Archives par mot-clé : Mémoires

Cycle de rencontres au Mahj autour du Musée de l’Histoire des Juifs de Pologne (Polin, à Varsovie)

En écho à l’ouverture de Polin, le Musée de l’histoire des Juifs de Pologne, inauguré en octobre 2014 à Varsovie, le Mahj (Musée d’art et d’histoire du Judaïsme) propose le programme “Pologne” de février à juin 2015.
Au cours de six rendez vous, de la présentation du Musée Polin à une Fête de la Musique « Scène polonaise », le Mahj tentera de rendre compte de l’Histoire des Juifs de Pologne, de ses représentations, de ses survivances et des relations infiniment complexes entre Juifs et Polonais.

Pour commencer le jeudi 12 février 2015 à 19 h 30, au Mahj, une rencontre est organisée pour présenter la naissance du projet et du musée Polin ; en présence de Dariusz Stola, directeur de Polin, Musée de l’histoire des juifs de Pologne ; de Paul Salmona, directeur du Mahj ; de Jean-Yves Potel, historien, ancien conseiller culturel en Pologne, auteur de l’ouvrage La fin de l’innocence : La Pologne face à son passé juif ( Autrement, 2009), de  Konstanty Gebert, journaliste, fondateur du mensuel juif polonais Midrasz et membre du Mouvement pour le renouveau de la vie juive en Pologne et de Guy Amsellem, commissaire de la Saison polonaise en 2004, président de la Cité de l’architecture et du patrimoine.

Une autre rencontre est proposée le jeudi 9 avril 2015 à 19 h 30, cette fois-ci sur la question de l’antisémitisme en Pologne. Avec la participation d’Adam Michnik, historien, journaliste, essayiste et ancien militant de l’opposition polonaise, directeur de publication de Gazeta Wyborcza, le plus important quotidien polonais ; Jean-Charles Szurek, CNRS, spécialiste de la Pologne et des relations judéo-polonaises ; Malgorzata Maliszewska, traductrice de Les Légendes du sang. Une anthropologie du préjugé antisémite, et de Joanna Tokarska-Bakir (Albin Michel, 2015)

Musée d’art et d’histoire du Judaïsme
Hôtel de Saint-Aignan
71, rue du Temple – 75003 Paris

5-7 Février 2015, Paris : Représenter la Shoah après 1989 (France-Pologne)

La section de polonais UFR d’Etudes slaves Université Paris-Sorbonne organise le colloque international “Représenter la Shoah après 1989 : idées, poétiques, images. Entre la France et la Pologne”  en collaboration avec l’Université de Varsovie et qui se tiendra les jeudi 5, vendredi 6 et samedi 7 février 2015 à Paris et dont vous trouverez le programme ci-dessous. Une deuxième session aura lieu du 24 au 26 septembre à Varsovie cette fois-ci. Au cours de cette conférence se rencontreront chercheurs et artistes polonais et français.

Sitographie des artistes :
http://miroslaw-balka.com/en
http://culture.pl/pl/tworca/anna-baumgart
http://culture.pl/en/artist/artur-zmijewski

Le comité scientifique est dirigé par Agnieszka Grudzinska (Université Paris-Sorbonne) et est composé de : Kinga Callebat (Université Paris-Sorbonne), Catherine Coquio (Université Paris Diderot – Paris 7), Luba Jurgenson (Université Paris-Sorbonne), Leszek Kolankiewicz (Centre de civilisation polonaise, Université Paris-Sorbonne), Iwona Kurz (Université de Varsovie), Sylvie Lindeperg (Université Panthéon-Sorbonne – Paris I), Philippe Mesnard, (Université Blaise Pascal de Clermont-Ferrand), Alina Molisak (Université de Varsovie) et de Jean-Yves Potel (Mémorial de la Shoah).

Jeudi 5 et vendredi 6 février 2015
Université Paris-Sorbonne

17, rue de la Sorbonne, 75005 Paris
(métro Cluny – La Sorbonne) 

Samedi 7 février
INHA- Institut national d’histoire de l’art
Salle Benjamin
2, rue Vivienne, 75002 Paris

(métro Palais-Royal-Musée du Louvre, Bourse ou Pyramide)

Prière d’imprimer le programme et de le présenter à l’entrée (plan Vigipirate)
Entrée libre dans la limite des places disponibles

Pour tout renseignement :
Aurelie.Rouget-Garma@paris-sorbonne.fr
Tél : 01 43 18 41 93

centre-civilisation-polonaise@paris-sorbonne.fr

Présentation de la conférence :

Représenter la Shoah après 1989 : idées, poétiques, images.
Entre la France et la Pologne

“La chute des régimes communistes a engendré des bouleversements dans les représentations de la Shoah, tant à l’Est qu’à l’Ouest. L’accès à de nouvelles archives, les recherches historiques et des débats mémoriels intenses ont modifié l’image de l’événement, du moins la manière dont les générations d’aujourd’hui l’appréhendent. L’expérience concentrationnaire a perdu de sa centralité, les résistances juives sont davantage perçues. L’attitude des populations non juives, témoins du génocide, préoccupe de plus en plus les consciences. De même, la période récente est marquée par la redécouverte en Europe centrale des traces de la culture juive disparue.

