Archives par mot-clé : théâtre

Yiddish Culture in Past and Present Scholarship

Le Département d’Histoire et le Programme des études yiddish de l’Université hébraïque de Jérusalem organisent les 27 et 28 mai prochains une conférence intitulée Yiddish Culture in Past and Present Scholarship.  Histories, Ideologies, Methodologies réunissant les chercheurs, les historiens, les critiques littéraires et culturels sur le thème de l’histoire de la culture ( scholarship) yiddish ; que ce soit sur la littérature yiddish ancienne ou moderne, sur le théâtre, le cinéma, le folklore… et ce à travers les siècles et le monde. Continuer la lecture de Yiddish Culture in Past and Present Scholarship

Pogroms (Poland, 19th and 20th c.)

L’institut d’Histoire de l’Université de Varsovie et le musée d’Histoire des Juifs polonais – Polin – accueillent du 10 au 12 juin prochains la conférence internationale : Pogroms: Collective Anti-Jewish Violence in the Polish Lands in the 19th and 20th CenturiesComme son titre l’indique, elle sera consacrée à l’étude des pogroms, en en présentant quelques uns et en prenant en compte les problèmes sociaux et politiques liés mais engendrés par ces pogroms ; leurs représentations dans la littérature et dans les arts ; et en analysant la réception des recherches menées sur ce sujet ou encore la méthodologie et les sources employées. Continuer la lecture de Pogroms (Poland, 19th and 20th c.)

5-7 Février 2015, Paris : Représenter la Shoah après 1989 (France-Pologne)

La section de polonais UFR d’Etudes slaves Université Paris-Sorbonne organise le colloque international « Représenter la Shoah après 1989 : idées, poétiques, images. Entre la France et la Pologne »  en collaboration avec l’Université de Varsovie et qui se tiendra les jeudi 5, vendredi 6 et samedi 7 février 2015 à Paris et dont vous trouverez le programme ci-dessous. Une deuxième session aura lieu du 24 au 26 septembre à Varsovie cette fois-ci. Au cours de cette conférence se rencontreront chercheurs et artistes polonais et français.

Sitographie des artistes :
http://miroslaw-balka.com/en
http://culture.pl/pl/tworca/anna-baumgart
http://culture.pl/en/artist/artur-zmijewski

Le comité scientifique est dirigé par Agnieszka Grudzinska (Université Paris-Sorbonne) et est composé de : Kinga Callebat (Université Paris-Sorbonne), Catherine Coquio (Université Paris Diderot – Paris 7), Luba Jurgenson (Université Paris-Sorbonne), Leszek Kolankiewicz (Centre de civilisation polonaise, Université Paris-Sorbonne), Iwona Kurz (Université de Varsovie), Sylvie Lindeperg (Université Panthéon-Sorbonne – Paris I), Philippe Mesnard, (Université Blaise Pascal de Clermont-Ferrand), Alina Molisak (Université de Varsovie) et de Jean-Yves Potel (Mémorial de la Shoah).

Jeudi 5 et vendredi 6 février 2015
Université Paris-Sorbonne

17, rue de la Sorbonne, 75005 Paris
(métro Cluny – La Sorbonne) 

Samedi 7 février
INHA- Institut national d’histoire de l’art
Salle Benjamin
2, rue Vivienne, 75002 Paris

(métro Palais-Royal-Musée du Louvre, Bourse ou Pyramide)

Prière d’imprimer le programme et de le présenter à l’entrée (plan Vigipirate)
Entrée libre dans la limite des places disponibles

Pour tout renseignement :
Aurelie.Rouget-Garma@paris-sorbonne.fr
Tél : 01 43 18 41 93

centre-civilisation-polonaise@paris-sorbonne.fr

Présentation de la conférence :

Représenter la Shoah après 1989 : idées, poétiques, images.
Entre la France et la Pologne

« La chute des régimes communistes a engendré des bouleversements dans les représentations de la Shoah, tant à l’Est qu’à l’Ouest. L’accès à de nouvelles archives, les recherches historiques et des débats mémoriels intenses ont modifié l’image de l’événement, du moins la manière dont les générations d’aujourd’hui l’appréhendent. L’expérience concentrationnaire a perdu de sa centralité, les résistances juives sont davantage perçues. L’attitude des populations non juives, témoins du génocide, préoccupe de plus en plus les consciences. De même, la période récente est marquée par la redécouverte en Europe centrale des traces de la culture juive disparue.

