Archives par mot-clé : enfants

Enfance et jeunesse juives après 1900

Au cours de la conférence « Das Ende der Kindheit? Jüdische Kindheit und Jugend ab 1900 » (La fin de l’enfance ? Enfance et jeunesse juives à partir de 1900), qui s’est tenue du 2 au 4 juillet 2014 à Vienne, trois interventions ont concerné la période de l’après Deuxième Guerre mondiale :

– L’intervention d’Ina Schulz sur le sort des enfants juifs non accompagnés et sur leur prise en charge dans l’Allemagne d’après-guerre ;

– celle d’Alexander Friedman sur les modes de vie des enfants et jeunes juifs en URSS après la guerre ;

– et celle de Meron Mendel sur l’enfance et la jeunesse juive dans l’Allemagne d’après-guerre.

Sur le site H-Soz-U-Kult vous pouvez trouver un compte-rendu, en allemand, de cette conférence, réalisé par Merethe Jensen et Philipp Mettauer de l’Institut für jüdische Geschichte Österreichs, St. Pölten. On peut y lire des petits résumés de ces trois interventions.

Exposition, Paris : Roman Vishniac. De Berlin à New York, 1920-1975

Du 17 septembre 2014 au 25 janvier 2015, le musée d’art et d’histoire du Judaïsme accueille dans ses murs les photographies de Roman Vishniac prises entre 1920 et 1975. Roman Vishniac est principalement connu pour ses photos réalisées en Europe de l’Est dans les années 1930, avant la guerre. Il travaillait alors pour l’American Jewish Joint Distribution Committee et avait pour mission de photographier les communautés juives de cette partie d’Europe. A travers les 220 photos de cette exposition, le visiteur pourra revoir son travail d’avant-guerre et prendre connaissance avec celui effectué pendant et après la guerre à New-York, ou encore dans les camps de personnes déplacées (Displaced Persons, DP) en Allemagne et en France lors de son passage en Europe en 1947.

En attendant le 17 septembre, vous pouvez (re)découvrir le travail de ce biologiste et photographe sur le site internet du Centre International de la Photographie de New-York qui a mis en place cette exposition qui circule à présent en Europe.
Concernant l’histoire des Juifs après 1945, on peut avoir accès sur ce site à deux séries de photos prises à New York dans les années 1940 et au début des années 1950 : « Immigrants and Refugees, New York, 1941-early 1950s » et « Jewish Community Life, New York, 1941-early 1950s« .
Est présentée également une série de photos prises lors de son passage en France puis dans les camps DP d’Allemagne courant 1947. Celles réalisées en France montrent les réfugiés juifs hébergés au camp d’Hénonville, administré par le Joint, l’ORT et Agudath Israël de 1946 à 1952. Ce camp regroupait une yeshiva lituanienne, un centre pour orphelins juifs et un kibbutz. Sur d’autres photos on peut voir des réfugiés juifs quittant Marseille à bord d’un bateau pour la Palestine. Pour l’Allemagne, Roman Vishniac a laissé des photos de camps DP administrés par le Joint (entre autres) à Berlin (secteur américain) et à Munich (zone américaine).

Présentation de l’exposition par le Musée d’art et d’histoire du Judaïsme :

Rassemblant environ 220 œuvres, l’exposition « Roman Vishniac. De Berlin à New York, 1920-1975 » propose une réévaluation de l’intégralité de la production du photographe, depuis ses débuts à Berlin jusqu’à l’après-guerre aux États-Unis. Présentée à New York (à l’International Center of Photography) et à Amsterdam (au Joods Historisch Museum), sous le titre « Roman Vishniac Rediscovered », elle révèle plus d’une centaine d’images inédites de ce grand témoin du XXe siècle.

Plus qu’aucun autre photographe, Roman Vishniac a profondément influencé notre vision de la vie juive en Europe orientale. On lui doit le recensement photographique le plus emblématique de ce monde à la veille de son anéantissement – un ensemble exposé au Mahj en 2006 sous le titre « Un monde disparu ». Pourtant, seule une faible partie de son oeuvre a été montré ou publié de son vivant. Surtout connu pour ce poignant témoignage, Vishniac fut également un photographe inventif, aux multiples talents. L’exposition donne à voir un choix de travaux d’une extrême diversité, grâce aux recherches de Maya Benton dans le vaste fonds des archives Roman Vishniac conservées à l’International Center of Photography. « Roman Vishniac. De Berlin à New York, 1920-1975 » replace ses photographies iconiques du judaïsme est-européen au sein d’un mouvement plus large, celui de la photographie documentaire humaniste des années 1930.

