Sébastien Ledoux : « Le devoir de mémoire Une formule et son histoire »

le-devoir-de-memoire-1En 2014, nous vous annoncions la soutenance de thèse de doctorat de Sébastien Ledoux : “Le temps du “devoir de mémoire” des années 1970 à nos jours“ (pour laquelle il a obtenu en 2015 le Prix de la recherche de l’INA), dont il avait présenté certains des aspects au cours d’une séance de notre atelier de recherche en 2012.

 

Nous avons aujourd’hui le plaisir de vous informer de la parution aux éditions du CNRS de l’ouvrage tiré de sa thèse : Le devoir de mémoire. Une formule et son histoire.

La préface est de Pascal Ory.

D’où vient l’expression « devoir de mémoire » ? Comment s’est-elle imposée dans notre langage courant ? À partir de nombreux entretiens, d’archives inédites et de sources numériques massives, Sébastien Ledoux retrace la trajectoire de cette formule qui éclaire la relation souvent douloureuse que la France entretient avec son histoire récente. Forgé à l’orée des années 1970, le terme investit le débat public dans les années 1990, accompagnant le « syndrome de Vichy » et la réévaluation du rôle de la France dans la mise en œuvre de la Solution finale, avant d’être repris pour évoquer les non-dits de la mémoire coloniale. Doté d’une forte charge émotive, il traverse les débats sur la recomposition du récit national, la place du témoin, le rôle de l’historien, la patrimonialisation du passé ou la reconnaissance des victimes, qui traduisent un tournant majeur et accouchent de nouvelles questions dont l’actualité est toujours brûlante. Ce sont les mutations de la société française des cinquante dernières années qui sont ici analysées par le biais de ses nouveaux rapports au passé que le « devoir de mémoire » est venu cristalliser.

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.