Archives par mot-clé : survivants des camps

Exposition, Paris : Roman Vishniac. De Berlin à New York, 1920-1975

Du 17 septembre 2014 au 25 janvier 2015, le musée d’art et d’histoire du Judaïsme accueille dans ses murs les photographies de Roman Vishniac prises entre 1920 et 1975. Roman Vishniac est principalement connu pour ses photos réalisées en Europe de l’Est dans les années 1930, avant la guerre. Il travaillait alors pour l’American Jewish Joint Distribution Committee et avait pour mission de photographier les communautés juives de cette partie d’Europe. A travers les 220 photos de cette exposition, le visiteur pourra revoir son travail d’avant-guerre et prendre connaissance avec celui effectué pendant et après la guerre à New-York, ou encore dans les camps de personnes déplacées (Displaced Persons, DP) en Allemagne et en France lors de son passage en Europe en 1947.

En attendant le 17 septembre, vous pouvez (re)découvrir le travail de ce biologiste et photographe sur le site internet du Centre International de la Photographie de New-York qui a mis en place cette exposition qui circule à présent en Europe.
Concernant l’histoire des Juifs après 1945, on peut avoir accès sur ce site à deux séries de photos prises à New York dans les années 1940 et au début des années 1950 : « Immigrants and Refugees, New York, 1941-early 1950s » et « Jewish Community Life, New York, 1941-early 1950s« .
Est présentée également une série de photos prises lors de son passage en France puis dans les camps DP d’Allemagne courant 1947. Celles réalisées en France montrent les réfugiés juifs hébergés au camp d’Hénonville, administré par le Joint, l’ORT et Agudath Israël de 1946 à 1952. Ce camp regroupait une yeshiva lituanienne, un centre pour orphelins juifs et un kibbutz. Sur d’autres photos on peut voir des réfugiés juifs quittant Marseille à bord d’un bateau pour la Palestine. Pour l’Allemagne, Roman Vishniac a laissé des photos de camps DP administrés par le Joint (entre autres) à Berlin (secteur américain) et à Munich (zone américaine).

Présentation de l’exposition par le Musée d’art et d’histoire du Judaïsme :

Rassemblant environ 220 œuvres, l’exposition « Roman Vishniac. De Berlin à New York, 1920-1975 » propose une réévaluation de l’intégralité de la production du photographe, depuis ses débuts à Berlin jusqu’à l’après-guerre aux États-Unis. Présentée à New York (à l’International Center of Photography) et à Amsterdam (au Joods Historisch Museum), sous le titre « Roman Vishniac Rediscovered », elle révèle plus d’une centaine d’images inédites de ce grand témoin du XXe siècle.

Plus qu’aucun autre photographe, Roman Vishniac a profondément influencé notre vision de la vie juive en Europe orientale. On lui doit le recensement photographique le plus emblématique de ce monde à la veille de son anéantissement – un ensemble exposé au Mahj en 2006 sous le titre « Un monde disparu ». Pourtant, seule une faible partie de son oeuvre a été montré ou publié de son vivant. Surtout connu pour ce poignant témoignage, Vishniac fut également un photographe inventif, aux multiples talents. L’exposition donne à voir un choix de travaux d’une extrême diversité, grâce aux recherches de Maya Benton dans le vaste fonds des archives Roman Vishniac conservées à l’International Center of Photography. « Roman Vishniac. De Berlin à New York, 1920-1975 » replace ses photographies iconiques du judaïsme est-européen au sein d’un mouvement plus large, celui de la photographie documentaire humaniste des années 1930.

Né en Russie en 1897 dans une famille juive aisée, Roman Vishniac émigre à Berlin en 1920. Il brosse un portrait alerte et malicieux de sa ville d’adoption et capte les signes précurseurs de la terreur nazie. En 1935, l’American Jewish Joint Distribution Committee, une importante organisation juive d’entraide, lui confie la mission de photographier les communautés juives misérables d’Europe orientale. En 1939, ayant rejoint ses parents réfugiés en France, il est interné au camp du Ruchard, avant de pouvoir s’embarquer pour les États-Unis en décembre 1940. À New York, Vishniac ouvre un studio de photographie, travaille comme portraitiste, documente la vie des juifs américains et celle des immigrants. En 1947, il revient en Europe et photographie les camps pour personnes déplacées, les survivants de la Shoah qui essaient de reconstruire leur vie, l’action des organisations de secours et d’émigration, ainsi que les ruines de Berlin. Après la guerre, revenant à sa formation de biologiste, il devient un pionnier dans le domaine de la photomicroscopie et de l’imagerie scientifique.

