Archives de catégorie : Atelier de recherche

19 février 2014 : “We are still dead”: Jewish doctors and rehabilitation after the Second World War

La prochaine séance de l’atelier “Histoire des Juifs en Europe après 1945″ aura lieu mercredi 19 février 2014, de 17h à 19h. Nous recevrons Sara Silverstein, doctorante à l’Université de Yale, qui nous présentera (en anglais) une intervention intitulée “”We are still dead”: Jewish doctors and rehabilitation after the Second World War”. Sa présentation sera discutée par Nathalie Zajde, maître de conférences à l’Université Paris VIII et chercheur – clinicienne au Centre Georges-Devereux.

La séance aura lieu au Centre d’histoire de Sciences Po, 56 rue Jacob, 75006 Paris, salle du Traité (1er étage)

Résumé / Abstract

“We are still dead”: Jewish doctors and rehabilitation after the Second World War. This paper will look at the plight of invalids among Jewish survivors and refugees in the years immediately following the Second World War, and at the doctors from this community who took command of their rehabilitation and fought for their rights. In the process, Jewish physicians reoriented the understanding of individual health and collective social health within reconstruction programs and contributed to interweaving social and human rights norms within new health institutions. Sara will begin by examining the practical concerns of care provided in displaced persons camps and the coordination between members of the refugee medical community and international relief institutions, proceeding to address the particular problems posed by longterm care for the chronically ill. In developing and enacting these programs, displaced Jewish physicians defined the terms in which they asserted a right to healthcare as well as the full civil rights of the disabled. They drew on experiences from both the interwar and wartime years, for example establishing strategies for longterm care based on the association they made between the social and civic exclusion that ill patients suffered as a result of limited physical abilities and the rapid disintegration of civil rights they had experienced as a result of antisemitism. Rebuilding the health of the Jewish community and establishing the institutions to maintain that health thus became their first tenet of reconstruction, from which beginning they forged new standards for social medicine and for the rights and responsibilities of citizenship on both national and international levels.

Biographie des intervenants

Sara Silverstein est doctorante en Histoire à l’Université de Yale et boursière Fox à Sciences Po. Sa thèse « Before Doctors Without Borders: Refugees, Rights, and the Social Frontiers of Europe, 1921-1958 » porte sur le travail transnational de professionnels de la santé – originaires des pays d’Europe centrale et de l’Est – à l’attention des réfugiés ou d’autres groupes de population marginalisée ne bénéficiant pas de tous leurs droits civiques. Sara Silverstein s’intéresse à la manière dont le travail de ces professionnels de la santé a forgé de nouvelles compréhensions des droits de l’homme et des droits sociaux qui sont aux fondements des institutions européennes émergentes d’après-guerre. Elle a reçu sa licence à l’Université de Darmouth en 2007 et son Master à l’Université d’Oxford en 2009.

Nathalie Zajde est maître de conférences en psychologie clinique et pathologique à l’Université Paris VIII Saint-Denis ainsi que chercheur et clinicienne au Centre Georges-Devereux. Spécialiste des traumatismes psychiques, elle a créé en 1990 les premiers groupes de parole de survivants et d’enfants de survivants de la Shoah en France, puis a organisé, dans les années 2000 en France et à l’étranger, d’autres consultations en ethnopsychiatrie, notamment pour les survivants de massacres de masses. Elle a publié de nombreux articles sur les souffrances psychologiques des enfants cachés pendant la Seconde Guerre mondiale. Parmi ses publications : Guérir de la Shoah, Odile Jacob, 2005; Enfants de survivants, Odile Jacob, 1993 (nouvelle édition 2005); Les enfants cachés en France, Odile Jacob, 2012.

29 janvier 2014 : Hostilities in the Wake of the Holocaust: Anti-Jewish Violence in the Polish Town of Radom in 1945

La prochaine séance de l’atelier “Histoire des Juifs en Europe après 1945” aura lieu mercredi 29 janvier 2014, de 17h à 19h. Nous recevrons Lukasz Krzyzanowski, doctorant à l’Université de Varsovie, qui nous présentera (en anglais) une intervention intitulée “Hostilities in the Wake of the Holocaust: Anti-Jewish Violence in the Polish Town of Radom in 1945.” Sa présentation sera discutée par Daniel Blatman, professeur à l’Université hébraïque de Jérsualem.

La séance aura lieu au Centre d’histoire de Sciences Po, 56 rue Jacob 75006, salle du Traité (1er étage).

Résumé / Abstract

Hostilities in the Wake of the Holocaust: Anti-Jewish Violence in the Polish Town of Radom in 1945. In his dissertation Lukasz Krzyzanowski inquires Jews returning to Radom, a medium-sized city in central Poland immediately after the Second World War. By applying a micro-historical approach and tools available to social sciences, he is examining social trajectories of these Jews who were present in Radom in late 1940’s. Krzyzanowski is primarily interested in survivors’ adaptation strategies to new social, political, economical and legal realities they encountered upon their return (be it from the camps, hiding or the USSR). The study covers variety of topics but the most important ones are structure of survivors’ population (he makes the argument that the structure of returnees’ populations in medium-sized cities was very much different than in the settlements which were described so far: the big cities and former shtetlekh), forms of survivors’ social organization in Radom, survivors’ attempts to restore agency and to adapt to new economic environment of the city, property relations and restitution, and finally crime in the city and violence targeting the Jews. It seems that the main stream of the historiography on Polish Jewry immediately after the war focuses almost only on violence and anti-Semitism – which he thinks is important especially that we still have many deniers here – but it also causes that we know much more about death and destruction than about the return and life that preceded or co-existed with violence. According to Krzyzanowski it is possible to argue that one can more fully understand the tragedy of the Jewish returnees in Poland only by examining their everyday life and their daily interactions with the institutions of new regime and individual Poles. So this is a micro-historical case study with ambition to describe the social processes which took place in many locations all over Poland in late 1940’s. It is a study of material and social consequences of the Holocaust.

Biographie des intervenants 

Lukasz Krzyzanowski is a sociologist and a historian. He graduated from the Jagellonian University (Krakow) in 2007 and the University of Exeter (UK) in 2008. Currently, he is a PhD candidate at the University of Warsaw. Most recently he acted as a Junior Visiting Research Associate at the Modern European History Research Centre at the University of Oxford. He was also awarded a Saul Kagan Claims Conference Academic Fellowship in Advanced Holocaust Studies. He has published several articles, most recentlyHomecomers: Jews and non-Jews in Post-war Radom (in English) in Jewish History Quarterly. His dissertation research is a study in social history of Jewish returnees to Radom, a medium-sized Polish, city in the immediate aftermath of the Second World War. It is an attempt to reconstruct social networks and daily interactions between Jews and non-Jews present in, and returning to, the city immediately after the Holocaust

Daniel Blatman is a History Professor at the Hebrew University of Jerusalem. His research focuses on the Holocaust, Genocides, Polish Jewry in the 20th Century and Nazi Germany. Among his publications: For our Freedom and Yours: The Jewish Labor Bund in Poland, 1939-1949, London and Portland: Valentine Mitchell, 2003 (in Hebrew, 1996, in French, 2002); En Direct du Ghetto. La presse clandestine juive dans le ghetto de Varsovie, Paris : Editions du Cerf, 2005 (in Hebrew, 2002); The Death Marches:  The Final Phase of Nazi Genocide, Cambridge: Harvard University Press, 2011 (in French, 2009, in Hebrew, 2010). Daniel Blatman is currently a guest Professor at Sciences Po.

