Archives de catégorie : Annonce des séances

25 juin 2014 : Représentations de l’Allemagne et des Allemands chez d’anciens déportés français

La prochaine séance de l’atelier « Histoire des Juifs en Europe après 1945 » aura lieu le mercredi 25 juin 2014, de 17h à 19h. Nous recevrons, Henning Fauser, doctorant en cotutelle à l’université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne et à Martin-Luther-Universität Halle-Wittenberg, qui présentera sa thèse intitulée : L’évolution des représentations de l’Allemagne et des Allemands chez d’anciens concentrationnaires français. Sa présentation sera discutée par Olivier Lalieu, historien et responsable de l’aménagement des lieux de mémoire et des projets externes du Mémorial de la Shoah.

La séance aura lieu au Centre d’histoire de Sciences Po, 56 rue Jacob, 75006 Paris, salle du Traité (1er étage).

Résumé de l’intervention

L’évolution des représentations de l’Allemagne et des Allemands chez d’anciens concentrationnaires français. La recherche doctorale d’Henning Fauser est consacrée à l’évolution des représentations de l’Allemagne et des Allemands chez d’anciens déportés français entre 1945 et 2005. Celui-ci se propose d’étudier les continuités et changements des discours sur les voisins d’outre-Rhin, tout en analysant l’impact de l’expérience concentrationnaire.
L’approche méthodologique utilisée se rapproche de « l’analyse critique du discours » (« Kritische Diskursanalyse »)1 . Celle-ci est employée dans l’analyse qualitative et quantitative des discours sur le passé et sur le présent de l’Allemagne et des Allemands. D’une part, l’évolution des discours sur le IIIe Reich et les Allemands sous le nazisme est examinée tout en prenant en compte l’influence du présent respectif sur la perception de ce passé. D’autre part, il s’agit d’étudier les discours sur les États allemands nés après 1945, ainsi que sur leurs citoyens. L’objectif sera ici d’identifier l’influence du passé nazi sur la vision des Allemagne d’après-guerre. En fin de compte, il s’agit de déterminer les contextes dans lesquels des discours sur le passé nazi sont liés à ceux sur les Allemagne d’après 1945 et d’identifier les images de l’Allemagne et des Allemands ainsi créées. Ces recherches sont basées sur des publications – bulletins, journaux et livres – de quatre associations d’anciens déportés, ainsi que sur des récits autobiographiques et des interviews avec des survivants des camps de concentration.

Biographies des intervenants

Henning Fauser est lecteur d’allemand à l’Institut des Études Politiques de Rennes et doctorant en cotutelle à l’université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne et à Martin-Luther-Universität Halle-Wittenberg. Sa thèse, entamée en 2010 et préparée sous la direction d’Annette Wieviorka et de Dorothee Röseberg, est intitulée : L’évolution des représentations de l’Allemagne et des Allemands chez d’anciens concentrationnaires français. Cette recherche doctorale fait suite à plusieurs travaux universitaires déjà consacrés à cette question. En effet, il s’est d’abord intéressé aux représentations des anciens détenus du camp de concentration Langenstein-Zwieberge (voir un article de synthèse de son mémoire), pour élargir ensuite sa focale aux anciens détenus des camps de concentration de Buchenwald, Dora et leurs kommandos. Enfin, il a soutenu, à l’École normale supérieure de Lyon et à l’université de Fribourg‐en‐Brisgau en 2010, un mémoire de Master 2 qui portait sur les perceptions de l’Allemagne et des Allemands chez les déportés français – masculins, nés après la Première Guerre mondiale – quel que soit le lieu de détention en Allemagne nazie. Henning Fauser a reçu, pour ce mémoire, le prix d’excellence 2010 de l’Université Franco-Allemande et le « Prix de Promotion 2010 » (Förderpreis 2010) de l’association des amis du Centre Français de Fribourg-en-Brisgau. Henning Fauser est, par ailleurs, trésorier du groupe interdisciplinaire de recherche Allemagne-France (GIRAF-IFFD). Dans ce cadre, il a co-organisé, en 2012, le 6e atelier interdisciplinaire franco-allemand pour jeunes chercheurs, intitulé Le Passage/ Der Übergang, qui a donné lieu à une publication : Ingrid Lacheny, Henning Fauser, Bérénice Zunino (dir), « Le passage » – « Der Übergang ». Esthétique du discours, écritures, histoires et réceptions croisées. Diskursästhetik, Schreibverfahren, Perspektiven und Rezeptionen, Peter Lang, 2013, 207p. Depuis 1999, il participe aux « Journées de rencontre », organisées par le Mémorial de Langenstein-Zwieberge, en tant qu’interprète pour des anciens déportés et leurs familles.

