Archives de catégorie : Annonce des séances

19 février 2014 : « We are still dead »: Jewish doctors and rehabilitation after the Second World War

La prochaine séance de l’atelier “Histoire des Juifs en Europe après 1945″ aura lieu mercredi 19 février 2014, de 17h à 19h. Nous recevrons Sara Silverstein, doctorante à l’Université de Yale, qui nous présentera (en anglais) une intervention intitulée “ »We are still dead »: Jewish doctors and rehabilitation after the Second World War”. Sa présentation sera discutée par Nathalie Zajde, maître de conférences à l’Université Paris VIII et chercheur – clinicienne au Centre Georges-Devereux.

La séance aura lieu au Centre d’histoire de Sciences Po, 56 rue Jacob, 75006 Paris, salle du Traité (1er étage)

Résumé / Abstract

« We are still dead »: Jewish doctors and rehabilitation after the Second World War. This paper will look at the plight of invalids among Jewish survivors and refugees in the years immediately following the Second World War, and at the doctors from this community who took command of their rehabilitation and fought for their rights. In the process, Jewish physicians reoriented the understanding of individual health and collective social health within reconstruction programs and contributed to interweaving social and human rights norms within new health institutions. Sara will begin by examining the practical concerns of care provided in displaced persons camps and the coordination between members of the refugee medical community and international relief institutions, proceeding to address the particular problems posed by longterm care for the chronically ill. In developing and enacting these programs, displaced Jewish physicians defined the terms in which they asserted a right to healthcare as well as the full civil rights of the disabled. They drew on experiences from both the interwar and wartime years, for example establishing strategies for longterm care based on the association they made between the social and civic exclusion that ill patients suffered as a result of limited physical abilities and the rapid disintegration of civil rights they had experienced as a result of antisemitism. Rebuilding the health of the Jewish community and establishing the institutions to maintain that health thus became their first tenet of reconstruction, from which beginning they forged new standards for social medicine and for the rights and responsibilities of citizenship on both national and international levels.

Biographie des intervenants

Sara Silverstein est doctorante en Histoire à l’Université de Yale et boursière Fox à Sciences Po. Sa thèse « Before Doctors Without Borders: Refugees, Rights, and the Social Frontiers of Europe, 1921-1958 » porte sur le travail transnational de professionnels de la santé – originaires des pays d’Europe centrale et de l’Est – à l’attention des réfugiés ou d’autres groupes de population marginalisée ne bénéficiant pas de tous leurs droits civiques. Sara Silverstein s’intéresse à la manière dont le travail de ces professionnels de la santé a forgé de nouvelles compréhensions des droits de l’homme et des droits sociaux qui sont aux fondements des institutions européennes émergentes d’après-guerre. Elle a reçu sa licence à l’Université de Darmouth en 2007 et son Master à l’Université d’Oxford en 2009.

Nathalie Zajde est maître de conférences en psychologie clinique et pathologique à l’Université Paris VIII Saint-Denis ainsi que chercheur et clinicienne au Centre Georges-Devereux. Spécialiste des traumatismes psychiques, elle a créé en 1990 les premiers groupes de parole de survivants et d’enfants de survivants de la Shoah en France, puis a organisé, dans les années 2000 en France et à l’étranger, d’autres consultations en ethnopsychiatrie, notamment pour les survivants de massacres de masses. Elle a publié de nombreux articles sur les souffrances psychologiques des enfants cachés pendant la Seconde Guerre mondiale. Parmi ses publications : Guérir de la Shoah, Odile Jacob, 2005; Enfants de survivants, Odile Jacob, 1993 (nouvelle édition 2005); Les enfants cachés en France, Odile Jacob, 2012.

29 janvier 2014 : Hostilities in the Wake of the Holocaust: Anti-Jewish Violence in the Polish Town of Radom in 1945

La prochaine séance de l’atelier « Histoire des Juifs en Europe après 1945 » aura lieu mercredi 29 janvier 2014, de 17h à 19h. Nous recevrons Lukasz Krzyzanowski, doctorant à l’Université de Varsovie, qui nous présentera (en anglais) une intervention intitulée « Hostilities in the Wake of the Holocaust: Anti-Jewish Violence in the Polish Town of Radom in 1945. » Sa présentation sera discutée par Daniel Blatman, professeur à l’Université hébraïque de Jérsualem.

