Tous les articles par Constance Pâris de Bollardière

L’œuvre de Secours aux Enfants et les populations juives au XXe siècle

1540-1L’ouvrage collectif L’œuvre de Secours aux Enfants et les populations juives au XXe siècle, prévenir et guérir dans un siècle de violence, paru en 2014 aux éditions Armand Colin, est issu de deux colloques organisés par l’Oeuvre de Secours aux Enfants (OSE) à l’occasion de son centenaire en 2012. Dirigé par les historiens Laura Hobson Faure, Mathias Gardet, Katy Hazan et Catherine Nicault, cette publication rassemble des contributions de chercheurs de nombreux pays et propose pour la première fois une approche à la fois internationale et transnationale de l’histoire de l’OSE. A la croisée de la sociologie et de l’histoire sociale, de l’histoire des sciences, de la médecine et de l’éducation, elle offre de nouvelles perspectives sur l’histoire contemporaine des Juifs d’Europe et l’histoire de la Shoah. Continuer la lecture de L’œuvre de Secours aux Enfants et les populations juives au XXe siècle

13 juin 2014 : Antijudaïsme, antisémitisme, judéophobie : entre histoire et actualité

Le 13 juin prochain, la Société d’histoire moderne & contemporaine organise de 13h30 à 17h au centre Malher à Paris une table-ronde intitulée « Antijudaïsme, antisémitisme, judéophobie : entre histoire et actualité ». Plusieurs historiens prendront la parole (voir le programme des interventions ci-dessous) puis la discussion sera ouverte au public. La rencontre sera suivie d’un cocktail à 17h.

Lieu de la rencontre : Amphithéâtre, Centre Malher – 9 rue Malher, 75004 Paris / Entrée libre. Merci de signaler votre présence par mail : sr.rhmc@gmail.com

Voir ci-dessous l’argumentaire et le programme des interventions énoncés par la Société d’histoire moderne & contemporaine.

Argumentaire

Suggérée par une actualité récente, la table-ronde « Antijudaïsme, antisémitisme, judéophobie : entre histoire et actualité » invite à s’interroger sur les apports de l’histoire à la compréhension de l’antisémitisme. Quelle est la valeur heuristique de catégories établies par les sciences sociales et la langue commune telles qu’antijudaïsme, judéophobie ou encore antisionisme ? Jusqu’à quel point, la distinction classique entre différentes formes d’antisémitisme -religieux, social, politique ou culturel- est-elle pertinente ? Quels sont les mécanismes d’un système d’accusation que d’aucuns désignèrent comme « doctrine de haine » et qui n’est réductible ni au racisme, ni au nationalisme, ni à la xénophobie, en dépit de l’étroite parenté liant ces idéologies ? Dans quelle mesure une perspective de longue durée aide-t-elle à la compréhension de l’antisémitisme contemporain ? A la lumière des travaux les plus récents, des spécialistes d’histoire et de science politique confronteront leurs approches autour des formes et des temps de processus dont l’historicité apporte un démenti à la thèse, jadis dénoncée par Hannah Arendt, d’un « antisémitisme éternel ».

Programme de la table-ronde

-Introduction, Marie-Anne Matard-Bonucci, Université Paris 8 –IUF.

-La hantise de la téléologie dans l’historiographie médiévale de l’hostilité antijuive, Elsa Marmursztejn, Université de Reims.

-L’étiquette « antisémite » dans la vie politique française, de l’affaire Dreyfus à nos jours, Laurent Joly, CNRS (CRHQ-Caen).

-Permanence et mutations de l’antisémitisme antimondialiste (fin XIXe-début XXIe siècle), Bernard Bruneteau, Faculté de droit et de science politique de l’université Rennes 1.

-Premières remarques sur « Jour de colère », Pierre Birnbaum, Université de Paris I

11-13 juin 2014 : Écritures de la destruction dans le monde judéo-polonais

AfficheL’ANR « Dos poylishe yidntum », 1946-1966 : histoire et mémoire d’un monde disparu au lendemain de la catastrophe (CRH, EHESS) organise à Paris le colloque :

« Écritures de la destruction dans le monde judéo-polonais de la fin de la Seconde Guerre mondiale à la fin des années soixante : productions, trajectoires, réseaux »

qui aura lieu au Musée d’Art et d’Histoire du Judaïsme les 11, 12 et 13 juin 2014.

Le comité scientifique est composé d’Annie Dayan Rosenman, Rachel Ertel, Samuel D. Kassow, Judith Lyon-Caen, Yitzkhok Niborski et Annette Wieviorka.