Les approches artistiques de cette mémoire ont tendance à prévaloir, les témoins directs disparaissant. Des œuvres originales se sont imposées ces vingt dernières années. À côté des écrits de rescapés comme Aharon Appelfeld, Imre Kertész ou Henryk Grynberg, des écrivains, des cinéastes, des hommes de théâtre renouvellent considérablement ces représentations.

Que proposent-ils de nouveau ? En quoi influencent-ils les pratiques mémorielles en Europe ? Peut-on réduire la grande diversité des styles et des œuvres à une opposition géographique entre l’Est et l’Ouest, même si les expériences de la Shoah et les mémoires de la Seconde Guerre mondiale y sont bien différentes ?

La fracture intellectuelle entre l’Est et l’Ouest cède progressivement le pas devant la nécessité d’une réflexion conjuguée. Avec ce colloque international, centré sur les cas polonais et français, nous voudrions faire émerger une réflexion commune, en partant moins du contexte que des œuvres elles-mêmes.

En Pologne, la période récente est particulièrement prolifique. Elle touche autant la littérature (Krall, Bieńczyk, Tulli, Ostaszewski…) que le théâtre (Warlikowski, Słobodzianek…), les arts plastiques (Bałka, Libera, Żmijewski…) ou le cinéma (Holland, Pasikowski…).

En France, qu’il s’agisse de la « guerre des images » ou du renouvellement des procédés littéraires, on observe une forte présence de récits hybrides : de la docu-fiction postmoderne (un va-et-vient entre les textes historiques et les textes de fiction), à l’investigation du domaine personnel voire intime… Il en résulte des formes d’illusions mimétiques inédites que nous nous proposons d’analyser.

Ces nouveaux regards respectifs sur l’autre histoire et l’abîme, qui peut apparaître entre différentes représentations, donnent un sens décisif mais assignent aussi des limites à une entreprise de comparaison.

Il s’agit donc d’un riche corpus qui englobera également des avancées théoriques récentes. La France et la Pologne seront considérées comme des territoires de création emblématiques, certes, aux expériences très éloignées, ce qui n’exclut pas l’analyse d’autres œuvres produites ailleurs en Europe.

Nous souhaitons, avec cette première réflexion commune, décloisonner les champs de réflexion et contribuer à en finir avec les fractures d’antan.”

 

 

Programme de la conférence :

La traduction simultanée sera assurée tout au long du colloque.

Jeudi 5 février en Sorbonne

10h30-11h30 – Allocutions d’ouverture – Salle des Actes
Agnieszka Grudzinska et Luba Jurgenson (Université Paris-Sorbonne)

11h30-13h30 – Panel 1: Littérature
La transformation politique constitue-t-elle une césure dans la représentation de la Shoah en Pologne ?
Modératrice : Kinga Callebat (Université Paris-Sorbonne)
Przemysław Czapliński (Université Adam Mickiewicz, Poznań), Malgorzata Smorag-Goldberg (Université Paris-Sorbonne), Justyna Kowalska-Leder (Université de Varsovie), Tomasz Żukowski (Académie Polonaise des Sciences, Varsovie)

 15h-17h : Amphi D670, galerie Claude Bernard

 15h-16h30 – Panel 2 : Littérature (suite)
Écrire sur la Shoah aujourd’hui : explorations et limites
Modérateur : Marek Tomaszewski (Inalco)
Catherine Coquio (Université Paris Diderot – Paris 7), Lucie Campos, Aurélie Barjonet (Université de Versailles, Saint-Quentin-en-Yvelines

17h-18h30 : Amphi Milnes, esc. B, 2e étage

17h-18h30 – Rencontre avec l’artiste I : Mirosław Bałka / Jean-Yves Potel


Vendredi 6 février
en Sorbonne

10h30-12h30 – Panel 3 : Mettre en scène la Shoah
Modérateur : Leszek Kolankiewicz (Centre de civilisation polonaise, Université Paris-Sorbonne)
Dorota Sajewska (Université de Varsovie), Grzegorz Niziolek (Université Jagellonne, Cracovie), Philippe Mesnard (Université Blaise Pascal de Clermont-Ferrand)

14h-15h – Présentation des travaux de Zbigniew Libera par Paul Bernard-Nouraud (Université Paris-Sorbonne/EHESS)

15h-17h – Panel 4 : Images, traces, documents, archives
Modératrice : Annette Wieviorka (CNRS)
Iwona Kurz, Ania Szczepańska (Université Panthéon-Sorbonne-Paris I), Ewa Ciszewska (Université de Łodź), Alain Kleinberger (Université Paris Ouest Nanterre La Défense)

17h30-18h30 – Rencontre avec l’artiste II: Anna Baumgart / Iwona Kurz

 

