« Le silence s’essouffle ». Mort, deuil et mémoire chez les compositeurs ashkénazes : entretien avec Jean-Sébastien Noël

Autour de : « Le silence s’essouffle ». Mort, deuil et mémoire chez les compositeurs ashkénazes. Europe centrale et orientale – Etats-Unis (1880-1980), Nancy, Presses universitaires de Nancy – Editions Universitaires de Lorraine, 2016.

Maître de conférences en histoire contemporaine à l’Université de La Rochelle, Jean-Sébastien Noël travaille sur une histoire culturelle et politique de la musique ainsi que sur les circulations culturelles transnationales (Europe/Amériques)js.noel_. Actuellement membre du CRHIA (Centre de Recherche en Histoire Internationale et Atlantique), il s’est auparavant engagé, à l’Université de Lorraine, au sein du CERCLE (Centre de Recherche sur les Littératures et les Cultures Européennes), qui a rendu possible l’aboutissement du présent ouvrage. Il a notamment co-écrit avec Anaïs Fléchet le chapitre « Musiques de guerre, musiques de la guerre », dans 1937-1947. La Guerre Monde, tome 2, dirigé par Alya Aglan et Robert Frank (Gallimard, Folio Histoire, 2015).

Jean-Sébastien, tu viens de publier un livre issu de ta thèse de doctorat en histoire et consacré aux modalités de réponses musicales aux violences pogromiques et génocidaires. Cette étude traite plus particulièrement des compositeurs reconnus – Arnold Schönberg, Leonard Bernstein, György Ligeti et Steve Reich -, mais également des trajectoires des compositeurs liturgiques et des chantres ainsi que celles des compositeurs des ghettos et des camps. Peux-tu développer les raisons qui fondent ce choix de corpus ? Continuer la lecture de « Le silence s’essouffle ». Mort, deuil et mémoire chez les compositeurs ashkénazes : entretien avec Jean-Sébastien Noël

Victimes, témoins. Les écrivains polonais face à la Shoah (1940-1960) : entretien avec Agnieszka Grudzinska

Autour de : Victimes, témoins. Les écrivains polonais face à la Shoah (1940-1960), Paris, Classiques Garnier, 2016.

Afficher l'image d'origine

 

Afficher l'image d'origineProfesseur de littérature polonaise à l’Université Paris-Sorbonne et traductrice, Agnieszka Grudzinska travaille sur les représentations de la Shoah dans la littérature, le cinéma et les arts plastiques en Pologne. Elle a entre autres traduit Médaillons de Zofia Nałkowska (Paris, 2014).

Agnieszka, tu viens de publier aux éditions Classiques Garnier Victimes, témoins. Les écrivains polonais face à la Shoah (1940-1960). Ce livre traite des textes portant sur la Shoah, écrits pendant la guerre et dans l’immédiat après-guerre allant jusqu’aux années 1960. Dans ton prologue, tu reviens sur ton itinéraire personnel, qui a inspiré l’étude dont est issu cet ouvrage. Quels sont ces éléments de ce parcours qui ont guidé le choix de cette étude ? Continuer la lecture de Victimes, témoins. Les écrivains polonais face à la Shoah (1940-1960) : entretien avec Agnieszka Grudzinska

Le devoir de mémoire. Une formule et son histoire : entretien avec Sébastien Ledoux

Autour de :  Le devoir de mémoire. Une formule et son histoire, préface de Pascal Ory, Paris, CNRS Éditions, 2016.

le-devoir-de-memoire-1Enseignant à Sciences Po et chercheur en histoire contemporaine à Paris 1 (Centre d’histoire sociale du XXe siècle), Sébastien Ledoux Photo Ledoux 4a consacré sa thèse à l’histoire du «devoir de mémoire » pour laquelle il a obtenu en 2015 le Prix de la recherche de l’INA. Ses travaux portent sur les politiques de mémoire en France, les enjeux de mémoire dans l’espace scolaire et l’histoire de différentes mémoires (Shoah, traite et esclavage).

Pour plus d’informations : son site personnel.

Hdja1945 : Sébastien Ledoux, en quoi le terme « devoir de mémoire » est-il un symbole de la façon dont la société française appréhende son passé ? Existe-t-il des équivalents dans d’autres pays, par exemple en Allemagne, en Autriche, en Pologne ou en Israël ?

Continuer la lecture de Le devoir de mémoire. Une formule et son histoire : entretien avec Sébastien Ledoux

19/05, Paris : Frank Bajohr : évolution récente de l’historiographie de la Shoah et apports du journal d’Alfred Rosenberg

Le séminaire « Histoire et historiographie de la Shoah » (HHS) – organisé au sein du Centre de recherches historiques de l’EHESS –  recevra le 19 mai prochain Frank Bajohr, directeur du Zentrum für Holocaust-Studien de Munich.
Sa présentation portera sur l’évolution récente de l’historiographie de la Shoah et sur Continuer la lecture de 19/05, Paris : Frank Bajohr : évolution récente de l’historiographie de la Shoah et apports du journal d’Alfred Rosenberg

Atelier de recherche