Archives de catégorie : Entretiens

Without Jews ? Yiddish literature in the People’s Republic of Poland on the Holocaust, Poland and Communism Magdaleny Ruty

Wokół : Magdalena Ruta, Without Jews ? Yiddish literature in the People’s Republic of Poland on the Holocaust, Poland and Communism, Cracovie, Wyd. Universytetu Jagiellońskiego, seria « Studies in Jewish Civilization in Poland », Kraków, 2017 (*).

Magdalena Ruta  – adiunkt (dr hab.) w Zakładzie Historii Judaizmu i Literatur Żydowskich Uniwersytetu Jagiellońskiego. Zajmuje się historią literatury jidysz, przede wszystkim w powojennej Polsce, literaturą pogranicza polsko-żydowskiego, kwestiami dwujęzyczności i tożsamości, literaturą Zagłady i o Zagładzie w języku polskim i jidysz, obrazem Polski i relacji polsko-żydowskich w literaturze języka jidysz. Autorka Pomiędzy dwoma światami. O Kalmanie Segalu (Księgarnia Akademicka, 2003) i Bez Żydów? Literatura jidysz w PRL o Zagładzie, Polsce i komunizmie (Austeria, 2012) / Without Jews? Yiddish Literature in the People’s Republic of Poland on the Holocaust, Poland and Communism (Jagiellonian University Press, 2017). Redaktorka i tłumaczka (z jidysz) wielu publikacji: Josif Burg, Okruchy (wybór, przekład i opracowanie, Pogranicze, Sejny 2001), Nusech Pojln. Studia z dziejów kultury jidysz w powojennej Polsce (Austeria, 2008), Under the Red Banner. Yiddish Culture in the Communist Countries in the Post-War Era (red. wraz z  Elvirą Grözinger, Harrasovitz Verlag, 2008), Niszt ojf di tajchn fun Bowl. Antologie fun der jidiszer poezje in nochmilchomedikn Pojln / Nie nad rzekami Babilonu. Antologia poezji jidysz w powojennej Polsce (redakcja, wstęp, wybór, przekład i opracowanie, opr. części jidysz Marek Tuszewicki, Księgarnia Akademicka, 2012), Nowe życie? Antologia literatury w powojennej Łodzi, 1945-1949 (wybór, redakcja, wstęp, Wydawnictwo Uniwersytetu Łódzkiego, 2017).

Po drugiej wojnie światowej największe ośrodki literatury i kultury tworzonej w języku jidysz skupiły się do Europy Zachodniej, do Stanów Zjednoczonych i do Izraela. Jak pisze Pani, « panuje powszechny pogląd, że poza Związkiem Radzieckim w Europie Wschodniej niewiele się działo po wojnie ». W jakich ośrodkach, poza Związkiem radzieckim, rozwijała się literatura jidysz po wojnie ?

Literatura jidysz w Stanach Zjednoczonych rozwijała się nieprzerwanie, nie doświadczając bezpośredniego zagrożenia wojną. Natomiast jeśli chodzi o Europę, zwłaszcza środkowowschodnią, Continuer la lecture de Without Jews ? Yiddish literature in the People’s Republic of Poland on the Holocaust, Poland and Communism Magdaleny Ruty

Without Jews ? Yiddish literature in the People’s Republic of Poland on the Holocaust, Poland and Communism de Magdalena Ruta

Autour de : Magdalena Ruta, Without Jews ? Yiddish literature in the People’s Republic of Poland on the Holocaust, Poland and Communism, University Jagellonian Press, coll. « Studies in Jewish Civilization in Poland », Cracovie, 2017 (*).

Maître de conférences HDR à l’Institut d’études juives de l’Université Jagellonne (Cracovie), Magdalena Ruta travaille sur l’histoire de la littérature yiddish, singulièrement celle de la Pologne d’après la Seconde Guerre mondiale, sur la littérature de la Shoah en langues polonaise et yiddish, sur l’image de la Pologne dans la littérature de langue yiddish ainsi que sur les questions identitaires, notamment dans le cadre du bilinguisme. Auteure de Pomiędzy dwoma światami. O Kalmanie Segalu (Cracovie, Księgarnia Akademicka, 2003), elle a dirigé l’ouvrage Nusech Pojln. Studia z dziejów kultury jidysz w powojennej Polsce (Cracovie-Budapest, Austeria, 2008), une traduction collective d’une anthologie de littérature yiddish Nowe życie? Antologia literatury jidysz w powojennej Łodzi (1945-1949), Łódź, Wydawnictwo Uniwersytetu Łodzkiego, 2017) et, avec Elvira Grözinger, Under the Red Banner: Yiddish Culture in the Communist Countries in the Post-War Era (Wiesbaden, Harrasovitz Verlag, 2008). Magdalena Ruta est également auteure de traductions dont Josif Burg, Okruchy (Sejny, Pogranicze, 2001) ou Niszt ojf di tajchn fun Bowl. Antologie fun der jidiszer poezje in nochmilchomedikn Pojln / Nie nad rzekami Babilonu. Antologia poezji jidysz w powojennej Polsce (Cracovie, Księgarnia Akademicka, 2012).