Olivier Lalieu est historien et responsable de l’aménagement des lieux de mémoire et des projets externes du Mémorial de la Shoah. En 1994, il a publié La déportation fragmentée. Les anciens déportés parlent de politique, 1945-1985 (Paris, La Boutique de l’histoire), ouvrage centré sur l’engagement politique d’anciens déportés à partir de l’étude de l’action et des discours de trois amicales, l’Amicale d’Auschwitz, celle de Dachau et, enfin, l’Association nationale des anciennes déportées internées de la résistance. Son second livre, paru en 2005 et réédité en 2012, La Zone grise ? La Résistance française à Buchenwald, (Paris, Tallandier) est consacré, quant à lui, à l’action et aux tensions entre les différents mouvements de résistance française à l’intérieur du camp de concentration de Buchenwald.

  1. JÄGER (Siegfried), Kritische Diskursanalyse. Eine Einführung, Münster, UNRAST-Verlag, 5e édition 2009 [1993], 404 p. []

18 juin 2014 : Le théâtre yiddish parisien avant et après la Seconde Guerre mondiale

La prochaine séance de l’atelier “Histoire des Juifs en Europe après 1945″ aura lieu mercredi 18 juin 2014, de 17h à 19h. Nous recevrons deux doctorants, Eléonore Biezunski de l’EHESS et Nick Underwood de l’Université du Colorado, qui nous présenteront leurs recherches sur le théâtre yiddish parisien avant et après la Seconde Guerre mondiale. Nick Underwood présentera une intervention intitulée « Ouvriers juifs, avant-garde juive : La Kultur-lige et le développement du théâtre yiddish de gauche à Paris dans l’entre-deux-guerres », et Eléonore Biezunski s’intéressera aux « Reflets du théâtre yiddish dans l’après-guerre à travers la revue parisienne Der Teater Shpigl (“Le miroir du théâtre”) (1951-1961) ». Ces présentations seront discutées par Nancy L. Green, directrice d’études à l’EHESS.

La séance aura lieu au Centre d’histoire de Sciences Po, 56 rue Jacob, 75006 Paris, salle du Traité (1er étage).

Résumé de l’intervention d’Eléonore Biezunski

La revue théâtrale Teater Shpigl (Le Miroir du Théâtre) a été publiée par Aaron Poliakoff de 1951 à 1961 de façon presque mensuelle et dessine un faisceau de discours qui informent sur différents aspects du théâtre yiddish dans le contexte de l’après-guerre.
L’étude de cette revue informe à la fois sur le théâtre comme pratique sociale, avec ses financements, ses contraintes matérielles, ses succès et ses déboires, et sur les discours portés par les rédacteurs de la revue sur la fonction sociale des comédiens, sur la valeur du théâtre. Ces débats sont pris dans le contexte d’une difficile reconstruction après la Shoah où les auteurs s’inscrivent dans une tradition et une mémoire théâtrale – notamment à travers des indices de pratiques commémoratives – tout en interrogeant leur pratique présente et ses possibles développements futurs. L’appartenance à un groupe défini – par l’acte même de publier en yiddish – par la langue pose la question de l’identité en recomposition dans l’après-guerre et de la place de la culture dans une dimension plus spirituelle, voire intellectuelle de la reconstruction du groupe au lendemain du génocide.
1. À travers cette revue, on voit se dessiner les contours d’une certaine sociabilité. D’abord à l’initiative d’un individu, elle recompose aussi l’histoire d’une troupe familiale (Kompaneyets- Poliakoff). Les indices des conditions matérielles d’existence de la revue informent aussi sur les positionnements des rédacteurs par rapport aux institutions, aux associations juives, aux sociétés d’originaires, à la presse.
2. Cette sociabilité possède une géographie particulière, celle d’un réseau international de déracinés. La revue éclaire sur ces circulations constantes qui recouvrent tantôt des trajectoires migratoires, tantôt des tournées d’artistes, et ouvre une fenêtre sur une autre géographie, cette fois plus imaginaire, une géographie des origines qui participe à façonner les identités. Ces différents niveaux permettent d’appréhender la place de Paris dans une hiérarchie de villes où la culture yiddish cherche encore à s’épanouir, tant bien que mal.
3. Enfin, c’est aussi une certaine histoire du théâtre yiddish que construit cette revue. En s’inscrivant dans une généalogie d’artistes, les rédacteurs cherchent à renouer le fil d’une continuité historique et artistique, dont la géographie est bouleversée. Dans ce même élan, ils s’interrogent aussi sur l’avenir : que faire pour faire vivre le théâtre yiddish ? Que faire pour survivre ? À travers ces aspirations et ces inquiétudes se dessine une politique culturelle du monde yiddishophone, toujours inscrite dans le traditionnel triangle communiste-socialiste-sioniste de la politique juive qui se maintenait depuis l’entre-deux-guerres.

