Archives de catégorie : Expositions

Exposition, Francfort : Wohin sollten wir nach der Befreiung?

ITS_DP-Ausstellung_2Si par le plus grand des hasards, vous passez par Francfort d’ici le 22 janvier 2015, profitez en pour faire un saut à l’exposition consacrée à la libération et aux personnes déplacées (Displaced Persons, DPs) : „Wohin sollten wir nach der Befreiung?“ (Où devons-nous aller après la libération ?), organisée par le Service  International de Recherches (International Tracing Service, ITS). Elle s’appuie sur les archives émanant de cette institution basée à Bad-Arolsen, en Allemagne.

Cette exposition se penche sur les dix millions de survivants des persécutions nazies, de la Shoah et du travail forcé, libérés puis pris en charge par les Alliés. Les DPs sont issus d’une vingtaine de nationalités différentes. Y sont montrées les structures mises en places par les DPs (administrations, presse, commissions historiques, écoles, garderies, théâtres…), témoins de leur volonté à reconstruire leurs vies. L’exposition se penche sur plusieurs aspects de l’histoire des DPs, et cherche à en donner une vision globale, ainsi que sur des parcours de vie, depuis leur vie en transit dans les camps DP jusqu’à leur rapatriement ou leur émigration. L’assistance apportée par les organismes d’aide aux réfugiés et les administrations d’occupation y est abordée, comme, par exemple, leur participation à l’hébergement et au ravitaillement des DPs, la distribution de vêtements ou encore l’organisation d’une aide médicale. On trouvera aussi dans cette exposition des explications sur la recherche (via un filtrage : screening) d’anciens collaborateurs cachés parmi les DPs.

Tout au longe de la tenue de cette exposition, seront proposées des expositions d’historiens spécialistes de l’histoire des DPs ainsi que la projection du film Lang ist der Weg, réalisé en 1948 par Herbert B. Fredersdorf, et Marek Goldstein, et se penchant sur l’histoire de plusieurs DPs juifs dans l’Allemagne de 1947.

Présentation de l’exposition par l’ITS et informations pratiques.

Mit der Ausstellung „Wohin sollten wir nach der Befreiung?“ lenkt der International Tracing Service (ITS) den Blick auf das Schicksal Überlebender der NS-Verfolgung, des Holocaust und der Zwangsarbeit, die von den Alliierten „Displaced Persons“ (DPs) genannt wurden. Nach der Befreiung mussten sie zunächst im Land der Täter von den Alliierten versorgt, aber auch verwaltet werden – und das verlangte eine ganz besondere Administration. Mehr als zehn Millionen DPs befanden sich nach 1945 in Europa. Die eigens eingerichteten DP-Camps wurden für sie zu Zwischenstationen.

Die Überlebenden rangen darum, das Erlittene zu bewältigen und sich zugleich auf die Zukunft zu orientieren. In den DP-Camps etablierten sie nach und nach diverse Strukturen, die den außerordentlichen Lebenswillen der Menschen dokumentieren: von der Selbstverwaltung über politische Parteien, Presse, Theater, Schulen, Kindergärten bis hin zu historischen Kommissionen, die sich mit der Aufarbeitung der Vergangenheit befassten.

In den DP-Camps standen die Mitarbeiter internationaler Hilfsorganisationen und der Fürsorgeeinrichtungen der Alliierten vor vielschichtigen Herausforderungen: Zunächst benötigten die Menschen vor allem Nahrung, Obdach und Kleidung, außerdem medizinische Hilfe. Später ging es um die „Rückführung“ der DPs in ihre Herkunftsländer und die Unterstützung von mehr als drei Millionen DPs bei der Emigration. Dabei galt es auch zu unterscheiden, wer zum Beispiel als ehemaliger Kollaborateur mit dem NS-Regime versuchen wollte, die Hilfsstrukturen für seine Zwecke zu missbrauchen.

Biografien, DP-Geschichte und alliierte Strategien

Die Ausstellung „Wohin sollten wir nach der Befreiung?“, die aus Mitteln der Stiftung „Erinnerung, Verantwortung und Zukunft“ (EVZ) gefördert und von einem internationalen Expertengremium wissenschaftlich begleitet wurde, widmet sich in zahlreichen Stationen verschiedensten Aspekten der DP-Geschichte: So werden einzelne Biografien und Lebenswege mit den Strategien verwoben, welche die Alliierten damals verfolgten. Die Ausstellung ergänzt, bündelt und begleitet die Forschung, die sich bisher vor allem auf einzelne Camps oder einzelne Gruppen Überlebender konzentriert hat.

