Archives par mot-clé : Displaced Persons

Mai 2014 : The International Tracing Service Collections and Holocaust Scholarship

Les 12 et 13 mai derniers s’est tenu à l’United States Holocaust Memorial Museum (USHMM) de Washington un workshop autour des archives de l’ITS, International Tracing Service.

Rebecca Boehling et Susanne Urban de l’ITS, à Bad Arolsen en Allemagne, viennent de publier un compte-rendu de ce workshop, consultable sur le site de H-Soz-U-Kult.

Ce sont 26 chercheuses et chercheurs d’Australie, Allemagne, Grande-Bretagne, France (représentée par Alexandre Doulut, Université Paris I), Israël, Espagne et Etats-Unis qui se sont réunis pendant ces deux journées pour partager les méthodes, réflexions et résultats de leurs recherches – sur la Deuxième Guerre mondiale (déportations, travail forcé, Lebensborn…) et ses lendemains – élaborées à partir des archives de l’ITS conservées à Bad-Arolsen et numérisées et disponibles dans différents centres archives, comme le Center for Advanced Holocaust Studies de l’USHMM ou encore les Archives Nationales à Paris.

Nous invitons les lecteurs intéressés par l’après-guerre à regarder de près les titres des interventions des panels 2 et 5 et à consulter le compte-rendu cité ci-dessus.

Programme du workshop :

PANEL I :  In the Midst of Camps and Forced Labor – I

Adam Seipp (Texas A&M University) :  On the Land: Forced Labor, Wartime Society, and the ITS Archive
Christine Schmidt (Wiener Library for the Study of the Holocaust & Genocide, London) :  Women behind Barbed Wire: Hungarian Jewish Women Slave Laborers in the Nazi Camps
Dan Stone (Royal Holloway, University of London) : Discovering Christianstadt: Using the ITS Collections to Gain Insights into a Women’s Sub-Camp of Gross-Rosen

PANEL II : Postwar Testimony, Memory, and Representations of Trauma in the ITS

Barbara Glück (Mauthausen Memorial) : Biographies of Former Prisoners at Mauthausen and its Subcamps
Susanne Urban (ITS Bad Arolsen) :  “My only Document is the Number on my Hand”: Early Testimonies in the ITS Archive
Elizabeth Anthony (Clark University, Worcester / USHMM, Washington, DC) : Representations of Sexual Violence in ITS Documentation

PANEL III :  Who is Disposable? Inclusion and Exclusion in Nazi Germany

Akim Jah (Potsdam) :  The Card Catalog of the Reichsvereinigung der Juden in Deutschland (Reich Association of Jews in Germany)
Aleksandra Loewenau (Oxford Brookes University) :  Malaria Experiments on Prisoners at Dachau Concentration Camp: A Revised Study
Amy Carney (Pennsylvania State University) :  Caring for the Family: The SS “Family Community” in the ITS Lebensborn (Fountain of Life) Files

KEYNOTE PRESENTATION
Suzanne Brown-Fleming (Jack, Joseph and Morton Mandel Center for Advanced Holocaust Studies, USHMM) :  “Our Mothers, Our Fathers”: One German Town in the Records of the ITS Reception

PANEL IV : Brutality in the Last Year of the War, 1944–45

Michael McConnell (University of Tennessee) : Violence inside Germany’s Regional Prison System during Nazism’s End Phase
Idit Gil (Open University of Israel) : Jewish Slave Laborers from Radom in the Last Year of the War: Social Aspects of Exploitation
Jörg Skriebeleit (Flossenbürg Concentration Camp Memorial) :  Confrontation–Reburial–Identification. De-Contextualization: Memorializing the Death Marches and their Victims

PANEL V :  Survivors and the Political Landscape of Postwar Europe

Jennifer Rodgers (University of Pennsylvania) :  Archive of Horrors, Archive of Hope: The International Tracing Service in the Postwar Era
Ruth Balint (University of New South Wales): The Use and Abuse of History: Displaced Persons in the ITS Archive
Laura Hilton (Muskingum University) : The Experiences and Impact of the Stateless in the Postwar Period

PANEL VI :  In the Midst of Camps and Forced Labor –  II

Alexandra Lohse (American University, Washington, DC / USHMM, DC) : The Nazi Forced Labor Program and ITS Documentation
Alexandre Doulut (University of Paris I), From Drancy to Cosel? One Transport in the ITS Archives
Marta Simó (Autonomous University of Barcelona), ITS, Spain, and the Holocaust

Dernières parutions sur la toile concernant les DPs juifs

Au cours de ce mois d’avril deux textes sur les personnes déplacées (Displaced Persons, DPs) juives sont parus sur le net, en allemand.