Mémoire(s) et nostalgie des Juifs d’Odessa : un phénomène spécifique ?

À propos de la séance du 18 décembre 2013 de l’atelier “Histoire des Juifs en Europe après 1945
Intervention d’Isabelle Ferri-Nemirovski discutée par Simon Perego

 

Compte-rendu de l’intervention

 

Entre passé et présent, entre mythe et réalité.

La recherche d’Isabelle Ferri-Nemirovski, « Mémoire(s) et nostalgie des Juifs d’Odessa : un phénomène spécifique ? » (sous la direction d’Anne Grynberg et Jean Baumgarten, INALCO), fait suite à un master visant à présenter un portrait des Juifs d’Odessa au tournant des XIXe et XXe siècles. Il s’agit « de faire renaître par l’évocation, un monde qui n’[est] plus »1 , de reconstruire une histoire collective au-delà de la famille. La rareté des ouvrages scientifiques sur les Juifs d’Odessa et l’absence d’un livre du souvenir, révèlent une « mémoire chancelante », où mythe et réalité s’entremêlent. Le nombre impressionnant de témoignages littéraires souvent dithyrambiques d’auteurs juifs et non juifs, ainsi que d’autres productions artistiques (films, chansons, peintures) sur Odessa a conduit I. Ferri-Nemirovski à s’interroger sur la spécificité et le caractère atypique de l’expérience juive odessite, et à formuler l’hypothèse d’une originalité qui irait jusque dans l’expression nostalgique des descendants d’exilés juifs d’Odessa, identité qu’elle cherche à appréhender à travers ses multiples mémoires.

À Odessa, tandis que les traces du passé – et en particulier du passé juif – sont effacées, les rares témoins de la forte présence juive d’antan vivent dans « un exil temporel », au rythme de souvenirs et reclus dans des appartements remplis de vieilleries. L’héritage juif d’Odessa a été en partie détruit durant les heures sombres de la Russie puis de l’Union soviétique (vague de pogroms à partir de 1881 ; Révolutions de 1905 et 1917 ; en 1941, massacres d’Odessa, 19 000 Juifs sont assassinés ; dictature stalinienne et liquidation des institutions juives ; à partir de 1985, émigration massive des Juifs russes en général et d’Odessa en particulier). Aujourd’hui, lorsque les « touristes des racines » retournent à Odessa en vue d’explorer leur passé familial, ils assistent à un spectacle de désolation, tandis que la communauté juive de la ville ne semble pas se préoccuper outre mesure de ce passé juif flamboyant. Il existe ainsi une rupture entre l’Odessa mythique et celle d’aujourd’hui.

Odessa : À ville et communauté juive d’exception, mémoire d’exception ?

Le contexte particulier de la création d’Odessa (colonie de peuplement développée par l’impératrice Catherine II, politiques libérales conduites par les autorités successives, esprits novateurs et amateurs d’art qui ont participé à sa construction) a fait de la jeune ville un centre de progrès. Le statut des Juifs y était très différent de celui qui prévalait dans le reste de la Zone de résidence. Tandis qu’ailleurs leurs droits étaient limités et leur situation précaire, à Odessa, considérée comme un îlot de liberté au sein de l’Empire russe, les conditions de vie et d’implantation étaient privilégiées, notamment par des exemptions de taxes. Au début du XXe siècle, Odessa était l’une des villes les plus florissantes de l’Empire russe (la quatrième après Saint-Pétersbourg et Varsovie). Échappant aux catégorisations en vigueur dans l’Empire russe, les Juifs d’Odessa représentent à la fin du XIXe siècle plus de 30 % de la population totale de cette ville qui n’est ni un simple port, ni un shtetl, ni une ville russe, et qui ne laisse, à en croire les sources, personne indifférent.

Dans ce laboratoire d’idées qu’est la ville d’Odessa, apparaît la figure archétypique du Juif odessite, acteur dynamique et incontournable des sphères économique, politique et culturelle de la cité, connu pour son goût prononcé pour les arts, en particulier la musique. « Une ville façonnée par les Juifs » écrit Isaac Babel dans ses Contes d’Odessa, sur la ville cosmopolite à laquelle la société juive, composés de juifs sécularisés et de religieux appartenant à différentes classes sociales, traversée par une grande diversité de courants politiques, avait conférée un cachet particulier. Elle fut aussi un vivier d’artistes, d’écrivains et d’intellectuels juifs comme Khayim N. Bialik, Mendele Moykher Sforim, Cholem Aleïkhem, Ahad Ha’am, Shimon Doubnov, Leon Pinsker, Nathan Milstein. À travers des productions littéraires et artistiques, elle est tantôt décriée tantôt encensée pour ses excès en tous genre, ses proxénètes, ses voyous (dont le quartier de la Moldavanka, notamment dépeint par Isaac Babel, est représentatif), son libertinage, son opulence, sa douceur de vivre et son bouillonnement artistique et intellectuel.

La contrainte de l’exil, provoqué notamment par l’éclatement de l’antisémitisme d’État en 1881, a engendré un déchirement intense. Les descendants juifs d’Odessa interrogés par Isabelle Ferri-Nemirovski sur leurs origines répondent spontanément et de manière récurrente qu’ils viennent d’un ailleurs indéfinissable. La mémoire juive odessite revêtirait un caractère original à plusieurs titres : tout d’abord, elle se déploie en des lieux divers (le quartier Little Odessa à New-York, la colonie agricole juive New Odessa dans l’Oregon ,  les 11 villes américaines qui portent le nom d’Odessa…) et sous des formes plurielles (littéraire, musicale, picturale, cinématographique…). Il existe même aujourd’hui dans la diaspora une « Internationale odessite », forum de discussion sur Internet2, dont le slogan est « Odessites de tous les pays, unissez-vous ». Aussi, la nostalgie des Juifs d’Odessa ne s’inscrirait-elle pas dans une définition traditionnelle, qui serait celle, temporelle et individuelle, des années d’enfance, mais dans un attachement aux lieux qui, dans sa dimension collective, relève parfois du patriotisme.

