Archives par mot-clé : Europe

Contemporary Antisemitism and Racism in the Shadow of the Holocaust : Appel à contribution

esa-logoTous les deux ans, l’Association européenne de sociologie (European Sociological Association, ESA) rassemble ses membres pour débattre des questions sociologiques contemporaines. Cette année les interventions porteront sur l’antisémitisme et le racisme en Europe, notamment depuis 1945. La conférence se tiendra les 4 et 5 septembre 2014 à l’Université de Vienne, en Autriche.

Vous trouverez l’appel à contribution ci-dessous et sur le site de l’ESA. Les propositions d’intervention, en anglais, sont à envoyer avant le 22 mai 2014.

Call for Paper

The ESA Research Network 31: Ethnic Relations, Racism and Antisemitism invites submissions of papers for its biannual mid-term conference. The conference will be held from 4 to 5 September 2014 at the University of Vienna.

We will hold sessions that focus on theoretical, methodological and empirical aspects of research on antisemitism and racism, also in a comparative framework. The network’s perspective is to bridge an exclusive divide between the understanding of antisemitism and of racism, exploring the correspondences and affinities, but also the differences and contrasts. Our over-arching question is to understand what are the material conditions and the social, political and historical contexts shaping variations in antisemitism and racism, across time and across different European and global contexts.

Besides papers on general theoretical approaches to antisemitism, racism and ethnic relations, we are particularly interested in questions of contemporary antisemitism and how it relates to Holocaust remembrance and denial. Thus, papers on ‘secondary’ and ‘new antisemitism’ are expressly welcome. Our special concern lies in (but is not limited to) the following issues:

– Theoretical/conceptual approaches to the actuality of antisemitism/racism.
– How are antisemitism and Holocaust remembrance connected to each other?
– What is the relationship between Holocaust remembrance/denial and ‘new’ antisemitism?
– What is the role of right wing populism in the interconnection of antisemitism and Holocaust remembrance/denial?
– How does Islamist antisemitism relate to contemporary antisemitism and Holocaust remembrance/denial?
– Antisemitism, Holocaust remembrance/denial, the image of Israel and the (European) left.
– Resentment and prejudice against Muslims in relation to antisemitism and Holocaust remembrance.
– Relation of antisemitism, anti-Zionism and criticism of Israel.
– How are antisemitism and Holocaust remembrance/denial involved in shaping new European identities?
– How are antisemitism and Holocaust remembrance/denial related to European colonial racism and postcolonial remembrance?
– How do all of these issues relate to nationalism?
– What are the gendered dimensions of these issues?

During the sessions, each speaker will have 20 minutes. All presentations will be made in English.

Please send an abstract including eventual institutional affiliation to the local committee of the mid-term conference: Karin Stoegner (karin.stoegner@univie.ac.at) & Nico Bechter (nicolas.bechter@univie.ac.at)
Deadline: 22 May 2014

This conference is sponsored by the Research Platform « Migration and Integration Research« , University of Vienna.

3-4 juillet 2014 : Disturbing Pasts : Reverberations of the Second World War in Europe after 1945

En novembre dernier, nous vous diffusions l’appel à contribution pour une conférence organisée par le groupe de recherche “Reverberations of War in Germany and Europe since 1945“  (sous la direction de Pr. Mary Fulbrook et de Dr. Stephanie Bird de l’UCL) de l’University College London (UCL) et ayant pour thème : “Disturbing Pasts : Reverberations of the Second World War in Europe after 1945”.

Cette conférence se tiendra  à Londres les 3 et 4 juillet 2014 et son programme vient d’être annoncé sur le site du groupe de recherche.

Argumentaire de la conférence :

Organized by the AHRC-funded research group ‘Reverberations of War in Germany and Europe since 1945’ under the direction of Professor Mary Fulbrook and Dr Stephanie Bird, based at University College London (UCL).

This conference sets out to explore the complex and diverse reverberations of the Second World War after 1945. The notion of ‘disturbing pasts’ refers to the experience of war and violence. But the aim is to understand how and why these experiences continue to disturb a later present, and how some people later disturb an apparently dormant past. The focus is on conflicting, unexpected and often dissonant interpretations and representations of these events among both those who were the witnesses, victims and perpetrators of these events and among different communities in the generations that followed. On a theoretical level, therefore, one objective of this conference is to raise challenges to the widely used and yet under-theorized concept of ‘collective memory’.

