Archives de catégorie : Atelier de recherche

Programme de l’année 2014-2015

Le séminaire se tient un jeudi par mois de 17 à 19h dans les locaux de Sciences Po Paris, ou, cas exceptionnel, dans ceux de l’IHTP.

Le lieu de chaque séance sera à chaque fois précisé (au moins une semaine avant sa tenue) via une annonce publiée sur ce site.

 

19 février 2015

  • Jérémy Guedj (Université de Nice)  : « Entre impératif d’“assimilation” et gestion pragmatique des minorités : la IVe République et les Juifs étrangers

Discutante : Anne Grynberg (Professeur des Universités à l’INALCO)

Jeudi 19 mars 2015

  • Paul Lenormand (Centre d’Histoire de Sciences Po) : « La Tchécoslovaquie après 1945 : bonne mère ou marâtre pour les Juifs ? ».

Discutante : Marta Craveri (FMSH et Chercheur associé au CERCEC)

 Jeudi 16 avril 2015

  • Julie Constant (Université Bordeaux 3) : « Les artistes rescapés de la Shoah en France de 1945 à 1995 : parcours, œuvres et réception ».

Discutant : Didier Schulman (Centre Pompidou)

Mardi 12 mai 2015

  • Alma Heckman (UCLA) : « “Un parcours immobile” ? La participation politique des Juifs du Maroc au seuil de l’indépendance ».

Discutant : Pierre-Jean Le Foll-Luciani (Université du Maine)

Jeudi 25 juin 2015

  • Antoine Burgard (Université Lyon 2 / UQAM) : « “Une nouvelle vie dans un nouveau pays”. Trajectoires d’orphelins de la Shoah vers le Canada (1947-1952) ».

Discutante : Claire Zalc (IHMC, CNRS-ENS)

60 ans de haine ? Les rescapés des camps et l’Allemagne depuis 1945

À propos de la séance du 25 juin 2014 de l’atelier « Histoire des Juifs en Europe après 1945 »
Intervention de Henning Fauser discutée par Olivier Lalieu.

Compte-rendu de l’intervention

Représentations de l’Allemagne et des Allemands chez d’anciens concentrationnaires français. Henning Fauser nous a présenté sa recherche doctorale consacrée aux représentations entre 1945 et 2005 de l’Allemagne et des Allemands chez les anciens concentrationnaires, transférés pendant la Seconde Guerre mondiale de France en Allemagne.

Après quelques années de recherche[1] et de collecte de témoignages d’anciens concentrationnaires, il s’est rendu compte qu’il existait un « prêt à penser » qui ne collait pas avec la réalité du ressenti exprimé par les victimes qu’il avait rencontrées : les anciens concentrationnaires éprouveraient unanimement depuis 1945 un sentiment de haine à l’égard des Allemands.

Si la majorité des opinions exprimées dans la France de l’immédiat après-guerre confortent, à de rares exceptions près[2], cette idée de haine envers les Allemands, désignés alors sous les termes de « barbares », « nazis », « fridolins », « boches » ou encore « schleu », Henning Fauser constate que 60 après ce n’est plus le cas ou plutôt, disons-le autrement, ce qui était dicible en 1945 ne l’est plus en 2005.

Ainsi, lorsqu’à la commémoration du 60e anniversaire de la libération des camps à Compiègne, l’ancien déporté André Verchuren a dit « Je regrette qu’il y ait encore aujourd’hui des Allemands vivants », il s’est fait immédiatement houspillé par l’ensemble des camarades déportés, présents également à cette manifestation.

Problématique

Cette question du dicible – ce qu’on peut dire à un moment dans une société (ou dans un groupe, chez les anciens déportés en particulier) sans se faire critiquer par les autres membres – est au cœur de la recherche d’Henning Fauser. Ce dernier s’appuie sur une approche développée par Siegfried Jäger, « l’analyse critique des discours », qui lui permet d’étudier, dans une perspective à la fois quantitative et qualitative, les représentations de l’Allemagne et des Allemands véhiculées par les discours des anciens concentrationnaires entre 1945 et 2005. Il s’agit pour Henning Fauser non seulement d’analyser comment ces représentations ont évolué pendant ces 60 ans mais aussi quels sont les facteurs explicatifs de la transformation ou permanence de ces images. Il porte, par ailleurs, une attention particulière à l’impact de l’expérience concentrationnaire sur ces visions d’après-guerre.

Population étudiée

S’il préfère utiliser le terme de « concentrationnaires », forgé par David Rousset[3], à celui, plus courant en France, de « déportés », c’est d’abord pour se libérer des enjeux mémoriels et juridiques qui entourent ce terme depuis des décennies. Mais c’est aussi parce que cette dénomination plus neutre correspond mieux à la réalité de la population considérée dans sa recherche : les anciens déportés juifs de France et les ex-déportés politiques et résistants, ainsi que les Français arrêtés sur le territoire du Reich (dont les prisonniers de guerre et requis du STO) internés dans des camps de concentration et revenus en France après leur libération.