Après la Seconde Guerre mondiale, les plus grands centres de littérature et de culture yiddish se sont repliés autour de l’Europe de l’Ouest, des États-Unis et d’Israël. Vous écrivez dans votre ouvrage, « il demeure une idée reçue qu’à part l’Union soviétique, peu se passait en Europe orientale ». Quels ont été les centres où, l’URSS mise à part, se développe la littérature en langue yiddish après guerre ?

La littérature yiddish aux États-Unis se développait Continuer la lecture de Without Jews ? Yiddish literature in the People’s Republic of Poland on the Holocaust, Poland and Communism de Magdalena Ruta

Les Juifs et le Maghreb. Fonctions sociales d’une littérature d’exil. Entretien avec Ewa Tartakowsky

Autour de : Ewa Tartakowsky, Les Juifs et le Maghreb. Fonctions sociales d’une littérature d’exil, Tours, Presses Universitaires François Rabelais, coll. « Migrations », 2016.

Attachée temporaire d’enseignement et de recherche à l’Université Paris 10 et chercheuse attachée au Cenimg_9173tre Max Weber, Ewa Tartakowsky a consacré sa thèse en sociologie aux écrivains d’origine judéo-maghrébine en France et à leur littérature. Ses recherches portent sur les judéités contemporaines, les échanges culturels, les constructions des identités collectives, les enjeux liés à la mémoire et sa patrimonialisation.
http://www.centre-max-weber.fr/Ewa-Tartakowsky

Votre ouvrage met en lumière les conditions d’émergence d’une « littérature d’exil » à partir à la fois d’une étude des trajectoires d’auteur.es juifs.ves né.es au Maghreb (Algérie, Tunisie et Maroc) et installé.e.s en France ainsi que d’une analyse de leurs ouvrages littéraires (récits, romans, poésie et pièce de théâtre) entre les années 1950 et 2010. Comment définissez-vous cette « littérature d’exil » et pourquoi avoir choisi de définir la migration des juifs du Maghreb comme un « exil » ? Continuer la lecture de Les Juifs et le Maghreb. Fonctions sociales d’une littérature d’exil. Entretien avec Ewa Tartakowsky

« Le silence s’essouffle ». Mort, deuil et mémoire chez les compositeurs ashkénazes : entretien avec Jean-Sébastien Noël

Autour de : « Le silence s’essouffle ». Mort, deuil et mémoire chez les compositeurs ashkénazes. Europe centrale et orientale – Etats-Unis (1880-1980), Nancy, Presses universitaires de Nancy – Editions Universitaires de Lorraine, 2016.

Maître de conférences en histoire contemporaine à l’Université de La Rochelle, Jean-Sébastien Noël travaille sur une histoire culturelle et politique de la musique ainsi que sur les circulations culturelles transnationales (Europe/Amériques)js.noel_. Actuellement membre du CRHIA (Centre de Recherche en Histoire Internationale et Atlantique), il s’est auparavant engagé, à l’Université de Lorraine, au sein du CERCLE (Centre de Recherche sur les Littératures et les Cultures Européennes), qui a rendu possible l’aboutissement du présent ouvrage. Il a notamment co-écrit avec Anaïs Fléchet le chapitre « Musiques de guerre, musiques de la guerre », dans 1937-1947. La Guerre Monde, tome 2, dirigé par Alya Aglan et Robert Frank (Gallimard, Folio Histoire, 2015).

Jean-Sébastien, tu viens de publier un livre issu de ta thèse de doctorat en histoire et consacré aux modalités de réponses musicales aux violences pogromiques et génocidaires. Cette étude traite plus particulièrement des compositeurs reconnus – Arnold Schönberg, Leonard Bernstein, György Ligeti et Steve Reich -, mais également des trajectoires des compositeurs liturgiques et des chantres ainsi que celles des compositeurs des ghettos et des camps. Peux-tu développer les raisons qui fondent ce choix de corpus ? Continuer la lecture de « Le silence s’essouffle ». Mort, deuil et mémoire chez les compositeurs ashkénazes : entretien avec Jean-Sébastien Noël

Victimes, témoins. Les écrivains polonais face à la Shoah (1940-1960) : entretien avec Agnieszka Grudzinska

Autour de : Victimes, témoins. Les écrivains polonais face à la Shoah (1940-1960), Paris, Classiques Garnier, 2016.

Afficher l'image d'origine

 

Afficher l'image d'origineProfesseur de littérature polonaise à l’Université Paris-Sorbonne et traductrice, Agnieszka Grudzinska travaille sur les représentations de la Shoah dans la littérature, le cinéma et les arts plastiques en Pologne. Elle a entre autres traduit Médaillons de Zofia Nałkowska (Paris, 2014).

Agnieszka, tu viens de publier aux éditions Classiques Garnier Victimes, témoins. Les écrivains polonais face à la Shoah (1940-1960). Ce livre traite des textes portant sur la Shoah, écrits pendant la guerre et dans l’immédiat après-guerre allant jusqu’aux années 1960. Dans ton prologue, tu reviens sur ton itinéraire personnel, qui a inspiré l’étude dont est issu cet ouvrage. Quels sont ces éléments de ce parcours qui ont guidé le choix de cette étude ? Continuer la lecture de Victimes, témoins. Les écrivains polonais face à la Shoah (1940-1960) : entretien avec Agnieszka Grudzinska