Tout d’abord, mentionnons celui du site web de la Maison allemande des émigrés de Bremerhaven en Allemagne (musée sur le thème de l’immigration allemande aux Etats-Unis), intitulé : « Ankauf der Fotoserie „Displaced Persons“ von Clemens Kalischer (1947/48)«  c’est-à-dire sur l’acquisition de photos de Clemens Kalisher. Du 14 juillet au 30 novembre 2014, le musée consacrera à ces photos une exposition « Displaced Persons. Überlebende des Holocaust 1938 – 1951 ».

550 000 DPs sont passés par Bremerhaven au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, direction les Etats-Unis. Le site nous offre la possibilité de voir trois photos de l’américain Clemens Kalisher, lui même émigré juif allemand de 1933, et de suivre ainsi les nouveaux immigrés, dans les différentes étapes de leur arrivée à New York.

Une première photo montre un couple de personnes âgées encore sur le bateau et pointant du doigt Manhattan. Sur la deuxième photo, nous sommes déjà sur le sol américain, puisque l’on voit un jeune garçon assis au milieu de valises dans les environs de Battery Park. Puis sur la troisième photo, on assiste aux retrouvailles entre un homme et une femme, celle-ci ayant survécu à la guerre en Europe.
A travers ces trois photos et ces 5 personnes d’âges différents, nous suivons les tous premiers temps de cette nouvelle vie sur un nouveau continent et les différents sentiments qui y sont liés : la découverte, l’espoir, l’angoisse, le soulagement…

 

L’autre texte qui a attiré notre attention est un article de l’historien allemand Jim G. Tobias : « Wo deutsche, österreichische, russische Kaiserinnen und jüdische Kinder sich erholten » paru sur le site internet « haGalil« .

Jim G. Tobias raconte ici l’histoire du centre religieux pour enfants – survivants de la Shoah – dans la ville thermale de Bad Nauheim, dans la région de Hesse, alors en zone américaine d’occupation en Allemagne.

Il explique qu’au début de l’année 1947, le rabbin Samuel Schechter, représentant de l’organisation Vaad Hatzala, rencontra le directeur UNRRA de la ville et obtint un bâtiment (qui était avant la guerre un sanatorium pour enfants juifs) permettant ainsi l’établissement d’un centre religieux pour 85 enfants. L’auteur décrit le quotidien de ces derniers et leur apprentissage de la vie religieuse. Il relate également les problèmes d’administration, les tensions entre l’organisation juive, l’UNRRA et les autorités américaines. Tous ces points sont expliqués en détail dans l’article de Jim G. Tobias, disponible sur ce lien : « Wo deutsche, österreichische, russische Kaiserinnen und jüdische Kinder sich erholten« .
On y trouve également des photos du centre et des enfants en 1947. D’autres photos et informations sont consultables sur le site du Musée Mémorial de l’Holocauste à Washington et du Joint Distribution Committee  (il faut chercher la photo en question vers la fin de la page).

“Nous sommes encore morts” : les médecins juifs et la réinsertion des DPs juifs malades après la Deuxième Guerre mondiale

À propos de la séance du 18 février 2014 de l’atelier “Histoire des Juifs en Europe après 1945
Intervention de Sara Silverstein discutée par Nathalie Zajde.

 

Compte-rendu de l’intervention : « ”We are still dead”: Jewish doctors and rehabilitation after the Second World War »

Au cours de son intervention Sara Silverstein s’est intéressée aux DPs (Displaced Persons, soit personnes déplacées) juifs malades en Allemagne, et plus particulièrement à leur prise en charge par des médecins eux-mêmes juifs et réfugiés : Comment ces médecins ont-ils mis en place des soins médicaux pour ces DPs ? Quels ont été les services médicaux créés à l’attention des DPs « hard core » (noyau résiduel) – c’est-à-dire des malades chroniques qui ne voulaient pas être rapatriés et ne pouvaient émigrer ? Quel a été le rôle de ces médecins dans la reconnaissance des droits de ce groupe de DPs ?

