25 juin 2014 : Représentations de l’Allemagne et des Allemands chez d’anciens déportés français

La prochaine séance de l’atelier « Histoire des Juifs en Europe après 1945 » aura lieu le mercredi 25 juin 2014, de 17h à 19h. Nous recevrons, Henning Fauser, doctorant en cotutelle à l’université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne et à Martin-Luther-Universität Halle-Wittenberg, qui présentera sa thèse intitulée : L’évolution des représentations de l’Allemagne et des Allemands chez d’anciens concentrationnaires français. Sa présentation sera discutée par Olivier Lalieu, historien et responsable de l’aménagement des lieux de mémoire et des projets externes du Mémorial de la Shoah.

La séance aura lieu au Centre d’histoire de Sciences Po, 56 rue Jacob, 75006 Paris, salle du Traité (1er étage).

Résumé de l’intervention

L’évolution des représentations de l’Allemagne et des Allemands chez d’anciens concentrationnaires français. La recherche doctorale d’Henning Fauser est consacrée à l’évolution des représentations de l’Allemagne et des Allemands chez d’anciens déportés français entre 1945 et 2005. Celui-ci se propose d’étudier les continuités et changements des discours sur les voisins d’outre-Rhin, tout en analysant l’impact de l’expérience concentrationnaire.
L’approche méthodologique utilisée se rapproche de « l’analyse critique du discours » (« Kritische Diskursanalyse »)1 . Celle-ci est employée dans l’analyse qualitative et quantitative des discours sur le passé et sur le présent de l’Allemagne et des Allemands. D’une part, l’évolution des discours sur le IIIe Reich et les Allemands sous le nazisme est examinée tout en prenant en compte l’influence du présent respectif sur la perception de ce passé. D’autre part, il s’agit d’étudier les discours sur les États allemands nés après 1945, ainsi que sur leurs citoyens. L’objectif sera ici d’identifier l’influence du passé nazi sur la vision des Allemagne d’après-guerre. En fin de compte, il s’agit de déterminer les contextes dans lesquels des discours sur le passé nazi sont liés à ceux sur les Allemagne d’après 1945 et d’identifier les images de l’Allemagne et des Allemands ainsi créées. Ces recherches sont basées sur des publications – bulletins, journaux et livres – de quatre associations d’anciens déportés, ainsi que sur des récits autobiographiques et des interviews avec des survivants des camps de concentration.

Biographies des intervenants

Henning Fauser est lecteur d’allemand à l’Institut des Études Politiques de Rennes et doctorant en cotutelle à l’université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne et à Martin-Luther-Universität Halle-Wittenberg. Sa thèse, entamée en 2010 et préparée sous la direction d’Annette Wieviorka et de Dorothee Röseberg, est intitulée : L’évolution des représentations de l’Allemagne et des Allemands chez d’anciens concentrationnaires français. Cette recherche doctorale fait suite à plusieurs travaux universitaires déjà consacrés à cette question. En effet, il s’est d’abord intéressé aux représentations des anciens détenus du camp de concentration Langenstein-Zwieberge (voir un article de synthèse de son mémoire), pour élargir ensuite sa focale aux anciens détenus des camps de concentration de Buchenwald, Dora et leurs kommandos. Enfin, il a soutenu, à l’École normale supérieure de Lyon et à l’université de Fribourg‐en‐Brisgau en 2010, un mémoire de Master 2 qui portait sur les perceptions de l’Allemagne et des Allemands chez les déportés français – masculins, nés après la Première Guerre mondiale – quel que soit le lieu de détention en Allemagne nazie. Henning Fauser a reçu, pour ce mémoire, le prix d’excellence 2010 de l’Université Franco-Allemande et le « Prix de Promotion 2010 » (Förderpreis 2010) de l’association des amis du Centre Français de Fribourg-en-Brisgau. Henning Fauser est, par ailleurs, trésorier du groupe interdisciplinaire de recherche Allemagne-France (GIRAF-IFFD). Dans ce cadre, il a co-organisé, en 2012, le 6e atelier interdisciplinaire franco-allemand pour jeunes chercheurs, intitulé Le Passage/ Der Übergang, qui a donné lieu à une publication : Ingrid Lacheny, Henning Fauser, Bérénice Zunino (dir), « Le passage » – « Der Übergang ». Esthétique du discours, écritures, histoires et réceptions croisées. Diskursästhetik, Schreibverfahren, Perspektiven und Rezeptionen, Peter Lang, 2013, 207p. Depuis 1999, il participe aux « Journées de rencontre », organisées par le Mémorial de Langenstein-Zwieberge, en tant qu’interprète pour des anciens déportés et leurs familles.

Olivier Lalieu est historien et responsable de l’aménagement des lieux de mémoire et des projets externes du Mémorial de la Shoah. En 1994, il a publié La déportation fragmentée. Les anciens déportés parlent de politique, 1945-1985 (Paris, La Boutique de l’histoire), ouvrage centré sur l’engagement politique d’anciens déportés à partir de l’étude de l’action et des discours de trois amicales, l’Amicale d’Auschwitz, celle de Dachau et, enfin, l’Association nationale des anciennes déportées internées de la résistance. Son second livre, paru en 2005 et réédité en 2012, La Zone grise ? La Résistance française à Buchenwald, (Paris, Tallandier) est consacré, quant à lui, à l’action et aux tensions entre les différents mouvements de résistance française à l’intérieur du camp de concentration de Buchenwald.

  1. JÄGER (Siegfried), Kritische Diskursanalyse. Eine Einführung, Münster, UNRAST-Verlag, 5e édition 2009 [1993], 404 p. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.