Odessa reste vivace dans les esprits des descendants d’exilés odessites, à travers des initiatives artistiques et il existe une réelle effervescence autour du passé juif de la ville, en particulier hors de ses frontières. C’est le cas de du film de Michale Boganim Odessa…Odessa !, dépeignant le quartier Brooklyn Little Odessa dont le nom même est caractéristique de cette langueur qui serait devenu « un mode d’être fertile en expressions en tous genres ». C’est aussi le cas de l’artiste peintre Anne Gorouben, qui consacre une partie de son œuvre à Odessa, d’une nouvelle en cours d’écriture portant sur Odessa, à laquelle Isabelle Ferri-Nemirovski apporte son concours sur le plan historique, tout en recueillant le témoignage de son auteure. Un travail de collecte d’un corpus d’une centaine de chansons sur la thématique de la ville bien-aimée à jamais disparue – souvent personnifiée sous les traits d’une amie, d’une sœur, d’une mère – a révélé que la nostalgie d’Odessa s’exprime sur des musiques entraînantes, contrairement à ce que l’on pourrait attendre de chansons exprimant la mélancolie et les souffrances liées à l’exil et à la perte. D’autres initiatives, plus concrètes, concernent par exemple la restauration des cimetières juifs de la ville, ou encore la traduction des pages manuscrites des registres d’Etat civil de la ville d’Odessa (du russe vers l’anglais) sur le site de Jewishgen kehilalinks Odessa qu’a effectué Isabelle Ferri-Nemirovski en tant que traductrice depuis novembre 2011.

S’appuyant sur des documents d’archives, sur la bibliographie scientifique existante, sur de nombreux entretiens (plus de 40 à ce jour), sur des correspondances, des anecdotes, des légendes et sur un vaste corpus de matériaux littéraire, musical, pictural et cinématographique, Isabelle Ferri-Nemirovski se propose de démêler l’écheveau complexe entre mythe et réalité dans le cas de la mémoire juive d’Odessa, et d’ouvrir des pistes encore inexploitées, notamment à travers des « lieux de mémoires immatériels ». En outre, cette réflexion autour de la singularité d’Odessa ne peut être validée que par une comparaison avec d’autres villes multiculturelles d’Europe centrale et orientale (Vienne, Czernowitz, Lviv, Budapest par exemple).

Isabelle Ferri-Nemirovski propose de présenter chronologiquement une toile de fond historique d’Odessa, sur laquelle viendrait se tisser les témoignages et les exemples, afin d’effectuer cet aller-retour entre mémoire et réalité. Partant des premières images constitutives de la mémoire odessite lors de la conception de la ville par ses promoteurs (depuis 1794), elle tentera de montrer comment, l’identité et la mémoire du Juif d’Odessa a fait de lui l’archétype de l’« odessite », pendant l’âge d’or de l’Odessa juive (1870-1920). Enfin, elle évoquerait le déclin de la vie juive odessite.

Isabelle Ferri-Nemirovski a conclu son intervention sur un projet de voyage sur lequel elle travaille en collaboration avec l’association Valiske qui encadre des groupes dont les membres sont à la recherche des traces de leurs ancêtres juifs, en particulier en Europe de l’Est. Un numéro d’« Envoyé spécial », diffusé le 4 juillet 2013, avait entre autre suivi le travail du responsable de l’association. Il s’agirait d’emmener un groupe de descendants de Juifs d’Odessa dans la ville mythique, de les interroger in situ, de recueillir leurs impressions « à chaud », afin de les insérer plus tard dans un chapitre de la thèse comme un exemple de « mémoire vivante », dans une sorte d’étude interactive. Ce séjour pourrait aussi donner lieu à la collecte de récits familiaux de membres plus âgés de la communauté juive odessite vivant toujours à Odessa. Enfin, elle a évoqué la visite du Musée de la Littérature d’Odessa, proposant des fonds d’archives uniques et une vaste bibliothèque.

Discussion

Simon Perego s’interroge sur le champ disciplinaire dans lequel s’inscrit ce travail et sur l’ampleur de la recherche et des corpus théoriques à maîtriser. Évoquant « l’option pointilliste », il suggère de resserrer la focale sur un champ particulier (par exemple la production littéraire), pour éviter de tomber dans le piège de la typologie descriptive des évocations, et pour mieux articuler description et analyse des représentations.

Isabelle Ferri-Nemirovski précise qu’elle souhaitait partir d’une vision « arc-en-ciel » d’Odessa pour ensuite pointer les auteurs les plus emblématiques par rapport à sa problématique de l’originalité. Elle envisage de poser la toile de fond historique sur laquelle viennent se greffer témoignages ou exemples qui développent un point particulier, tout en évitant les catégorisations artificielles. Il s’agit de l’histoire d’une ville jeune (créée à la fin du 18e siècle) qui a connu une période de sommeil pendant la soviétisation de la ville. Les années 1870 à 1920 sont donc au cœur de la thèse. Elle voudrait donner une définition du juif d’Odessa, qui s’appelle « odessite », dans la diaspora et dans les mémoires, et de dégager ainsi le caractère spécial d’Odessa. Elle dispose d’un matériel vaste et elle aura la possibilité de resserrer son analyse. Les aspects historiques ont par ailleurs déjà été traités dans le travail de Master.

S. P. s’interroge sur la manière de traiter l’originalité d’Odessa et sa spécificité. Ainsi, pour conduire la recherche, il serait intéressant de « dés-exceptionnaliser » l’objet et de partir du présupposé que c’est une ville comme les autres. Même si la singularité apparaît, notamment par l’absence de Livre du Souvenir, et par la modernité de la communauté, peut-être faut-il partir du constat que les originaires d’Odessa pensent qu’elle est spéciale, et qu’ils se considèrent exceptionnels. Il s’agirait de se demander pourquoi ils développent cette image d’exceptionnalité et pourquoi ils ont cultivé une image différente de celle des autres sociétés juives de l’Empire Russe. Cela impliquerait d’étudier les discours, les représentations, sans les dissocier du réel historique, mais en les considérant comme un corpus discursif sur une ville donnée.

I. F.-N. répond que la partie centrale de sa thèse pose la question de savoir pourquoi cette ville est si différente. Cela est lié aux conditions de création de la ville par Catherine II qui souhaitait peupler cette région afin de disposer d’une ouverture commerciale sur l’Europe. Odessa devait ainsi rivaliser avec Saint-Petersbourg.

Johanna Linsler revient sur la question des critères de comparaison avec d’autres villes, qui auraient un élément commun avec Odessa, par exemple Amsterdam, dans son aspect d’ouverture aux réfugiés.

I. F.-N. répond qu’elle a choisi de limiter la comparaison avec d’autres grandes villes à forte population juive, situées dans la même zone géographique, comme Vienne, Budapest, Czernowitz. Vilnius était, quant à elle, très riche, mais était plus intellectuelle et son sérieux contraste avec l’image d’Odessa que l’historien Jarrod Tanny a qualifié de « cleptocratie juive »3. Isaac Babel a remarquablement dépeint ce monde, en particulier le quartier de la Moldavanka, créé à la fin du 19e siècle, avec le début des problèmes économiques, lorsque les ouvriers ne pouvaient plus se loger dans le centre. Elle cite une expression : « A Odessa, les maisons de prière et les maisons de tolérance se côtoient ».

Julia Maspero demande des précisions sur la manière dont la mémoire d’Odessa est exprimée selon les différentes vagues d’émigration.

I. F.-N. répond que la vague la plus importante, et la plus génératrice d’expressions mémorielles, est celle qui a suivi les pogroms de 1881, particulièrement autour de 1906 et jusqu’en 1920. Ainsi, Little Odessa a été créée à la fin du 19è siècle à New York.