L’organisation de cette conférence est réalisée par Judith Lindenberg, Fleur Kuhn, Constance Pâris de Bollardière, Éléonore Biezunski et Simon Perego.

Entrée libre

Inscription par téléphone (lundi-vendredi de 14h à 17h30) : 01 53 01 86 48
ou par mail : reservations@mahj.org

MUSEE D’ART ET D’HISTOIRE DU JUDAÏSME
Hôtel de Saint-Aignan
71, rue du Temple
75003 Paris

 

Programme du colloque :

11 JUIN : OUVERTURE

15h-15h30 : Accueil des participants
15h30-16h : Judith Lyon-Caen et Judith Lindenberg, discours d’ouverture

16H-18H : UNE MEMOIRE TRANSNATIONALE, LA COLLECTION « DOS POYLISHE YIDNTUM » A BUENOS AIRES

Discutant : Yitskhok Niborski

Jan Schwarz (Lund University), Memoirs of the Yiddish Cultural Center in Warsaw: « Dos poylishe yidntum » and Transnational Memory
Fleur Kuhn (Paris 3), Prendre et donner la parole: le témoignage indirect dans la collection « Dos poylishe yidntum »
Malena Chinski (Institut de Développement Économique et Social, Buenos Aires), « Dos poylishe yidntum », en coulisse: la correspondance de Marc Turkow
Judith Lindenberg (EHESS), Écrits d’histoires, écrits d’historiens dans la collection « Dos poylishe yidntum »

12 JUIN: LIEUX ET INSTITUTIONS DE MÉMOIRE

9h-9h30 : Accueil des participants

9H30-11H : UN LIEU DE LA DIASPORA : PARIS

Discutante : Sylvie-Anne Goldberg

Constance Pâris de Bollardière (EHESS), Écritures de la destruction et reconstruction : les actions de Yankev Pat en faveur de la culture yiddish en France, 1944-1948
Simon Perego (Sciences Po), De l’écrit à l’oral. Le recours aux « écritures de la destruction » dans les cérémonies en mémoire de la révolte du ghetto de Varsovie (Paris, 1944-1967)
Éléonore Biezunski (EHESS), Miroir des mémoires : Der Teater Shpigl, une revue théâtrale yiddish parisienne de l’après- guerre

11H30-12H30 : LES LIVRES DU SOUVENIR

Discutante : Annette Wieviorka

Audrey Kichelewski (Université de Strasbourg), « Et la terre ne trembla pas ». La Shoah dans les Livres du souvenir
Gali Drucker Bar-Am (Hebrew University of Jerusalem), Lieux de mémoire as Identity Quests: Yizker-Bikher in Post-World War II Jewish Culture

14H-16H : INSTITUTIONS SAVANTES ET ECRITURE DE L’HISTOIRE

Discutant : Samuel Kassow

Laura Jockush (University of Tel aviv), Writing the Khurbn: Survivor Historians and the Beginnings of Holocaust Research in the Late 1940s
Judith Lyon-Caen (EHESS), Michel Borwicz, un parcours d’historien
Amy Kerner (Brown University), « 36 Hidden Saints »: Polish Jews and Yiddish Culture in Buenos Aires (1945-47)
Cecile E. Kuznitz (Bard College), Yiddish Scholarship in the Wake of Destruction: YIVO in the Post-War World

13 JUIN : DYNAMIQUES DE L’ÉCRITURE ET POLITIQUES DE PUBLICATION

9H30-11H : ÉCRITS AU CŒUR DE LA CATASTROPHE (1)

Discutant : Gilles Rozier

Samuel Kassow (Trinity College), Peretz Opoczynski’s reportages from the Warsaw ghetto and their post-war iterations
Nathalie Moine (CNRS), « Moscou, été 1944 ». Le récit d’Avrom Sutzkever sur le ghetto de Wilno, un témoignage-manifeste
Catherine Coquio (Paris 7), « Ce n’était pas un monde »/ « Wozu noch Welt? » Le ghetto comme monde

11H30-13H : ÉCRITS AU CŒUR DE LA CATASTROPHE (2)

Laëtitia Tordjman (Paris 3), Oser Warszawski, l’écrivain-témoin
Alban Perrin (Sciences Po), Ce que j’ai vu a Auschwitz d’Alter Fajnzylberg
Aurélia Kalisky (Zentrum für Literatur und Kulturforschung, Berlin), Les archives de la douleur en yiddish : l’odyssée d’un texte, du camp d’Auschwitz à la Knesset

