Étudier l’exil

Cette annonce intéressera peut-être les personnes qui travaillent sur l’histoire de l’émigration et de l’immigration des Juifs et qui ont la possibilité d’être à Marseille dans les jours qui viennent : du 19 au 23 mai se tient dans cette ville (au MUCEM) ainsi qu’à Aix-en-Provence le colloque “Étudier l’exil“.

Ce colloque se propose de définir un objet d’étude à nommer expérience de l’exil et un domaine de recherche à nommer études exiliques. Selon les organisateurs, “l’ambition est de redonner au vécu du sujet en migration toute la charge existentielle que les politiques migratoires actuelles, soucieuses de gestion efficace, tendent à oublier. Étudier l’exil afin de mieux accueillir l’exilé, accueillir l’exilé afin de mieux comprendre l’exil.”

Le comité scientifique de ce colloque est composé d’Alexandra Galitzine-Loumpet (NLE/CEM), d’Alexis Nuselovici (AMU/CEM) et de Crystel Pinçonnat (AMU)

Pôle Multimedia, salle de conférences 2 – 29 Avenue Robert Schuman
Aix-en-Provence, France (13100)
MUCEM, 7 promenade Robert Laffont (esplanade du J4)
Marseille, France (13002)

Présentation du colloque, par les organisateurs :

“Alors que le nombre des migrants dans le monde est estimé à près d’un milliard (migrants externes et internes) et que le nombre des déplacés à l’intérieur de leurs propres pays vient de dépasser celui de la seconde guerre mondiale, ce qui entraîne de graves crises en Europe comme ailleurs, les sciences sociales et humaines se doivent de mieux comprendre ce qu’impliquent ces phénomènes sur le plan social comme sur le plan politique. Les réalités migratoires contemporaines sont complexes en raison d’une quadruple caractéristique : mobilité accrue ; extension planétaire ; diversité du sens des flux ; variété des causes (économiques, politiques, environnementales). Elles créent en conséquence des catégories migratoires extrêmement variées qu’il importe de penser ensemble, comme il importe de penser conjointement les rencontres multiples de langues et de cultures et les tensions politiques et sociales suscitées.À cette fin, il est proposé de définir un objet d’étude à nommer expérience de l’exil et un domaine de recherche à nommer études exiliques dont le présent colloque contribuera à la fondation. L’ambition de ce champ en construction est de redonner au vécu du sujet en migration toute la charge existentielle que les politiques migratoires actuelles, soucieuses de gestion efficace, tendent à oublier. Il s’agit de prolonger et d’approfondir les travaux de recherche sur la migration en orientant davantage les perspectives vers l’articulation dans l’expérience migratoire entre identité individuelle et détermination collective, culture d’origine et culture d’accueil, inscription communautaire et inscription nationale. Par ailleurs, abordé comme paradigmatique en tant que signifiant toute sortie hors d’un lieu d’appartenance, l’exil recouvre des catégories aussi diverses que le migrant, le déplacé, le réfugié, le demandeur d’asile, le clandestin, le sans-papier et met en rapport ces figures contemporaines avec celles du passé, les déplacements réels avec leurs représentations.Multidimensionnel, le phénomène exilique appelle une méthodologie multidisciplinaire et une cohérence épistémologique qui guide et rassemble ses résultats. Interrogeant des champs de recherche analogues à l’échelle européenne et internationale, il doit également susciter un pluralisme méthodologique dans la définition de son objet et rapprocher données empiriques et représentations, analyses et témoignages de l’expérience exilique afin de dégager des conclusions qui pourront être adaptées pour nombre de situations actuelles observées aussi bien sur le plan local que global.Par sa dimension à la fois fondamentale et appliquée, ce type de recherche est susceptible d’actions et de rétroactions auprès de la société civile, favorisant une compréhension élargie des réalités migratoires. Sa visée épistémologique cherche à reconsidérer l’expérience exilique comme une dimension essentielle dans le devenir des sociétés et non comme un effet secondaire, une simple conséquence due à leur développement. Loin des clichés romantiques, étudier l’exil dans cette nouvelle définition contribue à le restituer en tant qu’horizon et héritage communs à un niveau collectif large, celui de l’ensemble des sociétés contemporaines. Étudier l’exil afin de mieux accueillir l’exilé, accueillir l’exilé afin de mieux comprendre l’exil.”

Programme du colloque (pour plus de détail sur le contenu de chaque panel, rendez-vous sur calenda) :

Mardi 19  mai
Théâtre Antoine Vitez, Aix en Provence

17h30 – Ouverture officielle du colloque : interventions.
18H30 – Projection du film “Hope” de Boris Lojkine & débat

Mercredi 20 mai
Maison de la recherche, Aix en Provence (Bâtiment T1 Multimédia, Salle de colloque 2)

9h – Étudier l’exil
Présidente de session : Alexandra Galitzine-Loumpet (NLE- CEM )
Conférence d’ouverture : Alexis NUSELOVICI (Université d’Aix-Marseille, Collège d’études mondiales)
Interventions de: Lewis GORDON (University of Connecticut) ; Nancy GREEN (EHESS) ; Martine HOVANESSIAN (Université de Paris 7) ; Erika LEE (University of Minnesota) ; Kristina SCHULZ (Université de Berne) ; Robert YOUNG (New York University)