S. P. demande s’il s’agit uniquement de mémoire. Les chansons collectées sont-elles faites par des gens d’Odessa sur leur ville ou par des émigrants qui parlent de leur ville au passé ? Cette thèse s’intéresse-t-elle à mémoire de la ville ou bien, de manière plus générale, à ses représentations ? De même, les écrivains écrivent-ils sur Odessa après leur émigration ou lorsqu’ils y habitent toujours ? La nostalgie, comme émotion, est une notion qui n’est pas évidente à étudier en histoire, mais il serait intéressant de se focaliser sur la mémoire des gens qui ont quitté Odessa, voire qui ne l’ont pas connu, tout en gardant toute la documentation récoltée pour comprendre comment ces mémoires se construisent. Écrire sur l’Odessa où l’on vit ou sur la ville qu’on a quittée a un impact sur le contenu même des évocations, et donc sur la méthodologie employée.

I. F.-N. rappelle que le cinéma, la littérature, la musique ont été les terres nourricières du mythe. Chaque évocation mériterait d’être développée en autant de mémoires ou de thèses. Il est aussi important de connaître le russe, le yiddish et l’hébreu (avec le renouveau hébraïque chez Nahman Bialik), pour étudier les Juifs d’Odessa. La partie centrale de la thèse porte sur l’aspect singulier d’Odessa et sur le personnage odessite.

J. M. demande s’il est possible de connaître le discours des odessites émigrés non-juifs sur les Juifs.

I. F.-N. répond avoir consulté des carnets de voyage tenus dès les premières années d’existence d’Odessa. Ils témoignent d’une forme d’émerveillement sur les possibilités que cette ville offre. Au début, les Juifs ne sont pas réellement européanisés, cela n’apparaît que dans le dernier quart du 19e siècle.

J. M. demande comment est abordée la question de l’antisémitisme.

I. F.-N. répond qu’il n’y a eu que pogrom de 1871, était dû à une rivalité concernant le commerce du blé. Alexandre II avait interdit les pogroms mais après son assassinat en 1881, les pogroms ont été particulièrement violents à Odessa. Si cet aspect est très présent dans les écrits des auteurs juifs, il ne semble pas aussi affirmé chez les auteurs non-juifs.

Elena Lomakina souligne la spécificité des Juifs d’Odessa liée aux lois libérales édictées par de Catherine II. Odessa a été quasiment fondé par Juifs, et ces derniers occupaient des postes élevés. C’était la seule ville favorisée, d’où cette immigration massive. On ne trouve nulle part ailleurs cette situation qui apparente Odessa à une sorte d’Amsterdam russe.

I. F.-N. répond que c’est effectivement le cas et qu’il existait de nombreuses exemptions de taxes. Un des plus importants gouverneurs d’Odessa était le Duc de Richelieu, qui était protecteur des Juifs, qui a fait beaucoup pour la ville.

Eléonore Biezunski souligne la possibilité d’étudier les transformations, les évolutions de cette mémoire, au fil des migrations. Est-ce que l’objet de nostalgie se modifie ?

I. F.-N. répond que cette nostalgie se caractérise par sa constance. Elle est fondée sur la douceur de vivre de cette enclave dans l’Empire tsariste. L’expression « exception volontaire », et inédite rend bien compte de sa spécificité. Parmi les 144 villes nouvelles créées par Catherine II, Odessa a reçu un traitement très particulier.

Laure Fourtage revient sur le fait qu’Odessa est considérée dans cette étude comme spéciale a priori, ce qui risque de créer un biais dans le choix des textes. Elle ajoute que pour établir cette spécificité, la comparaison est indispensable.

I. F.-N. précise qu’elle a soulevé ces questions guidée par une intuition. Au fil du travail de déchiffrage des sources, cette hypothèse semble se confirmer, mais elle est tout à fait ouverte à intégrer des éléments qui ne vont pas dans ce sens s’ils se présentent. Le premier chapitre qu’elle écrit porte sur la comparaison.

S. P. ajoute que l’étude ne concerne pas l’histoire de la communauté juive d’Odessa, mais part du constat de cette spécificité pour questionner la logique de la spécificité de la mémoire juive d’Odessa.

E.B. ajoute que l’étude des représentations implique une approche pluridisciplinaire en raison de la variété des sources. Il y a de nombreuses chansons en yiddish nostalgiques sur la Roumanie, la Bessarabie…

I. F.-N. précise que les chansons sur Odessa sont écrites en russe.

Constance Pâris de la Bollardière remarque qu’il serait intéressant de comparer les évocations d’Odessa dans les créations selon qu’elles soient en yiddish ou en russe.

Yonith Benhamou note que les artistes satiriques qui se produisent dans le Yishouv sont odessites.

I. F.-N. ajoute que l’humour est effectivement l’une des spécificité d’Odessa. A titre d’exemple, un festival de l’humour se déroule tous les ans dans la ville.

 

  1. Florence Heymann, Le Crepuscule des lieux, Paris : Stock, 2003, p. 10 []
  2. http://odessit.livejournal.com et http://odessa.lk.net/english/forum/geobook.html. Pages consultées le 14 août 2013 []
  3. Jarrod Tanny, City of Rogues and Schorrers, Russia’s Jews and the Myth of old Odessa, Bloomington : Indiana University Press, 2011 []

À propos de la collection Dos poylishe yidntum (1946-1966)

par Judith Lindenberg et Johanna Linsler

À propos de la séance du 6 novembre 2013 de l’atelier “Histoire des Juifs en Europe après 1945”
Intervention de Judith Lindenberg discutée par Annette Wieviorka

Compte-rendu de l’intervention

De l’histoire d’une collection à l’histoire de la Shoah : retour aux origines d’une historiographie.

La collection de livres yiddish Dos Poylishe Yidntum (“la judéité polonaise”) contient 175 volumes, publiés à Buenos Aires entre 1946 et 1966, sous l’égide de l’Union centrale des Juifs polonais en Argentine. Elle regroupe des œuvres d’auteurs juifs originaires de Pologne, dispersés dans le monde entier. Il s’agit d’auteurs yiddishophones pour la plupart, mais quelques ouvrages sont traduits du polonais. Le fondateur de cette collection était le journaliste et dramaturge Marc Turkow (1904-1983). Issu d’une famille d’écrivains, comédiens et metteurs en scène yiddish originaire de Varsovie, Turkow résidait à Buenos Aires depuis 1930. Depuis 1954 il était à la tête du Congrès juif mondial pour l’Amérique latine. Outre Dos Poylishe Yidntum, il était à l’initiative d’une collection publiée en espagnol nommée Biblioteca Popular Judía (“la bibliothèque populaire juive”), consistant en plusieurs dizaines de brochures portant sur des intellectuels juifs.