Biographies des intervenants

Doctorante en histoire à l’EHESS et musicienne, Eléonore Biezunski articule recherche et pratique artistique : sa thèse, entreprise sous la direction de Sylvie-Anne Goldberg porte sur les espaces musicaux de la création contemporaine en yiddish. Elle obtient en 2008 un Master de géographie à Paris X Nanterre sur New York comme espace vécu et représenté dans les chansons yiddish, après avoir travaillé sur les dynamiques spatiales du klezmer à New York. Formée en yiddish, elle participe, en tant que membre de l’équipe de chercheurs, à l’étude de la collection de livres en yiddish, « Dos poylishe yidntum » (La judéité polonaise), parue à Buenos Aires entre 1946 et 1966 (ANR – CRH, EHESS). Elle est l’une des co-animatrices de l’atelier de recherche Histoire des Juifs en Europe après 1945.

Nick Underwood est doctorant en histoire moderne et histoire juive moderne à l’Université de Colorado à Boulder. Sa thèse, intitulée « Staging a New Community: Jewish Immigrant Culture and the Fight Against Fascism in Interwar France, 1922-1940 » (une nouvelle communauté en scène : culture juive immigrante et le combat contre le fascisme dans la France d’entre-deux-guerres, 1922-1940), est une histoire culturelle de la communauté juive yiddishophone immigrante à Paris pendant les années d’entre-deux-guerres. Nick Underwood est aussi rédacteur en chef adjoint pour la revue East European Jewish Affairs.

Nancy L. Green est historienne, directrice d’études et médiatrice à l’EHESS. Elle travaille à l’EHESS au sein du Centre de recherches historiques. Elle a co-présidé la Society for French Historical Studies en 2004, a participé à la mission de préfiguration de la Cité nationale de l’histoire de l’immigration et est actuellement membre du conseil scientifique de la Bibliothèque nationale de France. Ses premières recherches concernant l’immigration juive en France au début du vingtième siècle, à la croisée d’une histoire sociale et d’une histoire du travail (Les travailleurs immigrés juifs à la Belle Époque), l’ont amenée à une approche comparative sur les immigrés et le travail (Du Sentier à la 7e Avenue: La Confection et les immigrés, Paris-New York 1880-1980) et à une réflexion plus large sur l’histoire comparée et les migrations contemporaines (Repenser les migrations). Elle a co-dirigé deux ouvrages collectifs sur les questions de citoyenneté et d’histoire coloniale en perspective de l’histoire de l’immigration (avec Marie Poinsot, Histoire de l’immigration et question coloniale en France ; avec François Weil, Citoyenneté et émigration : Les politiques du départ). Posant toujours des questions de classe, d’identités, et de genre aux phénomènes migratoires, son dernier ouvrage s’intéresse à la migration d’élite (The Other Americans in Paris: Businessmen, Countesses, Wayward Youth, 1880-1941).