Parallel zur Ausstellung geht ein DP-Camp-Verzeichnis des ITS online, das alle bisher bekannten DP-Camps und Free Living Groups von DPs in den drei westlichen Besatzungszonen Deutschlands erfasst. Neben Informationen zur genauen Lage enthält es unter anderem Angaben zur Verwaltung, der Dauer des Bestehens und zu den Nationalitäten der Bewohner. Sowohl die Ausstellung als auch das DP-Camp-Verzeichnis basieren in weiten Teilen auf Dokumenten, die im Archiv des ITS über die individuellen Schicksale und die humanitäre Arbeit der Alliierten lagern.

 

Dauer: 11. September 2014 bis 22. Januar 2015

Ort: Bildungsstätte Anne Frank, Hansaallee 150, 60320 Frankfurt am Main

 

 

Exposition, Paris : Roman Vishniac. De Berlin à New York, 1920-1975

Du 17 septembre 2014 au 25 janvier 2015, le musée d’art et d’histoire du Judaïsme accueille dans ses murs les photographies de Roman Vishniac prises entre 1920 et 1975. Roman Vishniac est principalement connu pour ses photos réalisées en Europe de l’Est dans les années 1930, avant la guerre. Il travaillait alors pour l’American Jewish Joint Distribution Committee et avait pour mission de photographier les communautés juives de cette partie d’Europe. A travers les 220 photos de cette exposition, le visiteur pourra revoir son travail d’avant-guerre et prendre connaissance avec celui effectué pendant et après la guerre à New-York, ou encore dans les camps de personnes déplacées (Displaced Persons, DP) en Allemagne et en France lors de son passage en Europe en 1947.

En attendant le 17 septembre, vous pouvez (re)découvrir le travail de ce biologiste et photographe sur le site internet du Centre International de la Photographie de New-York qui a mis en place cette exposition qui circule à présent en Europe.
Concernant l’histoire des Juifs après 1945, on peut avoir accès sur ce site à deux séries de photos prises à New York dans les années 1940 et au début des années 1950 : « Immigrants and Refugees, New York, 1941-early 1950s » et « Jewish Community Life, New York, 1941-early 1950s« .
Est présentée également une série de photos prises lors de son passage en France puis dans les camps DP d’Allemagne courant 1947. Celles réalisées en France montrent les réfugiés juifs hébergés au camp d’Hénonville, administré par le Joint, l’ORT et Agudath Israël de 1946 à 1952. Ce camp regroupait une yeshiva lituanienne, un centre pour orphelins juifs et un kibbutz. Sur d’autres photos on peut voir des réfugiés juifs quittant Marseille à bord d’un bateau pour la Palestine. Pour l’Allemagne, Roman Vishniac a laissé des photos de camps DP administrés par le Joint (entre autres) à Berlin (secteur américain) et à Munich (zone américaine).

Présentation de l’exposition par le Musée d’art et d’histoire du Judaïsme :

Rassemblant environ 220 œuvres, l’exposition « Roman Vishniac. De Berlin à New York, 1920-1975 » propose une réévaluation de l’intégralité de la production du photographe, depuis ses débuts à Berlin jusqu’à l’après-guerre aux États-Unis. Présentée à New York (à l’International Center of Photography) et à Amsterdam (au Joods Historisch Museum), sous le titre « Roman Vishniac Rediscovered », elle révèle plus d’une centaine d’images inédites de ce grand témoin du XXe siècle.

Plus qu’aucun autre photographe, Roman Vishniac a profondément influencé notre vision de la vie juive en Europe orientale. On lui doit le recensement photographique le plus emblématique de ce monde à la veille de son anéantissement – un ensemble exposé au Mahj en 2006 sous le titre « Un monde disparu ». Pourtant, seule une faible partie de son oeuvre a été montré ou publié de son vivant. Surtout connu pour ce poignant témoignage, Vishniac fut également un photographe inventif, aux multiples talents. L’exposition donne à voir un choix de travaux d’une extrême diversité, grâce aux recherches de Maya Benton dans le vaste fonds des archives Roman Vishniac conservées à l’International Center of Photography. « Roman Vishniac. De Berlin à New York, 1920-1975 » replace ses photographies iconiques du judaïsme est-européen au sein d’un mouvement plus large, celui de la photographie documentaire humaniste des années 1930.