La séance aura lieu au Centre d’histoire de Sciences Po, 56 rue Jacob 75006, salle du Traité (1er étage).

Résumé / Abstract

Hostilities in the Wake of the Holocaust: Anti-Jewish Violence in the Polish Town of Radom in 1945. In his dissertation Lukasz Krzyzanowski inquires Jews returning to Radom, a medium-sized city in central Poland immediately after the Second World War. By applying a micro-historical approach and tools available to social sciences, he is examining social trajectories of these Jews who were present in Radom in late 1940’s. Krzyzanowski is primarily interested in survivors’ adaptation strategies to new social, political, economical and legal realities they encountered upon their return (be it from the camps, hiding or the USSR). The study covers variety of topics but the most important ones are structure of survivors’ population (he makes the argument that the structure of returnees’ populations in medium-sized cities was very much different than in the settlements which were described so far: the big cities and former shtetlekh), forms of survivors’ social organization in Radom, survivors’ attempts to restore agency and to adapt to new economic environment of the city, property relations and restitution, and finally crime in the city and violence targeting the Jews. It seems that the main stream of the historiography on Polish Jewry immediately after the war focuses almost only on violence and anti-Semitism – which he thinks is important especially that we still have many deniers here – but it also causes that we know much more about death and destruction than about the return and life that preceded or co-existed with violence. According to Krzyzanowski it is possible to argue that one can more fully understand the tragedy of the Jewish returnees in Poland only by examining their everyday life and their daily interactions with the institutions of new regime and individual Poles. So this is a micro-historical case study with ambition to describe the social processes which took place in many locations all over Poland in late 1940’s. It is a study of material and social consequences of the Holocaust.

Biographie des intervenants 

Lukasz Krzyzanowski is a sociologist and a historian. He graduated from the Jagellonian University (Krakow) in 2007 and the University of Exeter (UK) in 2008. Currently, he is a PhD candidate at the University of Warsaw. Most recently he acted as a Junior Visiting Research Associate at the Modern European History Research Centre at the University of Oxford. He was also awarded a Saul Kagan Claims Conference Academic Fellowship in Advanced Holocaust Studies. He has published several articles, most recentlyHomecomers: Jews and non-Jews in Post-war Radom (in English) in Jewish History Quarterly. His dissertation research is a study in social history of Jewish returnees to Radom, a medium-sized Polish, city in the immediate aftermath of the Second World War. It is an attempt to reconstruct social networks and daily interactions between Jews and non-Jews present in, and returning to, the city immediately after the Holocaust

Daniel Blatman is a History Professor at the Hebrew University of Jerusalem. His research focuses on the Holocaust, Genocides, Polish Jewry in the 20th Century and Nazi Germany. Among his publications: For our Freedom and Yours: The Jewish Labor Bund in Poland, 1939-1949, London and Portland: Valentine Mitchell, 2003 (in Hebrew, 1996, in French, 2002); En Direct du Ghetto. La presse clandestine juive dans le ghetto de Varsovie, Paris : Editions du Cerf, 2005 (in Hebrew, 2002); The Death Marches:  The Final Phase of Nazi Genocide, Cambridge: Harvard University Press, 2011 (in French, 2009, in Hebrew, 2010). Daniel Blatman is currently a guest Professor at Sciences Po.

18 décembre 2013 : Mémoire(s) et nostalgie des Juifs d’Odessa : un phénomène spécifique ?

La prochaine séance de l’atelier “Histoire des Juifs en Europe après 1945″ aura lieu mercredi 18 décembre, de 17h à 19h. Nous recevrons Isabelle Ferri-Némirovski, doctorante à l’INALCO, qui nous présentera ses recherches sur : « Mémoire(s) et nostalgie des Juifs d’Odessa : un phénomène spécifique ? ». Son intervention sera discutée par Simon Perego, doctorant à Sciences Po.