Avant de s’intéresser spécifiquement à la question des DPs juifs, Sara Silverstein a souligné que les services de santé chargés de ces derniers ont connu la même évolution que ceux destinés aux DPs en général : dans un premier temps, répondre aux soins d’urgence, éviter les épidémies, permettre le rapatriement ; dans un deuxième temps, mettre en place des services de santé pour la population non rapatriée ; enfin, créer des programmes pour les hard-core.

Afin d’étudier l’action des médecins réfugiés juifs auprès des DPs, Sara Silverstein a suivi le travail de trois d’entre eux : les docteurs Zalman Grinberg1, Samson Gottlieb2 et Boris Pliskin3.

 1)  Nécessité d’un nouveau système de soins approprié pour les survivants de la Shoah

Aux lendemains de la guerre, il est urgent de prendre en charge les survivants de la Shoah. Des questions propres à cette sortie de guerre se posent : Comment soigner des personnes qui ont souffert de la faim ? Comment remédier à la tuberculose ou à la dysenterie omniprésentes ? Comment redonner aux anciens déportés confiance en les médecins ? Comment soigner leurs souffrances physiques et psychologiques ?

Zalman Grinberg, placé à la tête de l’hôpital de St Ottilien, en Bavière, dès le 1er mai 1945, insiste alors sur la nécessité de construire une communauté solide pour sortir ces survivants juifs de leur sentiment d’être morts : « Nous ne sommes pas vivants. Nous sommes toujours morts », pour reprendre ses mots. Une de ses premières initiatives est d’établir la confiance entre les patients et le personnel médical. Par exemple, afin de briser la barrière qui les sépare, les personnes guéries sont invitées à rejoindre le corps médical. Dès la fin de mai, les conditions de vie ont été améliorées, des concerts – avec des musiciens du ghetto de Kovno –   sont organisés et les familles des malades peuvent vivre à leurs côtés. En faisant ainsi participer les malades au fonctionnement interne de l’institution, Zalman Grinberg a favorisé leur réinsertion progressive dans la société. Les traitements administrés dans cet environnement communautaire restituent aux patients leur statut d’être humains.

En octobre 1945, une équipe UNRRA est assignée au camp, avec à sa tête Paul Katz-Norris, qui met fin à toute cette organisation qui, d’après lui, empêche une bonne prise en charge des malades.

Zalman Grinberg fait cependant part de son expérience lors de la Conférence de Landsberg en février 1946 – au cours de laquelle plus de cent médecins juifs de la zone américaine d’Allemagne réfléchissent à un plan de prise en charge des DPs juifs malades et à la création d’un nouveau service médical juif[iv].

2) Le cas des malades chroniques : quel type d’accompagnement ?

L’année 1946 est une année de transition : les grandes vagues de rapatriement étant terminées, il est nécessaire d’organiser un service de santé pour les DPs en attente d’émigration. Parmi ces derniers, les malades chroniques juifs vivent une situation spéciale : ils sont à la fois marginalisés par rapport à la communauté juive – d’autant qu’ils ne peuvent pas travailler – et exclus de l’émigration, même pour la Palestine. En effet, pour les organisations juives, l’émigrant doit être en bonne santé, capable de travailler et apte à servir militairement.

Les autorités se révèlent incapables de comprendre les besoins de ces malades ; elles ne perçoivent pas leur besoin de retrouver une dignité et une forme d’autonomie. L’aide humanitaire apportée est plus proche d’une action de charité que d’une reconnaissance des droits des malades. Ainsi se pose la question du type d’activités des organisations ou des autorités d’occupation : secours (rescue), aide (relief) ou réinsertion (rehabilitation) ? La mission des nouveaux services médicaux juifs a donc notamment été d’essayer de répondre aux besoins spécifiques des hard-core. L’hôpital juif « Glyn Hughes » à Belsen (premier hôpital pour DPs de la zone britannique) a joué un rôle important dans ce domaine. En effet, le docteur Samson Gottlieb, médecin chef de l’hôpital de 1947 à 1949 et membre du « Jewish Relief Unit », cherche à bousculer son fonctionnement. Il s’oppose, avec succès, à la remise de l’hôpital aux autorités allemandes, et celui-ci devient réservé aux malades chroniques juifs d’Allemagne. Il remplace le personnel allemand par un personnel DP, ouvre un service psychiatrique, cherche à casser l’isolement des malades de la communauté juive, lutte pour leur droit à l’émigration…

3) Lutter contre la marginalisation des malades chroniques juifs et faciliter leur émigration.