Conception de l‘exposition : Maya Benton, conservatrice des Archives Roman Vishniac à l’International Center of Photography, à New York
Commissariat de l’exposition à Paris : Paul Salmona, directeur du Musée d’art et d’histoire du Judaïsme, avec la collaboration de Nicolas Feuillie et de Dorota Sniezek
Scénographie : Loretta Gaïtis
Graphisme : Bernard Lagacé

Mai 2014 : The International Tracing Service Collections and Holocaust Scholarship

Les 12 et 13 mai derniers s’est tenu à l’United States Holocaust Memorial Museum (USHMM) de Washington un workshop autour des archives de l’ITS, International Tracing Service.

Rebecca Boehling et Susanne Urban de l’ITS, à Bad Arolsen en Allemagne, viennent de publier un compte-rendu de ce workshop, consultable sur le site de H-Soz-U-Kult.

Ce sont 26 chercheuses et chercheurs d’Australie, Allemagne, Grande-Bretagne, France (représentée par Alexandre Doulut, Université Paris I), Israël, Espagne et Etats-Unis qui se sont réunis pendant ces deux journées pour partager les méthodes, réflexions et résultats de leurs recherches – sur la Deuxième Guerre mondiale (déportations, travail forcé, Lebensborn…) et ses lendemains – élaborées à partir des archives de l’ITS conservées à Bad-Arolsen et numérisées et disponibles dans différents centres archives, comme le Center for Advanced Holocaust Studies de l’USHMM ou encore les Archives Nationales à Paris.

Nous invitons les lecteurs intéressés par l’après-guerre à regarder de près les titres des interventions des panels 2 et 5 et à consulter le compte-rendu cité ci-dessus.

Programme du workshop :

PANEL I :  In the Midst of Camps and Forced Labor – I

Adam Seipp (Texas A&M University) :  On the Land: Forced Labor, Wartime Society, and the ITS Archive
Christine Schmidt (Wiener Library for the Study of the Holocaust & Genocide, London) :  Women behind Barbed Wire: Hungarian Jewish Women Slave Laborers in the Nazi Camps
Dan Stone (Royal Holloway, University of London) : Discovering Christianstadt: Using the ITS Collections to Gain Insights into a Women’s Sub-Camp of Gross-Rosen

PANEL II : Postwar Testimony, Memory, and Representations of Trauma in the ITS

Barbara Glück (Mauthausen Memorial) : Biographies of Former Prisoners at Mauthausen and its Subcamps
Susanne Urban (ITS Bad Arolsen) :  “My only Document is the Number on my Hand”: Early Testimonies in the ITS Archive
Elizabeth Anthony (Clark University, Worcester / USHMM, Washington, DC) : Representations of Sexual Violence in ITS Documentation

PANEL III :  Who is Disposable? Inclusion and Exclusion in Nazi Germany

Akim Jah (Potsdam) :  The Card Catalog of the Reichsvereinigung der Juden in Deutschland (Reich Association of Jews in Germany)
Aleksandra Loewenau (Oxford Brookes University) :  Malaria Experiments on Prisoners at Dachau Concentration Camp: A Revised Study
Amy Carney (Pennsylvania State University) :  Caring for the Family: The SS “Family Community” in the ITS Lebensborn (Fountain of Life) Files

KEYNOTE PRESENTATION
Suzanne Brown-Fleming (Jack, Joseph and Morton Mandel Center for Advanced Holocaust Studies, USHMM) :  “Our Mothers, Our Fathers”: One German Town in the Records of the ITS Reception

PANEL IV : Brutality in the Last Year of the War, 1944–45

Michael McConnell (University of Tennessee) : Violence inside Germany’s Regional Prison System during Nazism’s End Phase
Idit Gil (Open University of Israel) : Jewish Slave Laborers from Radom in the Last Year of the War: Social Aspects of Exploitation
Jörg Skriebeleit (Flossenbürg Concentration Camp Memorial) :  Confrontation–Reburial–Identification. De-Contextualization: Memorializing the Death Marches and their Victims