Dans une première partie, Judith Lindenberg a présenté la collection Dos Poylishe Yidntum à travers une étude de son paratexte (préfaces, postfaces, encarts …), et à travers notamment une analyse détaillée du premier volume, intitulé Malke Ovshyane raconte et publié en 1946, dont l’auteur est Marc Turkow lui-même, rendant compte du récit que lui a confié la première survivante de la catastrophe à être arrivée en Argentine. Ce premier volume offre un paratexte très riche, par lequel Marc Turkow s’attache à fixer le cadre de cette entreprise éditoriale en devenir, tandis que le texte lui-même, le récit, fournit de nombreuses clefs quant à la conception du témoignage qui marque le début de la collection, c’est-à-dire marquée par la pratique de la collecte (« zamlung ») de récits oraux ou écrits, dans laquelle la figure du témoin-survivant est distincte de celle de l’auteur-éditeur.

Les déclarations d’intention que fournit le paratexte, montrent une visée multiple : documenter le tragique présent et récent passé, rendre hommage à la glorieuse histoire du judaïsme polonais, soutenir les rescapés (matériellement, par bénéfice éventuellement généré par la publication).

Témoignages, romans, poésie, recueils folkloriques à visée tant ethnographique que mémorielle  et ouvrages historiques : la collection est hétérogène en ce qui concerne les genres littéraires. Une caractéristique partagée par toutes les publications de la collection paraît être la volonté de “faire document”, de documenter l’histoire des Juifs de Pologne.

Pour donner une idée du contenu de la collection, l’intervenante a ensuite répertorié plusieurs axes qui la traversent. Elle a ainsi évoqué les rééditions d’ouvrages parus avant-guerre, qui, par leur republication dans un contexte post-catastrophe, acquièrent, au-delà de leur genre d’origine, une nouvelle fonction mémorielle, celle de trace d’un monde désormais disparu et dont ces écrits témoignent ; l’écriture littéraire (romans, nouvelles, poésie) qui apparaît comme un vecteur de choix pour rendre compte de l’expérience de la catastrophe ; les premiers écrits historiques sur la catastrophe, par les membres de la Commission centrale historique juive en Pologne (souvent dans des éditions traduites, du polonais vers le yiddish, augmentées, voire réorientées à destination d’un lectorat spécifiquement judéo-polonais) et dans les années cinquante, deux cas d’œuvres (Maison de poupées de Katzetnik et la version yiddish de La Nuit d’Élie Wiesel) qui ouvrent chacun à leur manière vers une conception plus actuelle du témoignage de la Shoah.

Dans une seconde partie, Judith Lindenberg s’est donné pour objectif de reconsidérer les thématiques de la mémoire, de la présence des récits des survivants dans l’espace public d’après-guerre et du “silence des survivants” parfois évoqué. Dans Holocauste : les sources de l’histoire (2001) Raoul Hilberg montre que, dès les débuts, dans l’historiographie sur le génocide, les sources yiddish sont à la fois très présentes et effacées, puisque rarement considérées en tant que telles. Annette Wieviorka dans Déportation et génocide, Entre la mémoire et l’oubli (1992), puis dans L’ère du témoin (2002) et Peter Nowick dans The Holocaust in American life (2000) ont posé les jalons importants de cette historiographie de l’émergence d’une mémoire du génocide ; ils constatent, dans l’immédiat après-guerre, un défaut d’écoute du public plutôt qu’un “silence” des survivants. En effet, les témoignages et documents de la collection Dos Poylishe Yidntum ont été rarement été pris en compte dans les travaux antérieurs.

Lorsque dans les années 2010, plusieurs ouvrages questionnent le « mythe du silence », l’apport des sources – dont un grand nombre est issu de la collection Dos Poylishe Yidntum – a été réévalué par les historiens, que ce soit d’un point de vue théorique (Cesarani) ou pratique, en les utilisant dans leurs travaux (Kassow, Horwitz). Cela tend à en prouver l’importance de la collection, à la fois dans le panorama de l’époque et dans les différents travaux historiques réalisés depuis.

Un apport particulier de cette collection à l’historiographie réside dans la richesse à la fois des thèmes qu’elle aborde (les relations polono-juives, les multiples facettes de la survie des Juifs pendant la guerre, de la précocité de ce traitement historiographique) et des manières dont ces thèmes y sont traités (notamment par les méthodes issues de l’historiographie juive polonaise de l’entre-deux-guerres, et par l’utilisation de l’écriture littéraire comme vecteur de connaissance historique).

Judith Lindenberg a ainsi conclu sa présentation par un postulat méthodologique : un travail approfondi sur cette collection permettra de renouveler l’approche des thématiques de l’émergence d’une mémoire dans l’espace public, du statut du témoignage et la question du “silence”. Cette collection constitue un corpus dont l’intérêt réside à la fois dans les textes eux-mêmes – et notamment des “témoignages” précoces -, et dans son paratexte. Le paratexte de la collection formule les objectifs de l’entreprise éditoriale, donne des clefs pour comprendre comment sont conçus les documents et quel est leur logique et souligne ainsi l’importance des publications pour l’écriture de l’histoire du génocide. Prendre la collection Dos Poylishe Yidntum comme objet d’étude, et ce dans sa pluridimensionalité – à la fois historiographique (il s’agit d’écrits historiques sur le génocide qui figurent parmi les premiers), littéraire, mais surtout éditoriale (la manière dont ces textes sont présentés aux lecteurs) – permettra de renouveler l’historiographie de la Shoah et de la mémoire de la Shoah.

Discussion

Annette Wieviorka : Nuance l’idée d’une disjonction témoignage juridique / témoignage littéraire : au procès de Nuremberg l’essentiel des témoignages sont transmis sous forme de documents, dont le texte Treblinka de Vassili Grossmann, et les témoignages oraux sont réduits et suscitent peu d’attention. Au procès Eichmann au contraire, ce sont les témoignages oraux qui prennent le plus d’importance.

A.W. : Au vu des pratiques d’usage à cette époque – consistant en publication à compte d’auteur par le biais de souscriptions – il serait intéressant de savoir comment était financée la collection ? Les auteurs étaient-ils payés ? De quoi vivaient-ils ?

Judith Lindenberg : On sait que la collection a été financée principalement par le Kultur Kongress, et par la Claims Conference de 1955 à 1966, ainsi que par le Banco Israelita de Rio de la Plata (1947-1959), et par la Société des ex résidents Juifs de Pologne aux États-Unis : l’obtention de ces aides était facilitée par le fait que Marc Turkow travaillait ou avait des contacts dans ces organisations. Elle recevait également des dons ponctuels de particuliers, notamment lors du décès de membres de la communauté, comme forme d’hommage. Par ailleurs, on trouve dans les volumes eux-mêmes des informations plus ou moins précises sur des sources ponctuelles de financement : le Comité Historique de Lodz (n°5 et 11), le fond de construction de la maison Borokhov à Tel Aviv en mémoire des martyrs de Pologne (n°6).

A.W. : Comment Marc Turkow choisissait les auteurs de la collection, et pourquoi ceux-ci publiaient-ils dans cette collection ? De nombreux auteurs ont participé au YIVO avant guerre en Pologne. Pourquoi les auteurs écrivent dans cette collection plutôt que dans une autre, comme celle du YIVO par exemple ?