For the purposes of this conference, ‘disturbance’ is addressed on three different levels which interrelate in what might be called a ‘dialectics of disturbance’:

– Those aspects of the past that remain disturbing, however hard people try to repress, forget, contain or silence this past;
– The ways in which people later actively ‘disturb’ this past; processes of confronting, interacting and dealing with the past, that in turn affect and alter how it is perceived and what its implications are for a later present;
– The often disturbing ethical questions raised in relation to the role of the analyst, historian and writer confronting this past.

Key issues include:
– TRANSMISSION: How are experiences of war and violence transmitted between and across communities and generations?
– EMBODIMENTS: How were the experiences of war and violence and their memories inscribed onto the human body? How is the body used to make sense of or deal with these experiences, whether in daily life or in artistic interventions?
– REPRESENTATION – How are the experiences of war and violence represented in various media (films, literature, memorials, autobiographical accounts, press) and what is the wider impact of these representations on changing social perceptions?
– DISPLACEMENT AND IDENTIFICATION: How did people interpret and deal with the experience of losing their home and making a new one elsewhere? What roles do place/space play for identification and identity construction?

This conference is supported by the Arts and Humanities Research Council, the UCL European Institute, the School for European Languages Culture and Society and the UCL Faculty Institute of Graduate Studies.

Online registration: http://onlinestore.ucl.ac.uk/browse/extra_info.asp?compid=1&modid=2&deptid=111&catid=120&prodid=471

Programme de la conférence :

Thursday 3 July

Panel I: Challenging Narratives

2:00-3:30
Mary Fulbrook (UCL), ‘Disturbing the Past / Disturbed by the Past’
Tsila Ratner (UCL),’Unbearable Mending: The Holocaust in Contemporary Israeli Literature’
Katya Krylova (Nottingham), ‘Disturbing the Past: The Representation of the Waldheim Affair in Robert Schindel’s Der Kalte’
Chair: Tim Beasley-Murray (UCL)

Panel II. Hauntings

4:00 – 5:00
Gilly Carr (Cambridge), ‘Disturbing ghosts, German bunker restoration and postmemory in the Channel Islands’
Uilleam Blacker (Oxford), ‘Haunted Cities: Remembering Vanished Others and Urban Identity in Eastern Europe’

5:15 – 6:45
Susanne Knittel (Utrecht), ‘The Uncanny Memory of Nazi Euthanasia’
Alexandra Hills (UCL), Victimhood through a Creaturely Lens: Reckonings with the Holocaust in Ilse Aichinger and Primo Levi.
Joanne Pettit (Kent), ‘Second Generation Perpetrators? Inherited Guilt and the Holocaust’
Chair: Mererid Puw Davies (UCL)

Friday 4 July

Panel III. Fascination / Pleasure

9:30 – 11:00
Peter Krämer (UEA), ‘ « Mein Führer, I can walk! » References to the Nazi Past in the Making and Reception of Dr. Strangelove (1964)’
Alissa Timoshkina (KCL), ‘The Past is Still Present: Representing the Second World War in Ordinary Fascism (documentary, Mikhail Romm, USSR, 1965)’
Julia Wagner (UCL), ‘Travelling to Remember, Travelling to Forget. German tourists in Europe and reminders of a disturbing past’

11:30 – 1:00
Stephanie Bird (UCL), ‘ »Comedy – or more precisely: the pure joke – is the essential inner side of mourning which from time to time, like the lining of a dress at the hem or lapel, makes its presence felt. » On comedy and suffering in post-war German texts.’
Isabelle Hesse (York), ‘Disturbing Laughter? Hitler’s Return to Contemporary Germany’
Caitríona Leahy (TCD), ‘Disturbing Anselm Kiefer’
Chair: Helena Flam (Leipzig)

Panel IV. (Dis)Placing Identities and Disturbing Memories

2:00 – 3:30
Christiane Wienand (UCL), ‘Creating a better Future by Disturbing the Past? Young West-Germans as Reconciliation Activists in the 1960s and 1970s’
Anna Zadora (Strasbourg), ‘Disturbing, Changing and Controversial Memories of the WWII in Belarus’
Ulrike Lang (Munich), ‘From Oblivion to Complex Memoryscape: The Changing Significance of the Lódz? Ghetto for the Local Community after 1945 as a Result of Interethnic and Interinstitutional Transmission of Memory’

4:00 – 5:00
Dominik Rigoll (Jena), ’45ers and 68ers in France and West Germany’
Alexey Tikhomirov (Frankfurt am Main), ‘Beyond « Fascist Sortie » and « Popular Uprising for Democracy and Rights »: Rethinking the 17 June 1953 unrest in East Germany’