15H-17H30 : TRAJECTOIRES ET RÉCEPTIONS

Discutante : Anny Dayan-Rosenman

Anna Ciarkowska (Université de Łódz), L’héritage multiculturel : Lviv de Piotr Rawicz
Arnaud Bikard (Université de Moscou), Avrom Zak, un témoin du XXème siècle
Carole Matheron (Université Paris 3), Dans les pas de Leyb Rochman : la figure du survivant

17H30-18H: Discussion générale

Colloque de l’ANR « POLY » (« Dos poylishe yidntum », 1946-1966 : histoire et mémoire d’un monde disparu au lendemain de la catastrophe), Centre de recherches historiques (UMR 8558 EHESS/CNRS)

Avec le soutien du Centre de recherches historiques, de l’Ecole des hautes études en Sciences sociales, de l’Institut Polonais, du Centre Medem, de la Maison de la culture yiddish, et du Musée d’art et d’histoire du Judaïsme

 

Une dynamique transnationale : la reconstruction de la vie juive en Europe centrale et orientale après 1989

A propos de la séance du 9 avril 2014 de l’atelier “Histoire des Juifs en Europe après 1945″

Intervention de Marcelo Dimentstein discutée par Lisa Vapné

 

Compte-rendu de l’intervention : “Une dynamique transnationale : la reconstruction de la vie juive en Europe centrale et orientale après 1989”

Dans le cadre de sa thèse, Marcelo Dimentstein effectue des recherches sur l’implication humanitaire et culturelle des organisations juives occidentales, américaines pour la plupart, en Europe centrale et orientale après la chute du mur de Berlin. Son étude concerne les pays situés hors de l’ex-URSS, à l’exception des pays baltes, inclus dans son travail. Au sein de l’ensemble d’organisations juives occidentales dont il traite, Marcelo Dimentstein se concentre majoritairement sur la principale structure impliquée dans cette action, l’American Jewish Joint Distribution Committee (Joint ou AJDC). Créé en 1914 aux Etats-Unis, le Joint rassemble différents courants de la judéité américaine (principalement des Juifs réformés mais également des Juifs socialistes) dans le but de secourir les Juifs d’Europe victimes du conflit mondial en cours. Dès lors, le Joint ne cesse d’agir en Europe. Si son action pendant et après la Seconde Guerre mondiale a été analysée par des historiens tels que Yehuda Bauer et Laura Hobson Faure1, l’investissement considérable du Joint en faveur de la reconstruction de la vie juive en Europe centrale et de l’Est après 1989 demeure encore peu connu.

Durant son intervention, Marcelo Dimentstein a présenté la première partie de sa thèse, soit la contextualisation de l’aide du Joint après 1989, en rappelant tout d’abord l’ampleur de la solidarité juive américaine en Europe tout au long du XXe siècle, depuis les pogroms du début du siècle jusqu’au lendemain de la Shoah. En particulier après la Seconde Guerre mondiale, les Juifs américains sont amenés à jouer un rôle croissant dans l’aide aux communautés juives d’Europe mais également des autres continents, notamment d’Israël. De plus en plus professionnalisée et spécialisée en différents domaines (secours humanitaire, religion, éducation), l’aide juive américaine concerne de nombreuses organisations, qu’elles soient uniquement américaines (American Jewish Committee, Joint, Jewish Labor Committee, National Council of Jewish Women) ou mondiales (ORT, OSE, HIAS2, Habad-Loubavitch).

L’intérêt pour les Juifs résidant dans les pays communistes d’Europe se manifeste fortement à partir des années 1960 avec le mouvement « Let my People Go » en faveur de l’émigration des Juifs soviétiques. Cependant, depuis la fin du second conflit mondial, les Juifs d’Europe centrale et orientale, tels que ceux de Hongrie et de Tchécoslovaquie, captent peu l’intérêt des Juifs américains en comparaison des Juifs soviétiques. Selon Marcelo Dimentstein, ces derniers sont alors « redécouverts » à la fin des années 1980. A une première « redécouverte » réalisée par des quelques individus se succède un mouvement de solidarité de grande ampleur auquel s’ajoute un intérêt mémoriel empreint de nostalgie, essentiellement de la part de Juifs américains « entrepreneurs de mémoire »3. Les communautés locales, dont l’identité juive est estimée affaiblie, sont alors aidées à recouvrer une vie communautaire dynamique, aussi bien culturellement que religieusement. Une action collaborative d’aide juive occidentale imbriquant de nombreuses organisations transnationales se met en place. Le Joint, situé au centre de cette aide sociale et culturelle, centralise également les nombreux financements européens et américains. La complexité et l’interaction de ces derniers, aux sources aussi bien étatiques que communautaires ou individuelles, démontrent la dynamique à la fois massive et résolument transnationale de cette action.

