Archives de catégorie : Parutions de livres

Rencontre au Mahj à l’occasion de la parution du “Dictionnaire du judaïsme français depuis 1944” – mardi 26 novembre 2013

Dictionnaire-du-Judaisme-francaisÀ l’occasion de la parution du Dictionnaire du judaïsme français depuis 1944 (Le Bord de l’Eau, 2013) – dirigé par Jean Leselbaum et Antoine Spire et auquel les membres de l’atelier « Histoire des Juifs après 1945 » ont participé – le Musée d’art et d’histoire du judaïsme organise le mardi 26 novembre à 19h30 une rencontre avec des membres du comité éditorial de l’ouvrage : Moïse Cohen, vice-président du Consistoire central, Freddy Raphaël, sociologue, professeur émérite de l’université Marc Bloch de Strasbourg, Jean-Louis Schlegel, sociologue des religions, professeur à l’Institut d’études politiques de Paris, Dominique Schnapper, sociologue et politologue, directrice d’études à l’EHESS, présidente du Mahj.
Les modérateurs seront : Jean Leselbaum, universitaire, journaliste et directeur-coordinateur du Dictionnaire du judaïsme français depuis 1944 et Antoine Spire, journaliste, universitaire, coordonnateur et éditeur du Dictionnaire du judaïsme français depuis 1944.

Topic de la rencontre :

« Où en est le judaïsme français dans ses évolutions depuis 1945 ? L’épanouissement de la vie juive et la visibilité de l’affirmation identitaire ne sauraient occulter trois faits : l’interrogation au nom de l’idéal républicain et laïque de la légitimité « communautaire » juive ; l’émergence d’une minorité ultra-orthodoxe sensible aux tentations de « l’entre-soi » ; enfin l’incapacité récurrente de la République à prémunir les juifs de France de l’emballement progressif des discours et des actes antisémites, depuis les années 1980. Par judaïsme, on n’entend pas seulement la sphère de la religion, de la tradition et de la pensée qui s’y rattache, mais toutes ses expressions, culturelles notamment. Son pluralisme affirmé est porteur d’une diversité constructive, à laquelle contribuent débats et controverses. »

 

Présentation de l’ouvrage par l’éditeur :

« Le Dictionnaire du judaïsme français depuis 1944 recense les principales occurrences renvoyant aux grandes questions, moments et figures du judaïsme français, appréhendé comme un phénomène global sous sa forme historique, philosophique, religieuse et culturelle. D’Akadem, le campus numérique juif par Samuel Minsk et d’Algérie, (…), le Dictionnaire fait le point sur toutes les notions autour desquelles le judaïsme français s’est développé pendant les 70 dernières années. La présentation des personnes vivantes est faite à partir de leurs œuvres pour rendre compte de la trace écrite qu’ils laisseront, plus que par leur biographie. Quelques exceptions ont été faites pour les figures les plus marquantes tels Elie Wiesel, Simone Veil, Claude Lanzman, Serge Klarsfeld, Gilles Bernheim ou Robert Badinter. Une grande place est faite aux essais essentiels et à la littérature, qu’elle soit française ou non, car le Dictionnaire privilégie leur retentissement dans la conscience des juifs de France et de nos concitoyens et leur effet sur le judaïsme français. Les aspects religieux tiennent une place mesurée dans ce dictionnaire car le judaïsme est abordé en tant que réalité sociale et culturelle. De la même façon, le monde institutionnel juif est pris en compte, mais il est considéré comme faisant partie d’un univers plus vaste qu’il ne représente pas totalement : le Dictionnaire embrasse les convictions et les pratiques des juifs de toutes obédiences pour refléter la réalité du judaïsme français dans sa diversité. »

 

Rencontre « Le judaïsme français après 1944 »

mardi 26 novembre 2013 – 19h30

Musée d’art et d’histoire du Judaïsme
Hôtel de Saint-Aignan
71, rue du Temple
75003 Paris
Téléphone : (33) 1 53 01 86 60

Laura Jockusch : « Collect and Record! Jewish Holocaust Documentation in Early Postwar Europe »

E9780199764556_140n 2012, le livre de Laura Jockusch : Collect and Record! Jewish Holocaust Documentation in Early Postwar Europe a été publié aux éditions Oxford University Press.

