23 octobre 2013 : L’engagement politique du Habad en Russie, un cas particulier ?

La prochaine séance de l’atelier « Histoire des Juifs en Europe après 1945 » aura lieu mercredi 23 octobre, de 17h à 19h. Nous recevrons Elena Lomakina, doctorante à Sciences Po, qui nous présentera ses recherches sur le mouvement Habad : « L’engagement politique du Habad en Russie, un cas particulier ? » Son intervention sera discutée par Laurence Podselver, ingénieure d’études à l’EHESS.

La séance aura lieu à Sciences Po, 13 rue de l’Université (7e arr.), salle du Conseil (5e étage)

Résumé / Abstract

 

L’engagement politique du Habad en Russie, un cas particulier ? L’effondrement de l’Union Soviétique a permis aux Juifs russes de quitter leur terre natale pour les pays occidentaux et Israël. Près d’un million d’entre eux ont quitté l’ex-URSS ces deux dernières décennies. Simultanément, plusieurs associations juives ont envoyé des militants afin d’apporter une aide matérielle, d’encourager l’émigration mais aussi d’aider à la reconstruction des communautés juives de Russie. L’une des principales organisations étrangères concernées est Habad-Lubavitch Hasidim qui est aujourd’hui le groupe le plus influent dans la vie socio-culturelle juive, notamment en Russie. La présence du Habad est extrêmement visible, notamment en raison de ses liens étroits avec de grands oligarques russes. De plus, les activités du Habad sont soutenues de facto par le gouvernement Poutine. De nos jours, ce mouvement semble être profondément engagé dans la vie politique russe. Cela est pourtant paradoxal lorsqu’on prend en considération le fait  que de la Russie tzariste à la fin de l’Union soviétique la meilleure politique que les Juifs pouvaient espérer à leur égard était l’absence de persécution étatique. Afin d’éclairer et d’analyser ce paradoxe, j’examinerai le développement des activités du Habad en Russie et leurs conséquences.

Political engagement of Habad in Russia. A particular case? The collapse of the USSR gave Soviet Jews a lot of opportunities to leave for Western countries and Israel. Around a million of Jews have left the former Soviet Union over the last two decades. But at the same time, various Jewish organizations sent activists to the former Soviet Union, to give material support, to encourage emigration, and to assist with the rebuilding of Jewish communities. One of the most prominent of these overseas groups is Chabad-Lubavitch Hasidim, which nowadays is most influential on the socio-cultural life of Jews especially in Russia. Chabad’s presence is highly visible, also because of its close ties with such influential tycoons. Moreover, activities of Chabad are held under the de facto patronage of the Putin government. In today’s Russia, Chabad seems to be very engaged in the political activities of the country. This trend is highly paradoxical, taking into consideration the fact that from Tzarist Russia until the end of the Soviet Union the best politic towards the Jewish population was the non-state persecution. To understand this paradox, I would like to examine the development of Chabad’s activities in Russia and its consequences.

Biographies des intervenantes

Elena Lomakina-Oiberman est originaire d’Odessa en Russie. Elle a obtenu un premier Master en Relations Internationales à l’Université d’État du Kouban, au sud de la Russie, ainsi qu’un second Master en Histoire à l’Université de Paris 1 – Panthéon Sorbonne. Depuis 2011, elle est doctorante au Centre d’Études de Relations Internationales de Sciences Po à Paris où elle mène une thèse sur L’action politique du Habad. Une étude comparée : France, Russie, USA, sous la direction d’Astrid von Busekist.

Laurence Podselver est ingénieure d’études à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS), au Centre des Études Juives (CEJ). Elle est sociologue, spécialiste des communautés juives contemporaines en France. Elle a consacré une grande partie de sa recherche ainsi qu’un ouvrage aux hassidim de Loubavitch en France où elle décrit, de manière anthropologique, leurs itinéraires, leurs rituels, et interroge ce phénomène de « retour » au judaïsme, propre à ce mouvement composé principalement de baalei techouva, ceux qui reviennent. Plus récemment, elle a travaillé sur l’alya (immigration en Israël) des jeunes juifs français des années 2000, qui n’est plus vraiment marquée par une idéologie sioniste mais qui s’inscrit dans une démarche plus hédoniste. Parmi ses publications, citons  : Retour au judaïsme ? Les Loubavitch en France, Paris, Odile Jacob, 2010, 336 p. ; « Nouvelle orthodoxie juive et conversion interne :la teshouva », Les Annales, Histoire, Sciences Sociales, n° 2, mars-avril 2002, p. 275-296 ; « Que sont nos enfants devenus ? », Les Cahiers du Judaïsme, n°33, Editions de l’Eclat, 2011.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.