Mais le temps passe et la situation se prolonge. Par exemple, les séjours des tuberculeux en sanatorium les isolent du reste de la société, tant physiquement que psychologiquement, et donc les empêchent de reprendre une vie « normale ».  Se sentant seuls et impuissants, les malades chroniques juifs se plaignent des soins limités qu’ils reçoivent, veulent faire reconnaître leurs droits, leur autonomie et leur place dans la société civile. Ils critiquent « la charité humanitaire ». Les travailleurs sociaux des organisations d’aides aux réfugiés telles que l’UNRRA et la Croix-Rouge, mais aussi des organisations juives, interprètent cette attitude comme de l’ingratitude. À l’inverse, certains médecins se rallient à leur cause, comme ceux de l’hôpital Glyn Hugues. Ces derniers – comme Samson Gottlieb – décident de leur chercher des places dans des hôpitaux en Israël. Samson Gottlieb est alors médecin-chef pour le JDC (Joint Distribution Committee) en Allemagne, et cette nouvelle position lui permet de soutenir l’émigration des tuberculeux juifs pour la Terre Promise. Le Dr Boris Pliskin, autre médecin-chef du JDC, va également œuvrer pour leur cause. Ainsi, par le biais d’hommes comme Gottlieb et Pliskin, le JDC s’investit de plus en plus dans la prise en charge des malades chroniques et dans leur réinsertion.

Que faut-il entendre par réinsertion ? Initialement, il s’agissait de réinsérer les réfugiés par le travail (par exemple, via les formations professionnelles proposées par l’ORT4 ) ; il lui est ensuite adjoint un accompagnement thérapeutique. Le but est de permettre, d’une part, aux DPs malades d’acquérir ou de réacquérir des qualifications professionnelles qui leur donneront plus de chances d’immigrer, et, d’autre part, de créer dans les pays d’accueil des conditions propices à leur intégration (comme l’assouplissement – pour les malades – de l’obligation de présenter un contrat de 40 heures par semaine dans le futur pays d’accueil).

C’est dans cette optique que Boris Pliskin milite à partir de 1949 pour le droit des DPs juifs malades chroniques à émigrer pour Israël. Il récolte des fonds et met en place le programme « Malben » – réseau hospitalier en Israël destiné à accueillir tous ces nouveaux immigrés. Le but est non seulement de leur garantir la poursuite des traitements médicaux en Israël, mais également de leur permettre de travailler dans la mesure de leurs moyens (et non les 40 heures hebdomadaires exigées). Via le travail, les immigrés malades entrent en contact avec le reste de la société et participent sous diverses formes à son fonctionnement. Le programme Malben permet donc non seulement la reconnaissance de leurs droits sociaux, mais, en les intégrant dans la société civile, il protège également leurs droits civiques.

 

Au cours de son intervention, Sara Silverstein a montré l’évolution de la prise en charge des DPs juifs malades et le rôle important joué par les médecins réfugiés juifs dans celle-ci depuis le premier programme mis en place à St Ottilien par Zalman Grinberg en mai 1945 jusqu’au programme d’immigration Malben soutenu par Boris Pliskin à partir de 1949. Le travail de ce dernier s’inscrit dans la continuité de celui de Zalman Grinberg et de Samson Gottlieb. Il est intéressant de noter que les aides apportées aux DPs malades juifs ont été le fruit d’initiatives individuelles de médecins, réfugiés eux-aussi et se trouvant sur place, et non de programmes étatiques ou institutionnels. En aidant les malades DPs, il ne s’agit pas de contribuer au développement d’un État, mais d’aider une population qui va être ensuite dispersée dans plusieurs pays.

Discussion

Lors de l’échange qui a suivi, la discutante, Nathalie Zajde, est revenue sur les impressions de Zalman Grinberg (ce sentiment des survivants juifs d’être morts) et a évoqué le cas de Stanislas Tomkiewicz.

