Mise en ligne des actes du colloque « Témoigner sur la Shoah en URSS « 

Le colloque international « Témoigner sur la Shoah en URSS » a eu lieu les 16 et 17 mai 2013 à Paris. Organisé par Annie Epelboin et Assia Kovriguina, qui ont également dirigé cette publication, il a bénéficié du soutien de l’équipe de recherche « Littérature et histoire » (Université Paris 8) et du Centre franco-russe de recherches en Sciences humaines de Moscou.

La mise en ligne des actes de cette conférence a été réalisée avec le soutien de l’Université de Lausanne.

L’aide apportée par le Labex Arts-H2H  dans le cadre du programme « Investissements d’avenir » (ANR-10-LABX-80-01) et celle de la Fondation pour la Mémoire de la Shoah ont permis la traduction des textes russes et l’édition de ce recueil.

Quelques mots sur la conférence (2013) :

« Longtemps censurée, la littérature de témoignage écrite en URSS a été très peu étudiée. À la différence de la littérature occidentale qui évoque des camps d’extermination situés sur des terres lointaines, ces œuvres parlent de la part du génocide qui a eu lieu sur place. Ce colloque entend faire connaître les voix qui, en Union soviétique, se sont élevées contre l’oubli et comprendre les raisons du silence qui les a étouffées. »

Sommaire

Annie Epelboin : Introduction. Multiplicité de la Shoah.

I – Le témoignage et son archive
Assia Kovriguina : Le témoignage en URSS : qui est l’auteur ?
Pavel Polian : Shoah, censure, état des archives.
Leonid Terouchkine : Les carnets d’Elena Ivanova. 

II- La Shoah dans la littérature
Leona Toker : Périodisation et contextualisation de la littérature soviétique.
Rachel Ertel : L’anéantissement dans la poésie yiddish soviétique.
Boris Czerny : Babi Yar 1941-1948 dans la presse et la poésie.
Claude Mouchard : Nous sommes devenus des épines dans les yeux des autres (en lisant la Littérature des ravins).
Catherine Coquio : Babi Yar, « Babi Yar » : le paradigme et l’œuvre, à propos du roman Babi Yar d’Anatoli Kouznetsov.

III. L’histoire à l’épreuve de la Shoah
Antonella Salomoni : Effacement des lieux, commémorations, imagination compatissante.
Vitaly Nakhmanovitch : La manipulation des souvenirs des témoins.
Maria Maiofis : Un « traumatisme complexe « : la politique de la mémoire de la Shoah en URSS dans les années 1940-1950 et l’intelligentsia « libérale ».
Kirill Feferman :La Shoah dans le prolongement de la guerre civile de Russie.

IV. Auschwitz-Babi Yar : deux paradigmes inconciliables ?
Frédérique Leichter-Flack : Babi Yar, un palimpseste politique.
Ilya Koukouline : Pourquoi la Shoah n’est pas considérée comme un évènement à part entière en Russie.
Luba Jurgenson : L’extermination des Juifs à l’Est : construction des savoirs et enjeux épistémologiques.            


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.