Le corps et la reconstruction de la vie juive : entretien avec Erin Corber

Autour de sa thèse de doctorat « L’esprit du corps » : Bodies, Communities, and the Reconstruction of Jewish life in France, 1914-1940.1

DSC_0030
Erin Corber a soutenu en 2013 sa thèse de doctorat en histoire juive à l’Université d’Indiana (Etats-Unis). Spécialiste d’histoire européenne et en particulier française, elle interroge  la manière dont la Première Guerre mondiale a transformé la judaïcité française.
Dans l’article qu’elle a publié dans la revue Jewish Culture and History2, « Men of Thought, Men of Action : The Great War, Masculinity, and the Modernization of the French Rabbinate » elle souligne l’évolution, à partir de la Première Guerre mondiale, des représentations attachées aux rabbins du Consistoire et la manière dont elles symbolisent un modèle d’intégration des juifs à la France. Elle est chercheuse postoctorale invitée au Borns Jewish Studies Program de l’Université d’Indiana.  

Pour plus d’informations : son site personnel/la suivre sur academia

L’étude des juifs de France de la Belle Époque à la veille de la Seconde Guerre mondiale a fait l’objet de nombreux travaux. Vous avez travaillé sur une période qui couvre la Première Guerre mondiale jusqu’à 1940. En quoi l’expérience juive pendant la Grande Guerre est-elle spécifique ?

En faisant mes recherches, je cherchais à démontrer que l’expérience militaire juive de la Grande Guerre était entièrement différente de celle des Français non-juifs. En fait, ce que j’ai trouvé dans les archives ne permettait pas d’aboutir à cette conclusion. Les « poilus » israélites qui ont servi dans les unités militaires françaises ont combattu, ont souffert, et ont détruit, comme leurs camarades non-juifs dans les tranchées. D’un autre côté, les juifs nord-africains ont souffert comme l’ensemble des conscrits et comme les engagés volontaires non-juifs des colonies et des territoires d’outre-mer. Ils étaient loin de leurs familles, loin de leurs communautés, et loin de leurs traditions.

Au fond, ce que distingue l’expérience juive des expériences non-juives, je crois, c’est la signification, ou le sens qu’ils ont accordé à leur service, dans le contexte particulier de l’histoire des juifs en France, et principalement après la guerre. Pour les juifs français, ceux des colonies, ou encore les volontaires juifs d’Europe orientale, la guerre représentait un moyen d’intégration nationale. Cependant, les idéologies, les sentiments, et les motivations patriotiques républicains ne sont qu’une partie de l’expérience de la guerre. Ce que ma recherche montre c’est que, pour beaucoup de juifs, la guerre donne l’opportunité de fortifier et de redéfinir leurs communautés de manière concrète. Les expériences de la guerre et ses conséquences offrent, aux diverses communautés de Juifs de France l’occasion de s’imaginer et de se régénérer, tout en participant plus largement aux reconstructions de la société, de l’économie, et de la culture française.

Vous vous êtes intéressée à la question du corps. Dans quelle mesure est-elle utile pour comprendre la vie juive durant l’entre-deux-guerres ?

Entre la Grande Guerre et le début de la Seconde Guerre mondiale, la vie juive en France s’est construite autour du souci et de l’intérêt pour le corps. De nombreux historiens ont déjà effectué des recherches importantes sur les renouvellements à la fois spirituel et culturel des juifs en France pendant les années 1920 et 1930. Cependant, la centralité du corps, le bien-être physique, ainsi que le rôle de la santé dans les projets et les discours de régénération, ont, en grande partie, échappé à l’attention de ces chercheurs. Le corps nous permet d’explorer de nouveaux aspects de la vie juive, et de placer les juifs en France dans un contexte plus large au niveau français et européen. Surtout, le corps nous permet d’envisager la figure du juif de manière très différente de celle qui domine dans l’imaginaire. Façonné par le discours antisémite, il met l’accent sur l’image du juif spirituel et savant, étudiant les textes, et physiquement faible. Les expériences culturelles des années 1920 ont eu lieu autour des projets qui concernaient la santé et le bien-être physique des juifs immigrés, des juifs de vieille tradition française, et à partir des années 1930 des juifs réfugiés.