À son arrivée en France (où il a pu immigrer en intégrant le groupe des enfants de Buchenwald), il a été hospitalisé. De cette période, il a retenu que les rescapés n’étaient pas considérés par les médecins comme des malades, car leur apparence était trop proche de celle des morts. Les rescapés avaient le sentiment de ne pas être « normaux ».

À travers l’exemple de S. Tomkiewicz et celui d’autres rescapés, on constate que le corps médical de l’époque ne possédait pas les clefs pour penser le statut médical et social de ces patients, pour comprendre une situation qui ne correspondait à aucune norme connue. Pour soigner cette catégorie de patients, il a fallu innover. C’est ce qu’a fait Zalman Grinberg à St Ottilien quand il a mis en place un dispositif utilisant les « richesses » des patients : la musique. A l’inverse, le médecin de l’UNRRA, Paul Katz-Norris, a voulu faire entrer ces malades dans des catégories toutes faites.

La discussion se poursuit sur le cas des enfants de Buchenwald : Les médecins de l’OSE5 se sont intéressés à leur aspect psychologique et se sont rendu compte qu’il fallait inventer de nouveaux concepts pour traiter ces patients. Les éducatrices ont témoigné de la nécessité de s’adapter au fur et à mesure au comportement de ces enfants et de changer leur mode d’éducation. Comment, demande Nathalie Zajde, les survivants des camps ont-ils pu amener des professionnels à produire de nouvelles méthodes ? Quels effets ces nouvelles méthodes ont-elles produit chez les bénéficiaires ? Comment faire pour aider des catégories spécifiques sans qu’une classification nécessaire ne devienne pour eux une « malédiction » ? Elle rappelle que c’est seulement dans les années 1950 que la psychiatrie a pensé le syndrome du survivant (appelé plus tard syndrome post-traumatique).

Le point suivant abordé au cours de la discussion a été le lien entre les pratiques médicales de l’entre-deux-guerres et celles de l’après-guerre. Le travail des médecins s’occupant des réfugiés, et de manière plus générale des minorités au cours l’entre-deux-guerres va influencer les formes de prise en charge des DPs. Alors qu’auparavant les efforts des médecins consistaient, entre autres, à essayer d’intégrer cette catégorie de malades dans les structures déjà existantes, cela devient impossible après la guerre, car la situation sur le terrain limite ce type d’initiatives.

La discussion a ensuite porté sur la différence entre « charité » et « droits de l’homme ».

Sara Silverstein a rappelé qu’il y avait en Allemagne et en Autriche un grand nombre d’organisations d’aide aux réfugiés et que les DPs ne se souciaient guère de l’organisation qui les soutenait, du moment qu’ils recevaient de l’aide. Leur préoccupation était surtout d’avoir accès à de bons soins.

Par ailleurs, avant la guerre, c’était la charité qui motivait l’action des organisations. Or, elle ne garantissait pas que les soins administrés soient à même de répondre aux standards universellement acceptés. Il s’agissait plus d’un secours immédiat que d’une organisation de soins continus. La charité pensait à court terme.

Or, après la guerre, la situation des DPs se prolongeant avec le refus d’être rapatriés et l’impossibilité pour certains d’immigrer, le problème de la prise en charge des malades devient un problème à long terme. Il a donc fallu repenser ce travail.

La discussion a également tourné autour de la comparaison entre le travail des organisations auprès des DPs en Allemagne et celui des organisations juives sociales en France à destination des réfugiés. En France, ce travail cherchait à rendre ces personnes indépendantes ; il est donc étonnant que les travailleurs sociaux juifs aient perçu leur travail en Allemagne comme une œuvre de charité.

Sara Silverstein explique, à propos de l’aide apportée aux DPs juifs malades, que celle-ci provenait souvent d’organisations non-juives. En ce qui concerne le JDC, ce dernier a notamment participé à l’aide aux malades chroniques. Ce que l’on peut noter, c’est qu’il y a eu incompréhension entre les travailleurs sociaux occidentaux et les médecins et infirmières des pays de l’Est. La difficulté a été de concilier le souci des organisations de mettre en place leurs programmes et la nécessité des médecins réfugiés de répondre aux besoins immédiats des malades.

 

  1. Lituanien. Pendant la Seconde Guerre mondiale, Zalman Grinberg a été enfermé dans le ghetto de Kovno puis a été envoyé dans plusieurs camps de travail avant d’être transféré au camp de concentration de Dachau où il a pris part au mouvement clandestin de résistance. Dans chacun de ces camps, il a exercé la fonction de médecin. Suite à l’évacuation du camp et aux bombardements sur le trajet, il est libéré par l’armée américaine à St Ottilien, où, le 1er mai 1945, il est placé à la tête de l’hôpital. []
  2. Né en Pologne, Samson Gottlieb a vécu à Lwow et à Vienne avant de soutenir en 1937 sa thèse de médecine à Paris. Pendant la guerre, il rejoint l’Armée polonaise en France puis le Corps médical de l’armée royale britannique en Birmanie. A la fin de la guerre, il se trouve à Berlin et travaille ensuite auprès des DPs et des prisonniers de guerre. Membre de l’association médicale polonaise en exil, il demande la nationalité britannique en 1946 []
  3. Lituanien, Boris Pliskin est pendant la guerre un membre actif de la résistance dans les environs de Vilno. Il est interné au camp de Janowska à Lwow dans lequel il rejoint la résistance. Il réussit à s’évader du camp en 1942 et rejoint les partisans soviétiques. A la Libération, il part pour l’Allemagne où il travaille en tant que médecin dans les camps DPs. []
  4. Organisation Reconstruction Travail. []
  5. œuvre de Secours aux Enfants. []

The Holocaust in Greece. Genocide and its Aftermath : Appel à contribution

Les rédacteurs du Journal of Genocide Research et « the School of Humanities of the International Hellenic University » lancent un appel à contribution dans le cadre d’une conférence qui aura lieu le 21 novembre 2014 à Thessalonique,en Grèce, et qui portera sur la Shoah en Grèce et ses conséquences.

Les interventions porteront sur la période de la guerre mais également sur l’après-guerre. Sur cette dernière période, les thématiques attendues sont : la vie dans les camps DP (Displaced Persons) des Juifs Grecs ; le rapatriement des Juifs grecs et la reconstruction de la communauté ; les politiques de mémorialisation de la communauté juive en Grèce ; la sphère publique et la Shoah en Grèce.

Pour ceux qui travailleraient sur un de ces aspects, les propositions d’intervention sont à envoyer avant le 1er juin 2014 (titre de l’intervention, résumé de 400-500 mots présentant les arguments, la nouveauté apportée et les sources utilisées, et un CV). La langue de travail sera l’anglais.

Vous pouvez retrouver cet appel à contribution sur le site de h-soz-u-kult.

 

Call for Paper

The Holocaust in Greece. Genocide and its Aftermath

The editors of the Journal of Genocide Research (journal of the International Network of Genocide Scholars) and the School of Humanities of the International Hellenic University invite expressions of interest for participation in a one-day research workshop on the history of the Holocaust in Greece. The focus will be the events of the Nazi occupation, including deportations, and resistance, as well as their aftermath. The workshop will take place in Thessaloniki, Greece, a city of great symbolic importance to Sephardic Jewry. The workshop language is English. Holocaust research remains relatively understudied and marginal both within Holocaust literature and the Greek academic and public spheres. With significant delay, it is currently being incorporated in the Greek national historiography. Issues of special interest to the organizers are: property confiscation; local dimensions of the Nazi occupation such as Jewish community responses and resistance; the Greek administration’s involvement in implementing Nazi policies; the Holocaust in Eastern Macedonia and Thrace and the Dodecanese (areas outside the administrative boundaries of the Greek state at the time); Greece in the context of the continent-wide « Final Solution »; antisemitism; rescue networks; camp and DP camp experiences of Greek Jews; Sonderkommando; camp returnees and restoration of the communities; the Jewish community politics of memorialization; and the public sphere and the Holocaust in Greece.

The workshop organisers invite original (i.e. not previously published), English-language contributions dealing with these or other aspects of the Holocaust in Greece. Prospective presenters are invited to submit a paper title, 400-500-word abstract (detailing argument, innovation and sources), CV, AV equipment requirements (DVD, computer, projector, etc.) and contact details by 1 June 2014 via email to Prof. A. Dirk Moses, Senior Editor of the Journal of Genocide Research: dirk.moses@sydney.edu.au. Applicants will be notified of the outcome by 1 July 2014.

‘Survivors’ – Politics and Semantics of a Concept : Appel à contribution

Le Centre d’études juives de Berlin-Brandenburg – en coopération avec le Centre pour la recherche sur l’antisémitisme (de l’Université Technique de Berlin) et le DAAD – lance un appel à contribution pour son workshop Survivors’ – Politics and Semantics of a Concept qui aura lieu les 20 et 21 novembre 2014 à Berlin.

Le workshop est organisé par Alina Bothe and Markus Nesselrodt. Les chercheurs Atina Grossmann, Stefanie Schüler-Springorum et Anne Rothe y participeront.
Les candidatures doivent être soumises avant le 1er avril 2014 et doivent comprendre  : une proposition en anglais ou en allemand de 300 à 500 mots (pour une intervention de 20 minutes) et un CV académique.


Call for Papers

‘Survivors’ – Politics and Semantics of a Concept

The current understanding of the term ‘survivor’ in social and cultural studies includes various layers of  meaning. In the German discourse ‘survivors’ are often understood as those who were persecuted as Jews by the National Socialists in the years 1939-1945 and survived the war in Germany and Nazi-occupied Europe. Those who were able to escape and survive in exile are classified as ‘refugees’ or ‘emigrants’. The University of Southern California Shoah Foundation applies a broader concept of the term ‘survivors’ which includes all Jewish interviewees regardless of the variety of their experiences. Both examples illustrate the impact of a collective attribution by others to the status of being a ‘survivor’. In addition to the already widely discussed categories of victims and witnesses the concept ‘survivor’ still needs further discussion.

Taking into account the multiple self-narratives of Shoah survivors opens new possibilities of understanding survival. The Jewish Displaced Persons in occupied post World War II Europe identified themselves initially as She’erit Hapletah, the ‘surviving remnant’ of European Jewry. Following this self-definition, all remaining European Jews belonged to this collective; a formulation that stressed unity after catastrophe and effaced the many differences in wartime experiences of survival. Those who survived the war as refugees or deportees in the Soviet Union also became part of the She’erit Hapletah when they were repatriated to their countries of origin, especially Poland, from where, finding only a “vast graveyard” and renewed antisemitism, many fled again. Even as they became the majority in the Jewish Displaced Persons Camps of occupied Europe, their specific experiences and memories were marginalized. Scholars have only recently begun to examine (and re-examine) the complex set of historical experiences and meanings attached to the the concept and definitions of ‘survivor’ and survival.

The workshop will focus on the different semantic and political meanings of the concept of ’survivor’ since World War II. It is necessary to critically analyze the different disciplinary, historical, and national understandings of the term. These questions are not new but need to be asked once again from a contemporary perspective. The political and social conditions that provide individuals a public forum for their memories will be considered as well. In many countries there has been a broadening of the concept of ‘survivor‘ over the decades, very often related to discussions about remembrance and restitution. What strategies and policies stand behind this change, and how does the semantic opening work in practice?

Possible topics for contributions include:

– juridical definitions of the term ’survivor‘ and the consequences ;
– other definitions of the term and their effectiveness ;
– Jewish and non-Jewish understandings of the ’survivor’ ;
– reparations and compensation for survivors ;
– gaps and taboos in survivor’s narratives and memories ;
– function and role of ’survivors‘ in national memorial cultures ;
– national and transnational conditions of the ’invention‘ of the ’survivor’ ;
– survivors as historians, writers, politicians ;
– the impact of gender on semantics and politics of the concept ;
– how does media affect the memory of survival ;
– how do current political questions and anxieties shape debates about definitions of survivors?

Confirmed keynote speakers for the workshop are:

Dr Atina Grossmann (Cooper Union for the Advancement of Science and Art, New York, DAAD Walter Benjamin Visiting Professor)
Dr Stefanie Schüler-Springorum (Director of the Berlin Institute of Technology Center for
Dr Anne Rothe (Associate Professor of German, Wayne State University, Detroit)

The workshop will be held in German and English. Selected contributions will be published.

Funding will be available only on a limited basis and by request.

Please submit your proposal of 300-500 words for a paper of 20 minutes length together with your institutional affiliation and your academic CV by April 1, 2014 via e-mail to Alina Bothe: a.bothe@zentrum-juedische-studien.de.

Participants will be notified by May 1, 2014.