Né en Russie en 1897 dans une famille juive aisée, Roman Vishniac émigre à Berlin en 1920. Il brosse un portrait alerte et malicieux de sa ville d’adoption et capte les signes précurseurs de la terreur nazie. En 1935, l’American Jewish Joint Distribution Committee, une importante organisation juive d’entraide, lui confie la mission de photographier les communautés juives misérables d’Europe orientale. En 1939, ayant rejoint ses parents réfugiés en France, il est interné au camp du Ruchard, avant de pouvoir s’embarquer pour les États-Unis en décembre 1940. À New York, Vishniac ouvre un studio de photographie, travaille comme portraitiste, documente la vie des juifs américains et celle des immigrants. En 1947, il revient en Europe et photographie les camps pour personnes déplacées, les survivants de la Shoah qui essaient de reconstruire leur vie, l’action des organisations de secours et d’émigration, ainsi que les ruines de Berlin. Après la guerre, revenant à sa formation de biologiste, il devient un pionnier dans le domaine de la photomicroscopie et de l’imagerie scientifique.

Conception de l‘exposition : Maya Benton, conservatrice des Archives Roman Vishniac à l’International Center of Photography, à New York
Commissariat de l’exposition à Paris : Paul Salmona, directeur du Musée d’art et d’histoire du Judaïsme, avec la collaboration de Nicolas Feuillie et de Dorota Sniezek
Scénographie : Loretta Gaïtis
Graphisme : Bernard Lagacé

Dernières parutions sur la toile concernant les DPs juifs

Au cours de ce mois d’avril deux textes sur les personnes déplacées (Displaced Persons, DPs) juives sont parus sur le net, en allemand.

Tout d’abord, mentionnons celui du site web de la Maison allemande des émigrés de Bremerhaven en Allemagne (musée sur le thème de l’immigration allemande aux Etats-Unis), intitulé : « Ankauf der Fotoserie „Displaced Persons“ von Clemens Kalischer (1947/48)«  c’est-à-dire sur l’acquisition de photos de Clemens Kalisher. Du 14 juillet au 30 novembre 2014, le musée consacrera à ces photos une exposition « Displaced Persons. Überlebende des Holocaust 1938 – 1951 ».

550 000 DPs sont passés par Bremerhaven au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, direction les Etats-Unis. Le site nous offre la possibilité de voir trois photos de l’américain Clemens Kalisher, lui même émigré juif allemand de 1933, et de suivre ainsi les nouveaux immigrés, dans les différentes étapes de leur arrivée à New York.

Une première photo montre un couple de personnes âgées encore sur le bateau et pointant du doigt Manhattan. Sur la deuxième photo, nous sommes déjà sur le sol américain, puisque l’on voit un jeune garçon assis au milieu de valises dans les environs de Battery Park. Puis sur la troisième photo, on assiste aux retrouvailles entre un homme et une femme, celle-ci ayant survécu à la guerre en Europe.
A travers ces trois photos et ces 5 personnes d’âges différents, nous suivons les tous premiers temps de cette nouvelle vie sur un nouveau continent et les différents sentiments qui y sont liés : la découverte, l’espoir, l’angoisse, le soulagement…

 

L’autre texte qui a attiré notre attention est un article de l’historien allemand Jim G. Tobias : « Wo deutsche, österreichische, russische Kaiserinnen und jüdische Kinder sich erholten » paru sur le site internet « haGalil« .

Jim G. Tobias raconte ici l’histoire du centre religieux pour enfants – survivants de la Shoah – dans la ville thermale de Bad Nauheim, dans la région de Hesse, alors en zone américaine d’occupation en Allemagne.

Il explique qu’au début de l’année 1947, le rabbin Samuel Schechter, représentant de l’organisation Vaad Hatzala, rencontra le directeur UNRRA de la ville et obtint un bâtiment (qui était avant la guerre un sanatorium pour enfants juifs) permettant ainsi l’établissement d’un centre religieux pour 85 enfants. L’auteur décrit le quotidien de ces derniers et leur apprentissage de la vie religieuse. Il relate également les problèmes d’administration, les tensions entre l’organisation juive, l’UNRRA et les autorités américaines. Tous ces points sont expliqués en détail dans l’article de Jim G. Tobias, disponible sur ce lien : « Wo deutsche, österreichische, russische Kaiserinnen und jüdische Kinder sich erholten« .
On y trouve également des photos du centre et des enfants en 1947. D’autres photos et informations sont consultables sur le site du Musée Mémorial de l’Holocauste à Washington et du Joint Distribution Committee  (il faut chercher la photo en question vers la fin de la page).

3-4 juillet 2014 : Disturbing Pasts : Reverberations of the Second World War in Europe after 1945

En novembre dernier, nous vous diffusions l’appel à contribution pour une conférence organisée par le groupe de recherche “Reverberations of War in Germany and Europe since 1945“  (sous la direction de Pr. Mary Fulbrook et de Dr. Stephanie Bird de l’UCL) de l’University College London (UCL) et ayant pour thème : “Disturbing Pasts : Reverberations of the Second World War in Europe after 1945”.

