19 février 2015 : Entre impératif d’“assimilation” et gestion pragmatique des minorités : la IVe République et les Juifs étrangers

La prochaine séance de l’atelier « Histoire des Juifs en Europe après 1945 » aura lieu le jeudi 19 février 2015, de 17h à 19h. Nous recevrons, Jérémy Guedj, doctorant en à l’Université de Nice, qui présentera une intervention intitulée  : Entre impératif d’“assimilation” et gestion pragmatique des minorités : la IVe République et les Juifs étrangers. Sa présentation sera discutée par Anne Grynberg, Professeure des Universités à l’INALCO.

Attention modification : Anne Grynberg ne pourra malheureusement pas être présente, néanmoins l’intervention de Jérémy Guedj est maintenue.

La séance aura lieu au Centre d’histoire de Sciences Po, 56 rue Jacob, 75006 Paris, salle du Traité (1er étage).

Résumé de l’intervention

Entre impératif d’“assimilation” et gestion pragmatique des minorités : la IVe République et les Juifs étrangers. Fort de la triple dynamique nourrie par les études sur les lendemains de guerre, les minorités et la gestion de ces dernières par l’État, l’histoire des Juifs de France après 1945 connaît actuellement une notable vigueur. C’est à ces recherches en renouveau que la présente intervention se propose de contribuer en s’interrogeant sur la place que la IVe République a accordée aux Juifs étrangers qui se décomposaient en deux groupes inégaux : ceux déjà présents avant 1939, qu’il convenait, conformément à un impératif d’État, d’accompagner et de « réinsérer » après le choc de la guerre, et les nouveaux arrivants. Le régime a manifesté à la fois prudence et ambiguïté face aux Juifs étrangers, d’abord traités de manière spécifique, en marge de la gestion des étrangers et de l’immigration en général, puis, au fil de la normalisation de l’approche des questions migratoires, au tournant des années 1950, comme les autres étrangers dans l’ensemble. De fait, ce sujet dévoile certains traits des représentations d’État à l’égard des Juifs.

Biographies des intervenantes

Jérémy Guedj, chargé de cours et doctorant en histoire contemporaine à l’Université de Nice Sophia Antipolis, membre du Centre de la Méditerranée moderne et contemporaine (CMMC), s’intéresse à l’histoire des minorités dans la France contemporaine. Il a publié Le Miroir des désillusions. Les Juifs de France et l’Italie fasciste (1922-1939), Paris, Classiques Garnier, 2011 et achève une thèse sur la IVe République et l’immigration.

Anne Grynberg est maître de conférences en histoire contemporaine à l’Institut national des langues et civilisations orientales (INALCO), directrice de recherche associée à l’Université Paris I – Sorbonne, et responsable éditoriale des Cahiers du judaïsme. Elle est également directrice scientifique du Comité d’histoire auprès de la Commission d’indemnisation des victimes des spoliations intervenues du fait des législations antisémites en vigueur sous l’Occupation (CIVS).
Anne Grynberg est spécialiste de l’histoire des Juifs à la période contemporaine, de l’histoire et mémoire de la France de Vichy et de l’Occupation, de l’histoire des Juifs d’Europe dans l’après-guerre, des Mémoriaux et musées d’histoire.
Elle a, notamment, publié Les Camps de la honte. Les internés juifs des camps français, 1939-1944, ( éditions de La Découverte, 1991) ; Vers la terre d’Israël (éditions Gallimard, 1e éd. 1998) ; La Shoah, l’impossible oubli (Gallimard, 1e éd. 1995). En collaboration avec Johanna Linsler, elle a dirigé en 2013 : L’Irréparable. Itinéraires d’artistes juifs allemands et autrichiens réfugiés en France  (édition franco-allemande, Magdeburg, KST).


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.