Sources

Les sources mobilisées par Henning Fauser sont de trois types : les publications d’associations d’anciens déportés, les récits autobiographiques et les témoignages recueillis auprès d’anciens concentrationnaires. En ce qui concerne les bulletins d’associations, son choix s’est naturellement d’abord porté vers ceux des deux grandes fédérations, dominées par des hommes et regroupant à elles deux un grand nombre de déportés politiques et résistants, et même quelques déportés juifs : Le Patriote Résistant, un mensuel paru depuis 1946 de la Fédération nationale des déportés, internés, résistants et patriotes (FNDIRP), et Le Déporté, organe édité depuis 1951 par la Fédération nationale des Déportés et Internés de la Résistance et l’Union nationale des associations de déportés, internés et familles de disparus (FNDIR-UNADIF). Henning Fauser y a en outre adjoint le bulletin publié à partir de 1946 par l’Association nationale des anciennes déportées et internées de la résistance (ADIR), Voix et Visages, et celui paru dès la création en 1945 de l’Amicale des déportés d’Auschwitz et des camps de Haute Silésie, Après Auschwitz. Tandis que Voix et Visages lui offre une vision féminine de l’Allemagne et des Allemands après la guerre, Après Auschwitz représente la voix des rescapés juifs[4]. A côté de ces discours institutionnels, Henning Fauser s’est également intéressé aux témoignages individuels, sous la forme de récits autobiographiques publiés et d’entretiens avec d’anciens concentrationnaires, pour la plupart membres d’une ou plusieurs des associations concernées par cette étude.

Méthodologie

La lecture des publications des associations d’anciens déportés lui a ainsi permis d’identifier à ce jour un grand nombre d’événements discursifs qu’il a répartis dans quatre domaines : politique (comme la signature du traité de l’Élysée en 1963), judiciaire (tels que les procès des criminels nazis), culturel (comme le feuilleton Holocauste ou le Journal d’Anne Frank) et symbolique (par exemples, l’inauguration de monuments ou la gifle de Beate Klarsfeld donnée au chancelier allemand Kiesinger en 1968). Grâce à ce repérage et cette étude des événements discursifs, Henning Fauser est ainsi en mesure, dans le cadre de l’analyse des témoignages des rescapés, de savoir sous l’effet de quel(s) événement(s) le témoin parle.

Henning Fauser distingue les discours des anciens concentrationnaires sur le passé (sur le nazisme, l’Allemagne nazie, les Allemands sous le nazisme) et les discours sur le présent (sur les Allemagnes après 1945). Dans le premier cas, il interroge l’influence du présent sur la vision du passé. Dans le second cas, il cherche à comprendre comment le vécu concentrationnaire influence la vision de l’Allemagne de l’après-guerre. A l’aide du logiciel CITAVI, il repère alors les liens entre ces différents discours.

Plan de thèse

Henning Fauser nous a présenté ensuite un plan de thèse subdivisé en 4 grandes périodes :

1945-1963 :

-Période de la Guerre froide qui conduit à une forte opposition entre les associations, en particulier entre la FNDIRP et la FNDIR. Tandis que la première procède à une diabolisation de l’Allemagne de l’Ouest, en exagérant la place des anciens nazis en RFA et à une idéalisation de l’Allemagne de l’Est, la seconde préconise la réconciliation avec la RFA et s’indigne contre le manque de liberté en RDA (opposition entre la vision antifasciste et la vision antitotalitaire de l’Allemagne).

-Période également de la prédominance de la mémoire héroïque avec une valorisation des déportés résistants et le camp de concentration de Buchenwald érigé en symbole de la déportation.

-Période où l’identification entre les Allemands et le nazisme est très forte; Exprimée à travers les termes de « renaissance » ou « résurgence », la peur du retour du nazisme est très prégnante et créée de fortes polémiques, notamment au moment de la remilitarisation de l’Allemagne ou encore lorsque Hans Speidel, un ancien général de la Wehrmacht basé en France sous l’Occupation est nommé en 1957 commandant en chef des forces terrestres de l’OTAN (à ce titre, il avait donc autorité sur les armées françaises).

1963-1978 :

Période à la fois de détente et d’inquiétude à l’égard de l’Allemagne qui créée l’unité des associations autour de la peur de l’oubli avec l’arrivée d’une nouvelle génération qui n’a pas connu la Seconde Guerre mondiale (les associations ont alors le souci de transmettre l’histoire et la mémoire des crimes allemands sans créer une haine ou un désir de vengeance envers les Allemands; apparition du slogan « Ni haine ni oubli »), autour de la peur du retour d’un régime d’extrême-droite (suite aux succès électoraux du NPD, parti national démocratique, en 1966-67) et autour des efforts pour la prolongation de la prescription des crimes nazis.

1979-1990 :

Période marquée par un grand tournant : la  mémoire de la Shoah s’impose et supplante même la mémoire des résistants; événement concomitant du combat de l’ensemble des associations d’anciens déportés contre les négationnistes.

1990-2005 :

Période qui commence avec la réunification de l’Allemagne, génératrice à la fois d’une nouvelle peur chez les rescapés de l’apparition d’un IVe Reich et d’une grande déception chez les partisans de la vision antifasciste suite à la découverte de la présence en Allemagne de l’Est d’anciens nazis et d’un mouvement d’extrême-droite et xénophobe.