14h30- Statuts de l’exil
Président de session : Stéphane Lojkine (AMU)
Conférence d’ouverture : Catherine WIHTOL de WENDEN (CNRS)
Interventions de : Mehdi ALIOUA (Université de Rabat) ; Marc BERNARDOT (Université du Havre/Migrinter) ; Heidrun FRIESE (Goethe Universität) ; Chowra MAKAREMI (EHESS) ; Claire RODIER (GISTI) ; Christiane VOLLAIRE (philosophe)

18h30- Projection Evaporating Borders (2014) de Iva Radivojevic
Débat coordonné par A. Galitzine-Loumpet & A. Nuselovici avec Olivier Clochard (Migrinter-Université de Poitiers), Chowra Makaremi (IRIS, CNRS-EHESS) et Evelyne Toussaint (AMU).

Jeudi 21 mai
Maison de la recherche, Aix en Provence (Bâtiment T1 Multimédia, Salle de colloque 2)

9h- Le sujet exilique
Présidente de session : Norah Dei Cas-Giraldi (Université de Lille-3)
Conférence d’ouverture : Nimrod BENA DJANGRAND dit Nimrod (écrivain)
Interventions de : Augustin GIOVANONNI (Agrégé de Littérature, Lycée Saint Exupery) ; Olivier DOUVILLE (Université de Paris 7 et revue Psychologie clinique) ; Frieda EKOTTO (Michigan University) ; Constance DE GOURCY (Université d’Aix-Marseille) ; Anouche KUNTH (CNRS/ Migrinter) ; Crystel PINCONNAT (Université d’Aix-Marseille) ; Anna PROTO PISANI (Université d’Aix-Marseille)

12h30- Le scopitone, une culture de l’exil (avec Johanne Larrouzé, La Machine Pneumatique, Marseille) / Déjeuner

14h30 – Espaces exiliques
Présidente de session : Ada Savin (Université de Versailles-Saint Quentin)
Conférence d’ouverture : Marianne HIRSCH (Columbia University)
Interventions de : Virginie BABY-COLLIN (Université d’Aix-Marseille) ; Dana DIMINESCU (FMSH) ; Sylvie KANDE (New York University) ; Catherine MAZAURIC (Université d’Aix-Marseille) ; Luis RONIGER (Wake Forest University, USA) ; Eugenia VILELA (Universidade do Porto)

18h30 – La marionnette : un art exilique. Conférence & Représentation théâtrale (Amphithéâtre Guyon)
Conférence introductive d’Eloi RECOING (directeur de l’Institut international de la marionnette et de l’école nationale des arts de la marionnette de Charleville-Mézières).
Suivie d’une présentation de la collection des marionnettes du MUCEM par Vincent Giovanoni de la représentation de Actes sans parole 1 de Samuel Beckett, par le Clastic Théâtre (dir. François Lazaro) et d’un débat avec François LAZARO et Eloi RECOING.

Vendredi 22 mai
MUCEM (Auditorium ; Attention inscription obligatoire du public pour accéder au Mucem en dehors des heures d’ouverture)

9h-Dispositifs de représentation
Présidente de session : Crystel Pinçonnat (Université Aix-Marseille)
Conférence d’ouverture : Jacques HAINARD (Ethnologue, conservateur)
Interventions de : CLAIRE FONTAINE (artistes) ; Marie DARRIEUSSECQ (écrivain) ; Alexandra GALITZINE-LOUMPET (NLE-CEM) ; Isabelle MARQUETTE & Lucile GRUNTZ (MUCEM) ; Elena MONTANARI (MeLa* Project / European Museums in an age of Migrations) ; Louisa ZANOUN (Association Génériques)

13h30 – Politiques de l’exil
Président de session : Alexis Nuselovici (Université Aix-Marseille)
Conférence d’ouverture : Michel WIEVIORKA (Fondation maison des sciences de l’homme)
Interventions de : Samia CHABANI (Directrice association Ancrages) ; Jean-François DUBOST (Amnesty International France) ; Hélène HATZFELD (Directrice du GIS IPAPIC, Ministère de la Culture) ; El Mouhoub MOUHOUD (Université de Paris-Dauphine) ; Laurent MUSCHEL (Directeur de la migration et de l’asile, Direction générale des affaires intérieures, Commission européenne) ; Olivier CLOCHARD (Migrinter-Université de Poitiers)

18h – Theâtre : Tunisia  (MUCEM) (inscription souhaitée)

Samedi 23 mai
MUCEM (salles du fort St Jean)

9h30- Atelier d’écritures
Coordination : Sara Greaves (AMU) & Jean-Luc di Stefano (IDEC AP-HM) Association  ”Ecrits et voix”

14h – Face aux acteurs
Coordination : Béatrice Gonzales-Vangell (AMU) & Marie Lelardoux (Cie Emile Saar) en collaboration avec le réseau Approches Cultures & Territoires, Marseille)

16h45 – Clôture du colloque avec la visite commentée de l’exposition ” 100 portraits d’exil, la quête de l’identité arménienne” au Musée d’histoire de Marseille (inscription conseillée, places limitées)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.