J.L. : Il existe après-guerre cinq autres collections yiddish laïques à Buenos Aires : les autres sont pour certaines rattachées à un parti politique (IKUF communiste, KIUM sioniste socialiste et Ibudj bundiste), et connaissent globalement une production moindre : la collection publiée par l’antenne du YIVO à Buenos Aires publie seulement 27 titres entre 1947 et 1985 ; il existe en outre une collection éphémère, lancée en 1944-1945 par Abraham Mittelberg, futur collaborateur de Marc Turkow , intitulée « Yiddish, et une autre, publiée directement par le Kultur Kongress de 1949 à 1981. Dans une lettre de mars 1947, Marc Turkow mentionne que le nom de la collection est désormais connu et dans une lettre de 1949, qu’il reçoit énormément de lettres contenant des suggestions pour de nouveaux livres mais il précise qu’il ne peut satisfaire toutes les demandes (lettre à Y. Shatsky, septembre 1949, YIVO archive). Les auteurs souhaitent donc écrire dans la collection en raison de sa notoriété, de sa grande diffusion (dans 22 pays, notamment en Europe, en Israël et en Amérique du Sud) et de sa qualité éditoriale d’un point de vue à la fois matériel et scientifique.

« Dos poylishe yidntum » : liste des ouvrages composant la collection

Document fourni par l’intervenante

1. Mark Turkov, Malke Ovshyani dertseylt [Malke Ovshyani raconte] 1946

2. H. D. Nomberg, I. L. Perets [I. L. Perets]

3. V. Grosman, Treblinke [Treblinka]

4. Perets Granatshteyn, Mayn khorev shtetl Sokolov [Sokolov, mon shtetl détruit]

5. Isroel Tabaksblat, Khurbn Lodzh [La destruction de Lodz]

6. Zerubovl, Barg khurbn [La montagne de la destruction]

7. Elkhonen Tseytlin, In a literarisher shtub [Dans un foyer littéraire]

8. Kh. Shoshkes, Poyln – 1946 [Pologne – 1946]

9. Z. Segalovitsh, Tlomatske 13 [Tlomackie 13]

10. M. Nudelman, Gelekhter durkh trern [Le rire à travers les larmes] 1947

11. Meir Balaban, Di yidn-shtot Lublin [La ville juive de Lublin]

12. Isroel Efros, Heymloze yidn [Juifs sans patrie]

13. Yankev Shatski, In shtot fun over [Dans la ville du passé]

14. Dovid Flinker, A hoyz af Gzhibov [Une maison à Grzybow]

15. Hilel Zeydman, Togbukh fun varshever geto [Journal du ghetto de Varsovie]

16. N. Gruss, Zamlung fun dokumentn, Kinder-martirologye [Martyrologe des enfants]

17. Khayim Grade, Plitim [Réfugiés]

18. Sh. Katsherginski, Partizaner geyen !… [Partisans en marche !…]

19. Fride Zerubovl, Na venad [Sans maison et sans patrie]

20. Mordkhe Shtrigler, Maydanek [Maïdanek]

21. Yankev Leshtsinski, Afn rand fun opgrunt [Au bord de l’abîme]

22. Z. Segalovitsh, Gebrente trit [Des pas brûlés]

23. Avrom Teytlboym, Varshever heyf  [Cours de Varsovie]

24. Tanya Fuks, A vanderung iber okupirte gebitn [Errance à travers les territoires occupés]

25. Sh. L. Shneyderman, Tsvishn shrek un hofenung [Entre la peur et l’espoir]

26. Leo Finklshteyn, Megiles Poyln [Le Rouleau de la Pologne]

27. Yonas Turkov, Azoy iz es geven… [khurbn Varshe] [ C’était ainsi…] 1948

28. Sh. Izban, « Umlegale » yidn shpaltn yamen [Des Juifs « illégaux » divisent les mers]

29. Yankev Pat, Henekh [Henekh]

30. Dr. I. Kermish, Der ufshtand in varshever geto [La Révolte du ghetto de Varsovie]

31. Simkhe Poliakievitsh – A tog in Treblinke [Un Jour à Treblinka]

32. Mordkhe Shtrigler – In di fabrikn fun toyt [Dans les Usines de mort]

33. Avrom Nakhsumi – In shotn fun doyres [A l’Ombre de générations]

34. Yekhiel Lerer – Mayn heym [Ma Maison]

35. Yosef Volf – Leyenendik Peretsn [En lisant Peretz]

36. Tsipore Katsenelson-Nakhumov – Yitskhok Katsenelson

37. Y. Hirshhoyt – Fintstere nekht in Paviak [Nuits sombres à Paviak]

38. Nokhem Sokolov – Perzenlekhkeytn [Personnalités]

39. Rokhl Korn – Heym un heymlozikeyt, lider [Patrie et absence de patrie]

40. A. Almi – Momentn fun a lebn [Instants d’une vie]

41. Menashe Unger – Pshiskhe un Kotsk [Przysucha et Kock]

42. M. Burshtin – Iber di Khurves fun Ployne [Sur les Ruines de Błonie] 1949

43. M. Kipnis – Hundert folkslider [Cent chansons populaires]

44. Z. Segalovitsh – Mayne zibn yor in Tel-Aviv [Mes sept Années à Tel-Aviv]

45. Kh. Shoshkes – A velt vos iz farbay [Un Monde qui n’est plus]

46. Shloyme Vaga – Khukhbn Tshenstokhov [La Destruction de Czestochowa]

47. Avrom Zak – Yorn in vander, lider [Années d’errance, poèmes]

48-49. Sh. Izban – Familye Karp [La Famille Karp]

50. A. Mokdoni – Mayne bagegenishn [Mes rencontres]

51. R. Shoshane-Kahan – In fayer un flamen [Dans le Feu et les flammes]

52. Y. Y. Trunk – Di yiddishe proze in Poyln [La Prose yiddish en Pologne]

53. Yonas Turkov – In kamf farn lebn [En combattant pour survivre]

54. Yitskhok Perlov – Di mentshn fun « Ekzodus [Les Hommes « d’Exodus »]

55. Pinkhes Bizberg – Shabes yon-tevdike yidn [Juifs de Chabbat et de fêtes]

56-57-58. Sholem Ash – Peterburg – Varshe – Moskve [Saint-Pétersbourg – Varsovie – Moscou]

59. Dr Filip Fridman – Oshvyentshim [Auschwitz] 1950

60. B. Rozen – Tlomatske 13 [13, rue Tlomatckie]

61-62. Dovid Flinker – In shturem, roman [Dans la Tourmente, roman]

63. Yanush Kortshak – Moyshelekh, Yoselekh, Yisroeliklekh [Petits Moïse, petits Joseph, petits Israël]

64-65. Mordkhe Shtrigler – Verk tse [Travail C]