Période marquée également par la raréfaction des polémiques (citons entre autres, celle liée à l’exposition allemande de 1995 sur les crimes de la Wehrmacht pendant la Seconde Guerre mondiale qui, du fait de la dénonciation publique du mythe d’une armée innocente, créa un grand scandale en Allemagne, ou encore les discussions autour du pape Benoit XVI qui fut  membre des jeunesses hitlériennes). Mais c’est surtout une période pendant laquelle les rescapés font l’éloge du travail de mémoire accompli en Allemagne.

 

En conclusion, Henning Fauser souligne que le contexte politique et le degré d’importance accordé à l’appartenance ou l’origine nationale sont les deux principaux éléments qui influent sur les représentations de l’Allemagne et des Allemands chez les rescapés. Toutefois, au-delà de leurs différences, les anciens concentrationnaires ont fait front commun à plusieurs reprises au cours des ces 60 ans face à une menace supérieure (notamment dans le combat contre la prescription des crimes dans les années 1960-70 ou contre les négationnistes dans les années 1980-90) ; ils ont partagé également des objectifs communs comme cette volonté à partir des années 1960 de transmettre l’histoire et la mémoire des crimes allemands aux nouvelles générations; enfin, ce qui les réunit, c’est aussi une question récurrente que les rescapés se posent : où étaient les Allemands de mon âge quand j’étais dans le camp ?

Discussion

Olivier Lalieu :

précise qu’il a entamé une thèse sur le mouvement déporté face à la Guerre froide, qu’il a eu l’opportunité de consulter les mêmes sources et qu’il partage la plupart des constats posés par Henning Fauser.

Il commence par mentionner le cas d’une autre association d’anciens déportés, non étudié par Henning Fauser, l’amicale de Dachau, dont la singularité tient d’abord à la nature de ses membres : son président Edmond Michelet mais aussi Joseph Rovan. Cette amicale a joué un rôle central, notamment dans le cadre de la naissance du service international de recherche au début des années 1950, afin que les archives ne reviennent pas à l’Allemagne. Ces dernières, bien qu’installées sur le territoire allemand (à Bad Arolsen), ont été finalement placées sous l’égide du comité international de la Croix-Rouge avec comme représentant de la France, Pierre-Louis Berthaud, un proche d’Edmond Michelet, également membre de l’amicale de Dachau.

Il poursuit son propos en indiquant qu’il est difficile, 70 ans après la Libération, de s’imaginer d’une part la force morale et politique qu’ont pu représenter à certains moments les anciens concentrationnaires dans la société française, et d’autre part, l’existence simultanée d’une fraternité et de puissantes haines entre les anciens déportés.

Il est important pour Olivier Lalieu de tenir compte des trois guerres passées pour expliquer cette haine ressentie par les déportés français à l’égard des Allemands après leur libération en 1945. En effet, pour ces anciens déportés, nés avec la guerre de 1870 et de 1914 – certains même engagés comme soldats –  l’Allemand est alors perçu comme « le prolongement de cette vision du boche héritée de trois guerres ».

Cette force politique que représentaient les anciens déportés regroupés au sein d’associations et de fédérations après la guerre a largement profité à des partis politiques. Olivier Lalieu précise en effet qu’aujourd’hui il est attesté que la FNDIRP et ses organisations affiliées comme les amicales de camps ont été utilisées – du fait de leur capital moral et de leur aura dans la société française –  par le Parti communiste français, derrière l’Union soviétique, pour lutter contre la reconstruction politique et militaire de l’Allemagne.

S’il y a eu des moments de clivage entre les associations d’anciens déportés, il revient également sur les moments de recherche d’unité. Il évoque en particulier le cas d’Albert Forcinal, un des dirigeants de la résistance clandestine au camp de Buchenwald, et un des fondateurs de la FNDIR en 1945, qui quitte cette dernière pour rejoindre la FNDIRP au moment de la création de la communauté européenne de défense au début des années 1950, convaincu de la nécessité d’une union dans le combat contre la remilitarisation de l’Allemagne.

Il évoque ensuite les particularités propres de l’Amicale d’Auschwitz et de l’Association des anciens déportés juifs de France, en soulignant néanmoins le fait qu’elles étaient toutes deux affiliées à la FNDIRP et partageaient la même sensibilité.

Henning Fauser :

Revient sur le personnage très intéressant de Joseph Rovan qui a publié en 1945 dans la revue Esprit un article « L’Allemagne de nos mérites », à contre-courant des discours ambiants. Il fait partie de ces personnes comme Robert Antelme, David Rousset, Louis Martin Chauffier qui sont les premiers à introduire un discours qui se banalise par la suite. Il pense intégrer ce type de discours parmi les visions qu’il appelle « philosophiques ».

Laure Fourtage :

Dans le titre de sa thèse, Henning Fauser indique qu’il s’intéresse aux représentations des anciens concentrationnaires « français », c’est-à-dire à ceux qui ont la nationalité française. Or, parmi  les déportés juifs de France qui ont survécu et qui font partie de son étude, se trouvent également des étrangers.