PANEL V :  Survivors and the Political Landscape of Postwar Europe

Jennifer Rodgers (University of Pennsylvania) :  Archive of Horrors, Archive of Hope: The International Tracing Service in the Postwar Era
Ruth Balint (University of New South Wales): The Use and Abuse of History: Displaced Persons in the ITS Archive
Laura Hilton (Muskingum University) : The Experiences and Impact of the Stateless in the Postwar Period

PANEL VI :  In the Midst of Camps and Forced Labor –  II

Alexandra Lohse (American University, Washington, DC / USHMM, DC) : The Nazi Forced Labor Program and ITS Documentation
Alexandre Doulut (University of Paris I), From Drancy to Cosel? One Transport in the ITS Archives
Marta Simó (Autonomous University of Barcelona), ITS, Spain, and the Holocaust

L’évolution de la mémoire de la Shoah et de celle de la Deuxième Guerre mondiale en Pologne.

À propos de la séance du 28 mai 2014 de l’atelier “Histoire des Juifs en Europe après 1945″.
Intervention de Zofia Waślicka discutée par Audrey Kichelewski.

 

 

Compte-rendu de l’intervention : “L’évolution récente de la mémoire de la Shoah en Pologne à travers deux exemples : le Musée d’histoire des Juifs polonais à Varsovie et les expositions du Musée d’Auschwitz-Birkenau et de Majdanek”.

Le projet de recherche de Zofia Waślicka, porte un regard sociologique sur la manière dont différents musées de pays européens, des États-Unis et d’Israël intègrent l’histoire de la Shoah dans leur narratif.
Au cours de son intervention, Zofia Waślicka a présenté trois institutions : le musée de l’Histoire des Juifs polonais à Varsovie (dont l’ouverture est prévue pour octobre 2014), le musée de Majdanek et celui d’Auschwitz-Birkenau (où les premières expositions furent inaugurées respectivement en novembre 1944 et fin 1945 avant l’ouverture officielle de ces musées en juillet 1947). Aucune de ces trois institutions  n’est consacrée entièrement à l’histoire de la Shoah. L’intervenante se propose d’analyser la place que cette dernière y occupe.

1. L’exposition permanente du musée de l’Histoire des Juifs polonais à Varsovie prévoit de découper l’histoire des Juifs de Pologne en huit entités, les deux dernières étant consacrées à la Shoah et à la vie juive en Pologne après la Deuxième Guerre mondiale. Le contenu de l’exposition, qui n’est pas encore ouverte au public, présente un certain décalage : le projet qui a abouti à la création du musée existe depuis une quinzaine d’années, et une grande partie des contenus n’ont pas été modifiés depuis lors. Par conséquent, par son parti-pris scénographique et esthétique, l’exposition rappelle les années 1990. De même, certaines évolutions, pourtant cruciales, au niveau du vocabulaire n’ont pas été répercutées dans les textes : pour exemple, le musée évoque constamment l’histoire des « Juifs », par opposition aux « Polonais », alors qu’il est dorénavant d’usage d’évoquer l’histoire des Polonais juifs (et non-juifs).