66. Khaym Grade – Shayn fun farloshene shtern [Rayonnement d’étoiles éteintes]

67. Rivke Kyatkovska – Fun lager in lager [De Camp en camp]

68. Yoel Mastboym – Mayne shturmishe yorn [Mes Années tourmentées]

69. Elye Troski – Goles Daytshland [L’Exil d’Allemagne]

70. Y. Shatski – Kultur-geshikhte fun der haskole [Histoire culturelle de la Haskala]

71. Nakhmen Mayzel – Geven a mol a lebn [Il était une fois une vie] 1951

72. Y. Y. Trunk – Simkhe Plakhte fun Narkove [Simcha Plachta de Narkova]

73. Yehudo Elberg – Unter kuperne himlen [Sous des Cieux de cuivre]

74. A. Mokdoni – Oysland [À l’Etranger]

75. Zigmunt Turkov – Fragmentn fun mayn lebn [Fragments de ma vie]

76. Yoshue Perle – Yidn fun a gants yor [Simples juifs]

77. Yenkev Leshtsinski – Erev Khurbn [À la Veille de la destruction]

78. Daniel Tsharni – Vilne [Vilnius]

79. Z. Segalovitsh – Der letster lodzsher roman [Le dernier Roman de Lodz]

80. Yizkor-Bukh [Livre du souvenir] – Belkhatov [Belchatow]

81. M. Y. Shelyuvski – Oyf a fuler vokh [Pour toute une semaine]

82-83. Yitskhok Perlov – Der tsurikgekumener [Le Revenant] 1952

84. Yosef Okrutni – Dos bukh fun di elnte [Le Livre des malheureux]

85-86. Mordkhe Shtrigler – Goyroles [Destins]

87. Yosef Tenenboym – Galitsye, Mayn alte heym [La Galicie, mon ancien pays]

88. Zalmen Sazar – Shtern fartog, zikhroynes [Etoiles à l’aube, souvenirs]

89. Moyshe Dovid Giser – Dos gezang fun a lebn [Le Chant d’une vie] 1953

90. Z. Y. Anokhi – Reb Abe un ander ksuvim [Reb Aba et autres écrits]

91-92. Emanuel Ringelblum – Kapitlen geshikhte [Chapitres d’histoire]

93. Shimen Horontshik – In geroysh fun mashinen [Dans le bruit des machines]

94. Gershem Bader – Mayne zikhroynes, Kroke [Mes souvenirs, Cracovie]

95-96. Yonas Turkov – Farloshene shtern [Etoiles éteintes] 1954

97-98. Alter Katsine – Shtarke un shvakhe [Les Forts et les faibles]

99. Pue Rakovski – Zikhroynes fun a yiddisher revolutsionerin [Souvenirs d’une révolutionnaire juive]

100. Mark Turkov – Di letste fun a groysn dor [Les derniers d’une grande génération]

101. Y. Hirshhoyt – Yiddishe naft-magnatn [Les magnats du pétrole juifs]

102. Moyshe Zonshayn – Yidish Varshe [Le Varsovie juif]

103. P. Mints [Aleksander] – Di geshikhte fun a falsher iluzye [L’histoire d’une fausse illusion]

104. Y. Y. Trunk – Di velt iz ful mit nesim [Le monde est plein de miracles] 1955

105-106-107. Mikhoyl Borvitsh – Arishe papirn [Papiers aryens]

108-109. Mordkhe Shtrigler – Georemte mitn vint [Bras dessus bras dessous avec le vent]

110-111. Dr A. Mokdoni – Varshe un Lodzh [Varsovie et Lodz]

112. Borekh Hager – Malkhes Khsides [Le royaume des hassidim]

113. B. Shefner – Novolipye 7 [7, rue Nowolipie]

114. Pinkhes Shteinvaks, Yidn tsum gedenken [A la mémoire de Juifs]

115. K. Tsetnik, Dos hoyz fun lyalkes [La Maison de poupées]

116. Max Weinreikh, Fun beyde zaytn ployt [Des deux côtés de ?]

117. Eliezer Vizl, Un di velt hot geshvign [Et le monde se taisait] 1956

118. Sh. Berlinski, Yerushe  [Yerushe]

119. Yosef Tenenboym, Tsvishn milkhome un sholem [Entre guerre et paix]

120. Yosef Okrutni, Sof kapitl [Fin de chapitre]

121. Zigmunt Turkov, Teater-Zikhroynes fun a shturmisher tsayt [Souvenirs théâtraux d’une époque orageuse]

122. Ber I. Rozen, Portretn [Portraits]

123. Avrom Tenenboym-Arzi, Lodz un ire yidn [Lodz et ses Juifs]

124-125. Moyshe Kaganovitch, Di milkhome fun yiddishe partizanen [La Guerre des partisans juifs]

126-127. Avrom Zak, Knekht zenen mir geven [Nous avons été esclaves]

128. Yankev Glatshtein, Ven yash is geforn [Quand Yash est parti] 1957

129-130. Dovid Flinker, Naye tsaytn  [Temps nouveaux]

131. Moyshe Yudl Shelyubski, In der velt arayn [Incursion dans le monde]

132. Yitskhok Shvartsbart, Tsvishn beide velt-milkhomes [Entre les deux guerres mondiales]

133. Leon Leneman, Der khezhbn blaybt ofn [Le compte reste ouvert] 1958

134. Shloyme Frank, Tog-bukh fun lodzer geto [Journal du ghetto de Lodz]

135. M. Bakaltshuk, Zikhroynes fun a yiddishn partizan [Mémoires d’un partisan juif]

136. Pinkhes Velner, In yene teg [En ces jours-là]

137. Elimeylekh Rak, Zikhroynes fun a yiddishn hantverker-tuer [Mémoires d’un artisan juif]

138. Hirsh Abramovitch, Farshvundene geshtaltn [premirt durkhnTsvi-Kessel-fond, Mexico, 1959] [Figures disparues] [lauréat du fonds Zvi Kessel, Mexico, 1959]

139. B. Terkel, Tsvishn shakaln [Au milieu des chacals] 1959

140. I.L. Valman, Poylishe yidn [roman] [Juifs polonais [roman]]

141-142. N. Shemen, Dos gezang fun Khsides [Le Chant du hassidisme]

143-144. Tsvi Kahan, Shturmishe doyres [roman] [Des générations orageuses]

145. Yonas Turkov, Nokh der bafrayung [Après la Libération]

146. Helena Shereshevsko, Tsvishn tseylem un mezuze [Entre la croix et la mezuza]

147. Pinkhes Shteinvaks, Yiddishe mames tsum gedenken [A la mémoire de mères juives]

148. Volf Merkur, Di velt is khelem [Le Monde est Chelm]  1960

149. Rubn Ben-Shem, Poyln brent… [La Pologne brûle]

150. Yitskhok Turkov-Grudberg, Penemer un maskes [Visages et masques]

151. Shloyme Prizament, Broder zinger [Les Chanteurs de Brody]

152. Dovid Lederman, Fun yener zayt forhang [De l’autre côté du rideau]

153. Sheyne-Miryam Broderzon, Mayn laydns-veg mit Moyshe Broderzon [Mon chemin de souffrances avec Moyshe Broderzon]

154. Pola Apenshlak, Yanus Kortshak [Janusz Korczac]1961

155. Shloyme Breynski, Mentshn fun Jelekhov [Gens de Zelechow]

156. Zigmunt Turkov, Di ibergerisene tkufe [L’époque déchirée]

157-158. Dovid Davidovitch, Kunst-geshikhte fun shuln in Poyln [Histoire de l’art des synagogues de Pologne]