Un nouveau compte-rendu (en allemand), par Stephan Stach (Institut für Slavistik, Universität Leipzig) vient d’être publié sur : hsozkult.

Pour en savoir plus sur ce livre, vous pouvez également consulter un ancien compte-rendu de lecture publié sur H Net, en anglais, par Anna Motyczka (Leo Baeck Institute London).

 
 
 
 

Présentation par l’éditeur (pour avoir accès à la table des matières du livre, cliquez sur ce précédent lien) :

– Based on hitherto unused archival documents in Yiddish, Hebrew, French, German, Polish and English, from archives in Europe, the United States and Israel

– Challenges the previously held conception that Holocaust research had begun only in the 1960s and that Holocaust survivors had been silent about their pasts until the 1980s

This volume tells the largely unknown story of Holocaust survivors who founded Jewish historical commissions and documentation centers in Europe immediately after World War II. Amidst political turmoil and extreme privation, physically exhausted and traumatized women and men who had survived ghettos, camps, hiding, or life under false identities sought to chronicle the catastrophe. They collected thousands of Nazi documents along with more than 18,000 testimonies, some 8,000 questionnaires, and large numbers of memoirs, diaries, songs, poems, and artifacts of Jewish victims.

The activists found documenting the Holocaust to be a moral imperative after the war, the obligation of the dead to the living, and a means to understand and process their recent trauma and loss. They deemed historical documentation vital in the pursuit of postwar justice and essential in counteracting the Nazis’ wartime efforts to erase the evidence of their crimes. These Jewish documentation initiatives pioneered the development of a Holocaust historiography that used both victim and perpetrator sources to describe the social, economic, and cultural aspects of the everyday life and death of European Jews under the Nazi regime, while placing the experiences of Jews at the center of the story. These groundbreaking efforts of survivors to study the Nazi regime’s genocide of European Jews was ignored by subsequent generations of Holocaust scholars.

With a comparative analysis, Jockusch focuses on France, Poland, Germany, Austria, and Italy to illuminate the transnational nature of Jewish efforts to write the history of the Holocaust in its immediate aftermath. The book explores the motivations and rationales that guided survivors in chronicling the destruction they had witnessed, their research techniques, archival collections, and historical publications. As the first comprehensive study on the subject, this book serves as an important complement to the literature on survivor testimony, Holocaust memory, and the rebuilding of Jewish life in postwar Europe.

Nouveau numéro de la revue Südosteuropäische Hefte – consacré à l’antisémitisme en Europe du Sud-Est.

A signaler la parution du nouveau numéro de la revue allemande Südosteuropäische Hefte ; revue en ligne créée il y a deux ans et consacrée aux études sur l’Europe du Sud-Est.

Ce numéro est consacré à l’antisémitisme dans cette région et propose des articles sur la définition de l’antisémitisme et sa traduction (dans le vocabulaire hongrois, dans les chansons populaires grecques…) ainsi que sur son histoire et évolution.

Dans le cadre de ce blog, on retiendra notamment l’article de Eszter B. Gantner : « He is ugly and a Jew! » The Hungarian Socialist Workers’ Party and the Hungarian Jewish Community in the 1960s and 1970s. Un résumé par l’auteur et l’article sont disponibles en ligne.