Discussion

 

Lisa Vapné souhaite tout d’abord revenir sur le terme transnational, en suggérant, étant donné la prédominance des organisations américaines, le terme d’ « américanisation ».

Marcelo Dimentstein précise que si la plupart des organisations et des financements proviennent des Etats-Unis, les travailleurs sociaux ne sont pas nécessairement nord-américains. Nombre d’entre eux sont argentins et leur culture spécifique du travail social influence également l’action menée en Europe. Le terme transnational lui semble donc être le plus approprié.

Lisa Vapné note ensuite que les oligarques juifs dans l’espace post-soviétique ont parfois financé des synagogues à l’instar de Viktor Pinchuk en Ukraine et se demande dans quelle mesure ces derniers ont également joué un rôle philanthropique dans les autres pays anciennement communistes.

Marcelo Dimentstein signale que les pays d’Europe de l’Est après 1989 ne connaissent pas d’oligarques comme en Ukraine ou en Russie. Par ailleurs, à la remarque de L. V. sur la situation géographique de l’Ukraine en Europe de l’Est, M. D. précise que par « Europe de l’Est », il reprend la délimitation fixée par le Joint, qui n’inclut pas l’Ukraine et les pays d’ex Union soviétique à l’exception des pays baltes. De même, lorsqu’il parle de la communauté juive polonaise « anéantie », il reprend les termes employés par le Joint, qui perçoit ainsi cette communauté, bien que cela ne corresponde en effet pas à la réalité.

Lisa Vapné questionne également le terme de « solidarité juive », que M. D. distingue des « solidarités partisanes ». Les solidarités ne sont-elles pas toutes partisanes ? Quelle différence fait-il par ailleurs entre solidarité, charité et philanthropie ?

Marcelo Dimentstein n’opère pas de distinction entre solidarité et philanthropie dans son étude. Il note que la notion de solidarité juive a évolué depuis la création de l’Alliance Israélite Universelle en 1860 et tout au long du 20ème siècle. Après 1989, il s’agit d’un mélange d’entraide et de community development (en développant les dirigeants juifs par exemple, aspect traité dans la seconde partie de la thèse de M.D.). Avant cette date, les différences étaient plus strictes entre les organisations philanthropiques et les autres.

Oui, selon lui, les organisations impliquées sont toutes partisanes. Mais le Joint se veut fédérateur en tenant à représenter la communauté juive dans son ensemble. Certaines solidarités plus partisanes récoltent seulement parmi leurs membres, comme les Juifs religieux ou le Jewish Labor Committee.

Lisa Vapné note que M.D. évoque l’action de Juifs américains avant 1989. De quand date-t-il l’installation des organisations juives occidentales sur place ?

Marcelo Dimentstein répond que l’on note des changements chez les Juifs d’Europe de l’Est dès 1987 dans la revue Soviet Jewish Affairs, et que la « redécouverte » des Juifs d’Europe de l’Est ne s’est jamais arrêtée depuis. L’arrivée massive d’organisations juives en Europe de l’Est s’effectue après l’effondrement des régimes communistes. Le Joint est venu dès le début des années 1980, il s’agit d’une exception. En Roumanie, il commence même à opérer dès 1968.

Martin Messika questionne également les motivations des fondations à donner dans ces pays plutôt que dans d’autres régions du monde, notamment en Israël ou aux Etats-Unis.

Marcelo Dimentstein explique que les campagnes annuelles au sein de la communauté juive américaines sont divisées en trois parties depuis les années 1930 : un tiers est destiné aux Juifs américains, un tiers à Israël (le United Palestine Appeal existe déjà avant 1948), un tiers aux Juifs à l’étranger hors d’Israël. Les leveurs de fonds professionnels ont développé des campagnes afin de motiver le don pour les Juifs d’Europe de l’Est.