La séance aura lieu à Sciences Po, 28 rue des Saints Pères (75007, Paris), salle H401

Résumé

Mémoire(s) et nostalgie des Juifs d’Odessa : un phénomène spécifique ?
Odessa – ville portuaire d’Ukraine sur les bords de la mer Noire, fondée en 1794 par l’impératrice russe Catherine II – a toujours exercé un pouvoir d’attraction et de fascination rêveuse. Cette cité aux charmes méditerranéens est depuis sa genèse jusqu’aux premières heures du XXe siècle un îlot de liberté où une grande partie de sa population cosmopolite peut jouir de conditions de vie privilégiées malgré la misère subie par certains. En tout état de cause, force est de constater que les normes en vigueur dans cette ville de progrès se distinguent très nettement de celles qui prévalent dans le reste de l’Empire. Quant au statut des Juifs qui représentent plus de 30 % de la population totale, il est très différent de celui de leurs coreligionnaires confinés dans la Zone de résidence. Le Juif d’Odessa – façonné par une ville portuaire effervescente dont il sait saisir les opportunités d’un environnement perméable à la nouveauté et les chances de promotion offertes par la ville – devient un personnage archétypique de la fin du XIXe et du début du XXe siècle. Acteur dynamique et incontournable de la cité, il réussit à forger la communauté juive la plus moderne de Russie en décidant d’emprunter la voie de la sécularisation tout en aspirant à l’émancipation. Le climat odessite est particulièrement favorable aux forces de renouvellement de l’identité juive et ses définitions se recomposent tout en se diversifiant grâce à la réflexion des intellectuels de la ville.

L« Odessa juive » convoque l’imaginaire : elle a engendré des pages entières de littérature, trouvé sa place dans des carnets de voyage tenus par des écrivains qui sillonnaient la Russie au XIXe siècle et a également inspiré des démarches picturales, cinématographiques et des œuvres artistiques les plus variées. En outre, son évocation déclenche souvent un sentiment de profonde nostalgie chez ses exilés et, plus surprenant encore, chez leurs descendants. Cet état de langueur ne s’inscrirait pas davantage dans une définition traditionnelle mais s’exprimerait plutôt de manière singulière et sans ambigüité : la ville d’Odessa serait bien la quintessence d’une nostalgie collective, d’un attachement qui relève souvent du patriotisme. Par ailleurs, elle ne serait pas inféconde et aurait su trouver ses propres remèdes. Plusieurs nouveaux ports d’attache de ces hommes et ces femmes, qui ont fui les pogromes qui sévissaient à Odessa et dans toute la Russie à la fin du XIXe siècle, sont rebaptisés Odessa, Little Odessa ou New Odessa dans une référence directe au lieu d’origine.

Le Juif d’Odessa affirmerait-il sa différence et son originalité jusque dans son expression nostalgique ? Plutôt qu’un abattement, cette langueur ne serait-elle pas davantage un levier, un moteur puissant de la construction et de l’élaboration d’une mémoire vivante et vitale ? Une thèse de doctorat intitulée « Mémoires et nostalgie des Juifs d’Odessa : un phénomène spécifique ? » s’attachera à établir la pertinence de l’hypothèse suivante : la prégnance et les spécificités de la mémoire juive odessite en des lieux divers et sous des formes plurielles.

A propos des intervenants

Isabelle Ferri-Némirovski est actuellement doctorante à l’INALCO sous la direction d’Anne Grynberg et de Jean Baumgarten, après un Master d’études hébraïques et juives obtenu en 2012 à l’INALCO. Une licence de russe à l’INALCO puis l’obtention du diplôme du russe des affaires de la Chambre de Commerce de Paris en 1986, la conduit à exercer comme traductrice dans le Service des études économiques, de la documentation et de la traduction à la BCEN-Eurobank, banque contrôlée par l’URSS ayant son siège à Paris pendant 10 ans. Sa recherche actuelle porte sur la singularité de la mémoire d’Odessa chez les Juifs après l’émigration.

