wird zunächst Feders mit dem „Katset-Teater“ realisierter dokumentarischer Theaterstil charakterisiert, um sodann auf die verschiedenen Erfahrungen und Traditionen einzugehen, die seine Arbeit und damit auch Bedeutung für die DPs prägten.

Alina Tiews : Der Film Lang ist der Weg. Spiegel des DP-Problems 1948 oder zionistischer Heimatfilm?

Der Film Lang ist der Weg war ein frühes und außergewöhnliches Beispiel zur filmischen Verarbeitung des Holocaust. Trotzdem bleibt der Film ebenso unverzichtbare Quelle auch für die filmische Erinnerung an das DP-Problem in Deutschland. Gerade in dieser letzten Hinsicht, der Verfilmung der DPs, blieb Lang ist der Weg ein Ausnahmebeispiel der deutschen Filmgeschichte. Die meisten DPs emigrierten bald nach Kriegsende nach Übersee oder nach Israel. Sie verließen Deutschland. Damit verschwanden sie nicht nur von der politischen, sondern auch von der cineastischen Bildfläche. Nichtsdestotrotz hatten die DPs die bevölkerungspolitisch virulenten Besatzungsjahre in Deutschland nachhaltig geprägt. Warum der Film Lang ist der Weg, der, wie in diesem Beitrag gezeigt werden konnte, das DP-Problem ins Zentrum der zeitgenössischen Aufmerksamkeit rückte, dennoch keine Nachfolger fand, wäre deshalb eine lohnende und wichtige künftige Forschungsfrage.

EHESS : Programme séminaire « Histoire des écritures de témoignage dans le monde judéo-polonais au XXe siècle »

Voici le programme des prochaines interventions qui seront proposées au sein du séminaire à l’EHESS :  « Histoire des écritures de témoignage dans le monde judéo-polonais au XXe siècle » – organisé par Judith Lindenberg et Judith Lyon-Caen.

13 mars : L’éclatement de la Pologne juive : le cas Leib Rochmann (Audrey Kichelewski, Université de Strasbourg)

27 mars : Institutions de savoir et de mémoire : le cas parisien après-guerre (Simon Perego, Sciences-Po Paris)

10 avril: L’étrange monsieur Borwicz. (Judith Lyon-Caen)

22 mai : Côté soviétique : les témoignages des survivants de la Shoah, de la libération à nos jours (Nathalie Moine, CNRS – CERCEC)

12 juin : Emergences historiographiques (Judith Lindenberg)

Présentation du séminaire par ses organisatrices :

Histoire des écritures de témoignage dans le monde judéo-polonais au XXe siècle

Judith Lindenberg et Judith Lyon-Caen

EHESS

2e et 4e vendredis du mois de 11 h à 13 h (salle 11, 105 bd Raspail 75006 Paris), du 14 novembre 2014 au 12 juin 2015

Ce séminaire s’intéresse aux pratiques et aux formes de l’écriture de témoignage telles qu’elles sont apparues au lendemain de la Seconde Guerre mondiale chez les survivants du monde judéo-polonais anéanti par la Catastrophe – qu’on n’appelait pas encore Shoah. Tout en cherchant à présenter la variété des travaux actuels sur ces témoignages, on souhaite promouvoir une approche historique de ces écrits, qui ne les envisage pas seulement comme des sources, mais comme des événements de leur temps.

De langue majoritairement yiddish, mais aussi d’autres langues autochtones (polonais, russe), ou plus tardivement de la langue de leur pays d’émigration, les auteurs de ces écrits, tout en s’appuyant sur des compétences littéraires et historiographiques forgées dans la Pologne juive d’avant-guerre, ont élaboré des formes inédites pour dire, raconter, figurer la Catastrophe. On s’interrogera tout d’abord sur les origines de ces pratiques d’écriture et d’archive, en s’intéressant à la fois à l’histoire des savoirs ethnographiques dans l’Europe de la fin du XIXe siècle et du début du XXe siècle, et à la naissance d’une littérature et d’une histoire juives sécularisées (YIVO).

Ecrits au cœur de la Catastrophe ou juste après, les témoignages du monde judéo polonais déclinent une multitude d’expériences (dans les camps, les ghettos, la clandestinité, la résistance) selon une variété de registres et de formes (documentaire, fictionnelle, poétique), qui sont fortement liés aux pratiques de l’écrit dans le temps de la guerre – poèmes, journaux, notes, et entreprises collectives, comme les archives des ghettos. On tentera d’éclairer les contextes fortement politisés de la production et de la publication de ces écrits, ainsi que d’apprécier les modalités de l’effacement de ces contextes, pendant la guerre froide, et au delà.