Les approches artistiques de cette mémoire ont tendance à prévaloir, les témoins directs disparaissant. Des œuvres originales se sont imposées ces vingt dernières années. À côté des écrits de rescapés comme Aharon Appelfeld, Imre Kertész ou Henryk Grynberg, des écrivains, des cinéastes, des hommes de théâtre renouvellent considérablement ces représentations.

Que proposent-ils de nouveau ? En quoi influencent-ils les pratiques mémorielles en Europe ? Peut-on réduire la grande diversité des styles et des œuvres à une opposition géographique entre l’Est et l’Ouest, même si les expériences de la Shoah et les mémoires de la Seconde Guerre mondiale y sont bien différentes ?

La fracture intellectuelle entre l’Est et l’Ouest cède progressivement le pas devant la nécessité d’une réflexion conjuguée. Avec ce colloque international, centré sur les cas polonais et français, nous voudrions faire émerger une réflexion commune, en partant moins du contexte que des œuvres elles-mêmes.

En Pologne, la période récente est particulièrement prolifique. Elle touche autant la littérature (Krall, Bieńczyk, Tulli, Ostaszewski…) que le théâtre (Warlikowski, Słobodzianek…), les arts plastiques (Bałka, Libera, Żmijewski…) ou le cinéma (Holland, Pasikowski…).

En France, qu’il s’agisse de la « guerre des images » ou du renouvellement des procédés littéraires, on observe une forte présence de récits hybrides : de la docu-fiction postmoderne (un va-et-vient entre les textes historiques et les textes de fiction), à l’investigation du domaine personnel voire intime… Il en résulte des formes d’illusions mimétiques inédites que nous nous proposons d’analyser.

Ces nouveaux regards respectifs sur l’autre histoire et l’abîme, qui peut apparaître entre différentes représentations, donnent un sens décisif mais assignent aussi des limites à une entreprise de comparaison.

Il s’agit donc d’un riche corpus qui englobera également des avancées théoriques récentes. La France et la Pologne seront considérées comme des territoires de création emblématiques, certes, aux expériences très éloignées, ce qui n’exclut pas l’analyse d’autres œuvres produites ailleurs en Europe.

Nous souhaitons, avec cette première réflexion commune, décloisonner les champs de réflexion et contribuer à en finir avec les fractures d’antan. »

 

 

Programme de la conférence :

La traduction simultanée sera assurée tout au long du colloque.

Jeudi 5 février en Sorbonne

10h30-11h30 – Allocutions d’ouverture – Salle des Actes
Agnieszka Grudzinska et Luba Jurgenson (Université Paris-Sorbonne)

11h30-13h30 – Panel 1: Littérature
La transformation politique constitue-t-elle une césure dans la représentation de la Shoah en Pologne ?
Modératrice : Kinga Callebat (Université Paris-Sorbonne)
Przemysław Czapliński (Université Adam Mickiewicz, Poznań), Malgorzata Smorag-Goldberg (Université Paris-Sorbonne), Justyna Kowalska-Leder (Université de Varsovie), Tomasz Żukowski (Académie Polonaise des Sciences, Varsovie)

 15h-17h : Amphi D670, galerie Claude Bernard

 15h-16h30 – Panel 2 : Littérature (suite)
Écrire sur la Shoah aujourd’hui : explorations et limites
Modérateur : Marek Tomaszewski (Inalco)
Catherine Coquio (Université Paris Diderot – Paris 7), Lucie Campos, Aurélie Barjonet (Université de Versailles, Saint-Quentin-en-Yvelines