5:15 – 6:15
Grzegorz Rossolinski-Liebe (Berlin), ‘Survivor Testimonies and the Process of Coming to Terms with the Holocaust in Volhynia and Eastern Galicia’
Gaelle Fisher (UCL), ‘Disturbance and coherence in contemporary accounts of Germans and Jews from Bukovina’
Chair: Susan Morrissey (UCL)

7:30 – 9:00
Public lecture and discussion: Lisa Appignanesi

Saturday 5 July

Panel V. Redefinitions / reconstructing identities

9:30 – 11:00
Christiane Grieb (UCL), ‘Communication, Declaration or Negotiation of Historic Truth? The Presence of  a Concentration Camp – 1945-2013’
Julia Lange (Hamburg), ‘The past is a foreign country? German American politics of memory and the Holocaust’
Jennifer Smyth (Warwick),  ‘Film, History, and the Search for Europe in Postwar Czechoslovakia’

11:30 – 12:30
Antoine Burgard (Lyons / Montreal), ‘ »A sympathetic boy whom the years of suffering have not too heavily marked ». Identity construction, trauma’s perceptions and stereotyping of Holocaust orphans through social workers’ words in immediate Postwar Europe’
Tamara West (Birmingham), ‘Displaced Homes and Incomplete Narratives’
Chair: Mark Hewitson

1:30 – 3:30
Closing Discussion
Helena Flam (Leipzig), Dorothee Wierling (Hamburg), Richard Overy (Exeter)
Chair: Stephanie Bird (UCL)

“Nous sommes encore morts” : les médecins juifs et la réinsertion des DPs juifs malades après la Deuxième Guerre mondiale

À propos de la séance du 18 février 2014 de l’atelier “Histoire des Juifs en Europe après 1945
Intervention de Sara Silverstein discutée par Nathalie Zajde.

 

Compte-rendu de l’intervention : « ”We are still dead”: Jewish doctors and rehabilitation after the Second World War »

Au cours de son intervention Sara Silverstein s’est intéressée aux DPs (Displaced Persons, soit personnes déplacées) juifs malades en Allemagne, et plus particulièrement à leur prise en charge par des médecins eux-mêmes juifs et réfugiés : Comment ces médecins ont-ils mis en place des soins médicaux pour ces DPs ? Quels ont été les services médicaux créés à l’attention des DPs « hard core » (noyau résiduel) – c’est-à-dire des malades chroniques qui ne voulaient pas être rapatriés et ne pouvaient émigrer ? Quel a été le rôle de ces médecins dans la reconnaissance des droits de ce groupe de DPs ?

Avant de s’intéresser spécifiquement à la question des DPs juifs, Sara Silverstein a souligné que les services de santé chargés de ces derniers ont connu la même évolution que ceux destinés aux DPs en général : dans un premier temps, répondre aux soins d’urgence, éviter les épidémies, permettre le rapatriement ; dans un deuxième temps, mettre en place des services de santé pour la population non rapatriée ; enfin, créer des programmes pour les hard-core.

Afin d’étudier l’action des médecins réfugiés juifs auprès des DPs, Sara Silverstein a suivi le travail de trois d’entre eux : les docteurs Zalman Grinberg1, Samson Gottlieb2 et Boris Pliskin3.

 1)  Nécessité d’un nouveau système de soins approprié pour les survivants de la Shoah

Aux lendemains de la guerre, il est urgent de prendre en charge les survivants de la Shoah. Des questions propres à cette sortie de guerre se posent : Comment soigner des personnes qui ont souffert de la faim ? Comment remédier à la tuberculose ou à la dysenterie omniprésentes ? Comment redonner aux anciens déportés confiance en les médecins ? Comment soigner leurs souffrances physiques et psychologiques ?

Zalman Grinberg, placé à la tête de l’hôpital de St Ottilien, en Bavière, dès le 1er mai 1945, insiste alors sur la nécessité de construire une communauté solide pour sortir ces survivants juifs de leur sentiment d’être morts : « Nous ne sommes pas vivants. Nous sommes toujours morts », pour reprendre ses mots. Une de ses premières initiatives est d’établir la confiance entre les patients et le personnel médical. Par exemple, afin de briser la barrière qui les sépare, les personnes guéries sont invitées à rejoindre le corps médical. Dès la fin de mai, les conditions de vie ont été améliorées, des concerts – avec des musiciens du ghetto de Kovno –   sont organisés et les familles des malades peuvent vivre à leurs côtés. En faisant ainsi participer les malades au fonctionnement interne de l’institution, Zalman Grinberg a favorisé leur réinsertion progressive dans la société. Les traitements administrés dans cet environnement communautaire restituent aux patients leur statut d’être humains.