Cette conférence se tiendra  à Londres les 3 et 4 juillet 2014 et son programme vient d’être annoncé sur le site du groupe de recherche.

Argumentaire de la conférence :

Organized by the AHRC-funded research group ‘Reverberations of War in Germany and Europe since 1945’ under the direction of Professor Mary Fulbrook and Dr Stephanie Bird, based at University College London (UCL).

This conference sets out to explore the complex and diverse reverberations of the Second World War after 1945. The notion of ‘disturbing pasts’ refers to the experience of war and violence. But the aim is to understand how and why these experiences continue to disturb a later present, and how some people later disturb an apparently dormant past. The focus is on conflicting, unexpected and often dissonant interpretations and representations of these events among both those who were the witnesses, victims and perpetrators of these events and among different communities in the generations that followed. On a theoretical level, therefore, one objective of this conference is to raise challenges to the widely used and yet under-theorized concept of ‘collective memory’.

For the purposes of this conference, ‘disturbance’ is addressed on three different levels which interrelate in what might be called a ‘dialectics of disturbance’:

– Those aspects of the past that remain disturbing, however hard people try to repress, forget, contain or silence this past;
– The ways in which people later actively ‘disturb’ this past; processes of confronting, interacting and dealing with the past, that in turn affect and alter how it is perceived and what its implications are for a later present;
– The often disturbing ethical questions raised in relation to the role of the analyst, historian and writer confronting this past.

Key issues include:
– TRANSMISSION: How are experiences of war and violence transmitted between and across communities and generations?
– EMBODIMENTS: How were the experiences of war and violence and their memories inscribed onto the human body? How is the body used to make sense of or deal with these experiences, whether in daily life or in artistic interventions?
– REPRESENTATION – How are the experiences of war and violence represented in various media (films, literature, memorials, autobiographical accounts, press) and what is the wider impact of these representations on changing social perceptions?
– DISPLACEMENT AND IDENTIFICATION: How did people interpret and deal with the experience of losing their home and making a new one elsewhere? What roles do place/space play for identification and identity construction?

This conference is supported by the Arts and Humanities Research Council, the UCL European Institute, the School for European Languages Culture and Society and the UCL Faculty Institute of Graduate Studies.

Online registration: http://onlinestore.ucl.ac.uk/browse/extra_info.asp?compid=1&modid=2&deptid=111&catid=120&prodid=471

Programme de la conférence :

Thursday 3 July

Panel I: Challenging Narratives

2:00-3:30
Mary Fulbrook (UCL), ‘Disturbing the Past / Disturbed by the Past’
Tsila Ratner (UCL),’Unbearable Mending: The Holocaust in Contemporary Israeli Literature’
Katya Krylova (Nottingham), ‘Disturbing the Past: The Representation of the Waldheim Affair in Robert Schindel’s Der Kalte’
Chair: Tim Beasley-Murray (UCL)

Panel II. Hauntings

4:00 – 5:00
Gilly Carr (Cambridge), ‘Disturbing ghosts, German bunker restoration and postmemory in the Channel Islands’
Uilleam Blacker (Oxford), ‘Haunted Cities: Remembering Vanished Others and Urban Identity in Eastern Europe’

5:15 – 6:45
Susanne Knittel (Utrecht), ‘The Uncanny Memory of Nazi Euthanasia’
Alexandra Hills (UCL), Victimhood through a Creaturely Lens: Reckonings with the Holocaust in Ilse Aichinger and Primo Levi.
Joanne Pettit (Kent), ‘Second Generation Perpetrators? Inherited Guilt and the Holocaust’
Chair: Mererid Puw Davies (UCL)

Friday 4 July

Panel III. Fascination / Pleasure

9:30 – 11:00
Peter Krämer (UEA), ‘ « Mein Führer, I can walk! » References to the Nazi Past in the Making and Reception of Dr. Strangelove (1964)’
Alissa Timoshkina (KCL), ‘The Past is Still Present: Representing the Second World War in Ordinary Fascism (documentary, Mikhail Romm, USSR, 1965)’
Julia Wagner (UCL), ‘Travelling to Remember, Travelling to Forget. German tourists in Europe and reminders of a disturbing past’

11:30 – 1:00
Stephanie Bird (UCL), ‘ »Comedy – or more precisely: the pure joke – is the essential inner side of mourning which from time to time, like the lining of a dress at the hem or lapel, makes its presence felt. » On comedy and suffering in post-war German texts.’
Isabelle Hesse (York), ‘Disturbing Laughter? Hitler’s Return to Contemporary Germany’
Caitríona Leahy (TCD), ‘Disturbing Anselm Kiefer’
Chair: Helena Flam (Leipzig)

