19 février 2014 : « We are still dead »: Jewish doctors and rehabilitation after the Second World War

La prochaine séance de l’atelier “Histoire des Juifs en Europe après 1945″ aura lieu mercredi 19 février 2014, de 17h à 19h. Nous recevrons Sara Silverstein, doctorante à l’Université de Yale, qui nous présentera (en anglais) une intervention intitulée “ »We are still dead »: Jewish doctors and rehabilitation after the Second World War”. Sa présentation sera discutée par Nathalie Zajde, maître de conférences à l’Université Paris VIII et chercheur – clinicienne au Centre Georges-Devereux.

La séance aura lieu au Centre d’histoire de Sciences Po, 56 rue Jacob, 75006 Paris, salle du Traité (1er étage)

Résumé / Abstract

« We are still dead »: Jewish doctors and rehabilitation after the Second World War. This paper will look at the plight of invalids among Jewish survivors and refugees in the years immediately following the Second World War, and at the doctors from this community who took command of their rehabilitation and fought for their rights. In the process, Jewish physicians reoriented the understanding of individual health and collective social health within reconstruction programs and contributed to interweaving social and human rights norms within new health institutions. Sara will begin by examining the practical concerns of care provided in displaced persons camps and the coordination between members of the refugee medical community and international relief institutions, proceeding to address the particular problems posed by longterm care for the chronically ill. In developing and enacting these programs, displaced Jewish physicians defined the terms in which they asserted a right to healthcare as well as the full civil rights of the disabled. They drew on experiences from both the interwar and wartime years, for example establishing strategies for longterm care based on the association they made between the social and civic exclusion that ill patients suffered as a result of limited physical abilities and the rapid disintegration of civil rights they had experienced as a result of antisemitism. Rebuilding the health of the Jewish community and establishing the institutions to maintain that health thus became their first tenet of reconstruction, from which beginning they forged new standards for social medicine and for the rights and responsibilities of citizenship on both national and international levels.

Biographie des intervenants

Sara Silverstein est doctorante en Histoire à l’Université de Yale et boursière Fox à Sciences Po. Sa thèse « Before Doctors Without Borders: Refugees, Rights, and the Social Frontiers of Europe, 1921-1958 » porte sur le travail transnational de professionnels de la santé – originaires des pays d’Europe centrale et de l’Est – à l’attention des réfugiés ou d’autres groupes de population marginalisée ne bénéficiant pas de tous leurs droits civiques. Sara Silverstein s’intéresse à la manière dont le travail de ces professionnels de la santé a forgé de nouvelles compréhensions des droits de l’homme et des droits sociaux qui sont aux fondements des institutions européennes émergentes d’après-guerre. Elle a reçu sa licence à l’Université de Darmouth en 2007 et son Master à l’Université d’Oxford en 2009.

Nathalie Zajde est maître de conférences en psychologie clinique et pathologique à l’Université Paris VIII Saint-Denis ainsi que chercheur et clinicienne au Centre Georges-Devereux. Spécialiste des traumatismes psychiques, elle a créé en 1990 les premiers groupes de parole de survivants et d’enfants de survivants de la Shoah en France, puis a organisé, dans les années 2000 en France et à l’étranger, d’autres consultations en ethnopsychiatrie, notamment pour les survivants de massacres de masses. Elle a publié de nombreux articles sur les souffrances psychologiques des enfants cachés pendant la Seconde Guerre mondiale. Parmi ses publications : Guérir de la Shoah, Odile Jacob, 2005; Enfants de survivants, Odile Jacob, 1993 (nouvelle édition 2005); Les enfants cachés en France, Odile Jacob, 2012.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.