En octobre 1945, une équipe UNRRA est assignée au camp, avec à sa tête Paul Katz-Norris, qui met fin à toute cette organisation qui, d’après lui, empêche une bonne prise en charge des malades.

Zalman Grinberg fait cependant part de son expérience lors de la Conférence de Landsberg en février 1946 – au cours de laquelle plus de cent médecins juifs de la zone américaine d’Allemagne réfléchissent à un plan de prise en charge des DPs juifs malades et à la création d’un nouveau service médical juif[iv].

2) Le cas des malades chroniques : quel type d’accompagnement ?

L’année 1946 est une année de transition : les grandes vagues de rapatriement étant terminées, il est nécessaire d’organiser un service de santé pour les DPs en attente d’émigration. Parmi ces derniers, les malades chroniques juifs vivent une situation spéciale : ils sont à la fois marginalisés par rapport à la communauté juive – d’autant qu’ils ne peuvent pas travailler – et exclus de l’émigration, même pour la Palestine. En effet, pour les organisations juives, l’émigrant doit être en bonne santé, capable de travailler et apte à servir militairement.

Les autorités se révèlent incapables de comprendre les besoins de ces malades ; elles ne perçoivent pas leur besoin de retrouver une dignité et une forme d’autonomie. L’aide humanitaire apportée est plus proche d’une action de charité que d’une reconnaissance des droits des malades. Ainsi se pose la question du type d’activités des organisations ou des autorités d’occupation : secours (rescue), aide (relief) ou réinsertion (rehabilitation) ? La mission des nouveaux services médicaux juifs a donc notamment été d’essayer de répondre aux besoins spécifiques des hard-core. L’hôpital juif « Glyn Hughes » à Belsen (premier hôpital pour DPs de la zone britannique) a joué un rôle important dans ce domaine. En effet, le docteur Samson Gottlieb, médecin chef de l’hôpital de 1947 à 1949 et membre du « Jewish Relief Unit », cherche à bousculer son fonctionnement. Il s’oppose, avec succès, à la remise de l’hôpital aux autorités allemandes, et celui-ci devient réservé aux malades chroniques juifs d’Allemagne. Il remplace le personnel allemand par un personnel DP, ouvre un service psychiatrique, cherche à casser l’isolement des malades de la communauté juive, lutte pour leur droit à l’émigration…

3) Lutter contre la marginalisation des malades chroniques juifs et faciliter leur émigration.

Mais le temps passe et la situation se prolonge. Par exemple, les séjours des tuberculeux en sanatorium les isolent du reste de la société, tant physiquement que psychologiquement, et donc les empêchent de reprendre une vie « normale ».  Se sentant seuls et impuissants, les malades chroniques juifs se plaignent des soins limités qu’ils reçoivent, veulent faire reconnaître leurs droits, leur autonomie et leur place dans la société civile. Ils critiquent « la charité humanitaire ». Les travailleurs sociaux des organisations d’aides aux réfugiés telles que l’UNRRA et la Croix-Rouge, mais aussi des organisations juives, interprètent cette attitude comme de l’ingratitude. À l’inverse, certains médecins se rallient à leur cause, comme ceux de l’hôpital Glyn Hugues. Ces derniers – comme Samson Gottlieb – décident de leur chercher des places dans des hôpitaux en Israël. Samson Gottlieb est alors médecin-chef pour le JDC (Joint Distribution Committee) en Allemagne, et cette nouvelle position lui permet de soutenir l’émigration des tuberculeux juifs pour la Terre Promise. Le Dr Boris Pliskin, autre médecin-chef du JDC, va également œuvrer pour leur cause. Ainsi, par le biais d’hommes comme Gottlieb et Pliskin, le JDC s’investit de plus en plus dans la prise en charge des malades chroniques et dans leur réinsertion.

Que faut-il entendre par réinsertion ? Initialement, il s’agissait de réinsérer les réfugiés par le travail (par exemple, via les formations professionnelles proposées par l’ORT4 ) ; il lui est ensuite adjoint un accompagnement thérapeutique. Le but est de permettre, d’une part, aux DPs malades d’acquérir ou de réacquérir des qualifications professionnelles qui leur donneront plus de chances d’immigrer, et, d’autre part, de créer dans les pays d’accueil des conditions propices à leur intégration (comme l’assouplissement – pour les malades – de l’obligation de présenter un contrat de 40 heures par semaine dans le futur pays d’accueil).

