Parution d’un article sur le retour des exilés juifs allemands en Allemagne après 1945

Dans l’avant dernier numéro (n°42) de la revue Aus Politik und Zeitgeschichte, numéro consacré à l’exil en Allemagne entre 1933 et 1945, vous trouverez un article de Marina Aschkenas sur la “réémigration” des Juifs après 1945 (Jüdische Remigration nach 1945).
Cet article interroge entre autre l’attitude de la population allemande à l’égard des Juifs ainsi que la persistance d’un certain antisémitisme après 1945. L’auteur évoque, par exemple, la profanation ou la dégradation, entre 1945 et 1950, de près de 200 des 500 cimetières juifs. Elle rappelle la position des politiques face aux actes ou paroles antisémites. En illustre le discours du chancelier Konrad Adenauer le 20 Septembre 1949 qui les condamne. C’est dans cette Allemagne que reviennent après guerre 5% des 500000 Juifs germanophones exilés, population migrante désignée de ce fait comme “rémigrante”. L’auteur expose dans cet article les raisons et les conditions de ce retour ainsi que l’accueil de ces “réémigrants” par les Juifs restés en Allemagne et également par la population allemande dans son ensemble.

L’article est en accès libre, en allemand, sur le site de l’Agence fédérale allemande pour l’éducation civique.
Il existe d’autres publications sur cette thématique, comme l’ouvrage dirigé par Irmela von der Lühe, Axel Schildt et Stefanie Schüler-Springorum : “Auch in Deutschland waren wir nicht wirklich zu Hause”. Jüdische Remigration nach 1945 (2008 ; Hamburger Beiträge zur Geschichte der deutschen Juden (Für die Stiftung Institut für die Geschichte der deutschen Juden ; Bd. 34). Par ailleurs, en 2003, ce sujet avait donné lieu à conférence organisée par l’Institut Leo Baeck de Londres : Migration and Remigration: Jews in Germany after 1945.

 

Résumé du numéro par les coordinateurs de la revue :

Der Begriff Exil ist im deutschen Kontext untrennbar mit dem durch die Nationalsozialisten erzwungenen Exil von 1933 und 1945 verbunden. Hunderttausende flohen, darunter viele Schriftsteller, Künstlerinnen und Wissenschaftler. Die Exilforschung hat es sich zur Aufgabe gemacht, an die Exilierten und ihre Leistungen zu erinnern und ihre Erfahrungen in der Fremde und bei ihrer Remigration nach Deutschland – so sie denn zurückkehrten – zu reflektieren.
Zunehmend knüpfen Exil- und Migrationsforschung aneinander an, lassen sich doch Verbindungslinien zwischen historischem Exil und aktuellen Fluchterfahrungen ziehen. Insbesondere Aushandlungen von Begriffen wie “Heimat”, “Fremde”, “Marginalisierung” oder “Identität” sind anwendbar auf raum- und zeitübergreifende Migrationsphänomene.

Table des matières de ce numéro :

Anne Seibring: Editorial

Inge Hansen-Schaberg : Exilforschung – Stand und Perspektiven
Jenny Kuhlmann : Exil, Diaspora, Transmigration
Sandra Narloch, Sonja Dickow : Das Exil in der Gegenwartsliteratur
Marina Aschkenasi : Jüdische Remigration nach 1945
Eva Dickmeis, Jana Reissen-Kosch, Frank Schilden : Asyl im Exil? Eine linguistische Betrachtung
Oliver Ernst : Iranisches Exil und Reformbewegung im Iran: Divergenzen und gemeinsame Transformationsperspektiven
Sylvia Asmus, Jesko Bender : Konstellationen des Exils – die virtuelle Ausstellung “Künste im Exil”
Matthias Buth : Nur Ewigkeit ist kein Exil. Else Lasker-Schüler, MaxHerrmann-Neiße und die Ukraine (Essay)


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.