28 mai 2014 : L’évolution de la mémoire de la Shoah en Pologne à travers quelques musées

La prochaine séance de l’atelier « Histoire des Juifs en Europe après 1945″ aura lieu mercredi 28 mai 2014, de 17h à 19h. Nous recevrons Zofia Waślicka, doctorante à ISS Universite de Varsovie et à l’ISP Paris Ouest Nanterre La Defense qui nous présentera une intervention intitulée « L’évolution récente de la mémoire de la Shoah en Pologne à travers deux exemples : le Musée d’histoire des Juifs polonais à Varsovie et les nouvelles expositions du Musée d’Auschwitz ». Sa présentation sera discutée par Audrey Kichelewski, Maitresse de conférences à l’Université de Strasbourg.

La séance aura lieu à l’IHTP, 59/61 rue Pouchet (17e arr.), salle 159.

Résumé / Abstract

L’évolution récente de la mémoire de la Shoah en Pologne à travers deux exemples : le Musée d’histoire des Juifs polonais à Varsovie et les nouvelles expositions du Musée d’Auschwitz :  Cet exposé va porter sur l’évolution de la mémoire de la Shoah et de celle de la Deuxième Guerre mondiale en Pologne. La Pologne, pays monoethnique après la guerre, est en train de découvrir sa diversité nationale et religieuse d’autrefois et de redéfinir son identité. Pour étudier ce processus, je propose de prendre comme exemple la commémoration du 70ème anniversaire de l’insurrection du ghetto de Varsovie qui, cette année, pour la première fois, a été célébré de la même façon que l’anniversaire de l’insurrection de Varsovie de 1944 : avec le son des sirènes d’alarme, celui des cloches des églises et la présence des personnes les plus importantes du pays. Au cours de cette cérémonie, le président Komorowski a dit que l’insurrection du ghetto fut « la première insurrection de Varsovie » et a également souligné que c’est un des moments les plus importants de l’histoire polonaise. Par ailleurs, il a présenté une version idéalisée et fausse des relations entre Polonais juifs et non-juifs pendant la guerre. Au cours de cette séance, j’analyserai cette cérémonie très représentative de la mémoire polonaise actuelle ; cérémonie pendant laquelle on a également inauguré le Musée de l’Histoire des Juifs polonais. Je présenterai la narration de l’exposition permanente du musée qui sera ouverte au public l’année prochaine. Je parlerai aussi du Musée d’Auschwitz-Birkenau, ouvert en 1947 par les anciens déportés, dont l’exposition générale et les pavillons nationaux peuvent montrer l’évolution mémorielle depuis la guerre jusqu’à aujourd’hui.

Biographie des intervenants

Zofia Waślicka est doctorante en sociologie en cotutelle à l’Université de Varsovie sous la direction de Joanna Tokarska-Bakir et à l’Université Paris Ouest la Défense sous la direction de Jean-Charles Szurek. Sa thèse est une analyse de la narration historique des expositions de musées de la Shoah et musées juifs en Europe, États-Unis et Israël. Elle a passé deux ans au Centre Marc Bloch à Berlin, et actuellement elle est au CEFRES à Prague.

Maitresse de conférences à l’Université de Strasbourg, Audrey Kichelewski est historienne et spécialiste de l’histoire des Juifs en Pologne. Ancienne élève de l’école Normale Supérieure, agrégée et docteure en histoire, elle est chercheuse associée à l’IRICE et au Centrum Badań nad Zagładą Żydów (Centre de Recherche sur la Shoah) de l’Institut de Philosophie et de Sociologie de l’Académie de Sciences de Varsovie (IfiS-PAN). Sa thèse portait sur la place des Juifs dans la société polonaise de 1944 à 1949. Audrey Kichelewski continue à travailler sur ce sujet et plus spécifiquement sur les relations polono-juives de 1945 à nos jours ainsi que sur les violences antijuives en Pologne et les échos des pogromes en France (1918-1946). Elle s’intéresse également aux landsmanshaftn, ou sociétés d’originaires, comme lieux de sociabilité et de mémoire des Juifs polonais en France au vingtième siècle.
Début 2015 paraîtra son livre sur les survivants juifs en Pologne de 1945 à nos jours, aux éditions Vendémiaire.