17h-18h30 : Amphi Milnes, esc. B, 2e étage

17h-18h30 – Rencontre avec l’artiste I : Mirosław Bałka / Jean-Yves Potel


Vendredi 6 février
en Sorbonne

10h30-12h30 – Panel 3 : Mettre en scène la Shoah
Modérateur : Leszek Kolankiewicz (Centre de civilisation polonaise, Université Paris-Sorbonne)
Dorota Sajewska (Université de Varsovie), Grzegorz Niziolek (Université Jagellonne, Cracovie), Philippe Mesnard (Université Blaise Pascal de Clermont-Ferrand)

14h-15h – Présentation des travaux de Zbigniew Libera par Paul Bernard-Nouraud (Université Paris-Sorbonne/EHESS)

15h-17h – Panel 4 : Images, traces, documents, archives
Modératrice : Annette Wieviorka (CNRS)
Iwona Kurz, Ania Szczepańska (Université Panthéon-Sorbonne-Paris I), Ewa Ciszewska (Université de Łodź), Alain Kleinberger (Université Paris Ouest Nanterre La Défense)

17h30-18h30 – Rencontre avec l’artiste II: Anna Baumgart / Iwona Kurz

 

Samedi 7 février à l’INHA

9h15-11h30 – Panel 5 : Musées, monuments, lieux de mémoire
Modérateur :
Jean-Charles Szurek (Université Paris Ouest Nanterre La Défense)
Alina Molisak, Elżbieta Janicka (Académie Polonaise des Sciences), Jacek Leociak (Université de Varsovie/Centre de recherche sur l’Holocauste), Delphine Bechtel (Université Paris-Sorbonne)

11h45- 12h15 – Présentation des travaux d’Artur Żmijewski par Jean-Pierre Salgas

 12h15-12h45 – Conclusion du colloque : Agnieszka Grudzinska et Luba Jurgenson

À partir de 14h : ateliers d’art plastique animés par Artur Żmijewski ouverts à toute personne intéressée [sur inscription].

 

Global Yiddish Culture, 1938 – 1948 : appel à contribution

L’Université de Toronto organise en avril 2015 une conférence sur la culture yiddish de 1938 à 1948, dans le monde, et à cet effet lance un appel à contribution, que vous trouverez ci-dessous (et sur le site de l’Université). Pour les intéressés, les candidatures sont à envoyer avant le 16 septembre 2014.

8th Annual Symposium of the Department of Germanic Languages and Literature
University of Toronto
April 20-21, 2015

In 1926 Yiddish writer Dovid Bergelson suggested that Yiddish culture had three centers: Poland, the Soviet Union and United States. Between 1939 and 1941, this geography radically changed. While New York remained a Yiddish centre, Polish and most European Soviet ones ceased to exist.  By 1943, Uzbekistan, Kyrgyzstan, Tajikistan, and South Siberia became the new centers of Yiddish culture. Yiddish writers, actors, artists, activists, musicians, and poets from around the world found themselves in close proximity with one another and in close contact with their counterparts in the United States.  By 1943, when the majority of the world’s Yiddish speakers were murdered, Yiddish civilization went through a radical transformation and became the culture of guilt-driven resisters, fighters and survivors.

The interdisciplinary symposium “Global Yiddish Culture, 1938 – 1948” invites historians, literary scholars, sociologists, cinema, and theatre scholars to think about the nature of Yiddish culture that developed during this difficult period in Jewish history.
We are interested in discussing works by individual authors or institutions (Yiddish theaters, concert groups, newspapers and more) and in issues of public Yiddish culture, relationship between war-torn governments and Yiddish activists, challenges and achievements of the Yiddish press in the Soviet Union and in the United States, and the state of Yiddish culture in Palestine and South America. Of special interest are papers on the transnational nature of Yiddish civilization of the period, as well as submissions that deal with questions of the relationships between wartime Yiddish and Russian, English, Spanish, and Polish-language Jewish cultures.
Papers presented at the symposium will be considered for a publication in a special issue of East European Jewish Affairs (subject to additional peer-review).
The symposium will take place on April 20-21, 2015 at the University of Toronto. It is the 8th Annual Symposium of the Department of Germanic Languages and Literatures, generously co-sponsored by the Centre for Jewish Studies and Centre for Diaspora and Transnational Studies.