Henning Fauser :

s’intéresse bien dans sa recherche aux Français et aux étrangers. Fait appel à l’auditoire pour lui proposer d’autres formulations

Simon Perego :

Propose d’utiliser le terme « de France » à la place de « français ».

Henning Fauser :

Pense que ce terme ne convient pas car dans la population concernée par son étude, il y a aussi des personnes arrêtées en Allemagne et non en France.

Julia Maspero :

Dans le titre de sa thèse, Henning Fauser précise qu’il s’agit des représentations des anciens concentrationnaires. Or son étude s’appuie beaucoup sur les bulletins des associations d’anciens déportés. Elle demande donc à quel moment il a la vision propre d’un individu et non celle d’une association.

Henning Fauser :

a commencé son étude par la vision des individus en s’intéressant aux biographies des rescapés, témoignages et aux questionnaires envoyés à des survivants mais il lui a paru plus probant par la suite de se concentrer sur les publications des associations sachant que leur discours est un compromis.

Laure Fourtage :

demande s’il a consulté les archives administratives de ces associations pour trouver des discussions et/ou des conflits entre les membres d’une association ?

Henning Fauser :

Il ne voit pas ce que cela aurait changé. Faire un choix méthodologique c’est écarter d’autres approches. Par exemple, il a envisagé au début de son étude de prendre en compte l’origine régionale  (une personne née en Bretagne a une autre vision qu’une personne née en Alsace) et aussi de tenir compte de l’âge (pour voir si la génération joue un rôle ou non dans les représentations) mais il a préféré se concentrer sur l’évolution des représentations dans le temps. Il reconnaît que les associations ne représentent pas tous les concentrationnaires, il connaît des déportés qui n’ont jamais fait partie d’une association et qui ne veulent pas témoigner encore aujourd’hui mais il s’agit d’une minorité.

Julia Maspero :

Pense que la comparaison avec la vision de la Pologne serait intéressante

Henning Fauser :

Est d’accord qu’il serait intéressant de comparer avec d’autres pays; des déportés lui ont dit  » en Allemagne, l’antisémitisme existait seulement entre 1933 et 1945 mais en Pologne, l’antisémitisme existait depuis des décennies » ou « il faut se méfier des Polonais ».

Olivier Lalieu :

Pose la question de l’intérêt de la comparaison avec l’Autriche en évoquant l’existence en France de l’amicale de Mauthausen.

Henning Fauser :

a écarté de suite cette comparaison car excepté ceux déportés à Mauthausen, les anciens déportés ne font pas la distinction entre les Allemands et les Autrichiens; on trouve quand même parfois des allusions aux Autrichiens dans les bulletins comme lors des succès électoraux de l’homme politique d’extrême-droite Jörg Haider.

Simon Perego :

La comparaison avec l’Autriche serait aussi intéressante concernant la question des réparations. Alors que l’Allemagne a toujours eu une politique volontariste des réparations, l’Autriche  a été beaucoup plus réticente à assumer sa part pécuniaire du devoir de mémoire.

Henning Fauser :

L’Allemagne de l’Est aussi. Le discours récurrent de la FNDIR adressé à la FNDIRP à ce sujet est : « Pourquoi vos amis est-allemands ne paient pas ? »

Julia Maspero :

demande si Henning Fauser tient compte des images que les Français avaient des Allemands avant la guerre et en quoi elles restent ou changent après la guerre. Certains termes pour qualifier les Allemands existaient déjà peut-être avant la guerre. Elle précise aussi que les Français naturalisés et les juifs étrangers n’ont certainement pas le même rapport à la France que les Français.

Henning Fauser :

voulait faire commencer cette recherche en 1870 car les déportés les plus âgés sont nés cette année là mais ce n’est pas possible faute de sources suffisantes. Il s’est d’ailleurs intéressé dans son mémoire de Master 2 aux déportés nés après la Première Guerre mondiale et il commence donc avec leur enfance dans l’entre-deux-guerres, l’influence des parents et de l’école sur les visions de l’Allemagne, la montée du nazisme mais c’était méthodologiquement très compliqué à cause du manque de sources. Les quelques informations qu’il a recueilli sont anecdotiques. Il évoque alors les propos d’un témoin qui lui raconta que, lorsqu’elle lui tendait une cuillère, sa grand-mère disait « encore une que les prussiens n’auront pas », ses parents, quand à eux, disaient « encore une que les boches n’auront pas ».

Laure Fourtage :

Demande comment il envisage d’utiliser les témoignages individuels d’anciens déportés ou les récits autobiographiques par rapport aux discours dans ces bulletins d’associations.  Veut-il les mettre en miroir par rapport aux discours véhiculés par ces bulletins ? C’est aussi la question de la représentativité de ces témoignages.