Simon Perego est doctorant et ATER au Centre d’histoire de Sciences Po. Paris. Sa thèse, préparée sous la direction de Claire Andrieu, s’intitule : « L’expérience de la Seconde Guerre mondiale : mémoires et représentations au sein du monde juif en France entre 1944 et 1967 ». Aux côtés de Renée Poznanski, il est également commissaire scientifique de l’exposition consacrée au CDJC (1943-2013) et présentée au Mémorial de la Shoah du 25 avril au 17 novembre 2013. Parmi ses publications, citons notamment l’article paru en 2010 dans la Revue d’histoire de la Shoah et portant sur « Les commémorations de la destruction des Juifs d’Europe au Mémorial du martyr juif inconnu du milieu des années cinquante à la fin des années soixante ». Nous pouvons également faire mention de ses quatre articles à paraître prochainement dans le Dictionnaire du judaïsme français de 1945 à nos jours et dirigé par Jean Leselbaum : « Commémorations », « Centre de documentation juive contemporaine », « Mémorial de la Shoah » et « Libération ». Voir sa page personnelle

6 novembre 2013 : à propos de la collection Dos poylishe yidntum (1946-1966)

La prochaine séance de l’atelier “Histoire des Juifs en Europe après 1945″ aura lieu mercredi 6 novembre, de 17h à 19h. Nous recevrons Judith Lindenberg, chargée de recherche à l’EHESS, qui nous présentera ses recherches dans le cadre du projet intitulé « la collection Dos poylishe yidntum (1946-1966) : histoire et mémoire d’un monde disparu au lendemain de la catastrophe ». Son intervention sera discutée par Annette Wieviorka, directrice de recherche au CNRS.

La séance aura lieu à Sciences Po, 9 rue de la Chaise (75007 Paris), salle de réunion

Résumé

De l’histoire d’une collection à l’histoire de la Shoah : retour aux origines d’une historiographie.

La collection de livres yiddish “la judéité polonaise” contient 175 volumes publiés à Buenos Aires de 1946 à 1966. Son éditeur, Marc Turkow, souhaitait rassembler les « matériaux » ayant trait au « tragique présent de la judéité polonaise » afin « qu’aucun détail ne soit perdu pour l’histoire ». Animés par la volonté de donner la parole aux survivants dès le lendemain de la guerre et de sauvegarder les documents écrits au cœur de l’événement sous forme de livres, l’éditeur et les auteurs de la collection produisent les premiers ouvrages sur la catastrophe (du nom yiddish khurbn). L’étude de la collection met à jour, à travers les configurations multiples d’écrits qu’elle contient, à la fois l’influence des pratiques savantes du monde judéo-polonais dans la constitution d’une première historiographie sur la catastrophe, puis progressivement le passage à des formes nouvelles s’approchant du « témoignage de la Shoah » tel qu’il s’est imposé par la suite. Ce faisant, elle croise de nombreuses questions présentes dans le débat historiographique de ces dernières années, concernant d’une part l’histoire de la période – les relations judéo-polonaises dans l’immédiat après-guerre – et d’autre part des enjeux mémoriels – la question d’un silence puis d’un « mythe du silence » des survivants, celle du témoignage comme outil pour les historiens – et permet d’en ressaisir l’origine. 

A propos des intervenantes

Après une thèse de littérature comparée (Paris 3, 2006), Judith Lindenberg a mené une recherche post doctorale sur les liens entre poésie et politique et l’émergence de la figure de poète témoin après la Shoah (FMS, Centre Marc Bloch, 2007-2009). Elle est actuellement chargée de recherche à l’EHESS où elle coordonne un projet sur « la collection yiddish “la judéité polonaise” (1946-1966) : histoire et mémoire d’un monde disparu au lendemain de la catastrophe » (ANR, 2011-2014). Ses recherches portent sur le monde judéo-polonais au lendemain de la Seconde Guerre mondiale et les premiers écrits sur la Shoah.

Annette Wieviorka est directrice de recherche au CNRS (UMR IRICE). Spécialiste de la Shoah et de l’histoire des Juifs au XX siècle, elle est l’auteure de nombreux articles et ouvrages, parmi lesquels Déportation et génocide. Entre la mémoire et l’oubli (Plon,1992, réédition Hachette-Pluriel, 1995, 2002), L’Ere du témoin (Plon, 1999, réédition Hachette-Pluriel 2001) et Les livres du souvenir. Mémoriaux juifs de Pologne (Archives-Gallimard, 1983).

 

 

23 octobre 2013 : L’engagement politique du Habad en Russie, un cas particulier ?

La prochaine séance de l’atelier « Histoire des Juifs en Europe après 1945 » aura lieu mercredi 23 octobre, de 17h à 19h. Nous recevrons Elena Lomakina, doctorante à Sciences Po, qui nous présentera ses recherches sur le mouvement Habad : « L’engagement politique du Habad en Russie, un cas particulier ? » Son intervention sera discutée par Laurence Podselver, ingénieure d’études à l’EHESS.