Né en Russie en 1897 dans une famille juive aisée, Roman Vishniac émigre à Berlin en 1920. Il brosse un portrait alerte et malicieux de sa ville d’adoption et capte les signes précurseurs de la terreur nazie. En 1935, l’American Jewish Joint Distribution Committee, une importante organisation juive d’entraide, lui confie la mission de photographier les communautés juives misérables d’Europe orientale. En 1939, ayant rejoint ses parents réfugiés en France, il est interné au camp du Ruchard, avant de pouvoir s’embarquer pour les États-Unis en décembre 1940. À New York, Vishniac ouvre un studio de photographie, travaille comme portraitiste, documente la vie des juifs américains et celle des immigrants. En 1947, il revient en Europe et photographie les camps pour personnes déplacées, les survivants de la Shoah qui essaient de reconstruire leur vie, l’action des organisations de secours et d’émigration, ainsi que les ruines de Berlin. Après la guerre, revenant à sa formation de biologiste, il devient un pionnier dans le domaine de la photomicroscopie et de l’imagerie scientifique.

Conception de l‘exposition : Maya Benton, conservatrice des Archives Roman Vishniac à l’International Center of Photography, à New York
Commissariat de l’exposition à Paris : Paul Salmona, directeur du Musée d’art et d’histoire du Judaïsme, avec la collaboration de Nicolas Feuillie et de Dorota Sniezek
Scénographie : Loretta Gaïtis
Graphisme : Bernard Lagacé

Dernières parutions sur la toile concernant les DPs juifs

Au cours de ce mois d’avril deux textes sur les personnes déplacées (Displaced Persons, DPs) juives sont parus sur le net, en allemand.

Tout d’abord, mentionnons celui du site web de la Maison allemande des émigrés de Bremerhaven en Allemagne (musée sur le thème de l’immigration allemande aux Etats-Unis), intitulé : « Ankauf der Fotoserie „Displaced Persons“ von Clemens Kalischer (1947/48)«  c’est-à-dire sur l’acquisition de photos de Clemens Kalisher. Du 14 juillet au 30 novembre 2014, le musée consacrera à ces photos une exposition « Displaced Persons. Überlebende des Holocaust 1938 – 1951 ».

550 000 DPs sont passés par Bremerhaven au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, direction les Etats-Unis. Le site nous offre la possibilité de voir trois photos de l’américain Clemens Kalisher, lui même émigré juif allemand de 1933, et de suivre ainsi les nouveaux immigrés, dans les différentes étapes de leur arrivée à New York.

Une première photo montre un couple de personnes âgées encore sur le bateau et pointant du doigt Manhattan. Sur la deuxième photo, nous sommes déjà sur le sol américain, puisque l’on voit un jeune garçon assis au milieu de valises dans les environs de Battery Park. Puis sur la troisième photo, on assiste aux retrouvailles entre un homme et une femme, celle-ci ayant survécu à la guerre en Europe.
A travers ces trois photos et ces 5 personnes d’âges différents, nous suivons les tous premiers temps de cette nouvelle vie sur un nouveau continent et les différents sentiments qui y sont liés : la découverte, l’espoir, l’angoisse, le soulagement…

 

L’autre texte qui a attiré notre attention est un article de l’historien allemand Jim G. Tobias : « Wo deutsche, österreichische, russische Kaiserinnen und jüdische Kinder sich erholten » paru sur le site internet « haGalil« .

Jim G. Tobias raconte ici l’histoire du centre religieux pour enfants – survivants de la Shoah – dans la ville thermale de Bad Nauheim, dans la région de Hesse, alors en zone américaine d’occupation en Allemagne.

Il explique qu’au début de l’année 1947, le rabbin Samuel Schechter, représentant de l’organisation Vaad Hatzala, rencontra le directeur UNRRA de la ville et obtint un bâtiment (qui était avant la guerre un sanatorium pour enfants juifs) permettant ainsi l’établissement d’un centre religieux pour 85 enfants. L’auteur décrit le quotidien de ces derniers et leur apprentissage de la vie religieuse. Il relate également les problèmes d’administration, les tensions entre l’organisation juive, l’UNRRA et les autorités américaines. Tous ces points sont expliqués en détail dans l’article de Jim G. Tobias, disponible sur ce lien : « Wo deutsche, österreichische, russische Kaiserinnen und jüdische Kinder sich erholten« .
On y trouve également des photos du centre et des enfants en 1947. D’autres photos et informations sont consultables sur le site du Musée Mémorial de l’Holocauste à Washington et du Joint Distribution Committee  (il faut chercher la photo en question vers la fin de la page).