En remontant le fil du « témoignage de la Shoah » désormais constitué en genre, voire en institution, ce séminaire veut mettre en lumière tout un pan longtemps laissé dans l’ombre de l’histoire du témoignage et contribuer aussi bien à l’histoire de l’historiographie de la Shoah qu’à un questionnement sur les liens entre histoire et littérature.

Ce séminaire est ouvert aux chercheurs de tous niveaux et validable par les étudiants de M1 et de M2. Pour les modalités de validation, contacter Judith Lyon-Caen : jlc@ehess.fr

19 février 2015 : Entre impératif d’“assimilation” et gestion pragmatique des minorités : la IVe République et les Juifs étrangers

La prochaine séance de l’atelier « Histoire des Juifs en Europe après 1945 » aura lieu le jeudi 19 février 2015, de 17h à 19h. Nous recevrons, Jérémy Guedj, doctorant en à l’Université de Nice, qui présentera une intervention intitulée  : Entre impératif d’“assimilation” et gestion pragmatique des minorités : la IVe République et les Juifs étrangers. Sa présentation sera discutée par Anne Grynberg, Professeure des Universités à l’INALCO.

Attention modification : Anne Grynberg ne pourra malheureusement pas être présente, néanmoins l’intervention de Jérémy Guedj est maintenue.

La séance aura lieu au Centre d’histoire de Sciences Po, 56 rue Jacob, 75006 Paris, salle du Traité (1er étage).

Résumé de l’intervention

Entre impératif d’“assimilation” et gestion pragmatique des minorités : la IVe République et les Juifs étrangers. Fort de la triple dynamique nourrie par les études sur les lendemains de guerre, les minorités et la gestion de ces dernières par l’État, l’histoire des Juifs de France après 1945 connaît actuellement une notable vigueur. C’est à ces recherches en renouveau que la présente intervention se propose de contribuer en s’interrogeant sur la place que la IVe République a accordée aux Juifs étrangers qui se décomposaient en deux groupes inégaux : ceux déjà présents avant 1939, qu’il convenait, conformément à un impératif d’État, d’accompagner et de « réinsérer » après le choc de la guerre, et les nouveaux arrivants. Le régime a manifesté à la fois prudence et ambiguïté face aux Juifs étrangers, d’abord traités de manière spécifique, en marge de la gestion des étrangers et de l’immigration en général, puis, au fil de la normalisation de l’approche des questions migratoires, au tournant des années 1950, comme les autres étrangers dans l’ensemble. De fait, ce sujet dévoile certains traits des représentations d’État à l’égard des Juifs.

Biographies des intervenantes

Jérémy Guedj, chargé de cours et doctorant en histoire contemporaine à l’Université de Nice Sophia Antipolis, membre du Centre de la Méditerranée moderne et contemporaine (CMMC), s’intéresse à l’histoire des minorités dans la France contemporaine. Il a publié Le Miroir des désillusions. Les Juifs de France et l’Italie fasciste (1922-1939), Paris, Classiques Garnier, 2011 et achève une thèse sur la IVe République et l’immigration.

Anne Grynberg est maître de conférences en histoire contemporaine à l’Institut national des langues et civilisations orientales (INALCO), directrice de recherche associée à l’Université Paris I – Sorbonne, et responsable éditoriale des Cahiers du judaïsme. Elle est également directrice scientifique du Comité d’histoire auprès de la Commission d’indemnisation des victimes des spoliations intervenues du fait des législations antisémites en vigueur sous l’Occupation (CIVS).
Anne Grynberg est spécialiste de l’histoire des Juifs à la période contemporaine, de l’histoire et mémoire de la France de Vichy et de l’Occupation, de l’histoire des Juifs d’Europe dans l’après-guerre, des Mémoriaux et musées d’histoire.
Elle a, notamment, publié Les Camps de la honte. Les internés juifs des camps français, 1939-1944, ( éditions de La Découverte, 1991) ; Vers la terre d’Israël (éditions Gallimard, 1e éd. 1998) ; La Shoah, l’impossible oubli (Gallimard, 1e éd. 1995). En collaboration avec Johanna Linsler, elle a dirigé en 2013 : L’Irréparable. Itinéraires d’artistes juifs allemands et autrichiens réfugiés en France  (édition franco-allemande, Magdeburg, KST).