Henning Fauser :

Quand il a commencé, il ne jurait que par les interviews car il voulait travailler aussi sur la période de l’avant-guerre (sur l’influence de l’enfance etc.) ; il a essayé d’avoir une représentativité entre les trois formes de déportation, entre les hommes et les femmes, les déportés juifs et les déportés politiques, etc. L’idée est en effet de voir quels sont les discours des associations qui apparaissent ou non dans les discours individuels et vice-versa. Par exemple, le petit scandale lié aux propos tenus par André Verchuren qu’Henning Fauser a évoqué dans l’introduction n’apparaît dans aucun bulletin. Les entretiens avec d’anciens déportés lui permettent aussi de s’apercevoir de quels événements ces derniers se souviennent encore aujourd’hui. Si Henning Fauser n’en parle pas, les témoins n’abordent jamais d’eux-mêmes, par exemple, la question, si brûlante pour certains dans les années 1950, du réarmement de l’Allemagne.


[1] Si Henning Fauser a entamé en 2010 sa recherche doctorale,  il a commencé à s’intéresser à ce sujet plus tôt.

[2] Robert Antelme est l’un des rares déportés dans l’immédiat après-guerre à s’opposer à cette vision dominante.

[3] Dans son livre L’Univers concentrationnaire paru en 1946.

[4] Henning Fauser a écarté de son analyse l’Association des anciens déportés juifs de France en raison du manque de sources, en particulier le faible nombre de bulletins disponibles. Cependant, il intègrera les informations qui lui paraissent intéressantes, puisées dans les quelques numéros accessibles et dans les articles rédigés par des membres de l’association, Henri Bulawko entre autres.

25 juin 2014 : Représentations de l’Allemagne et des Allemands chez d’anciens déportés français

La prochaine séance de l’atelier « Histoire des Juifs en Europe après 1945 » aura lieu le mercredi 25 juin 2014, de 17h à 19h. Nous recevrons, Henning Fauser, doctorant en cotutelle à l’université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne et à Martin-Luther-Universität Halle-Wittenberg, qui présentera sa thèse intitulée : L’évolution des représentations de l’Allemagne et des Allemands chez d’anciens concentrationnaires français. Sa présentation sera discutée par Olivier Lalieu, historien et responsable de l’aménagement des lieux de mémoire et des projets externes du Mémorial de la Shoah.

La séance aura lieu au Centre d’histoire de Sciences Po, 56 rue Jacob, 75006 Paris, salle du Traité (1er étage).

Résumé de l’intervention

L’évolution des représentations de l’Allemagne et des Allemands chez d’anciens concentrationnaires français. La recherche doctorale d’Henning Fauser est consacrée à l’évolution des représentations de l’Allemagne et des Allemands chez d’anciens déportés français entre 1945 et 2005. Celui-ci se propose d’étudier les continuités et changements des discours sur les voisins d’outre-Rhin, tout en analysant l’impact de l’expérience concentrationnaire.
L’approche méthodologique utilisée se rapproche de « l’analyse critique du discours » (« Kritische Diskursanalyse »)1 . Celle-ci est employée dans l’analyse qualitative et quantitative des discours sur le passé et sur le présent de l’Allemagne et des Allemands. D’une part, l’évolution des discours sur le IIIe Reich et les Allemands sous le nazisme est examinée tout en prenant en compte l’influence du présent respectif sur la perception de ce passé. D’autre part, il s’agit d’étudier les discours sur les États allemands nés après 1945, ainsi que sur leurs citoyens. L’objectif sera ici d’identifier l’influence du passé nazi sur la vision des Allemagne d’après-guerre. En fin de compte, il s’agit de déterminer les contextes dans lesquels des discours sur le passé nazi sont liés à ceux sur les Allemagne d’après 1945 et d’identifier les images de l’Allemagne et des Allemands ainsi créées. Ces recherches sont basées sur des publications – bulletins, journaux et livres – de quatre associations d’anciens déportés, ainsi que sur des récits autobiographiques et des interviews avec des survivants des camps de concentration.

Biographies des intervenants

Henning Fauser est lecteur d’allemand à l’Institut des Études Politiques de Rennes et doctorant en cotutelle à l’université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne et à Martin-Luther-Universität Halle-Wittenberg. Sa thèse, entamée en 2010 et préparée sous la direction d’Annette Wieviorka et de Dorothee Röseberg, est intitulée : L’évolution des représentations de l’Allemagne et des Allemands chez d’anciens concentrationnaires français. Cette recherche doctorale fait suite à plusieurs travaux universitaires déjà consacrés à cette question. En effet, il s’est d’abord intéressé aux représentations des anciens détenus du camp de concentration Langenstein-Zwieberge (voir un article de synthèse de son mémoire), pour élargir ensuite sa focale aux anciens détenus des camps de concentration de Buchenwald, Dora et leurs kommandos. Enfin, il a soutenu, à l’École normale supérieure de Lyon et à l’université de Fribourg‐en‐Brisgau en 2010, un mémoire de Master 2 qui portait sur les perceptions de l’Allemagne et des Allemands chez les déportés français – masculins, nés après la Première Guerre mondiale – quel que soit le lieu de détention en Allemagne nazie. Henning Fauser a reçu, pour ce mémoire, le prix d’excellence 2010 de l’Université Franco-Allemande et le « Prix de Promotion 2010 » (Förderpreis 2010) de l’association des amis du Centre Français de Fribourg-en-Brisgau. Henning Fauser est, par ailleurs, trésorier du groupe interdisciplinaire de recherche Allemagne-France (GIRAF-IFFD). Dans ce cadre, il a co-organisé, en 2012, le 6e atelier interdisciplinaire franco-allemand pour jeunes chercheurs, intitulé Le Passage/ Der Übergang, qui a donné lieu à une publication : Ingrid Lacheny, Henning Fauser, Bérénice Zunino (dir), « Le passage » – « Der Übergang ». Esthétique du discours, écritures, histoires et réceptions croisées. Diskursästhetik, Schreibverfahren, Perspektiven und Rezeptionen, Peter Lang, 2013, 207p. Depuis 1999, il participe aux « Journées de rencontre », organisées par le Mémorial de Langenstein-Zwieberge, en tant qu’interprète pour des anciens déportés et leurs familles.

