Archives par mot-clé : antisémitisme

Prague : séminaires d’Histoire juive (programme 2014-2015)

Si vous passez par Prague au cours de cette année universitaire 2014-2015, faites un saut au Musée juif de la ville afin d’assister à l’un des séminaires « Colloquia on Moderne History » organisé par un groupe d’étude composé de chercheurs et de doctorants, et soutenu par l’Institut d’histoire contemporaine de l’Académie des sciences tchèque et le Musée juif de Prague.

Certaines des interventions concernent l’après 1945

Les interventions se font en tchèque, slovaque, anglais ou encore en allemand et concernent l’histoire juive (notamment d’Europe centrale et orientale) de ces trois derniers siècles. Les disciplines auxquelles appartiennent les intervenants sont variées : histoire, sociologie, sciences politiques, histoire de l’art, etc…

Toujours à 18h. Education and Culture Centre of the Jewish Museum in Prague
3e étage
Maiselova 15
Prague

Colloquia on Modern Jewish History

1er Octobre 2014
Kateřina Čapková (Institute for Contemporary History) : The Jews in of Postwar Poland and the Bohemian Lands: The View from the Periphery. En tchèque.

5 Novembre 2014
Daniel Baránek (Institute of Czech History, Charles University) : Jewish Communities of Moravia and Silesia in the Age of Emancipation. En tchèque.

3 Decembre 2014
Hana Kubátová (Faculty of Social Sciences, Charles University) : ‚Now or Never’: Popular Opinion and the Jews of Slovakia, 1945-48. En slovaque.

3 Février 2015
Daniel Soukup (Palacký University, Olomouc) : Host Desecration Legends in Czech Medieval Literature: Violence against Judaism, Polemic against Hussitism. En tchèque.

2 Mars 2015  (mardi)
Jindřich Toman (University of Michigan) : Bohemian Jews as Bohemian Jews: Literary Strategies of the 1830s.En tchèque.

1 Avril 2015
David Rechter (Oxford University) : Myth, Politics and Empire: The Jews of Habsburg Bukovina. En anglais.

6 Mai 2015
Tantjana Tönsmeyer (Bergische Universität Wuppertal) : titre à préciser. En allemand.

Nous remercions Clara Royer pour nous avoir fait découvrir ce groupe de recherche.

Parution d’un article sur le retour des exilés juifs allemands en Allemagne après 1945

Dans l’avant dernier numéro (n°42) de la revue Aus Politik und Zeitgeschichte, numéro consacré à l’exil en Allemagne entre 1933 et 1945, vous trouverez un article de Marina Aschkenas sur la « réémigration » des Juifs après 1945 (Jüdische Remigration nach 1945).
Cet article interroge entre autre l’attitude de la population allemande à l’égard des Juifs ainsi que la persistance d’un certain antisémitisme après 1945. L’auteur évoque, par exemple, la profanation ou la dégradation, entre 1945 et 1950, de près de 200 des 500 cimetières juifs. Elle rappelle la position des politiques face aux actes ou paroles antisémites. En illustre le discours du chancelier Konrad Adenauer le 20 Septembre 1949 qui les condamne. C’est dans cette Allemagne que reviennent après guerre 5% des 500000 Juifs germanophones exilés, population migrante désignée de ce fait comme « rémigrante ». L’auteur expose dans cet article les raisons et les conditions de ce retour ainsi que l’accueil de ces « réémigrants » par les Juifs restés en Allemagne et également par la population allemande dans son ensemble.

L’article est en accès libre, en allemand, sur le site de l’Agence fédérale allemande pour l’éducation civique.
Il existe d’autres publications sur cette thématique, comme l’ouvrage dirigé par Irmela von der Lühe, Axel Schildt et Stefanie Schüler-Springorum : « Auch in Deutschland waren wir nicht wirklich zu Hause ». Jüdische Remigration nach 1945 (2008 ; Hamburger Beiträge zur Geschichte der deutschen Juden (Für die Stiftung Institut für die Geschichte der deutschen Juden ; Bd. 34). Par ailleurs, en 2003, ce sujet avait donné lieu à conférence organisée par l’Institut Leo Baeck de Londres : Migration and Remigration: Jews in Germany after 1945.