2. En octobre 1944 fut créée, sur le site du camp de concentration et du centre de mise à mort de Majdanek – premier camp libéré par les Alliés –, une exposition temporaire sur l’univers concentrationnaire nazi. Il s’agissait de la première fois qu’une exposition abordait ce sujet, visant à susciter un sentiment d’effroi et de révolte. Son l’objectif était de montrer et de documenter les crimes nazis, alors même que la guerre contre le Reich n’était pas terminée et les autres camps pas encore libérés. Ensuite, en septembre 1945 fut inaugurée l’exposition permanente, reprenant comme thème central celui des atrocités commises par les nazis et faisant appel à de nombreuses ‘images violentes’. Si durant les premières années, le contenu de cette exposition était centré sur les souffrances et la martyrologie des victimes, l’État polonais décida, à partir de 1948, d’axer la muséographie sur l’héroïsme et la résistance des déportés polonais.
Par ailleurs, explique Zofia Waślicka, jusqu’au début du stalinisme, l’exposition accordait une certaine place au sort des déportés juifs et montrait que la plupart des victimes de Majdanek étaient juives. Lorsqu’en 1946 vingt baraques du camp furent transformées en pavillons nationaux, l’un d’entre eux fut attribué aux organisations juives polonaises. L’exposition préparée par ces dernières ne se limitait pas à Majdanek mais montrait également l’histoire des Juifs pendant la guerre et accordait une place importante à la révolte du ghetto de Varsovie. En 1947, le musée de Majdanek fut officiellement fondé par le parlement polonais et fut choisi comme lieu de commémoration des « martyrs polonais et d’autres nations ». A partir de 1948-1949, le parti communiste mit fin à une relative liberté qui régissait jusqu’alors l’organisation des commémorations et prit le contrôle des musées de Majdanek et d’Auschwitz-Birkenau. Les nouvelles expositions des années 1950 furent marquées par la Guerre froide, s’attachant à décrire les camps de concentration comme des instruments de « l’impérialisme » et l’Allemagne de l’Est comme Etat peuplé d’opposants à l’hitlérisme. Avec la fin du stalinisme, les expositions furent à nouveau modifiées mais, jusqu’aux années 1980, leur contenu demeurait sous contrôle étatique et l’histoire du génocide des Juifs restait marginalisée.

3. Le musée d’Auschwitz-Birkenau fut fondé en 1947, en même temps que celui de Majdanek. Contrairement à ce dernier, le musée d’Auschwitz fut créé non pas par l’Etat mais par d’anciens détenus. Son exposition permanente – préparée dès 1945 – a été l’œuvre essentiellement d’anciens prisonniers politiques et se concentrait sur l’histoire du camp d’Auschwitz I et sur la répression. L’exposition de 1947 distinguait le sort des déportés politiques polonais de celui des déportés juifs ; la plus grande part était cependant consacrée aux premiers. L’organisation des anciens prisonniers juifs polonais – bien que consciente d’importantes lacunes dans cette muséographie – concentrait alors ses efforts sur l’exposition de Majdanek (principal lieu des commémorations en Pologne) ainsi que sur le monument des Héros du Ghetto de Varsovie. En 1946, une exposition consacrée à l’histoire des Juifs fut inaugurée à Auschwitz, agrandie en 1947, puis, en 1948, un monument à la mémoire des « millions de Juifs » assassinés dans ce camp fut érigé à Birkenau. À partir de cette même année, l’État prit le contrôle du musée. L’équipe de conservateurs et de guides, essentiellement d’anciens détenus, fut alors remplacée et l’exposition de 1950 – qui jusque-là accusait « les Allemands » – présentait dorénavant les crimes du fascisme comme des faits de l’impérialisme, commentés par nombre de citations de Staline. En 1955, fut créée une nouvelle exposition, accordant davantage d’attention à l’histoire du centre de mise à mort immédiate de Birkenau. Mettant l’accent sur l’extermination elle évitait néanmoins, dans une large mesure, de préciser l’identité des victimes en évoquant de manière universaliste des ‘êtres humains’. En 1968, dans le cadre de la campagne antisémite d’État, la majeure partie des références aux déportés juifs en fut expurgée et un nouveau monument fut érigé à Birkenau présentant les ‘nationalités’ des victimes par ordre alphabétique et plaçant de la sorte les Juifs (« Żydzi » en polonais) en dernier.

Malgré l’état des sources, très lacunaires, qui rend difficile la reconstitution des différentes expositions du passé, Zofia Waślicka souhaite analyser un processus long. Sa recherche vise à retracer l’évolution – depuis l’immédiat après-guerre, à travers la Guerre froide puis depuis 1989 – alors que le contrôle étatique cède sa place à une politique publique – ainsi que la place qu’occupe l’histoire de la Shoah dans ces lieux.

“Nous sommes encore morts” : les médecins juifs et la réinsertion des DPs juifs malades après la Deuxième Guerre mondiale

À propos de la séance du 18 février 2014 de l’atelier “Histoire des Juifs en Europe après 1945
Intervention de Sara Silverstein discutée par Nathalie Zajde.

