Bourses doctorales de Leo Baeck Institute 2017/18

Le Studienstiftung des deutschen Volkes et le Leo Baeck Institute à Londres lancent un appel à candidatures pour le programme de bourses doctorales dans le domaine de l’histoire et de la culture des Juifs germanophones en Europe.
Pour plus d’information : http://www.studienstiftung.de/leo-baeck/?view[detail]=1&cHash=dc5048e0d8d22c35874e4b9b7b6f…)

La date limite d’envoi des candidatures : 1er février 2017.

Les Juifs et le Maghreb. Fonctions sociales d’une littérature d’exil. Entretien avec Ewa Tartakowsky

Autour de : Ewa Tartakowsky, Les Juifs et le Maghreb. Fonctions sociales d’une littérature d’exil, Tours, Presses Universitaires François Rabelais, coll. « Migrations », 2016.

Attachée temporaire d’enseignement et de recherche à l’Université Paris 10 et chercheuse attachée au Cenimg_9173tre Max Weber, Ewa Tartakowsky a consacré sa thèse en sociologie aux écrivains d’origine judéo-maghrébine en France et à leur littérature. Ses recherches portent sur les judéités contemporaines, les échanges culturels, les constructions des identités collectives, les enjeux liés à la mémoire et sa patrimonialisation.
http://www.centre-max-weber.fr/Ewa-Tartakowsky

Votre ouvrage met en lumière les conditions d’émergence d’une « littérature d’exil » à partir à la fois d’une étude des trajectoires d’auteur.es juifs.ves né.es au Maghreb (Algérie, Tunisie et Maroc) et installé.e.s en France ainsi que d’une analyse de leurs ouvrages littéraires (récits, romans, poésie et pièce de théâtre) entre les années 1950 et 2010. Comment définissez-vous cette « littérature d’exil » et pourquoi avoir choisi de définir la migration des juifs du Maghreb comme un « exil » ? Continuer la lecture de Les Juifs et le Maghreb. Fonctions sociales d’une littérature d’exil. Entretien avec Ewa Tartakowsky

« Le silence s’essouffle ». Mort, deuil et mémoire chez les compositeurs ashkénazes : entretien avec Jean-Sébastien Noël

Autour de : « Le silence s’essouffle ». Mort, deuil et mémoire chez les compositeurs ashkénazes. Europe centrale et orientale – Etats-Unis (1880-1980), Nancy, Presses universitaires de Nancy – Editions Universitaires de Lorraine, 2016.

Maître de conférences en histoire contemporaine à l’Université de La Rochelle, Jean-Sébastien Noël travaille sur une histoire culturelle et politique de la musique ainsi que sur les circulations culturelles transnationales (Europe/Amériques)js.noel_. Actuellement membre du CRHIA (Centre de Recherche en Histoire Internationale et Atlantique), il s’est auparavant engagé, à l’Université de Lorraine, au sein du CERCLE (Centre de Recherche sur les Littératures et les Cultures Européennes), qui a rendu possible l’aboutissement du présent ouvrage. Il a notamment co-écrit avec Anaïs Fléchet le chapitre « Musiques de guerre, musiques de la guerre », dans 1937-1947. La Guerre Monde, tome 2, dirigé par Alya Aglan et Robert Frank (Gallimard, Folio Histoire, 2015).

Jean-Sébastien, tu viens de publier un livre issu de ta thèse de doctorat en histoire et consacré aux modalités de réponses musicales aux violences pogromiques et génocidaires. Cette étude traite plus particulièrement des compositeurs reconnus – Arnold Schönberg, Leonard Bernstein, György Ligeti et Steve Reich -, mais également des trajectoires des compositeurs liturgiques et des chantres ainsi que celles des compositeurs des ghettos et des camps. Peux-tu développer les raisons qui fondent ce choix de corpus ? Continuer la lecture de « Le silence s’essouffle ». Mort, deuil et mémoire chez les compositeurs ashkénazes : entretien avec Jean-Sébastien Noël

Atelier de recherche