Panel IV. (Dis)Placing Identities and Disturbing Memories

2:00 – 3:30
Christiane Wienand (UCL), ‘Creating a better Future by Disturbing the Past? Young West-Germans as Reconciliation Activists in the 1960s and 1970s’
Anna Zadora (Strasbourg), ‘Disturbing, Changing and Controversial Memories of the WWII in Belarus’
Ulrike Lang (Munich), ‘From Oblivion to Complex Memoryscape: The Changing Significance of the Lódz? Ghetto for the Local Community after 1945 as a Result of Interethnic and Interinstitutional Transmission of Memory’

4:00 – 5:00
Dominik Rigoll (Jena), ’45ers and 68ers in France and West Germany’
Alexey Tikhomirov (Frankfurt am Main), ‘Beyond « Fascist Sortie » and « Popular Uprising for Democracy and Rights »: Rethinking the 17 June 1953 unrest in East Germany’

5:15 – 6:15
Grzegorz Rossolinski-Liebe (Berlin), ‘Survivor Testimonies and the Process of Coming to Terms with the Holocaust in Volhynia and Eastern Galicia’
Gaelle Fisher (UCL), ‘Disturbance and coherence in contemporary accounts of Germans and Jews from Bukovina’
Chair: Susan Morrissey (UCL)

7:30 – 9:00
Public lecture and discussion: Lisa Appignanesi

Saturday 5 July

Panel V. Redefinitions / reconstructing identities

9:30 – 11:00
Christiane Grieb (UCL), ‘Communication, Declaration or Negotiation of Historic Truth? The Presence of  a Concentration Camp – 1945-2013’
Julia Lange (Hamburg), ‘The past is a foreign country? German American politics of memory and the Holocaust’
Jennifer Smyth (Warwick),  ‘Film, History, and the Search for Europe in Postwar Czechoslovakia’

11:30 – 12:30
Antoine Burgard (Lyons / Montreal), ‘ »A sympathetic boy whom the years of suffering have not too heavily marked ». Identity construction, trauma’s perceptions and stereotyping of Holocaust orphans through social workers’ words in immediate Postwar Europe’
Tamara West (Birmingham), ‘Displaced Homes and Incomplete Narratives’
Chair: Mark Hewitson

1:30 – 3:30
Closing Discussion
Helena Flam (Leipzig), Dorothee Wierling (Hamburg), Richard Overy (Exeter)
Chair: Stephanie Bird (UCL)

Unaccompanied Children in Britain 1914-2014 : Appel à contribution

Les 17 et 18 juillet 2014 aura lieu à l’Université de Southampton (Angleterre) une conférence sur les enfants non accompagnés en Grande-Bretagne entre 1914 et 2014. Cette manifestation est organisée par l’Institut Parkes de cette université et par le Centre des Etudes judéo-allemandes de l’Université de Sussex. Il s’agira d’étudier leur migration « de » et également « vers » ce pays et ses impacts sur ces enfants eux-mêmes, sur la société, sur les politiques, l’éducation et l’histoire.

Les organisateurs de cette conférence invitent, entre autres, les personnes travaillant sur les migrations des orphelins de la Shoah à postuler.

Pour cela, il faut envoyer avant le 15 avril 2014 une proposition d’intervention (intervention en anglais de 20 minutes) de 300 mots et un court CV, le tout en anglais.

Vous pouvez retrouver cet appel sur H-Migration.

 

Call for Paper

Refugees and Migrants: Unaccompanied Children in Britain 1914-2014

Against the backdrop of intense contemporary debate on immigration, the University of Southampton’s Parkes Institute and the Centre for German-Jewish Studies at the University of Sussex are pleased to announce an interdisciplinary and international conference on unaccompanied child migration both in and out of the UK over the past century. The conference, to be held 17-18 July 2014 at The University of Southampton, seeks to explore all aspects of child migration and its impact on children, society, politics, education and history.

We invite abstracts for papers covering any topic related to Great Britain and unaccompanied child migration over the past one hundred years, including, but not limited to the following:

  • Organisations and individuals working with child migrants
  • Belgian children in the First World War
  • Basque refugee children 1937-9
  • The Kindertransport
  • Post-war Holocaust orphans
  • Out-migration to the Dominions in the 20th century
  • Child migrants in the 1960s and 70s
  • Contemporary unaccompanied child migration

This conference is open to postgraduates, early career and established academics in any relevant discipline.

Abstracts of 300 words, for papers of 20 minutes and a short CV should be sent to either:

Jennifer Craig-Norton at  J.Craig-Norton@soton.ac.uk  or

Rose Holmes at R.Holmes@sussex.ac.uk

Please submit abstract by 15 April 2014. Panel discussion proposals of three applicants are also welcome. Applicants will be notified by 15 May 2014.

A limited number of bursaries will be awarded to successful applicants.