 

Compte-rendu de l’intervention : « ”We are still dead”: Jewish doctors and rehabilitation after the Second World War »

Au cours de son intervention Sara Silverstein s’est intéressée aux DPs (Displaced Persons, soit personnes déplacées) juifs malades en Allemagne, et plus particulièrement à leur prise en charge par des médecins eux-mêmes juifs et réfugiés : Comment ces médecins ont-ils mis en place des soins médicaux pour ces DPs ? Quels ont été les services médicaux créés à l’attention des DPs « hard core » (noyau résiduel) – c’est-à-dire des malades chroniques qui ne voulaient pas être rapatriés et ne pouvaient émigrer ? Quel a été le rôle de ces médecins dans la reconnaissance des droits de ce groupe de DPs ?

Avant de s’intéresser spécifiquement à la question des DPs juifs, Sara Silverstein a souligné que les services de santé chargés de ces derniers ont connu la même évolution que ceux destinés aux DPs en général : dans un premier temps, répondre aux soins d’urgence, éviter les épidémies, permettre le rapatriement ; dans un deuxième temps, mettre en place des services de santé pour la population non rapatriée ; enfin, créer des programmes pour les hard-core.

Afin d’étudier l’action des médecins réfugiés juifs auprès des DPs, Sara Silverstein a suivi le travail de trois d’entre eux : les docteurs Zalman Grinberg1, Samson Gottlieb2 et Boris Pliskin3.

 1)  Nécessité d’un nouveau système de soins approprié pour les survivants de la Shoah

Aux lendemains de la guerre, il est urgent de prendre en charge les survivants de la Shoah. Des questions propres à cette sortie de guerre se posent : Comment soigner des personnes qui ont souffert de la faim ? Comment remédier à la tuberculose ou à la dysenterie omniprésentes ? Comment redonner aux anciens déportés confiance en les médecins ? Comment soigner leurs souffrances physiques et psychologiques ?

Zalman Grinberg, placé à la tête de l’hôpital de St Ottilien, en Bavière, dès le 1er mai 1945, insiste alors sur la nécessité de construire une communauté solide pour sortir ces survivants juifs de leur sentiment d’être morts : « Nous ne sommes pas vivants. Nous sommes toujours morts », pour reprendre ses mots. Une de ses premières initiatives est d’établir la confiance entre les patients et le personnel médical. Par exemple, afin de briser la barrière qui les sépare, les personnes guéries sont invitées à rejoindre le corps médical. Dès la fin de mai, les conditions de vie ont été améliorées, des concerts – avec des musiciens du ghetto de Kovno –   sont organisés et les familles des malades peuvent vivre à leurs côtés. En faisant ainsi participer les malades au fonctionnement interne de l’institution, Zalman Grinberg a favorisé leur réinsertion progressive dans la société. Les traitements administrés dans cet environnement communautaire restituent aux patients leur statut d’être humains.

En octobre 1945, une équipe UNRRA est assignée au camp, avec à sa tête Paul Katz-Norris, qui met fin à toute cette organisation qui, d’après lui, empêche une bonne prise en charge des malades.

Zalman Grinberg fait cependant part de son expérience lors de la Conférence de Landsberg en février 1946 – au cours de laquelle plus de cent médecins juifs de la zone américaine d’Allemagne réfléchissent à un plan de prise en charge des DPs juifs malades et à la création d’un nouveau service médical juif[iv].

2) Le cas des malades chroniques : quel type d’accompagnement ?

L’année 1946 est une année de transition : les grandes vagues de rapatriement étant terminées, il est nécessaire d’organiser un service de santé pour les DPs en attente d’émigration. Parmi ces derniers, les malades chroniques juifs vivent une situation spéciale : ils sont à la fois marginalisés par rapport à la communauté juive – d’autant qu’ils ne peuvent pas travailler – et exclus de l’émigration, même pour la Palestine. En effet, pour les organisations juives, l’émigrant doit être en bonne santé, capable de travailler et apte à servir militairement.

Les autorités se révèlent incapables de comprendre les besoins de ces malades ; elles ne perçoivent pas leur besoin de retrouver une dignité et une forme d’autonomie. L’aide humanitaire apportée est plus proche d’une action de charité que d’une reconnaissance des droits des malades. Ainsi se pose la question du type d’activités des organisations ou des autorités d’occupation : secours (rescue), aide (relief) ou réinsertion (rehabilitation) ? La mission des nouveaux services médicaux juifs a donc notamment été d’essayer de répondre aux besoins spécifiques des hard-core. L’hôpital juif « Glyn Hughes » à Belsen (premier hôpital pour DPs de la zone britannique) a joué un rôle important dans ce domaine. En effet, le docteur Samson Gottlieb, médecin chef de l’hôpital de 1947 à 1949 et membre du « Jewish Relief Unit », cherche à bousculer son fonctionnement. Il s’oppose, avec succès, à la remise de l’hôpital aux autorités allemandes, et celui-ci devient réservé aux malades chroniques juifs d’Allemagne. Il remplace le personnel allemand par un personnel DP, ouvre un service psychiatrique, cherche à casser l’isolement des malades de la communauté juive, lutte pour leur droit à l’émigration…

3) Lutter contre la marginalisation des malades chroniques juifs et faciliter leur émigration.

Mais le temps passe et la situation se prolonge. Par exemple, les séjours des tuberculeux en sanatorium les isolent du reste de la société, tant physiquement que psychologiquement, et donc les empêchent de reprendre une vie « normale ».  Se sentant seuls et impuissants, les malades chroniques juifs se plaignent des soins limités qu’ils reçoivent, veulent faire reconnaître leurs droits, leur autonomie et leur place dans la société civile. Ils critiquent « la charité humanitaire ». Les travailleurs sociaux des organisations d’aides aux réfugiés telles que l’UNRRA et la Croix-Rouge, mais aussi des organisations juives, interprètent cette attitude comme de l’ingratitude. À l’inverse, certains médecins se rallient à leur cause, comme ceux de l’hôpital Glyn Hugues. Ces derniers – comme Samson Gottlieb – décident de leur chercher des places dans des hôpitaux en Israël. Samson Gottlieb est alors médecin-chef pour le JDC (Joint Distribution Committee) en Allemagne, et cette nouvelle position lui permet de soutenir l’émigration des tuberculeux juifs pour la Terre Promise. Le Dr Boris Pliskin, autre médecin-chef du JDC, va également œuvrer pour leur cause. Ainsi, par le biais d’hommes comme Gottlieb et Pliskin, le JDC s’investit de plus en plus dans la prise en charge des malades chroniques et dans leur réinsertion.

Que faut-il entendre par réinsertion ? Initialement, il s’agissait de réinsérer les réfugiés par le travail (par exemple, via les formations professionnelles proposées par l’ORT4 ) ; il lui est ensuite adjoint un accompagnement thérapeutique. Le but est de permettre, d’une part, aux DPs malades d’acquérir ou de réacquérir des qualifications professionnelles qui leur donneront plus de chances d’immigrer, et, d’autre part, de créer dans les pays d’accueil des conditions propices à leur intégration (comme l’assouplissement – pour les malades – de l’obligation de présenter un contrat de 40 heures par semaine dans le futur pays d’accueil).

C’est dans cette optique que Boris Pliskin milite à partir de 1949 pour le droit des DPs juifs malades chroniques à émigrer pour Israël. Il récolte des fonds et met en place le programme « Malben » – réseau hospitalier en Israël destiné à accueillir tous ces nouveaux immigrés. Le but est non seulement de leur garantir la poursuite des traitements médicaux en Israël, mais également de leur permettre de travailler dans la mesure de leurs moyens (et non les 40 heures hebdomadaires exigées). Via le travail, les immigrés malades entrent en contact avec le reste de la société et participent sous diverses formes à son fonctionnement. Le programme Malben permet donc non seulement la reconnaissance de leurs droits sociaux, mais, en les intégrant dans la société civile, il protège également leurs droits civiques.

 

Au cours de son intervention, Sara Silverstein a montré l’évolution de la prise en charge des DPs juifs malades et le rôle important joué par les médecins réfugiés juifs dans celle-ci depuis le premier programme mis en place à St Ottilien par Zalman Grinberg en mai 1945 jusqu’au programme d’immigration Malben soutenu par Boris Pliskin à partir de 1949. Le travail de ce dernier s’inscrit dans la continuité de celui de Zalman Grinberg et de Samson Gottlieb. Il est intéressant de noter que les aides apportées aux DPs malades juifs ont été le fruit d’initiatives individuelles de médecins, réfugiés eux-aussi et se trouvant sur place, et non de programmes étatiques ou institutionnels. En aidant les malades DPs, il ne s’agit pas de contribuer au développement d’un État, mais d’aider une population qui va être ensuite dispersée dans plusieurs pays.