Olivier Lalieu est historien et responsable de l’aménagement des lieux de mémoire et des projets externes du Mémorial de la Shoah. En 1994, il a publié La déportation fragmentée. Les anciens déportés parlent de politique, 1945-1985 (Paris, La Boutique de l’histoire), ouvrage centré sur l’engagement politique d’anciens déportés à partir de l’étude de l’action et des discours de trois amicales, l’Amicale d’Auschwitz, celle de Dachau et, enfin, l’Association nationale des anciennes déportées internées de la résistance. Son second livre, paru en 2005 et réédité en 2012, La Zone grise ? La Résistance française à Buchenwald, (Paris, Tallandier) est consacré, quant à lui, à l’action et aux tensions entre les différents mouvements de résistance française à l’intérieur du camp de concentration de Buchenwald.

  1. JÄGER (Siegfried), Kritische Diskursanalyse. Eine Einführung, Münster, UNRAST-Verlag, 5e édition 2009 [1993], 404 p. []

L’évolution de la mémoire de la Shoah et de celle de la Deuxième Guerre mondiale en Pologne.

À propos de la séance du 28 mai 2014 de l’atelier “Histoire des Juifs en Europe après 1945″.
Intervention de Zofia Waślicka discutée par Audrey Kichelewski.

 

 

Compte-rendu de l’intervention : “L’évolution récente de la mémoire de la Shoah en Pologne à travers deux exemples : le Musée d’histoire des Juifs polonais à Varsovie et les expositions du Musée d’Auschwitz-Birkenau et de Majdanek”.

Le projet de recherche de Zofia Waślicka, porte un regard sociologique sur la manière dont différents musées de pays européens, des États-Unis et d’Israël intègrent l’histoire de la Shoah dans leur narratif.
Au cours de son intervention, Zofia Waślicka a présenté trois institutions : le musée de l’Histoire des Juifs polonais à Varsovie (dont l’ouverture est prévue pour octobre 2014), le musée de Majdanek et celui d’Auschwitz-Birkenau (où les premières expositions furent inaugurées respectivement en novembre 1944 et fin 1945 avant l’ouverture officielle de ces musées en juillet 1947). Aucune de ces trois institutions  n’est consacrée entièrement à l’histoire de la Shoah. L’intervenante se propose d’analyser la place que cette dernière y occupe.

1. L’exposition permanente du musée de l’Histoire des Juifs polonais à Varsovie prévoit de découper l’histoire des Juifs de Pologne en huit entités, les deux dernières étant consacrées à la Shoah et à la vie juive en Pologne après la Deuxième Guerre mondiale. Le contenu de l’exposition, qui n’est pas encore ouverte au public, présente un certain décalage : le projet qui a abouti à la création du musée existe depuis une quinzaine d’années, et une grande partie des contenus n’ont pas été modifiés depuis lors. Par conséquent, par son parti-pris scénographique et esthétique, l’exposition rappelle les années 1990. De même, certaines évolutions, pourtant cruciales, au niveau du vocabulaire n’ont pas été répercutées dans les textes : pour exemple, le musée évoque constamment l’histoire des « Juifs », par opposition aux « Polonais », alors qu’il est dorénavant d’usage d’évoquer l’histoire des Polonais juifs (et non-juifs).

2. En octobre 1944 fut créée, sur le site du camp de concentration et du centre de mise à mort de Majdanek – premier camp libéré par les Alliés –, une exposition temporaire sur l’univers concentrationnaire nazi. Il s’agissait de la première fois qu’une exposition abordait ce sujet, visant à susciter un sentiment d’effroi et de révolte. Son l’objectif était de montrer et de documenter les crimes nazis, alors même que la guerre contre le Reich n’était pas terminée et les autres camps pas encore libérés. Ensuite, en septembre 1945 fut inaugurée l’exposition permanente, reprenant comme thème central celui des atrocités commises par les nazis et faisant appel à de nombreuses ‘images violentes’. Si durant les premières années, le contenu de cette exposition était centré sur les souffrances et la martyrologie des victimes, l’État polonais décida, à partir de 1948, d’axer la muséographie sur l’héroïsme et la résistance des déportés polonais.
Par ailleurs, explique Zofia Waślicka, jusqu’au début du stalinisme, l’exposition accordait une certaine place au sort des déportés juifs et montrait que la plupart des victimes de Majdanek étaient juives. Lorsqu’en 1946 vingt baraques du camp furent transformées en pavillons nationaux, l’un d’entre eux fut attribué aux organisations juives polonaises. L’exposition préparée par ces dernières ne se limitait pas à Majdanek mais montrait également l’histoire des Juifs pendant la guerre et accordait une place importante à la révolte du ghetto de Varsovie. En 1947, le musée de Majdanek fut officiellement fondé par le parlement polonais et fut choisi comme lieu de commémoration des « martyrs polonais et d’autres nations ». A partir de 1948-1949, le parti communiste mit fin à une relative liberté qui régissait jusqu’alors l’organisation des commémorations et prit le contrôle des musées de Majdanek et d’Auschwitz-Birkenau. Les nouvelles expositions des années 1950 furent marquées par la Guerre froide, s’attachant à décrire les camps de concentration comme des instruments de « l’impérialisme » et l’Allemagne de l’Est comme Etat peuplé d’opposants à l’hitlérisme. Avec la fin du stalinisme, les expositions furent à nouveau modifiées mais, jusqu’aux années 1980, leur contenu demeurait sous contrôle étatique et l’histoire du génocide des Juifs restait marginalisée.