Malgré l’attention que le sionisme a portée au physique, le corps était envisagé comme un moyen d’intégration à la nation française, mais aussi comme le lieu d’une régénération morale, culturelle, et économique du peuple juif en France. Par exemple, les colonies de vacances juives des années 1920 et qui étaient dirigées par des immigrés d’Europe de l’Est, avaient comme buts d’intégrer des jeunes juifs, forts et sains (et, par extension, leurs familles) dans leur nouvelle patrie. Elles souhaitaient renouveler la culture juive qui était considérée comme affaiblie, par de mauvaises conditions de santé des juifs, en raison de leur pauvreté et à la suite de leur migration. Les projets destinés aux juifs de France s’inscrivent dans un mouvement qui touche l’ensemble de l’Europe et du monde occidental et qui concerne la culture physique et la santé. Ici, ils prennent des accents particuliers et s’adaptent aux circonstances historiques dans lesquelles se trouvent les juifs.

On connaît l’importance que le sionisme porte au corps et vous avez mentionné l’expérience des colonies de vacances juives. Pourriez-vous donner un autre exemple de ces projets visant à la « régénération physique » des juifs en France ?

Pendant la période de l’entre-deux-guerres, les différentes communautés juives qui se trouvaient en France ont développé un certain nombre de projets qui concernait la santé, le bien–être, et le corps. Les colonies de vacances, un programme d’origine suisse du XIXe siècle, qui avaient été développées par les institutions catholiques, protestantes et laïques sous la Troisième République en France, ont été organisées par des institutions israélites avant la Première Guerre mondiale pour aider les jeunes juifs immigrés, pauvres, et tuberculeux de Paris. Dans l’entre-deux-guerres, ces programmes philanthropiques sont transformés en projets pédagogiques par de nouveaux responsables immigrés d’Europe de l’Est. Ils visaient à la régénération physique des jeunes juifs étrangers dans une perspective d’intégration à la France et de reconstitution de la communauté juive.

Les Éclaireurs israélites de France, projet de scout, fondé dans les années 1920, visait aussi à la régénération physique de la communauté juive bourgeoise – ce projet a d’ailleurs eu de nombreuses conséquences politiques sous l’Occupation et Vichy. Les colonies agricoles installées en Alsace et dans les territoires du sud-ouest pendant les années 1930 pour accueillir des juifs étrangers fuyant l’antisémitisme en Allemagne et Autriche, avaient aussi pour but de profiter à l’économie française. Avant le déclenchement de la guerre, ces projets agricoles avaient pour objectif de régénérer les réfugiés juifs en leur permettant d’accéder à de nouvelles professions et de façonner une nouvelle identité française.

Les travaux sur la période ont rappelé la diversité des juifs présents en France pendant l’entre-deux-guerres, du point de vue du genre, de leurs origines sociales et géographiques. On pense en particulier à la distinction entre juifs immigrés et juifs français (« israélites »). Sur quelle population vous êtes-vous concentrée et quel sens donnez-vous à l’expression de « vie juive » ?

Pour mon doctorat, mes recherches se sont concentrées en particulier sur trois groupes distincts : la communauté juive française, la communauté juive immigrée d’Europe orientale, et les juifs réfugiés d’Europe centrale (d’Allemagne et d’Autriche) pendant la crise des années 1930. Ma recherche décrit comment l’intérêt pour la régénération physique et les projets qui concernent le corps des juifs rassemblent ces diverses communautés. Ces groupes sont généralement envisagés séparément dans certaines études historiques. Cependant, je me suis intéressée à l’histoire des Juifs sépharades immigrés en France de l’ancien Empire Ottoman, et qui se constituent comme une communauté distincte entre les deux guerres. Ils mettent en œuvre leurs propres projets d’éducation et de régénération physique et corporelle dans des associations de juifs « orientaux » à Paris.