Discussion

Lors de l’échange qui a suivi, la discutante, Nathalie Zajde, est revenue sur les impressions de Zalman Grinberg (ce sentiment des survivants juifs d’être morts) et a évoqué le cas de Stanislas Tomkiewicz.

À son arrivée en France (où il a pu immigrer en intégrant le groupe des enfants de Buchenwald), il a été hospitalisé. De cette période, il a retenu que les rescapés n’étaient pas considérés par les médecins comme des malades, car leur apparence était trop proche de celle des morts. Les rescapés avaient le sentiment de ne pas être « normaux ».

À travers l’exemple de S. Tomkiewicz et celui d’autres rescapés, on constate que le corps médical de l’époque ne possédait pas les clefs pour penser le statut médical et social de ces patients, pour comprendre une situation qui ne correspondait à aucune norme connue. Pour soigner cette catégorie de patients, il a fallu innover. C’est ce qu’a fait Zalman Grinberg à St Ottilien quand il a mis en place un dispositif utilisant les « richesses » des patients : la musique. A l’inverse, le médecin de l’UNRRA, Paul Katz-Norris, a voulu faire entrer ces malades dans des catégories toutes faites.

La discussion se poursuit sur le cas des enfants de Buchenwald : Les médecins de l’OSE5 se sont intéressés à leur aspect psychologique et se sont rendu compte qu’il fallait inventer de nouveaux concepts pour traiter ces patients. Les éducatrices ont témoigné de la nécessité de s’adapter au fur et à mesure au comportement de ces enfants et de changer leur mode d’éducation. Comment, demande Nathalie Zajde, les survivants des camps ont-ils pu amener des professionnels à produire de nouvelles méthodes ? Quels effets ces nouvelles méthodes ont-elles produit chez les bénéficiaires ? Comment faire pour aider des catégories spécifiques sans qu’une classification nécessaire ne devienne pour eux une « malédiction » ? Elle rappelle que c’est seulement dans les années 1950 que la psychiatrie a pensé le syndrome du survivant (appelé plus tard syndrome post-traumatique).

Le point suivant abordé au cours de la discussion a été le lien entre les pratiques médicales de l’entre-deux-guerres et celles de l’après-guerre. Le travail des médecins s’occupant des réfugiés, et de manière plus générale des minorités au cours l’entre-deux-guerres va influencer les formes de prise en charge des DPs. Alors qu’auparavant les efforts des médecins consistaient, entre autres, à essayer d’intégrer cette catégorie de malades dans les structures déjà existantes, cela devient impossible après la guerre, car la situation sur le terrain limite ce type d’initiatives.

La discussion a ensuite porté sur la différence entre « charité » et « droits de l’homme ».

Sara Silverstein a rappelé qu’il y avait en Allemagne et en Autriche un grand nombre d’organisations d’aide aux réfugiés et que les DPs ne se souciaient guère de l’organisation qui les soutenait, du moment qu’ils recevaient de l’aide. Leur préoccupation était surtout d’avoir accès à de bons soins.

Par ailleurs, avant la guerre, c’était la charité qui motivait l’action des organisations. Or, elle ne garantissait pas que les soins administrés soient à même de répondre aux standards universellement acceptés. Il s’agissait plus d’un secours immédiat que d’une organisation de soins continus. La charité pensait à court terme.

Or, après la guerre, la situation des DPs se prolongeant avec le refus d’être rapatriés et l’impossibilité pour certains d’immigrer, le problème de la prise en charge des malades devient un problème à long terme. Il a donc fallu repenser ce travail.

La discussion a également tourné autour de la comparaison entre le travail des organisations auprès des DPs en Allemagne et celui des organisations juives sociales en France à destination des réfugiés. En France, ce travail cherchait à rendre ces personnes indépendantes ; il est donc étonnant que les travailleurs sociaux juifs aient perçu leur travail en Allemagne comme une œuvre de charité.

Sara Silverstein explique, à propos de l’aide apportée aux DPs juifs malades, que celle-ci provenait souvent d’organisations non-juives. En ce qui concerne le JDC, ce dernier a notamment participé à l’aide aux malades chroniques. Ce que l’on peut noter, c’est qu’il y a eu incompréhension entre les travailleurs sociaux occidentaux et les médecins et infirmières des pays de l’Est. La difficulté a été de concilier le souci des organisations de mettre en place leurs programmes et la nécessité des médecins réfugiés de répondre aux besoins immédiats des malades.

 

  1. Lituanien. Pendant la Seconde Guerre mondiale, Zalman Grinberg a été enfermé dans le ghetto de Kovno puis a été envoyé dans plusieurs camps de travail avant d’être transféré au camp de concentration de Dachau où il a pris part au mouvement clandestin de résistance. Dans chacun de ces camps, il a exercé la fonction de médecin. Suite à l’évacuation du camp et aux bombardements sur le trajet, il est libéré par l’armée américaine à St Ottilien, où, le 1er mai 1945, il est placé à la tête de l’hôpital. []
  2. Né en Pologne, Samson Gottlieb a vécu à Lwow et à Vienne avant de soutenir en 1937 sa thèse de médecine à Paris. Pendant la guerre, il rejoint l’Armée polonaise en France puis le Corps médical de l’armée royale britannique en Birmanie. A la fin de la guerre, il se trouve à Berlin et travaille ensuite auprès des DPs et des prisonniers de guerre. Membre de l’association médicale polonaise en exil, il demande la nationalité britannique en 1946 []
  3. Lituanien, Boris Pliskin est pendant la guerre un membre actif de la résistance dans les environs de Vilno. Il est interné au camp de Janowska à Lwow dans lequel il rejoint la résistance. Il réussit à s’évader du camp en 1942 et rejoint les partisans soviétiques. A la Libération, il part pour l’Allemagne où il travaille en tant que médecin dans les camps DPs. []
  4. Organisation Reconstruction Travail. []
  5. œuvre de Secours aux Enfants. []

La « libération » des camps de concentration et d’extermination nazis : Appel à contribution

En jeu-FMDA la veille des commémorations du 70e anniversaire de la libération des camps nazis, la Fondation pour la mémoire de la déportation lance un appel à contribution pour sa revue En jeu – Histoire et mémoires vivantes. Il s’agit de réinterroger la notion de « libération » sous l’angle tant des événements que de leurs représentations.

Les propositions de contribution sont à envoyer à la rédaction du journal au plus tard le 30 avril 2014 à l’adresse mail suivante : revue.en.jeu@gmail.com. Elles doivent se composer de : nom et prénom, qualités de l’auteur ; le titre de la contribution et un argumentaire d’une quinzaine de lignes accompagné d’une courte bibliographie. La réponse de la rédaction sera donnée le 15 mai 2014. Les contributions retenues seront à remettre le 1er octobre 2014 au plus tard (maximum 30 000 signes, espaces et notes compris).

Résumé de l’appel à contribution

Dans un Reich en décomposition, la « libération » des camps de concentration et d’extermination nazis n’est pas intervenue comme un événement temporel unique, mais emprunta des voies et des processus différents, échelonnés dans le temps et l’espace et dictés par les circonstances locales et la guerre en cours. Évacuations et libérations se conjuguèrent dans un contexte d’ambiguïté des ordres et des hiérarchies, où les initiatives criminelles et l’effacement des preuves furent une constante, au milieu d’une population allemande agressive, terrorisée par le parti nazi et inquiète de la proximité potentiellement menaçante de ces détenus faméliques et malades. De leur côté, les détenus, pressentant le dénouement imminent, tentaient de survivre et s’organisaient clandestinement. Ils n’échappèrent pas ponctuellement à des règlements de compte. Les conditions de leur retour furent liées au déroulement des combats, aux décisions des autorités militaires libératrices et fonction des bouleversements géopolitiques intervenus en Europe. Au-delà d’aspects événementiels souvent mal compris ou interprétés, il convient de s’interroger sur leur mise en récit et sur les représentations que les uns et les autres entendirent donner des événements.

Voir l’intégralité de l’appel à contribution sur le site de Fabula