9 avril 2014 : A Transnational Dynamics: The Reconstruction of Jewish Life in Central and Eastern Europe after 1989

La prochaine séance de l’atelier « Histoire des Juifs en Europe après 1945″ aura lieu mercredi 9 avril 2014, de 17h à 19h. Nous recevrons Marcelo Dimentstein, doctorant à l’EHESS, qui nous présentera (en anglais) une intervention intitulée « A Transnational Dynamics: The Reconstruction of Jewish Life in Central and Eastern Europe after 1989 ». Sa présentation sera discutée par Lisa Vapné, Docteure associée au CERI (Centre d’études de relations internationales, Sciences Po Paris).

La séance aura lieu à l’IHTP, 59/61 rue Pouchet (17e arr.), salle 221.

Résumé / Abstract

A Transnational Dynamics: The Reconstruction of Jewish Life in Central and Eastern Europe after 1989 : The specialized scholarship in contemporary Jewish Europe took note early on about the resurgence of new Jewish identities, the religious revivalism and the increasing institutionalization of the memory of the Shoah, which have been taking place since the collapse of the communist regimes and the consolidation of the EU. Nevertheless, little attention has been paid to the role that transnational Jewish organizations have played in the rebuilding of the Jewish communities of Eastern Europe in the post-communist transition. The investment in millions of dollars for the reconstruction of these “new” communities, the transfer of specialized know-how in community matters to local Jewish leaders, and the bringing-in of an array of new elements connected with foreign Jewish life—such as knowledge, identity markers and practices, which only a few years before were absolutely unknown by these populations—are some of the elements that started to be crucial in this novel transnational flux. Yet, we know very little about the particular dynamics of this process.

This presentation will explore the role of one of the most important Jewish humanitarian agencies, the American Jewish Joint Distribution Committee (AJDC or Joint), founded in 1914. Marcelo Dimentstein will first situate the JDC’s operation within the history of modern responses by world Jewry to what were perceived as Jewish transtate or transnational problems. Throughout history, the ethos of solidarity and commitment among Jews adopted various modalities and often emanated from Jewish centers that were able to mobilize financial and political resources on behalf of their brethren. Secondly, he will show how, since mid-1980s, Eastern European Jews were “rediscovered” by a heterogeneous group formed by activists, journalists, scholars and “memory entrepreneurs.” This rediscovery shaped a powerful narrative and was rapidly adopted by the transnational agencies. Finally, he will describe the Jewish institutional dynamics unfolded in the region after 1989 focusing in one of the most important elements, the transnational circulation of money.

Biographie des intervenants

Marcelo Dimentstein est doctorant au Centre de Recherches Historiques de l’EHESS, sous la direction de Nancy L. Green. Né en Argentine, il travaille tout d’abord en tant qu’anthropologue social pour l’Université de Buenos Aires. Depuis janvier 2009, il est en charge de la coordination du Joint Distribution Committee International Centre for Community Development (JDC-ICCD), un centre de recherche sur le judaïsme contemporain créé en 2005 par le bureau européen du JDC.

Après un mémoire de DEA de science politique obtenu à Science-Po Paris intitulé « Trajectoires de la mémoire juive en Biélorussie postsoviétique », Lisa Vapné a rédigé une thèse de science politique soutenue à Sciences-Po Paris en 2013. Cette thèse s’intitule : « Les Remplaçants. Migration juive de l’ex-Union Soviétique à l’Allemagne. 1990-2010 ». Docteure associée au CERI, elle a été ATER de langue et civilisation russe à l’Université Paris-Sorbonne

19 mars 2014 : Conditions sociales et fonctions de la littérature d’exil. Production des écrivains d’origine judéo-maghrébine en France

La prochaine séance de l’atelier “Histoire des Juifs en Europe après 1945″ aura lieu mercredi 19 mars 2014, de 17h à 19h. Nous recevrons Ewa Tartakowsky, doctorante à l’Université Lyon 2 (Centre Max Weber) dont l’intervention est intitulée : Conditions sociales et fonctions de la littérature d’exil. Production des écrivains d’origine judéo-maghrébine en France. Sa présentation sera discutée par Yolande Cohen, Professeure titulaire au département d’Histoire de l’Université du Québec à Montréal.

Cette séance aura lieu à l’École Doctorale de Sciences Po, 199 boulevard Saint Germain (75007 Paris), Salle de réunion (3ème étage).

Résumé

Notre travail de thèse se propose d’interroger la production littéraire des écrivains d’origine judéo-maghrébine en France en tant que littérature d’exil, dans la période de la décolonisation. La démarche, se basant sur une étude prosopographique, porte dans un premier temps sur les contextes favorables et pertinents à l’action d’une série d’individus, autrement dit sur l’état des conditions de la production d’une littérature née d’un déplacement. S’en suit une classification d’écrivains rendue possible par la mise en relation des caractéristiques sociologiques et des dispositions propres à cette génération d’auteurs avec les cadres culturels, historiques et cognitifs qui sont les leurs. En s’appuyant sur des entretiens semi-directifs avec des écrivains sélectionnés selon la typologie dégagée de l’étude précédente ainsi que sur l’étude de leurs œuvres littéraires, la recherche s’attache, dans un second temps, à vérifier si cette écriture « minoritaire » peut nous renseigner, et jusqu’à quel point, sur les relations qu’entretiennent entre elles histoire, mémoire, littérature et identité. Enfin, dans cette perspective, ses usages sociaux et ses fonctions sont étudiés à travers l’analyse des mécanismes et des thèmes récurrents de cette production littéraire, qui se construit comme le témoignage singulier d’un moment de vécu historique et ce faisant, nourrit notre compréhension des processus d’ajustements littéraires.

Biographies des intervenantes

Ewa Tartakowsky, est doctorante en sociologie à l’Université Lyon 2 (Centre Max Weber), sous la direction de Bernard Lahire. Sa thèse est intitulée Conditions sociales et fonctions de la littérature d’exil. Productions des écrivains d’origine judéo-maghrébine en France. Ses recherches s’appuient sur la littérature et interrogent la question de la mémoire. Parmi ses dernières publications, on peut citer, l’article « Écrivains d’Afrique du Nord » dans le Dictionnaire du judaïsme français de 1945 à nos jours, sous la direction de Jean Leselbaum et Antoine Spire (Paris, Le Bord de l’eau, 2013), pp. 275-278 ; « From one shore, the other… The image of France in the works of contemporary Judeo- Maghrebi novelists », Contemporary French and Francophone Studies: Sites, 17, no 3, 2013, pp. 154-163; « La littérature à défaut d’histoire ? L’expression littéraire des Juifs nord-africains en France », Plurielles, no 18, 2013, pp. 11-21. Elle est, par ailleurs, diplômée de Sciences Po Paris et de l’Université de Jagellone. Voir sa page personnelle.

Yolande Cohen est Professeure titulaire au département d’Histoire de l’Université du Québec à Montréal (UQAM) où elle dirige le groupe de recherche Histoire, Femmes, Genre et Migration. Elle est spécialiste de l’histoire des jeunes, des femmes, du genre et des juifs marocains. Elle s’intéresse particulièrement aux conditions de leur migration au 20ème siècle. A la suite d’une enquête d’histoire orale elle a publié avec Marie Berdugo-Cohen et Joseph Levy, Les juifs marocains à Montréal. Témoignage d’une émigration moderne, (Montréal, VLB, 1987).  Elle a, par ailleurs, élaboré un cédérom sur l’histoire des juifs marocains, Les Juifs Marocains à travers les âges (Montréal, DoxaMédia, 2000) et est l’auteure avec Joseph Lévy de Itinéraires sépharades. L’odyssée des Juifs sépharades de l’Inquisition à nos jours, avec Joseph Lévy (Paris, Grancher, 1992). Elle a participé au projet de recherche Histoires de vie des Montréalais déplacés par la guerre, le génocide et autres violations des droits de la personne de l’Université Concordia (CRSH, ARUC) en recueillant et analysant des récits de vie de migrants juifs sépharades. Voir sa bibliographie complète.