18 décembre 2013 : Mémoire(s) et nostalgie des Juifs d’Odessa : un phénomène spécifique ?

La prochaine séance de l’atelier “Histoire des Juifs en Europe après 1945″ aura lieu mercredi 18 décembre, de 17h à 19h. Nous recevrons Isabelle Ferri-Némirovski, doctorante à l’INALCO, qui nous présentera ses recherches sur : « Mémoire(s) et nostalgie des Juifs d’Odessa : un phénomène spécifique ? ». Son intervention sera discutée par Simon Perego, doctorant à Sciences Po.

La séance aura lieu à Sciences Po, 28 rue des Saints Pères (75007, Paris), salle H401

Résumé

Mémoire(s) et nostalgie des Juifs d’Odessa : un phénomène spécifique ?
Odessa – ville portuaire d’Ukraine sur les bords de la mer Noire, fondée en 1794 par l’impératrice russe Catherine II – a toujours exercé un pouvoir d’attraction et de fascination rêveuse. Cette cité aux charmes méditerranéens est depuis sa genèse jusqu’aux premières heures du XXe siècle un îlot de liberté où une grande partie de sa population cosmopolite peut jouir de conditions de vie privilégiées malgré la misère subie par certains. En tout état de cause, force est de constater que les normes en vigueur dans cette ville de progrès se distinguent très nettement de celles qui prévalent dans le reste de l’Empire. Quant au statut des Juifs qui représentent plus de 30 % de la population totale, il est très différent de celui de leurs coreligionnaires confinés dans la Zone de résidence. Le Juif d’Odessa – façonné par une ville portuaire effervescente dont il sait saisir les opportunités d’un environnement perméable à la nouveauté et les chances de promotion offertes par la ville – devient un personnage archétypique de la fin du XIXe et du début du XXe siècle. Acteur dynamique et incontournable de la cité, il réussit à forger la communauté juive la plus moderne de Russie en décidant d’emprunter la voie de la sécularisation tout en aspirant à l’émancipation. Le climat odessite est particulièrement favorable aux forces de renouvellement de l’identité juive et ses définitions se recomposent tout en se diversifiant grâce à la réflexion des intellectuels de la ville.

L« Odessa juive » convoque l’imaginaire : elle a engendré des pages entières de littérature, trouvé sa place dans des carnets de voyage tenus par des écrivains qui sillonnaient la Russie au XIXe siècle et a également inspiré des démarches picturales, cinématographiques et des œuvres artistiques les plus variées. En outre, son évocation déclenche souvent un sentiment de profonde nostalgie chez ses exilés et, plus surprenant encore, chez leurs descendants. Cet état de langueur ne s’inscrirait pas davantage dans une définition traditionnelle mais s’exprimerait plutôt de manière singulière et sans ambigüité : la ville d’Odessa serait bien la quintessence d’une nostalgie collective, d’un attachement qui relève souvent du patriotisme. Par ailleurs, elle ne serait pas inféconde et aurait su trouver ses propres remèdes. Plusieurs nouveaux ports d’attache de ces hommes et ces femmes, qui ont fui les pogromes qui sévissaient à Odessa et dans toute la Russie à la fin du XIXe siècle, sont rebaptisés Odessa, Little Odessa ou New Odessa dans une référence directe au lieu d’origine.

Le Juif d’Odessa affirmerait-il sa différence et son originalité jusque dans son expression nostalgique ? Plutôt qu’un abattement, cette langueur ne serait-elle pas davantage un levier, un moteur puissant de la construction et de l’élaboration d’une mémoire vivante et vitale ? Une thèse de doctorat intitulée « Mémoires et nostalgie des Juifs d’Odessa : un phénomène spécifique ? » s’attachera à établir la pertinence de l’hypothèse suivante : la prégnance et les spécificités de la mémoire juive odessite en des lieux divers et sous des formes plurielles.

A propos des intervenants

Isabelle Ferri-Némirovski est actuellement doctorante à l’INALCO sous la direction d’Anne Grynberg et de Jean Baumgarten, après un Master d’études hébraïques et juives obtenu en 2012 à l’INALCO. Une licence de russe à l’INALCO puis l’obtention du diplôme du russe des affaires de la Chambre de Commerce de Paris en 1986, la conduit à exercer comme traductrice dans le Service des études économiques, de la documentation et de la traduction à la BCEN-Eurobank, banque contrôlée par l’URSS ayant son siège à Paris pendant 10 ans. Sa recherche actuelle porte sur la singularité de la mémoire d’Odessa chez les Juifs après l’émigration.

Simon Perego est doctorant et ATER au Centre d’histoire de Sciences Po. Paris. Sa thèse, préparée sous la direction de Claire Andrieu, s’intitule : « L’expérience de la Seconde Guerre mondiale : mémoires et représentations au sein du monde juif en France entre 1944 et 1967 ». Aux côtés de Renée Poznanski, il est également commissaire scientifique de l’exposition consacrée au CDJC (1943-2013) et présentée au Mémorial de la Shoah du 25 avril au 17 novembre 2013. Parmi ses publications, citons notamment l’article paru en 2010 dans la Revue d’histoire de la Shoah et portant sur « Les commémorations de la destruction des Juifs d’Europe au Mémorial du martyr juif inconnu du milieu des années cinquante à la fin des années soixante ». Nous pouvons également faire mention de ses quatre articles à paraître prochainement dans le Dictionnaire du judaïsme français de 1945 à nos jours et dirigé par Jean Leselbaum : « Commémorations », « Centre de documentation juive contemporaine », « Mémorial de la Shoah » et « Libération ». Voir sa page personnelle


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.