C’est dans cette optique que Boris Pliskin milite à partir de 1949 pour le droit des DPs juifs malades chroniques à émigrer pour Israël. Il récolte des fonds et met en place le programme « Malben » – réseau hospitalier en Israël destiné à accueillir tous ces nouveaux immigrés. Le but est non seulement de leur garantir la poursuite des traitements médicaux en Israël, mais également de leur permettre de travailler dans la mesure de leurs moyens (et non les 40 heures hebdomadaires exigées). Via le travail, les immigrés malades entrent en contact avec le reste de la société et participent sous diverses formes à son fonctionnement. Le programme Malben permet donc non seulement la reconnaissance de leurs droits sociaux, mais, en les intégrant dans la société civile, il protège également leurs droits civiques.

 

Au cours de son intervention, Sara Silverstein a montré l’évolution de la prise en charge des DPs juifs malades et le rôle important joué par les médecins réfugiés juifs dans celle-ci depuis le premier programme mis en place à St Ottilien par Zalman Grinberg en mai 1945 jusqu’au programme d’immigration Malben soutenu par Boris Pliskin à partir de 1949. Le travail de ce dernier s’inscrit dans la continuité de celui de Zalman Grinberg et de Samson Gottlieb. Il est intéressant de noter que les aides apportées aux DPs malades juifs ont été le fruit d’initiatives individuelles de médecins, réfugiés eux-aussi et se trouvant sur place, et non de programmes étatiques ou institutionnels. En aidant les malades DPs, il ne s’agit pas de contribuer au développement d’un État, mais d’aider une population qui va être ensuite dispersée dans plusieurs pays.

Discussion

Lors de l’échange qui a suivi, la discutante, Nathalie Zajde, est revenue sur les impressions de Zalman Grinberg (ce sentiment des survivants juifs d’être morts) et a évoqué le cas de Stanislas Tomkiewicz.

À son arrivée en France (où il a pu immigrer en intégrant le groupe des enfants de Buchenwald), il a été hospitalisé. De cette période, il a retenu que les rescapés n’étaient pas considérés par les médecins comme des malades, car leur apparence était trop proche de celle des morts. Les rescapés avaient le sentiment de ne pas être « normaux ».

À travers l’exemple de S. Tomkiewicz et celui d’autres rescapés, on constate que le corps médical de l’époque ne possédait pas les clefs pour penser le statut médical et social de ces patients, pour comprendre une situation qui ne correspondait à aucune norme connue. Pour soigner cette catégorie de patients, il a fallu innover. C’est ce qu’a fait Zalman Grinberg à St Ottilien quand il a mis en place un dispositif utilisant les « richesses » des patients : la musique. A l’inverse, le médecin de l’UNRRA, Paul Katz-Norris, a voulu faire entrer ces malades dans des catégories toutes faites.

La discussion se poursuit sur le cas des enfants de Buchenwald : Les médecins de l’OSE5 se sont intéressés à leur aspect psychologique et se sont rendu compte qu’il fallait inventer de nouveaux concepts pour traiter ces patients. Les éducatrices ont témoigné de la nécessité de s’adapter au fur et à mesure au comportement de ces enfants et de changer leur mode d’éducation. Comment, demande Nathalie Zajde, les survivants des camps ont-ils pu amener des professionnels à produire de nouvelles méthodes ? Quels effets ces nouvelles méthodes ont-elles produit chez les bénéficiaires ? Comment faire pour aider des catégories spécifiques sans qu’une classification nécessaire ne devienne pour eux une « malédiction » ? Elle rappelle que c’est seulement dans les années 1950 que la psychiatrie a pensé le syndrome du survivant (appelé plus tard syndrome post-traumatique).

Le point suivant abordé au cours de la discussion a été le lien entre les pratiques médicales de l’entre-deux-guerres et celles de l’après-guerre. Le travail des médecins s’occupant des réfugiés, et de manière plus générale des minorités au cours l’entre-deux-guerres va influencer les formes de prise en charge des DPs. Alors qu’auparavant les efforts des médecins consistaient, entre autres, à essayer d’intégrer cette catégorie de malades dans les structures déjà existantes, cela devient impossible après la guerre, car la situation sur le terrain limite ce type d’initiatives.

La discussion a ensuite porté sur la différence entre « charité » et « droits de l’homme ».

Sara Silverstein a rappelé qu’il y avait en Allemagne et en Autriche un grand nombre d’organisations d’aide aux réfugiés et que les DPs ne se souciaient guère de l’organisation qui les soutenait, du moment qu’ils recevaient de l’aide. Leur préoccupation était surtout d’avoir accès à de bons soins.

Par ailleurs, avant la guerre, c’était la charité qui motivait l’action des organisations. Or, elle ne garantissait pas que les soins administrés soient à même de répondre aux standards universellement acceptés. Il s’agissait plus d’un secours immédiat que d’une organisation de soins continus. La charité pensait à court terme.

Or, après la guerre, la situation des DPs se prolongeant avec le refus d’être rapatriés et l’impossibilité pour certains d’immigrer, le problème de la prise en charge des malades devient un problème à long terme. Il a donc fallu repenser ce travail.

La discussion a également tourné autour de la comparaison entre le travail des organisations auprès des DPs en Allemagne et celui des organisations juives sociales en France à destination des réfugiés. En France, ce travail cherchait à rendre ces personnes indépendantes ; il est donc étonnant que les travailleurs sociaux juifs aient perçu leur travail en Allemagne comme une œuvre de charité.

Sara Silverstein explique, à propos de l’aide apportée aux DPs juifs malades, que celle-ci provenait souvent d’organisations non-juives. En ce qui concerne le JDC, ce dernier a notamment participé à l’aide aux malades chroniques. Ce que l’on peut noter, c’est qu’il y a eu incompréhension entre les travailleurs sociaux occidentaux et les médecins et infirmières des pays de l’Est. La difficulté a été de concilier le souci des organisations de mettre en place leurs programmes et la nécessité des médecins réfugiés de répondre aux besoins immédiats des malades.

 

  1. Lituanien. Pendant la Seconde Guerre mondiale, Zalman Grinberg a été enfermé dans le ghetto de Kovno puis a été envoyé dans plusieurs camps de travail avant d’être transféré au camp de concentration de Dachau où il a pris part au mouvement clandestin de résistance. Dans chacun de ces camps, il a exercé la fonction de médecin. Suite à l’évacuation du camp et aux bombardements sur le trajet, il est libéré par l’armée américaine à St Ottilien, où, le 1er mai 1945, il est placé à la tête de l’hôpital. []
  2. Né en Pologne, Samson Gottlieb a vécu à Lwow et à Vienne avant de soutenir en 1937 sa thèse de médecine à Paris. Pendant la guerre, il rejoint l’Armée polonaise en France puis le Corps médical de l’armée royale britannique en Birmanie. A la fin de la guerre, il se trouve à Berlin et travaille ensuite auprès des DPs et des prisonniers de guerre. Membre de l’association médicale polonaise en exil, il demande la nationalité britannique en 1946 []
  3. Lituanien, Boris Pliskin est pendant la guerre un membre actif de la résistance dans les environs de Vilno. Il est interné au camp de Janowska à Lwow dans lequel il rejoint la résistance. Il réussit à s’évader du camp en 1942 et rejoint les partisans soviétiques. A la Libération, il part pour l’Allemagne où il travaille en tant que médecin dans les camps DPs. []
  4. Organisation Reconstruction Travail. []
  5. œuvre de Secours aux Enfants. []

9 avril 2014 : A Transnational Dynamics: The Reconstruction of Jewish Life in Central and Eastern Europe after 1989

La prochaine séance de l’atelier « Histoire des Juifs en Europe après 1945″ aura lieu mercredi 9 avril 2014, de 17h à 19h. Nous recevrons Marcelo Dimentstein, doctorant à l’EHESS, qui nous présentera (en anglais) une intervention intitulée « A Transnational Dynamics: The Reconstruction of Jewish Life in Central and Eastern Europe after 1989 ». Sa présentation sera discutée par Lisa Vapné, Docteure associée au CERI (Centre d’études de relations internationales, Sciences Po Paris).

La séance aura lieu à l’IHTP, 59/61 rue Pouchet (17e arr.), salle 221.

Résumé / Abstract

A Transnational Dynamics: The Reconstruction of Jewish Life in Central and Eastern Europe after 1989 : The specialized scholarship in contemporary Jewish Europe took note early on about the resurgence of new Jewish identities, the religious revivalism and the increasing institutionalization of the memory of the Shoah, which have been taking place since the collapse of the communist regimes and the consolidation of the EU. Nevertheless, little attention has been paid to the role that transnational Jewish organizations have played in the rebuilding of the Jewish communities of Eastern Europe in the post-communist transition. The investment in millions of dollars for the reconstruction of these “new” communities, the transfer of specialized know-how in community matters to local Jewish leaders, and the bringing-in of an array of new elements connected with foreign Jewish life—such as knowledge, identity markers and practices, which only a few years before were absolutely unknown by these populations—are some of the elements that started to be crucial in this novel transnational flux. Yet, we know very little about the particular dynamics of this process.

