19 mars 2014 : Conditions sociales et fonctions de la littérature d’exil. Production des écrivains d’origine judéo-maghrébine en France

La prochaine séance de l’atelier “Histoire des Juifs en Europe après 1945″ aura lieu mercredi 19 mars 2014, de 17h à 19h. Nous recevrons Ewa Tartakowsky, doctorante à l’Université Lyon 2 (Centre Max Weber) dont l’intervention est intitulée : Conditions sociales et fonctions de la littérature d’exil. Production des écrivains d’origine judéo-maghrébine en France. Sa présentation sera discutée par Yolande Cohen, Professeure titulaire au département d’Histoire de l’Université du Québec à Montréal.

Cette séance aura lieu à l’École Doctorale de Sciences Po, 199 boulevard Saint Germain (75007 Paris), Salle de réunion (3ème étage).

Résumé

Notre travail de thèse se propose d’interroger la production littéraire des écrivains d’origine judéo-maghrébine en France en tant que littérature d’exil, dans la période de la décolonisation. La démarche, se basant sur une étude prosopographique, porte dans un premier temps sur les contextes favorables et pertinents à l’action d’une série d’individus, autrement dit sur l’état des conditions de la production d’une littérature née d’un déplacement. S’en suit une classification d’écrivains rendue possible par la mise en relation des caractéristiques sociologiques et des dispositions propres à cette génération d’auteurs avec les cadres culturels, historiques et cognitifs qui sont les leurs. En s’appuyant sur des entretiens semi-directifs avec des écrivains sélectionnés selon la typologie dégagée de l’étude précédente ainsi que sur l’étude de leurs œuvres littéraires, la recherche s’attache, dans un second temps, à vérifier si cette écriture « minoritaire » peut nous renseigner, et jusqu’à quel point, sur les relations qu’entretiennent entre elles histoire, mémoire, littérature et identité. Enfin, dans cette perspective, ses usages sociaux et ses fonctions sont étudiés à travers l’analyse des mécanismes et des thèmes récurrents de cette production littéraire, qui se construit comme le témoignage singulier d’un moment de vécu historique et ce faisant, nourrit notre compréhension des processus d’ajustements littéraires.

Biographies des intervenantes

Ewa Tartakowsky, est doctorante en sociologie à l’Université Lyon 2 (Centre Max Weber), sous la direction de Bernard Lahire. Sa thèse est intitulée Conditions sociales et fonctions de la littérature d’exil. Productions des écrivains d’origine judéo-maghrébine en France. Ses recherches s’appuient sur la littérature et interrogent la question de la mémoire. Parmi ses dernières publications, on peut citer, l’article « Écrivains d’Afrique du Nord » dans le Dictionnaire du judaïsme français de 1945 à nos jours, sous la direction de Jean Leselbaum et Antoine Spire (Paris, Le Bord de l’eau, 2013), pp. 275-278 ; « From one shore, the other… The image of France in the works of contemporary Judeo- Maghrebi novelists », Contemporary French and Francophone Studies: Sites, 17, no 3, 2013, pp. 154-163; « La littérature à défaut d’histoire ? L’expression littéraire des Juifs nord-africains en France », Plurielles, no 18, 2013, pp. 11-21. Elle est, par ailleurs, diplômée de Sciences Po Paris et de l’Université de Jagellone. Voir sa page personnelle.

Yolande Cohen est Professeure titulaire au département d’Histoire de l’Université du Québec à Montréal (UQAM) où elle dirige le groupe de recherche Histoire, Femmes, Genre et Migration. Elle est spécialiste de l’histoire des jeunes, des femmes, du genre et des juifs marocains. Elle s’intéresse particulièrement aux conditions de leur migration au 20ème siècle. A la suite d’une enquête d’histoire orale elle a publié avec Marie Berdugo-Cohen et Joseph Levy, Les juifs marocains à Montréal. Témoignage d’une émigration moderne, (Montréal, VLB, 1987).  Elle a, par ailleurs, élaboré un cédérom sur l’histoire des juifs marocains, Les Juifs Marocains à travers les âges (Montréal, DoxaMédia, 2000) et est l’auteure avec Joseph Lévy de Itinéraires sépharades. L’odyssée des Juifs sépharades de l’Inquisition à nos jours, avec Joseph Lévy (Paris, Grancher, 1992). Elle a participé au projet de recherche Histoires de vie des Montréalais déplacés par la guerre, le génocide et autres violations des droits de la personne de l’Université Concordia (CRSH, ARUC) en recueillant et analysant des récits de vie de migrants juifs sépharades. Voir sa bibliographie complète.


Une réflexion sur « 19 mars 2014 : Conditions sociales et fonctions de la littérature d’exil. Production des écrivains d’origine judéo-maghrébine en France »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.