Samedi 7 février à l’INHA

9h15-11h30 – Panel 5 : Musées, monuments, lieux de mémoire
Modérateur :
Jean-Charles Szurek (Université Paris Ouest Nanterre La Défense)
Alina Molisak, Elżbieta Janicka (Académie Polonaise des Sciences), Jacek Leociak (Université de Varsovie/Centre de recherche sur l’Holocauste), Delphine Bechtel (Université Paris-Sorbonne)

11h45- 12h15 – Présentation des travaux d’Artur Żmijewski par Jean-Pierre Salgas

 12h15-12h45 – Conclusion du colloque : Agnieszka Grudzinska et Luba Jurgenson

À partir de 14h : ateliers d’art plastique animés par Artur Żmijewski ouverts à toute personne intéressée [sur inscription].

 

The Holocaust in Greece: Genocide and its Aftermath

En mars 2014, nous vous faisions part de l’appel à candidature pour la conférence “The Holocaust in Greece: Genocide and its Aftermath”. Cette conférence a eu lieu 21 novembre 2014 à Thessalonique, en Grèce. Un compte-rendu, d’Eliana Hadjisavvas ( Université Birmingham) vient d’être publié sur le site H-soz-kult. On y retrouve entre autres la présentation des interventions suivantes :

– Philip Carabott and Maria Vassilikou : “One For All But Not All For One?”: Greek Jewish Leftist Voices in the Open, 1945-1946 ;
– Kateřina Králová : How was it to be a Holocaust Survivor in Greece? Memories of the Post-War Period 1944-1953 ;
– Devin E. Naar  : “You Are Your Brother’s Keeper”: Rebuilding the Jewish Community of Salonica from Afar, 1944-1948 ;
Maria Kavala : The Postwar Demographic and Social Reconstruction of the Jewish Community of Thessaloniki: Marriages (1945-1955) ;
– Rony Alfandary : Proposition: Letters from Thessaloniki—Past, Present and Future ;
– Evangelia Matthopoulou : Cyprus as a “Clearing” Area for Jewish Migrants and the Public Opinion, 1933-1949.

 

 

Parution : livre sur la mémoire de la Shoah en Europe post-communiste (J.P. Himka & J.B. Michlic)

ProductImageHandlerSur le site internet H-net vous trouverez un compte-rendu réalisé par Polly Zavadivker de l’ouvrage dirigé par John-Paul Himka et Joanna Beata Michlic : Bringing the Dark Past to Light: The Reception of the Holocaust in Postcommunist Europe et publié en 2013.

Dans ce livre sont réunis des articles sur la mémoire de la Shoah en Europe post-communiste, soit en Albanie, en Bulgarie, en Macédoine, en Bosnie-Herzégovine, en Croatie, en Slovénie, en Serbie, en Moldavie, en Roumanie,  en Allemagne, en Hongrie, en Slovaquie, en République tchèque, en Pologne, en Ukraine, en Biélorussie, en Russie, en Lituanie, en Lettonie et en Estonie.

Pour avoir accès à la table des matières, se rendre sur la page internet de la maison d’édition.

 

 

 

 

Parution : Holocaust Conscience in Contemporary Britain, par A. Pearce

A lire sur le site H-Soz-Kult, le compte-rendu d’Emiliano Perra (Université de Winchester) sur l’ouvrage d’Andy Pearce (Université de Londres) : Holocaust Consciousness in Contemporary Britain, et publié cette année chez Routledge Taylor & Francis Group.

Présentation de l’ouvrage par l’éditeur :

The Holocaust is a pervasive presence in British culture and society. Schools have been legally required to deliver Holocaust education, the government helps to fund student visits to Auschwitz, the Imperial War Museum’s permanent Holocaust Exhibition has attracted millions of visitors, and Britain has an annually commemorated Holocaust Memorial Day. What has prompted this development, how has it unfolded, and why has it happened now? How does it relate to Britain’s post-war history, its contemporary concerns, and the wider “globalisation” of Holocaust memory? What are the multiple shapes that British Holocaust consciousness assumes and the consequences of their rapid emergence? Why have the so-called “lessons” of the Holocaust enjoyed such popularity in Britain? Through analysis of changing engagements with the Holocaust in political, cultural and memorial landscapes over the past generation, this book addresses these questions, demonstrating the complexities of Holocaust consciousness and reflecting on the contrasting ways that history is used in Britain today.”


Table des matières

1. Introduction: British Holocaust Consciousness – From Past into Present
Part I: Education
2. “Holocaust Education”, But Not as We Know It
3. The Holocaust in the Curriculum
Part II: Memorialisation, Musealization, Commemoration
4. “Private” Spaces of Memory?: Hyde Park and the Holocaust Centre
5. The Imperial War Museum’s Holocaust Exhibition
6. Holocaust Memorial Day
Part III: The Cultural Hinterland
7. A Cultural “Turn”
8. Cultural Tensions.
Postscript