This presentation will explore the role of one of the most important Jewish humanitarian agencies, the American Jewish Joint Distribution Committee (AJDC or Joint), founded in 1914. Marcelo Dimentstein will first situate the JDC’s operation within the history of modern responses by world Jewry to what were perceived as Jewish transtate or transnational problems. Throughout history, the ethos of solidarity and commitment among Jews adopted various modalities and often emanated from Jewish centers that were able to mobilize financial and political resources on behalf of their brethren. Secondly, he will show how, since mid-1980s, Eastern European Jews were “rediscovered” by a heterogeneous group formed by activists, journalists, scholars and “memory entrepreneurs.” This rediscovery shaped a powerful narrative and was rapidly adopted by the transnational agencies. Finally, he will describe the Jewish institutional dynamics unfolded in the region after 1989 focusing in one of the most important elements, the transnational circulation of money.

Biographie des intervenants

Marcelo Dimentstein est doctorant au Centre de Recherches Historiques de l’EHESS, sous la direction de Nancy L. Green. Né en Argentine, il travaille tout d’abord en tant qu’anthropologue social pour l’Université de Buenos Aires. Depuis janvier 2009, il est en charge de la coordination du Joint Distribution Committee International Centre for Community Development (JDC-ICCD), un centre de recherche sur le judaïsme contemporain créé en 2005 par le bureau européen du JDC.

Après un mémoire de DEA de science politique obtenu à Science-Po Paris intitulé « Trajectoires de la mémoire juive en Biélorussie postsoviétique », Lisa Vapné a rédigé une thèse de science politique soutenue à Sciences-Po Paris en 2013. Cette thèse s’intitule : « Les Remplaçants. Migration juive de l’ex-Union Soviétique à l’Allemagne. 1990-2010 ». Docteure associée au CERI, elle a été ATER de langue et civilisation russe à l’Université Paris-Sorbonne

« Judéités contemporaines en France et en Europe », 22 et 23 octobre 2014, Paris : Appel à contribution

En vue du colloque « Judéités contemporaines en France et en Europe », qui se tiendra les 22 et 23 octobre 2014, le JDC International Centre for Community Development (JDC-ICCD), Centre de Recherche sur le Judaïsme Contemporain, lance l’appel à communication proposé ci-dessous.

Les candidatures (300 mots en français, notice bio-bibliographique, coordonnées et une liste de cinq mots-clés) sont à soumettre avant le 15 juin 2014 à l’adresse suivante : http://judeitescontemporaines.splashthat.com  .

 

Appel à contribution

Judéités contemporaines en France et en Europe

L’objectif de ce colloque est d’analyser, dans une perspective pluridisciplinaire, les judéités contemporaines de France et du continent européen à partir de la perspective des jeunes chercheurs, universitaires ou indépendants, travaillant en langue française.

La compréhension du judaïsme contemporain a beaucoup évolué dans les dernières années. En Europe, depuis l’effondrement des démocraties populaires en Europe de l’Est, il y a bientôt vingt-cinq ans, de nombreuses spécialistes et observateurs ont dirigé leur attention vers la situation du judaïsme européen, qui se débattait, à leurs yeux, entre la faiblesse démographique et un élan inédit de renouveau. Conférences, publications et débats ont suivi, créant une meilleure compréhension du judaïsme européen aujourd’hui et thématisant la « renaissance » de la culture juive en Europe centrale et orientale, le positionnement de l’Europe comme un « troisième pilier » diasporique placé entre Israël et les Etats-Unis, l’émergence de nouvelles identités juives, les migrations post-soviétiques et leur impact en Israël, aux Etats-Unis et en Allemagne, la nouvelle observance religieuse, la montée des mouvements ultra-orthodoxes…

Aux Etats-Unis, la publication très médiatisée de « A Portrait of Jewish Americans » par le Pew Research Center, en octobre 2013, est venu rappeler qu’il existe en Amérique du Nord une forte tradition d’enquêtes sociologiques des phénomènes contemporains du judaïsme. Ainsi, des reconfigurations multiples de la vie communautaire, l’innovation et « l’entrepreneuriat » juif, les attitudes vis-à-vis d’Israël des différents segments de la population juive y compris l’impact des voyages « Birthright » en Israël, les mariages-mixtes et le rapport qu’ils entretiennent avec la vie juive, la jeunesse, entre autres, sont analysés et mis en lumière de manière régulière alimentant des débats au sein de la communauté organisée. En France, la récente publication du « Dictionnaire du judaïsme français depuis 1944 » (2013), sous la direction de Jean Leselbaum et Antoine Spire, dresse un état de lieux de la recherche sur ces sujets en France.