To participate in the symposium, please send a title, 200-250 words paper proposal and one-page CV by September 16, 2014 to anna.shternshis@utoronto.ca .
You will be notified about the status of your proposal by October 1, 2014. The organizers hope to be able to cover travel expenses for participants. Visit http://german.utoronto.ca/call-papers-global-yiddish-culture-1938-1948/ for more information.

If you have any accommodation needs, please e-mail : german@chass.utoronto.ca , five business days prior to the event, and we will do our best to assist you.

Organizing committee:
Professor Doris Bergen (History, University of Toronto)
Professor Jeffrey Kopstein (Political Science, University of Toronto)
Professor Anna Shternshis (Department of Germanic Languages and Literatures and Centre for Diaspora Studies, University of Toronto)

18 juin 2014 : Le théâtre yiddish parisien avant et après la Seconde Guerre mondiale

La prochaine séance de l’atelier “Histoire des Juifs en Europe après 1945″ aura lieu mercredi 18 juin 2014, de 17h à 19h. Nous recevrons deux doctorants, Eléonore Biezunski de l’EHESS et Nick Underwood de l’Université du Colorado, qui nous présenteront leurs recherches sur le théâtre yiddish parisien avant et après la Seconde Guerre mondiale. Nick Underwood présentera une intervention intitulée « Ouvriers juifs, avant-garde juive : La Kultur-lige et le développement du théâtre yiddish de gauche à Paris dans l’entre-deux-guerres », et Eléonore Biezunski s’intéressera aux « Reflets du théâtre yiddish dans l’après-guerre à travers la revue parisienne Der Teater Shpigl (“Le miroir du théâtre”) (1951-1961) ». Ces présentations seront discutées par Nancy L. Green, directrice d’études à l’EHESS.

La séance aura lieu au Centre d’histoire de Sciences Po, 56 rue Jacob, 75006 Paris, salle du Traité (1er étage).

Résumé de l’intervention d’Eléonore Biezunski

La revue théâtrale Teater Shpigl (Le Miroir du Théâtre) a été publiée par Aaron Poliakoff de 1951 à 1961 de façon presque mensuelle et dessine un faisceau de discours qui informent sur différents aspects du théâtre yiddish dans le contexte de l’après-guerre.
L’étude de cette revue informe à la fois sur le théâtre comme pratique sociale, avec ses financements, ses contraintes matérielles, ses succès et ses déboires, et sur les discours portés par les rédacteurs de la revue sur la fonction sociale des comédiens, sur la valeur du théâtre. Ces débats sont pris dans le contexte d’une difficile reconstruction après la Shoah où les auteurs s’inscrivent dans une tradition et une mémoire théâtrale – notamment à travers des indices de pratiques commémoratives – tout en interrogeant leur pratique présente et ses possibles développements futurs. L’appartenance à un groupe défini – par l’acte même de publier en yiddish – par la langue pose la question de l’identité en recomposition dans l’après-guerre et de la place de la culture dans une dimension plus spirituelle, voire intellectuelle de la reconstruction du groupe au lendemain du génocide.
1. À travers cette revue, on voit se dessiner les contours d’une certaine sociabilité. D’abord à l’initiative d’un individu, elle recompose aussi l’histoire d’une troupe familiale (Kompaneyets- Poliakoff). Les indices des conditions matérielles d’existence de la revue informent aussi sur les positionnements des rédacteurs par rapport aux institutions, aux associations juives, aux sociétés d’originaires, à la presse.
2. Cette sociabilité possède une géographie particulière, celle d’un réseau international de déracinés. La revue éclaire sur ces circulations constantes qui recouvrent tantôt des trajectoires migratoires, tantôt des tournées d’artistes, et ouvre une fenêtre sur une autre géographie, cette fois plus imaginaire, une géographie des origines qui participe à façonner les identités. Ces différents niveaux permettent d’appréhender la place de Paris dans une hiérarchie de villes où la culture yiddish cherche encore à s’épanouir, tant bien que mal.
3. Enfin, c’est aussi une certaine histoire du théâtre yiddish que construit cette revue. En s’inscrivant dans une généalogie d’artistes, les rédacteurs cherchent à renouer le fil d’une continuité historique et artistique, dont la géographie est bouleversée. Dans ce même élan, ils s’interrogent aussi sur l’avenir : que faire pour faire vivre le théâtre yiddish ? Que faire pour survivre ? À travers ces aspirations et ces inquiétudes se dessine une politique culturelle du monde yiddishophone, toujours inscrite dans le traditionnel triangle communiste-socialiste-sioniste de la politique juive qui se maintenait depuis l’entre-deux-guerres.