Pour accéder à ce numéro et aux articles, cliquez sur le lien suivant : Südosteuropäische Hefte 2 (2013), 1

Sommaire du numéro :

Marija Vulesica
Antisemitismus in Südosteuropa. Defizite und Herausforderungen eines vernachlässigten Forschungsgegenstandes

Angelique Marie Koumanoudi
Jews and Greek Folk Songs

Ferenc Laczó
Antisemitism Contested. The Emergence, Meanings and Uses of a Hungarian Key Concept

Eszter B. Gantner
« He is ugly and a Jew! » The Hungarian Socialist Workers’ Party and the Hungarian Jewish Community in the 1960s and 1970s

Magdalena Marsovszky
Die « Täter-Opfer-Umkehr » – der Antisemitismus der politischen Mitte. Gedenken an die ungarischen Verbündeten der Waffen-SS am « Tag der Ehre » und am Tag der « Schlacht um Budapest »

Aus der Südosteuropaforschung

Holm Sundhaussen
Zum Tode Natalija Basics

Karl Kaser
Text und Bild – bleibt die Südosteuropaforschung auf einem Auge blind?

Beiträge

Nikola Tomic
When the carrot is not sweet enough. Conditionality versus norms as modes of EU influence on Serbia’s foreign policy

Stefan Troebst
Macedonian Historiography on the Holocaust in Macedonia under Bulgarian Occupation

Südost-Fachschaft Regensburg
Bericht zur Ringvorlesung « Aktuelle Konfliktlagen in Südosteuropa », Regensburg Wintersemester 2012/2013

Martina Powell und Idrit Idrizi
Tagungsbericht: « Homogenizing Southeastern Europe. Balkan Wars, Ethnic Cleansing and Postwar Ethnic Engineering since 1912 », Wien,
08.-10.11.2012

Parution de « Un plan Marshall Juif ». La présence juive américaine en France après la Shoah 1944-1954

Laura Hobson FaureL’ouvrage de Laura Hobson Faure, « Un plan Marshall Juif », La présence juive américaine en France après la Shoah 1944-1954 vient de paraître aux éditions Armand Colin. Cet ouvrage est issu de sa thèse de doctorat soutenue en 2009 à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales.

Quatrième de couverture : « Aux lendemains de la Seconde Guerre mondiale, l’Amérique se lance dans l’aide à la reconstruction de la France. Les Juifs américains, à l’instar de leurs compatriotes, participent pleinement à cette mobilisation, avec, cependant, un objectif spécifique : reconstruire la vie juive après la Shoah. Paris devient, en conséquence, un centre pour un éventail d’organisations juives américaines, en particulier L’American Joint Distribution Committee (le Joint). Ces organisations orchestrent un projet philanthropique sans précédent, envoyant plus de 27 millions de dollars en France entre 1944 et 1954. Cette rencontre franco-américaine inédite, qualifiée de « Plan Marshall juif », permet une nouvelle réflexion sur la présence américaine dans la France de l’après-guerre et ouvre le débat de l’influence américaine sur la structure contemporaine de la vie juive française. »

 

Parution de « Polish Literature and Transformation »

untitledPolish Literature and Transformation, dirigé par Ursula Phillips, avec l’assistance de Knut Andreas Grimstad et Kris Van Heuckelomet, vient de paraître aux éditions allemandes LIT Verlag (320p.)

Cet ouvrage collectif fait suite à la conférence « Polish Literature since 1989« , qui s’est tenue à l’University College London en novembre 2011.

 

Ce livre propose plusieurs manières d’appréhender la littérature polonaise depuis 1989. Dans le cadre de ce blog, nous retiendrons les articles traitant de l’intérêt actuel de la Pologne pour son héritage juif, la mémoire de l’Holocauste ou encore les relations judéo-polonaises ; à savoir :


Motherhood and the Transmission of Memory in Texts by Polish-Jewish Writers, par Katarzyna Zechenter ;

Into the Well of Memory: Michał Głowiński’s Jewish Childhood during the Holocaust, par Joanna Michlic ;

Polish Holocaust Writing after Testimony, or the Relevance of Piotr Paziński’s The Boarding House, par Knut Andreas Grimstad ;

Constructing a Memory of a Polish/Jewish Community in Tadeusz Słobodzianek’s Our Class, par Paul Vickers.

Une brève présentation de l’ouvrage est disponible sur le site H-net : compte-rendu Polish Literature and Transformation.