Par ailleurs, je prévois d’étendre mon projet aux juifs d’Afrique du Nord. Par exemple, l’organisation scoute des Éclaireurs israélites de France (E.I.F.) se diffuse rapidement dans les territoires d’outre-mer – en Tunisie, au Maroc, et en Algérie. Au Maroc, les E.I.F. ne sont pas principalement un mouvement bourgeois, comme c’est le cas dans la métropole dans les années 1920 et 1930. Au lieu de cela, les E.I.F. s’inscrivaient dans le cadre du programme de civilisation et de « francisation » des populations juive pauvres d’Afrique du Nord. Les intérêts des communautés juives pour la régénération physique des populations en Afrique du Nord ont des accents coloniaux spécifiques. Les étudier permettrait de donner de nouveaux détails sur les relations concrètes entre les communautés juives de la métropole et celles des colonies.

Quels sont les trois livres — ou articles — en histoire juive qui vont ont influencés et que vous recommanderiez ?  

L’œuvre de Paula Hyman est absolument fondamentale dans l’histoire juive en France, et dans le champ de l’histoire juive en général. L’ouvrage publié sous la direction de David Biale, Cultures of the Jews souligne l’importance de concevoir l’histoire des juifs comme des histoires multiples dans différents contextes chronologiques et géographiques. Sans doute, l’étude qui m’a influencée le plus, pour ce projet, est le livre de Sharon Gillerman sur les juifs d’Allemagne entre les deux guerres, Germans into Jews : Remaking the Jewish Social Body in the Weimar Republic. Dans cette étude, Sharon Gillerman démontre que les juifs allemands, eux aussi, s’engagent avec des nouveaux projets sociaux pour s’intégrer à la nation en même temps qu’ils cherchent à revitaliser la vie juive après la Grande Guerre. J’ai beaucoup apprécié The Renaissance of Jewish Culture in Weimar Germany de Michael Brenner, qui décrit une période de développement juive vivante et vigoureuse entre les deux guerres en Allemagne. Ces deux livres sur l’histoire juive en Allemagne s’opposent au récit d’un déclin de la vie juive en Europe dans les décennies qui précédent la Shoah, et je vise à contribuer à ces discussions à la fois stimulantes et importantes.

Références :

David Biale (dir.), Cultures of the Jews: a new history, New York : Schocken Books, 2002.

Sharon Gillerman, Germans into Jews : remaking the Jewish social body in the Weimar Republic, Stanford: Stanford University Press, 2009.

Michael Brenner, The renaissance of Jewish culture in Weimar Germany, New Haven; London : Yale University Press, 1996.

Paula Hyman, De Dreyfus à Vichy : l’évolution de la communauté juive en France, 1906-1939, Paris : Fayard, 1985.

  1. Cette thèse est rédigée en anglais et nous proposons la traduction suivante : « L’esprit du corps » : Corps, communautés et la reconstruction de la vie juive en France 1914-1940 []
  2. « Men of Thought, Men of Action : The Great War, Masculinity, and the Modernization of the French Rabbinate », Jewish Culture and History,Volume 14, n°1, 2013 []

3 réflexions sur « Le corps et la reconstruction de la vie juive : entretien avec Erin Corber »

  1. Passionnant et très novateur. Un article serait le bienvenu dans une revue française comme Archives juives .
    A quand la publication de toute la thèse ?
    Bienvenue en tout cas au club très restreint des historiens des juifs de France

    1. Cher Michel, je vous remercie pour votre message! J’éspère que vous allez bien! J’aimerais bien contribuer un article dans une revue française. Quant à la thèse, je suis en train de preparer le manuscrit pour le publier dans le futur proche. Est-ce que vous aviez encore mon adresse de courriel? S’il vous plait, renvoyez-moi un message!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *