L’engagement politique du Habad en Russie, un cas particulier ?

À propos de la séance du 23 octobre 2013 de l’atelier “Histoire des Juifs en Europe après 1945”
Intervention d’Elena Lomakina discutée par Laurence Podselver

Compte-rendu de l’intervention

Depuis la fin des années 90, on assiste à un renouveau de la vie juive en ex-URSS.

Ce phénomène s’explique par plusieurs facteurs : le manque de repères spirituels de la population juive, la chute du régime communiste marqué par un athéisme d’État, l’affaiblissement de l’antisémitisme, et la place grandissante du mouvement Habad-Loubavitch en ex-URSS.

Le mouvement Loubavitch ou Habad (accronyme de ‘hokhmei’, sagesse ; ‘bina’, compréhension ; ‘daat’, savoir) fondé par le rabbin Shneur Zalman de Lyadi (1745-1813) constitue l’un des courants les plus importants du Hassidisme, né à la fin du XVIIIe siècle dans les communautés juives d’Europe orientale. Le mouvement s’est donc donné pour mission de sensibiliser les juifs à travers le monde aux valeurs fondamentales du judaïsme. Pendant près de 40 ans, le mouvement a été dirigé par l’emblématique rabbi Menachem Mendel Schneerson (1902-1994), le septième rabbi des Loubbavitch depuis son quartier général à Crown Heights, New-York.

En Russie, ce mouvement va occuper progressivement une place déterminante dans la vie socio-culturelle des juifs, jusqu’à devenir incontournable. Les clés de son succès résident dans son mode d’action basé sur ce qu’on pourrait presque qualifier de ‘prosélytisme’, l’entraide, la charité, mais également sa capacité à s’adapter à l’environnement dans lequel il se trouve, quel que soit le pays. Le Habad est aujourd’hui implanté dans près de 70 pays.

En Russie, son mode d’action se distingue par la proximité de ses leaders avec le pouvoir politique russe. Cette connivence entre les leaders du mouvement et le régime de Vladimir Poutine est d’ailleurs largement relayée par les médias. L’importance du Habad est d’autant plus curieuse, que la majorité de la population juive russe est caractérisée par sa laïcité.

Comment le Habad a-t-il réussi à pénétrer les structures communautaires soviétiques, puis post-soviétiques, jusqu’à devenir une force juive majeure de l’Etat russe ?

Pendant tout le XIXe siècle, la tradition juive avait généralement été mieux préservée en Russie que dans le reste des pays occidentaux. Mais dans les dernières décennies de la Russie tsariste, le monde traditionnel juif a été affaibli par la modernisation, les pogroms et une émigration massive.

Suite à cette crise du judaïsme traditionnel, le sixième rabbi des Loubavitch, Yossef Yitzhak Schneersohn, chef de l’organisation clandestine Va’ad Rabamei SSSR (Comité des rabbins d’URSS) avait essayé de venir au secours des juifs en essayant de combler ce vide spirituel et de ressusciter la vie juive en Russie avant de finalement être arrêté.

En 1927, les campagnes antireligieuses sont devenues beaucoup plus sévères et la majorité des synagogues furent fermées, les institutions juives religieuses cessèrent de fonctionner et des personnalités religieuses publiques furent arrêtées ou sanctionnées.

Dès lors, la Russie a été considérée par les adeptes du mouvement Habad, comme une terre sainte, berceau du mouvement Loubavitch, d’où étaient issus les plus grands sages, et où il était donc crucial que le mouvement arrive à pérenniser le judaïsme.

Enfin, l’antisémitisme du régime de Staline et les politiques discriminatoires successives avaient déçu de nombreux juifs du régime soviétique : le pouvoir tacite liant un judaïsme en voie de sécularisation à un pouvoir central tolérant sa minorité juive était dès lors rompu. De plus, à partir des années 60 et jusqu’aux années 70, Israël était devenu un repère essentiel dans la construction de l’identité juive en Russie et a ainsi conduit une petite partie de l’intelligentsia à « revenir » vers le judaïsme.

Aujourd’hui, les russes sont libres de pratiquer leur religion, avec la bénédiction du gouvernement. Dans ce contexte, le mouvement Habad a joué un rôle de premier plan dans la redynamisation de la vie juive en ex-URSS, bien qu’il existe une limite à son influence en raison de son caractère orthodoxe. Pourtant, sa popularité est sans commune mesure dans la Russie d’aujourd’hui.

La montée en puissance du mouvement Habad-Loubavitch

En janvier 1990, les communautés juives orthodoxes forment le Conseil des Communautés Religieuses Juives de l’Union Soviétique (VSERO) avec à leur tête le rabbin de la synagogue chorale de Moscou, Adolf Shaevich.

En février 1993, avec l’effondrement de l’URSS, VSERO devient le Congrès des Associations et des Organisations Religieuses Juives en Russie (KEROOR) et comprend des représentants des communautés juives orthodoxes et libérales.

Dans les années 90, les émissaires du Habad dans les pays de l’ex-URSS créent leur propre organisation : ‘Agudei Hassidei Habad’ (Organisation des Hassidim de Loubavitch).

Au début de l’année 1996, le Congrès des Juifs Russes (REK) est créé à l’initiative de Vladimir Goussinsky, un ancien magnat des médias russes. La formation de ce congrès avait pour but de réunir l’élite juive russe. Les organisations contrôlées par le mouvement Habad ont donc été absorbées par le Congrès.

Mais des conflits d’intérêts ont éclaté entre les représentants de la communauté Habad et les autres membres du Congrès. Le financement des communautés religieuses « non-Habad » a été l’un des principaux motifs de désaccord. Ainsi, en 1999, la Fédération des Communautés Juives de Russie (FEOR) voit le jour. Elle fédère les communautés Habad-Loubavitch et est présidée par le rabbin Berel Lazar, originaire d’Italie, qui rencontre Vladimir Poutine dans le mois suivant la création de la Fédération. Les associations Habad-Loubavitch du Congrès vont donc finalement être absorbées par la FEOR. Enfin, en 2000, les membres de la FEOR se réunissent à Moscou pour élire Berel Lazar au titre de Grand rabbin de la Russie, au détriment d’Adolf Shaevich. C’est le début de ce que Semen Charny, journaliste, a appelé « la guerre juive ».

Le début des années 2000 a ainsi vu croître la puissance du mouvement Habad en Russie qui, avec la création de la FEOR et ses liens avec le Kremlin a vu l’argent affluer et son pouvoir se renforcer. La liste des donateurs affichée au centre communautaire Maryina Roscha à Moscou est comparée au classement du magazine Forbes des plus grosses fortunes. Ainsi, en 2000, on comptait environ 70 communautés Habad-Loubavitch, puis fin 2001, 130 communautés étaient officiellement recensées. Pareillement, le budget de la FEOR était de 10 millions d’euros au début des années 2000 et est passé à 60 millions d’euros en 2005. Les excellentes capacités de la FEOR à communiquer ainsi que ses activités de lobbying ont contribué à asseoir sa puissance.

A ce stade, la FEOR est tellement puissante que son influence peut être comparée à la communauté Habad-Loubavitch des Etats-Unis, pourtant très active également. Progressivement, la FEOR va s’autonomiser politiquement et économiquement du Habad américain.

La lutte entre les membres du Congrès juif russe et les représentants du mouvement Habad en Russie a réellement illustré deux conceptions différentes du développement de l’identité juive en Russie où s’affronteraient respectivement « judéité » et « judaïsme ».

Grâce à sa capacité d’adaptation et sa force de persuasion, le Habad-Loubavitch a également tout de même réussi à faire « revenir » certains juifs laïques vers la religion.

En novembre 2012, un Musée juif baptisé « Jewish Museum and Tolerance Center » a vu le jour à Moscou. Ce Musée futuriste, à mi-chemin entre le musée et le parc de jeux, a été financé par l’oligarque russe Roman Abramovitch, sous l’égide du mouvement Habad-Loubavitch.

Discussion

Laurence Podselver : J’ai plusieurs questions. Tout d’abord, quel est le statut de la religion en Russie aujourd’hui ? Est-ce qu’il y a des dispositions légales qui permettent de recenser les juifs ?

Qui est juif et comment cela se manifeste-t-il ?

Le Habad est certes très visible, c’est un petit groupe de pression, mais sont-ils vraiment représentatifs ? Ils sont le produit de cet environnement d’une certaine manière.

Qui sont les autres ? Quelles sont leurs critiques vis-à-vis du mouvement Habad ?

Elena Lomakina : En Russie il n’y a pas d’organisation officielle comme le Consistoire en France donc c’est le plus fort qui a gagné. La religion n’était pas quelque chose de primordial pour les juifs en Russie, il y avait une perte considérable de la culture religieuse. Le mouvement Habad s’est donc renforcé et est devenu une organisation officielle. Ils aimeraient d’ailleurs devenir l’équivalent du Consistoire en France.

Laurence Podselver : Le mouvement Habad sait très bien utiliser le vide, c’est pour cela qu’il est si populaire. Le problème étant que les émissaires qui sont envoyés dans tous ces pays ne connaissent presque rien à la culture locale. On pourrait donc parler d’un mouvement de colonisation culturelle, puisqu’ils imposent leur propre culture, leurs normes religieuses.

L’implantation du mouvement aux Etats-Unis avec la personnalité charismatique du rabbi des Loubavitch Menachem Mendel Schneerson a redynamisé le mouvement. Le personnel religieux  est considéré comme une sorte d’aristocratie. Les russes sont porteurs de quelque chose de divin qui va au-delà du rationnel, comme si, depuis des générations il y avait eu une transmission magique qui fait que les russes ont une sainteté innée.

Y a-t-il un mouvement libéral également présent en Russie ? Et y a-t-il de l’antisémitisme ?

Elena Lomakina : Disons que le système russe a une tendance à préférer la centralisation, donc ça ne l’arrange pas trop qu’il y ait différents courants, différentes branches du judaïsme. La question du financement de ces mouvements religieux est ce qu’il y a de plus intéressant.

Le racisme n’est pas politique et organisé mais il y a bien un cliché du juif riche et intelligent en Russie, c’est donc très à la mode d’être juif en Russie.

Laurence Podselver : Y a-t-il un recensement en Russie ?

Elena Lomakina : Etre « Juif » est considéré comme une nationalité.

D’après un article de Borukh Gorin paru dans Ria Novosti (l’agence de presse russe), il y aurait entre 230 000 et 10 millions de juifs en Russie, même si selon lui, il serait plus raisonnable de considérer que le nombre de juifs en Russie s’élèverait à environ un million. Selon l’Institut du Judaïsme Contemporain à l’Université Hébraïque de Jérusalem, le noyau de la population juive s’élèverait à 244 000 en 2004. Soit guère plus que lors du recensement de 2002, ce qui est quelque peu étrange étant donné les nombreux départs. Enfin, d’après le recensement officiel de 2010, 187 000 juifs indiquaient dans la case « nationalité » qu’ils étaient juifs. Il y aurait donc 76 000 juifs de moins qu’en 2002.

Laurence Podselver : Des gens sont-ils « revenus » vers la religion au contact du mouvement Habad ? Il doit y avoir une demande qui est satisfaite comme ça aussi. Quels sont les liens du mouvement avec Israël sachant que Poutine n’est pas vraiment un défenseur de l’Etat d’Israël ?

Elena Lomakina : Il y a des gens qui sont « revenus » vers le judaïsme, mais les vieilles personnes ont généralement des difficultés à aller vers des rabbins qui n’ont pas la même culture, et ne pas parlent pas forcément la même langue. Mais le mouvement trouve quand même son public parmi les personnes âgées, notamment grâce à son action caritative (repas, médicaments, etc).

Quant à son rapport avec Israël, le mouvement ne commente jamais les actions de Poutine vis-à-vis d’Israël. Il se contente d’envoyer des sommes d’argent très importantes vers Israël. Par contre, le mouvement Habad en Russie est totalement autonome financièrement vis-à-vis des Etats-Unis.

Laurence Podselver : L’apparition du Musée juif à Moscou est un phénomène intéressant. Le problème c’est qu’on va avoir des contenus divergents si le Habad s’approprie cette culture et cette histoire. Il y a donc  un éclatement du religieux au profit de fonds personnels.

L’apparition du Habad en France est liée au rapatriement des Juifs d’Afrique du Nord. Mais ce mouvement n’était pas entré dans le Consistoire au départ. Aujourd’hui, ils ont leur propre cacheroute, mais ils ne sont pas vraiment intéressés par être proche du pouvoir, ce n’est pas comparable à la Russie.

Quelques références

Charny SEMYON. “The Relationship between the Chabad Movement and the Russian Jewish Congress, 1996—2012 “. Conference du “Russian and Eurasian Studies Centre”. Religion and Jewish Identity in Contemporary Russia. Monday 11 February 2013. St Antony’s College,Oxford

Maya BALAKIRSKY-KATZ. On the Master-Disciple Relationship in Hasidic Visual Culture: The Life and Afterlife of Rebbe Portraits in Habad, 1798–2006. Images: A Journal of jewish Art and Visual Culture I (2007): 55-79

Zvi GITELMAN. A century of Ambivalence: The Jews of Russia and the Soviet-Union, 1881 to the Present. Indiana University Press. Second Expanded Edition edition, April 22, 2001


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.