 

Résumé du numéro par les coordinateurs de la revue :

Der Begriff Exil ist im deutschen Kontext untrennbar mit dem durch die Nationalsozialisten erzwungenen Exil von 1933 und 1945 verbunden. Hunderttausende flohen, darunter viele Schriftsteller, Künstlerinnen und Wissenschaftler. Die Exilforschung hat es sich zur Aufgabe gemacht, an die Exilierten und ihre Leistungen zu erinnern und ihre Erfahrungen in der Fremde und bei ihrer Remigration nach Deutschland – so sie denn zurückkehrten – zu reflektieren.
Zunehmend knüpfen Exil- und Migrationsforschung aneinander an, lassen sich doch Verbindungslinien zwischen historischem Exil und aktuellen Fluchterfahrungen ziehen. Insbesondere Aushandlungen von Begriffen wie « Heimat », « Fremde », « Marginalisierung » oder « Identität » sind anwendbar auf raum- und zeitübergreifende Migrationsphänomene.

Table des matières de ce numéro :

Anne Seibring: Editorial

Inge Hansen-Schaberg : Exilforschung – Stand und Perspektiven
Jenny Kuhlmann : Exil, Diaspora, Transmigration
Sandra Narloch, Sonja Dickow : Das Exil in der Gegenwartsliteratur
Marina Aschkenasi : Jüdische Remigration nach 1945
Eva Dickmeis, Jana Reissen-Kosch, Frank Schilden : Asyl im Exil? Eine linguistische Betrachtung
Oliver Ernst : Iranisches Exil und Reformbewegung im Iran: Divergenzen und gemeinsame Transformationsperspektiven
Sylvia Asmus, Jesko Bender : Konstellationen des Exils – die virtuelle Ausstellung « Künste im Exil »
Matthias Buth : Nur Ewigkeit ist kein Exil. Else Lasker-Schüler, MaxHerrmann-Neiße und die Ukraine (Essay)

Sur la toile : Histoire des Juifs de Roumanie et de Moldavie après 1945

Si vous vous intéressez à l’histoire des Juifs de Roumanie, de Moldavie et de la région de Bessarabie après 1945 voici trois informations qui pourraient vous intéresser.

 

La première est la création d’un blog par le groupe de recherche roumano-moldave – RO-MO (pour « Romanian-Moldovan Research Group« ). Ce groupe a été créé à la « School of Slavonic and East European Studies (UCL) » de Londres par des doctorants travaillant sur l’histoire, la culture et la littérature roumaines et moldaves, ainsi que celles de Bessarabie. A présent le groupe est composé de jeunes chercheurs de Grande-Bretagne, d’Europe et des USA et est soutenu par le Stanley Burton Centre for Holocaust and Genocide Studiese de l’Université de Leicester et de l' »European Centre for Minority Issues » de Flensburg en Allemagne. Cette collaboration a débouché sur l’organisation début juillet d’un premier workshop à Leicester autour de l’étude des discriminations politiques, juridiques et sociales à l’encontre des communautés juives et roms de ces régions ces deux derniers siècles. Ce blog présente l’ensemble des participants et leurs interventions au cours de ce workshop : « Collaborative Outreach Workshop on Anti-Semitism in Romania and Moldova (1881-1991)« . Certains des exposés ont été même filmés et sont à présent disponibles sur le blog. A noter la présentation (mais non filmée) du travail d’Ion Popa de l’Université de Manchester sur le retour de l’antisémitisme dans l’Eglise orthodoxe roumaine après 1989.

 

La deuxième information est l’attribution pour l’année universitaire à venir (2014-2015) d’une des bourses du Mandel Center de l’« United States Holocaust Memoral Museum » (USHMM), (la : « Yetta and Jacob Gelman Fellowship on the Holocaust in Romania ») à : Bogdan Chiriac de l’Université d’Europe Centrale de Budapest pour son travail sur la recherche des criminels de guerre en Roumanie et les représentations de la Shoah dans ce pays : « The 1946 Trial of the Antonescu Group: Prosecution of Major War Criminals and the Image of the Holocaust in Romania« . Ses recherches seront décrites sur le site de l’USHMM lors de son passage au centre Mandel.

 

La troisième concerne l’intervention proposée par Diana Dumitru de la State University de Moldavie au cours de la conférence sur l’antisémitisme et le racisme qui s’est tenue à l’Université d’Europe Centrale de Budapest en juin dernier. Intervention qui portait le titre suivant : Looking into the Eyes of Your Neighbors: Jewish-Gentile Encounters in Bessarabia after the Holocaust. La biographie et le travail de Diana Dumitru sont présentés sur le blog de la conférence.

 

7-8 juillet 2014 : Antisemitism in Greece

Les 7 et 8 juillet 2014, le Zentrum für Antisemitismusforschung (ZfA) de Berlin, le Centrum Modernes Griechenland (CeMoG) de Berlin et le National Centre for Social Research (EKKE) d’Athènes proposent à Berlin une conférence sur l’antisémitisme en Grèce depuis l’entre-deux-guerres jusqu’à nos jours en explorant ses dimensions religieuses, politiques, sociales, économiques, éducatives et populaires.

Le deuxième panel – avec pour discutante Atina Grossmann – du lundi 7 juillet sera consacré à la Shoah en Grèce, à l’antisémitisme dans le pays aux lendemains de la guerre, aux survivants et à la mémoire de la Shoah.

Les intervenants du premier panel du 8 juillet s’intéresseront à des questions plus contemporaines. Le dernier panel proposera quant à lui une discussion plus générale sur l’antisémitisme en Grèce mais aussi en Italie (avec l’historienne Juliane Wetzel), en Espagne et en Bulgarie.

Cette conférence « Antisemitism in Greece : Past and Present Trajectories » se tiendra à la Technische Universität (TU) de Berlin : Hardenbergstraße 16-18 (HBS), Raum 005 (Erdgeschoss).

Antisemitism expresses itself in different forms in today’s Greece. Greek society has a long history of traditional or modern expressions of hatred against Judaism and Jews. The conference will discuss current research on the religious, political, economic, social, educational and popular dimensions of the phenomenon. In five panel sessions different aspects of antisemitic stereotypes, resentments and prejudices will be addressed.

Programme de la conférence :

Lundi 7 juillet

9.30 Opening Remarks
Stefanie Schüler-Springorum, ZfA
Miltos Pechlivanos, CeMoG
Nicolas Demertzis, EKKE

09.45 Key Note Speech
Minna Rozen (University of Haifa)  : Antisemitism in Greece: New Perspectives on Old Prejudices

10.30 -12.00 : The Inter-War Years and Antisemitism
Discutant : Kostas Sarris (FU Berlin)

Rena Molho (Historian) : The Close Ties between Nationalism and Antisemitism: The Hellenisation of Salonika, 1917-1948
Paris Papamichos Chronakis (Brown University) : Vipers and Snakes /Komitadjis and Pseudo-Nationalists. Anti-Zionist Discourses in Interwar Greece
Maria Vassilikou (Institut für Zeitgeschichte Berlin) : Exit-Voice-Loyalty: Jewish Responses to Antisemitism in Salonika 1923-1936

13.30 -16.00 :  The Holocaust and its Aftermath
Discutante : Atina Grossmann  (HU Berlin)

Leon Saltiel (University of Macedonia) : Local-Decision Making and the Holocaust: The Case of Thessaloniki
Stratos Dordanas (University of Macedonia) : Service for the Disposal of Jewish Property (YDIP): German Intervention and Profitable Procedures
Gabriella Etmektsoglou (New York University Berlin) : Survivors Unwanted: Postwar Antisemitism in Southeastern Europe – The Case of Greece
Giorgos Antoniou (International Hellenic University) : Holocaust Survivors and Memory of the Holocaust

16.30 -18.00 : Greek Political Culture and Antisemitism
Discutant : Dilek Güven (TU Berlin, ZfA)