159. A. Almi, Zamlbukh [Recueil] 1962

160. Yitskhok Levin, Yidn in altn poyln [Les Juifs dans l’ancienne Pologne]

161. Meyleh Ravitch, Dos Mayse-bukh fun mayn lebn [L’histoire de ma vie]

162. Yisroel Emyot, Fardekte shpiglen [Miroirs couverts]

163-164. Hershl h. Veinroykh, Komisarn [roman] [Commissaires]

165. Yeshaye Trunk, Geshtaltn un gesheenishn [Images et événements]

166. Avrom Zak, In onheyb fun friling [Au début du printemps]

167. Shloyme Shapiro, Zikhroynes fun a maran [Mémoires d’un marrane] 1963

168. B. Terkel, Di zun fargeyt baym Amu-Darya [Le Soleil se couche sur l’Amu-Darya]

169. D. Zakalik, In Shturem [Dans la tempête]

170. N. Kantorovitch, Farshvundene yiddishe yeshuvim [Communautés juives disparues]

171. Melekh Ravitch, Tsveyter band fun zikhroynes [Deuxième volume de mémoires] 1964

172. Kehos Kliger, Di sheyne royz… [La belle rose…]

173. Yitskhok Turkov-Grudberg, Oyf mayn veg… [Sur mon chemin…]

174. Avrom Zak, Oyf vegn gun goyrl [dertseylungen] [Sur les chemins du destin [récits]]

175. Nokhmen Blumental, Literatur unter der natsi-okupatsie [La littérature sous l’Occupation nazie] 1966

 

 

18 décembre 2013 : Mémoire(s) et nostalgie des Juifs d’Odessa : un phénomène spécifique ?

La prochaine séance de l’atelier “Histoire des Juifs en Europe après 1945″ aura lieu mercredi 18 décembre, de 17h à 19h. Nous recevrons Isabelle Ferri-Némirovski, doctorante à l’INALCO, qui nous présentera ses recherches sur : “Mémoire(s) et nostalgie des Juifs d’Odessa : un phénomène spécifique ?”. Son intervention sera discutée par Simon Perego, doctorant à Sciences Po.

La séance aura lieu à Sciences Po, 28 rue des Saints Pères (75007, Paris), salle H401

Résumé

Mémoire(s) et nostalgie des Juifs d’Odessa : un phénomène spécifique ?
Odessa – ville portuaire d’Ukraine sur les bords de la mer Noire, fondée en 1794 par l’impératrice russe Catherine II – a toujours exercé un pouvoir d’attraction et de fascination rêveuse. Cette cité aux charmes méditerranéens est depuis sa genèse jusqu’aux premières heures du XXe siècle un îlot de liberté où une grande partie de sa population cosmopolite peut jouir de conditions de vie privilégiées malgré la misère subie par certains. En tout état de cause, force est de constater que les normes en vigueur dans cette ville de progrès se distinguent très nettement de celles qui prévalent dans le reste de l’Empire. Quant au statut des Juifs qui représentent plus de 30 % de la population totale, il est très différent de celui de leurs coreligionnaires confinés dans la Zone de résidence. Le Juif d’Odessa – façonné par une ville portuaire effervescente dont il sait saisir les opportunités d’un environnement perméable à la nouveauté et les chances de promotion offertes par la ville – devient un personnage archétypique de la fin du XIXe et du début du XXe siècle. Acteur dynamique et incontournable de la cité, il réussit à forger la communauté juive la plus moderne de Russie en décidant d’emprunter la voie de la sécularisation tout en aspirant à l’émancipation. Le climat odessite est particulièrement favorable aux forces de renouvellement de l’identité juive et ses définitions se recomposent tout en se diversifiant grâce à la réflexion des intellectuels de la ville.

L« Odessa juive » convoque l’imaginaire : elle a engendré des pages entières de littérature, trouvé sa place dans des carnets de voyage tenus par des écrivains qui sillonnaient la Russie au XIXe siècle et a également inspiré des démarches picturales, cinématographiques et des œuvres artistiques les plus variées. En outre, son évocation déclenche souvent un sentiment de profonde nostalgie chez ses exilés et, plus surprenant encore, chez leurs descendants. Cet état de langueur ne s’inscrirait pas davantage dans une définition traditionnelle mais s’exprimerait plutôt de manière singulière et sans ambigüité : la ville d’Odessa serait bien la quintessence d’une nostalgie collective, d’un attachement qui relève souvent du patriotisme. Par ailleurs, elle ne serait pas inféconde et aurait su trouver ses propres remèdes. Plusieurs nouveaux ports d’attache de ces hommes et ces femmes, qui ont fui les pogromes qui sévissaient à Odessa et dans toute la Russie à la fin du XIXe siècle, sont rebaptisés Odessa, Little Odessa ou New Odessa dans une référence directe au lieu d’origine.

Le Juif d’Odessa affirmerait-il sa différence et son originalité jusque dans son expression nostalgique ? Plutôt qu’un abattement, cette langueur ne serait-elle pas davantage un levier, un moteur puissant de la construction et de l’élaboration d’une mémoire vivante et vitale ? Une thèse de doctorat intitulée « Mémoires et nostalgie des Juifs d’Odessa : un phénomène spécifique ? » s’attachera à établir la pertinence de l’hypothèse suivante : la prégnance et les spécificités de la mémoire juive odessite en des lieux divers et sous des formes plurielles.

A propos des intervenants

Isabelle Ferri-Némirovski est actuellement doctorante à l’INALCO sous la direction d’Anne Grynberg et de Jean Baumgarten, après un Master d’études hébraïques et juives obtenu en 2012 à l’INALCO. Une licence de russe à l’INALCO puis l’obtention du diplôme du russe des affaires de la Chambre de Commerce de Paris en 1986, la conduit à exercer comme traductrice dans le Service des études économiques, de la documentation et de la traduction à la BCEN-Eurobank, banque contrôlée par l’URSS ayant son siège à Paris pendant 10 ans. Sa recherche actuelle porte sur la singularité de la mémoire d’Odessa chez les Juifs après l’émigration.

Simon Perego est doctorant et ATER au Centre d’histoire de Sciences Po. Paris. Sa thèse, préparée sous la direction de Claire Andrieu, s’intitule : « L’expérience de la Seconde Guerre mondiale : mémoires et représentations au sein du monde juif en France entre 1944 et 1967 ». Aux côtés de Renée Poznanski, il est également commissaire scientifique de l’exposition consacrée au CDJC (1943-2013) et présentée au Mémorial de la Shoah du 25 avril au 17 novembre 2013. Parmi ses publications, citons notamment l’article paru en 2010 dans la Revue d’histoire de la Shoah et portant sur « Les commémorations de la destruction des Juifs d’Europe au Mémorial du martyr juif inconnu du milieu des années cinquante à la fin des années soixante ». Nous pouvons également faire mention de ses quatre articles à paraître prochainement dans le Dictionnaire du judaïsme français de 1945 à nos jours et dirigé par Jean Leselbaum : « Commémorations », « Centre de documentation juive contemporaine », « Mémorial de la Shoah » et « Libération ». Voir sa page personnelle