3. Le musée d’Auschwitz-Birkenau fut fondé en 1947, en même temps que celui de Majdanek. Contrairement à ce dernier, le musée d’Auschwitz fut créé non pas par l’Etat mais par d’anciens détenus. Son exposition permanente – préparée dès 1945 – a été l’œuvre essentiellement d’anciens prisonniers politiques et se concentrait sur l’histoire du camp d’Auschwitz I et sur la répression. L’exposition de 1947 distinguait le sort des déportés politiques polonais de celui des déportés juifs ; la plus grande part était cependant consacrée aux premiers. L’organisation des anciens prisonniers juifs polonais – bien que consciente d’importantes lacunes dans cette muséographie – concentrait alors ses efforts sur l’exposition de Majdanek (principal lieu des commémorations en Pologne) ainsi que sur le monument des Héros du Ghetto de Varsovie. En 1946, une exposition consacrée à l’histoire des Juifs fut inaugurée à Auschwitz, agrandie en 1947, puis, en 1948, un monument à la mémoire des « millions de Juifs » assassinés dans ce camp fut érigé à Birkenau. À partir de cette même année, l’État prit le contrôle du musée. L’équipe de conservateurs et de guides, essentiellement d’anciens détenus, fut alors remplacée et l’exposition de 1950 – qui jusque-là accusait « les Allemands » – présentait dorénavant les crimes du fascisme comme des faits de l’impérialisme, commentés par nombre de citations de Staline. En 1955, fut créée une nouvelle exposition, accordant davantage d’attention à l’histoire du centre de mise à mort immédiate de Birkenau. Mettant l’accent sur l’extermination elle évitait néanmoins, dans une large mesure, de préciser l’identité des victimes en évoquant de manière universaliste des ‘êtres humains’. En 1968, dans le cadre de la campagne antisémite d’État, la majeure partie des références aux déportés juifs en fut expurgée et un nouveau monument fut érigé à Birkenau présentant les ‘nationalités’ des victimes par ordre alphabétique et plaçant de la sorte les Juifs (« Żydzi » en polonais) en dernier.

Malgré l’état des sources, très lacunaires, qui rend difficile la reconstitution des différentes expositions du passé, Zofia Waślicka souhaite analyser un processus long. Sa recherche vise à retracer l’évolution – depuis l’immédiat après-guerre, à travers la Guerre froide puis depuis 1989 – alors que le contrôle étatique cède sa place à une politique publique – ainsi que la place qu’occupe l’histoire de la Shoah dans ces lieux.

18 juin 2014 : Le théâtre yiddish parisien avant et après la Seconde Guerre mondiale

La prochaine séance de l’atelier “Histoire des Juifs en Europe après 1945″ aura lieu mercredi 18 juin 2014, de 17h à 19h. Nous recevrons deux doctorants, Eléonore Biezunski de l’EHESS et Nick Underwood de l’Université du Colorado, qui nous présenteront leurs recherches sur le théâtre yiddish parisien avant et après la Seconde Guerre mondiale. Nick Underwood présentera une intervention intitulée « Ouvriers juifs, avant-garde juive : La Kultur-lige et le développement du théâtre yiddish de gauche à Paris dans l’entre-deux-guerres », et Eléonore Biezunski s’intéressera aux « Reflets du théâtre yiddish dans l’après-guerre à travers la revue parisienne Der Teater Shpigl (“Le miroir du théâtre”) (1951-1961) ». Ces présentations seront discutées par Nancy L. Green, directrice d’études à l’EHESS.

La séance aura lieu au Centre d’histoire de Sciences Po, 56 rue Jacob, 75006 Paris, salle du Traité (1er étage).