  1. Yehuda Bauer, American Jewry and the Holocaust: The American Jewish Joint Distribution Committee, 1939-1945, Detroit, Wayne State University Press, 1981; Out of the Ashes: The Impact of American Jews on Post-Holocaust European Jewry, Oxford, Pergamon Press, 1989; Laura Hobson Faure, Un “Plan Marshall juif” : la présence juive américaine en France après la Shoah, 1944-1954, Paris, Armand Colin, 2013. []
  2. ORT : du russe Obchestvo Remeslenovo i zemledeltchskovo Trouda – association pour la promotion des travaux qualifiés. Son sigle en français signifie Organisation Reconstruction Travail ; OSE ou OZE : du russe Obschestvo zdravookhraneniia evreev – société pour la santé des Juifs. Son sigle en français signifie œuvre de Secours aux Enfants ; HIAS : Hebrew Immigrant Aid Society. []
  3. Marcelo Dimentstein donne l’exemple du livre de photographie d’Edward Serotta, Out of the Shadows: A Photographic Portrait of Jewish Life in Central Europe Since the Holocaust, Citadell Press, 1992. []

9 avril 2014 : A Transnational Dynamics: The Reconstruction of Jewish Life in Central and Eastern Europe after 1989

La prochaine séance de l’atelier « Histoire des Juifs en Europe après 1945″ aura lieu mercredi 9 avril 2014, de 17h à 19h. Nous recevrons Marcelo Dimentstein, doctorant à l’EHESS, qui nous présentera (en anglais) une intervention intitulée « A Transnational Dynamics: The Reconstruction of Jewish Life in Central and Eastern Europe after 1989 ». Sa présentation sera discutée par Lisa Vapné, Docteure associée au CERI (Centre d’études de relations internationales, Sciences Po Paris).

La séance aura lieu à l’IHTP, 59/61 rue Pouchet (17e arr.), salle 221.

Résumé / Abstract

A Transnational Dynamics: The Reconstruction of Jewish Life in Central and Eastern Europe after 1989 : The specialized scholarship in contemporary Jewish Europe took note early on about the resurgence of new Jewish identities, the religious revivalism and the increasing institutionalization of the memory of the Shoah, which have been taking place since the collapse of the communist regimes and the consolidation of the EU. Nevertheless, little attention has been paid to the role that transnational Jewish organizations have played in the rebuilding of the Jewish communities of Eastern Europe in the post-communist transition. The investment in millions of dollars for the reconstruction of these “new” communities, the transfer of specialized know-how in community matters to local Jewish leaders, and the bringing-in of an array of new elements connected with foreign Jewish life—such as knowledge, identity markers and practices, which only a few years before were absolutely unknown by these populations—are some of the elements that started to be crucial in this novel transnational flux. Yet, we know very little about the particular dynamics of this process.

This presentation will explore the role of one of the most important Jewish humanitarian agencies, the American Jewish Joint Distribution Committee (AJDC or Joint), founded in 1914. Marcelo Dimentstein will first situate the JDC’s operation within the history of modern responses by world Jewry to what were perceived as Jewish transtate or transnational problems. Throughout history, the ethos of solidarity and commitment among Jews adopted various modalities and often emanated from Jewish centers that were able to mobilize financial and political resources on behalf of their brethren. Secondly, he will show how, since mid-1980s, Eastern European Jews were “rediscovered” by a heterogeneous group formed by activists, journalists, scholars and “memory entrepreneurs.” This rediscovery shaped a powerful narrative and was rapidly adopted by the transnational agencies. Finally, he will describe the Jewish institutional dynamics unfolded in the region after 1989 focusing in one of the most important elements, the transnational circulation of money.

Biographie des intervenants

Marcelo Dimentstein est doctorant au Centre de Recherches Historiques de l’EHESS, sous la direction de Nancy L. Green. Né en Argentine, il travaille tout d’abord en tant qu’anthropologue social pour l’Université de Buenos Aires. Depuis janvier 2009, il est en charge de la coordination du Joint Distribution Committee International Centre for Community Development (JDC-ICCD), un centre de recherche sur le judaïsme contemporain créé en 2005 par le bureau européen du JDC.

Après un mémoire de DEA de science politique obtenu à Science-Po Paris intitulé « Trajectoires de la mémoire juive en Biélorussie postsoviétique », Lisa Vapné a rédigé une thèse de science politique soutenue à Sciences-Po Paris en 2013. Cette thèse s’intitule : « Les Remplaçants. Migration juive de l’ex-Union Soviétique à l’Allemagne. 1990-2010 ». Docteure associée au CERI, elle a été ATER de langue et civilisation russe à l’Université Paris-Sorbonne