Jean Cohen : Left Antisemitism in Greece, 1980-2014
Despina Papadimitriou (Panteion University) : Antisemitism in the Greek Far Right after 1974
Elias Dinas et Spyros Kosmidis (University of Oxford) : Antisemitism in Greece: Evidence from a Survey Experiment

Mardi 8 juillet

09.00-11.30  : Antisemitism and Greek Society
Discutant : Werner Bergmann (TU-Berlin, ZfA)

Nicolas Demertzis (National Centre for Social Research Athen) : Holocaust and Social Trauma in Greece Today
Tassos Anastassiadis (McGill University, Montreal) : Greek-Orthodox (political) Theology and Antisemitism: An Interwar Greek-German Debate and its Present Legacy
Tobias Blümel (Freie Universität Berlin) : Forms of Antisemitism in the Media in Contemporary Greece
Nikos Zaikos (University of Macedonia) : An Unstipulated Case. Holocaust Denial and the Greek Legal Order

12.00- 13.30 Antisemitism in Europe
Discutant : Rainer Liedtke, Technische Universität Darmstadt

Juliane Wetzel (TU-Berlin, ZfA) : Italy
Anna Meny (Institut für die Geschichte der Deutschen Juden Hamburg) : Spain
Albena Taneva (Sofia University) : Bulgaria
Katerina Kralova (Charles University Prag) : Greece.

13 juin 2014 : Antijudaïsme, antisémitisme, judéophobie : entre histoire et actualité

Le 13 juin prochain, la Société d’histoire moderne & contemporaine organise de 13h30 à 17h au centre Malher à Paris une table-ronde intitulée « Antijudaïsme, antisémitisme, judéophobie : entre histoire et actualité ». Plusieurs historiens prendront la parole (voir le programme des interventions ci-dessous) puis la discussion sera ouverte au public. La rencontre sera suivie d’un cocktail à 17h.

Lieu de la rencontre : Amphithéâtre, Centre Malher – 9 rue Malher, 75004 Paris / Entrée libre. Merci de signaler votre présence par mail : sr.rhmc@gmail.com

Voir ci-dessous l’argumentaire et le programme des interventions énoncés par la Société d’histoire moderne & contemporaine.

Argumentaire

Suggérée par une actualité récente, la table-ronde « Antijudaïsme, antisémitisme, judéophobie : entre histoire et actualité » invite à s’interroger sur les apports de l’histoire à la compréhension de l’antisémitisme. Quelle est la valeur heuristique de catégories établies par les sciences sociales et la langue commune telles qu’antijudaïsme, judéophobie ou encore antisionisme ? Jusqu’à quel point, la distinction classique entre différentes formes d’antisémitisme -religieux, social, politique ou culturel- est-elle pertinente ? Quels sont les mécanismes d’un système d’accusation que d’aucuns désignèrent comme « doctrine de haine » et qui n’est réductible ni au racisme, ni au nationalisme, ni à la xénophobie, en dépit de l’étroite parenté liant ces idéologies ? Dans quelle mesure une perspective de longue durée aide-t-elle à la compréhension de l’antisémitisme contemporain ? A la lumière des travaux les plus récents, des spécialistes d’histoire et de science politique confronteront leurs approches autour des formes et des temps de processus dont l’historicité apporte un démenti à la thèse, jadis dénoncée par Hannah Arendt, d’un « antisémitisme éternel ».

Programme de la table-ronde

-Introduction, Marie-Anne Matard-Bonucci, Université Paris 8 –IUF.

-La hantise de la téléologie dans l’historiographie médiévale de l’hostilité antijuive, Elsa Marmursztejn, Université de Reims.

-L’étiquette « antisémite » dans la vie politique française, de l’affaire Dreyfus à nos jours, Laurent Joly, CNRS (CRHQ-Caen).

-Permanence et mutations de l’antisémitisme antimondialiste (fin XIXe-début XXIe siècle), Bernard Bruneteau, Faculté de droit et de science politique de l’université Rennes 1.

-Premières remarques sur « Jour de colère », Pierre Birnbaum, Université de Paris I