Résumé de l’intervention d’Eléonore Biezunski

La revue théâtrale Teater Shpigl (Le Miroir du Théâtre) a été publiée par Aaron Poliakoff de 1951 à 1961 de façon presque mensuelle et dessine un faisceau de discours qui informent sur différents aspects du théâtre yiddish dans le contexte de l’après-guerre.
L’étude de cette revue informe à la fois sur le théâtre comme pratique sociale, avec ses financements, ses contraintes matérielles, ses succès et ses déboires, et sur les discours portés par les rédacteurs de la revue sur la fonction sociale des comédiens, sur la valeur du théâtre. Ces débats sont pris dans le contexte d’une difficile reconstruction après la Shoah où les auteurs s’inscrivent dans une tradition et une mémoire théâtrale – notamment à travers des indices de pratiques commémoratives – tout en interrogeant leur pratique présente et ses possibles développements futurs. L’appartenance à un groupe défini – par l’acte même de publier en yiddish – par la langue pose la question de l’identité en recomposition dans l’après-guerre et de la place de la culture dans une dimension plus spirituelle, voire intellectuelle de la reconstruction du groupe au lendemain du génocide.
1. À travers cette revue, on voit se dessiner les contours d’une certaine sociabilité. D’abord à l’initiative d’un individu, elle recompose aussi l’histoire d’une troupe familiale (Kompaneyets- Poliakoff). Les indices des conditions matérielles d’existence de la revue informent aussi sur les positionnements des rédacteurs par rapport aux institutions, aux associations juives, aux sociétés d’originaires, à la presse.
2. Cette sociabilité possède une géographie particulière, celle d’un réseau international de déracinés. La revue éclaire sur ces circulations constantes qui recouvrent tantôt des trajectoires migratoires, tantôt des tournées d’artistes, et ouvre une fenêtre sur une autre géographie, cette fois plus imaginaire, une géographie des origines qui participe à façonner les identités. Ces différents niveaux permettent d’appréhender la place de Paris dans une hiérarchie de villes où la culture yiddish cherche encore à s’épanouir, tant bien que mal.
3. Enfin, c’est aussi une certaine histoire du théâtre yiddish que construit cette revue. En s’inscrivant dans une généalogie d’artistes, les rédacteurs cherchent à renouer le fil d’une continuité historique et artistique, dont la géographie est bouleversée. Dans ce même élan, ils s’interrogent aussi sur l’avenir : que faire pour faire vivre le théâtre yiddish ? Que faire pour survivre ? À travers ces aspirations et ces inquiétudes se dessine une politique culturelle du monde yiddishophone, toujours inscrite dans le traditionnel triangle communiste-socialiste-sioniste de la politique juive qui se maintenait depuis l’entre-deux-guerres.

Biographies des intervenants

Doctorante en histoire à l’EHESS et musicienne, Eléonore Biezunski articule recherche et pratique artistique : sa thèse, entreprise sous la direction de Sylvie-Anne Goldberg porte sur les espaces musicaux de la création contemporaine en yiddish. Elle obtient en 2008 un Master de géographie à Paris X Nanterre sur New York comme espace vécu et représenté dans les chansons yiddish, après avoir travaillé sur les dynamiques spatiales du klezmer à New York. Formée en yiddish, elle participe, en tant que membre de l’équipe de chercheurs, à l’étude de la collection de livres en yiddish, « Dos poylishe yidntum » (La judéité polonaise), parue à Buenos Aires entre 1946 et 1966 (ANR – CRH, EHESS). Elle est l’une des co-animatrices de l’atelier de recherche Histoire des Juifs en Europe après 1945.

Nick Underwood est doctorant en histoire moderne et histoire juive moderne à l’Université de Colorado à Boulder. Sa thèse, intitulée « Staging a New Community: Jewish Immigrant Culture and the Fight Against Fascism in Interwar France, 1922-1940 » (une nouvelle communauté en scène : culture juive immigrante et le combat contre le fascisme dans la France d’entre-deux-guerres, 1922-1940), est une histoire culturelle de la communauté juive yiddishophone immigrante à Paris pendant les années d’entre-deux-guerres. Nick Underwood est aussi rédacteur en chef adjoint pour la revue East European Jewish Affairs.

Nancy L. Green est historienne, directrice d’études et médiatrice à l’EHESS. Elle travaille à l’EHESS au sein du Centre de recherches historiques. Elle a co-présidé la Society for French Historical Studies en 2004, a participé à la mission de préfiguration de la Cité nationale de l’histoire de l’immigration et est actuellement membre du conseil scientifique de la Bibliothèque nationale de France. Ses premières recherches concernant l’immigration juive en France au début du vingtième siècle, à la croisée d’une histoire sociale et d’une histoire du travail (Les travailleurs immigrés juifs à la Belle Époque), l’ont amenée à une approche comparative sur les immigrés et le travail (Du Sentier à la 7e Avenue: La Confection et les immigrés, Paris-New York 1880-1980) et à une réflexion plus large sur l’histoire comparée et les migrations contemporaines (Repenser les migrations). Elle a co-dirigé deux ouvrages collectifs sur les questions de citoyenneté et d’histoire coloniale en perspective de l’histoire de l’immigration (avec Marie Poinsot, Histoire de l’immigration et question coloniale en France ; avec François Weil, Citoyenneté et émigration : Les politiques du départ). Posant toujours des questions de classe, d’identités, et de genre aux phénomènes migratoires, son dernier ouvrage s’intéresse à la migration d’élite (The Other Americans in Paris: Businessmen, Countesses, Wayward Youth, 1880-1941).