Mais, comment ces mêmes sujets s’articulent-ils dans une perspective européenne ? Ce colloque vise plus spécifiquement à offrir un espace de débat à des jeunes chercheurs et chercheuses, pour revisiter les travaux antérieurs et ce faisant, contribuer à ouvrir la réflexion et la recherche française sur la condition des communautés juives en France et en Europe.

Le colloque « Judéités contemporaines en France et en Europe » est soutenu par le JDC International Centre for Community Development (JDC-ICCD), centre de recherche sur le judaïsme contemporain, créé en 2005 par le bureau européen de l’American Jewish Joint Distribution Committee (JDC – Joint). Le JDC-ICCD a déjà parrainé deux autres colloques destinés à des jeunes chercheurs anglophones spécialisés dans l’histoire et la sociologie des Juifs en Europe contemporaine. Ces deux colloques ont eu lieu en 2010 et 2013 à Berlin).

Principaux axes thématiques, non exclusifs

-nouvelles identités juives

-relation entre la diaspora juive européenne, Israël et d’autres diasporas juives à travers le monde

-rôle des organisations juives internationales dans la reconstruction des communautés juives en Europe

-religion, laïcité et sécularisme au 21e siècle

-rôle du Consistoire et des mouvements juifs non-consistoriaux dans la redéfinition de la pratique religieuse en France

 -étude de l’univers communautaire français et européen (institutions, écoles, centres culturels…)

-mouvements ultra-orthodoxes en France et en Europe et leur dynamique

-problématiques autour de la conversion

-mariages-mixtes et leur descendance

-judaïsmes alternatifs et expériences juives au-delà de la pratique religieuse normative

-nouveaux mouvements politiques dans le monde juif ; participation politique des Juifs en France

-migration juive des pays post-soviétiques

-liens existants entre la recherche universitaire et vie communautaire juive

-voix juives dans la société civile européenne

-rencontres entre Juifs et non-Juifs

-anti- et philo- sémitisme

-relations interreligieuses en Europe singulièrement relations judéo-musulmanes

Qui peut participer ?

Etudiants en Master 2 ou en doctorat, post-doctorants, chercheurs diplômés pas plus d’il y a cinq ans. Le colloque est également ouvert aux propositions de responsables et membres des organisations juives ou communautaires, journalistes, artistes ou chercheurs indépendants spécialisés dans la culture juive.

Comment participer ?

Les propositions de communication (300 mots, en français) accompagnées d’un titre de la communication proposée, d’une notice bio-bibliographique, de coordonnées et d’une liste de cinq mots-clés doivent être envoyées avant  le 15 juin 2014 à l’adresse suivante : http://judeitescontemporaines.splashthat.com

Sont bienvenues toutes les personnes qui veulent assister au colloque sans présenter de communication. Elles sont priées de s’inscrire également en cliquant sur le lien ci-dessus.

Une publication des actes du colloque est envisagée. Par conséquent, le texte de la communication sera demandé avant le colloque de soumettre la version quasi-définitive de l’article au comité d’organisation.

Le JDC-ICCD remboursera jusqu’à 80 € des frais de transport aux personnes ayant une communication au colloque et provenant de dehors Paris (hors frais intra-muros à Paris). Un cocktail dînatoire ou un déjeuner sera également proposé aux participants.

Calendrier

Date limite de candidature : 15 juin 2014

Date de communication de la sélection des interventions : juillet 2014

Dates du colloque : 22 et 23 octobre 2014.

Comité d’organisation

Marcelo Dimentstein, directeur d’opérations du JDC-ICCD / doctorant à l’EHESS

Ewa Tartakowsky, doctorante à l’Université Lyon 2 / Centre Max Weber

Contact

colloquejudeites@gmail.com

Lieu
Institut universitaire d’études juives Elie Wiesel
119 rue Lafayette 75010 Paris

Site web

http://judeitescontemporaines.splashthat.com

Partenaires

JDC International Centre for Community Development (JDC-ICCD)
American Jewish Joint Distribution Committee
Institut Elie Wiesel