Biographies des intervenants

Doctorante en histoire à l’EHESS et musicienne, Eléonore Biezunski articule recherche et pratique artistique : sa thèse, entreprise sous la direction de Sylvie-Anne Goldberg porte sur les espaces musicaux de la création contemporaine en yiddish. Elle obtient en 2008 un Master de géographie à Paris X Nanterre sur New York comme espace vécu et représenté dans les chansons yiddish, après avoir travaillé sur les dynamiques spatiales du klezmer à New York. Formée en yiddish, elle participe, en tant que membre de l’équipe de chercheurs, à l’étude de la collection de livres en yiddish, « Dos poylishe yidntum » (La judéité polonaise), parue à Buenos Aires entre 1946 et 1966 (ANR – CRH, EHESS). Elle est l’une des co-animatrices de l’atelier de recherche Histoire des Juifs en Europe après 1945.

Nick Underwood est doctorant en histoire moderne et histoire juive moderne à l’Université de Colorado à Boulder. Sa thèse, intitulée « Staging a New Community: Jewish Immigrant Culture and the Fight Against Fascism in Interwar France, 1922-1940 » (une nouvelle communauté en scène : culture juive immigrante et le combat contre le fascisme dans la France d’entre-deux-guerres, 1922-1940), est une histoire culturelle de la communauté juive yiddishophone immigrante à Paris pendant les années d’entre-deux-guerres. Nick Underwood est aussi rédacteur en chef adjoint pour la revue East European Jewish Affairs.

Nancy L. Green est historienne, directrice d’études et médiatrice à l’EHESS. Elle travaille à l’EHESS au sein du Centre de recherches historiques. Elle a co-présidé la Society for French Historical Studies en 2004, a participé à la mission de préfiguration de la Cité nationale de l’histoire de l’immigration et est actuellement membre du conseil scientifique de la Bibliothèque nationale de France. Ses premières recherches concernant l’immigration juive en France au début du vingtième siècle, à la croisée d’une histoire sociale et d’une histoire du travail (Les travailleurs immigrés juifs à la Belle Époque), l’ont amenée à une approche comparative sur les immigrés et le travail (Du Sentier à la 7e Avenue: La Confection et les immigrés, Paris-New York 1880-1980) et à une réflexion plus large sur l’histoire comparée et les migrations contemporaines (Repenser les migrations). Elle a co-dirigé deux ouvrages collectifs sur les questions de citoyenneté et d’histoire coloniale en perspective de l’histoire de l’immigration (avec Marie Poinsot, Histoire de l’immigration et question coloniale en France ; avec François Weil, Citoyenneté et émigration : Les politiques du départ). Posant toujours des questions de classe, d’identités, et de genre aux phénomènes migratoires, son dernier ouvrage s’intéresse à la migration d’élite (The Other Americans in Paris: Businessmen, Countesses, Wayward Youth, 1880-1941).