La séance aura lieu à Sciences Po, 13 rue de l’Université (7e arr.), salle du Conseil (5e étage)

Résumé / Abstract

 

L’engagement politique du Habad en Russie, un cas particulier ? L’effondrement de l’Union Soviétique a permis aux Juifs russes de quitter leur terre natale pour les pays occidentaux et Israël. Près d’un million d’entre eux ont quitté l’ex-URSS ces deux dernières décennies. Simultanément, plusieurs associations juives ont envoyé des militants afin d’apporter une aide matérielle, d’encourager l’émigration mais aussi d’aider à la reconstruction des communautés juives de Russie. L’une des principales organisations étrangères concernées est Habad-Lubavitch Hasidim qui est aujourd’hui le groupe le plus influent dans la vie socio-culturelle juive, notamment en Russie. La présence du Habad est extrêmement visible, notamment en raison de ses liens étroits avec de grands oligarques russes. De plus, les activités du Habad sont soutenues de facto par le gouvernement Poutine. De nos jours, ce mouvement semble être profondément engagé dans la vie politique russe. Cela est pourtant paradoxal lorsqu’on prend en considération le fait  que de la Russie tzariste à la fin de l’Union soviétique la meilleure politique que les Juifs pouvaient espérer à leur égard était l’absence de persécution étatique. Afin d’éclairer et d’analyser ce paradoxe, j’examinerai le développement des activités du Habad en Russie et leurs conséquences.

Political engagement of Habad in Russia. A particular case? The collapse of the USSR gave Soviet Jews a lot of opportunities to leave for Western countries and Israel. Around a million of Jews have left the former Soviet Union over the last two decades. But at the same time, various Jewish organizations sent activists to the former Soviet Union, to give material support, to encourage emigration, and to assist with the rebuilding of Jewish communities. One of the most prominent of these overseas groups is Chabad-Lubavitch Hasidim, which nowadays is most influential on the socio-cultural life of Jews especially in Russia. Chabad’s presence is highly visible, also because of its close ties with such influential tycoons. Moreover, activities of Chabad are held under the de facto patronage of the Putin government. In today’s Russia, Chabad seems to be very engaged in the political activities of the country. This trend is highly paradoxical, taking into consideration the fact that from Tzarist Russia until the end of the Soviet Union the best politic towards the Jewish population was the non-state persecution. To understand this paradox, I would like to examine the development of Chabad’s activities in Russia and its consequences.

Biographies des intervenantes

Elena Lomakina-Oiberman est originaire d’Odessa en Russie. Elle a obtenu un premier Master en Relations Internationales à l’Université d’État du Kouban, au sud de la Russie, ainsi qu’un second Master en Histoire à l’Université de Paris 1 – Panthéon Sorbonne. Depuis 2011, elle est doctorante au Centre d’Études de Relations Internationales de Sciences Po à Paris où elle mène une thèse sur L’action politique du Habad. Une étude comparée : France, Russie, USA, sous la direction d’Astrid von Busekist.

Laurence Podselver est ingénieure d’études à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS), au Centre des Études Juives (CEJ). Elle est sociologue, spécialiste des communautés juives contemporaines en France. Elle a consacré une grande partie de sa recherche ainsi qu’un ouvrage aux hassidim de Loubavitch en France où elle décrit, de manière anthropologique, leurs itinéraires, leurs rituels, et interroge ce phénomène de « retour » au judaïsme, propre à ce mouvement composé principalement de baalei techouva, ceux qui reviennent. Plus récemment, elle a travaillé sur l’alya (immigration en Israël) des jeunes juifs français des années 2000, qui n’est plus vraiment marquée par une idéologie sioniste mais qui s’inscrit dans une démarche plus hédoniste. Parmi ses publications, citons  : Retour au judaïsme ? Les Loubavitch en France, Paris, Odile Jacob, 2010, 336 p. ; « Nouvelle orthodoxie juive et conversion interne :la teshouva », Les Annales, Histoire, Sciences Sociales, n° 2, mars-avril 2002, p. 275-296 ; « Que sont nos enfants devenus ? », Les Cahiers du Judaïsme, n°33, Editions de l’Eclat, 2011.