Archives par mot-clé : religion

2-4/11/2015, Berlin : Rupture and Rapprochemant: Jewish – Non-Jewish Relations in Post-Shoah Germany

 Pour nos lecteurs se trouvant actuellement à Berlin : jusqu’au 4 novembre s’y tient une conférence (en allemand et en anglais) sur les relations entre Juifs et non Juifs dans l’Allemagne d’après-guerre.
Vous trouverez ci-dessous le programme.

Mise en ligne de bulletins de synagogues de NY

bulletin21Les archives de la « Yeshiva University  » viennent de mettre en ligne une série de bulletins émis entre 1925 et 1994 par les plus importantes synagogues « modernes orthodoxes » de New York.
Ces bulletins sont consultables sur :

http://digital.library.yu.edu/new-york-synagogue-bulletins

On y trouve entre autres les bulletins des congrégations suivantes :

Continuer la lecture de Mise en ligne de bulletins de synagogues de NY

22-23 octobre 2014 : Judéités contemporaines en France et en Europe

c.H.b7.a56.Splashthat-header13
Les mercredi 22 et jeudi 23 octobre prochains se tiendra à Paris le colloque « Judéités contemporaines en France et en Europe » ; colloque qui propose de faire l’état des lieux des connaissances mais également des activités scientifiques autour du judaïsme contemporain de ces vingt-trente dernières années et invite à réfléchir sur la condition des communautés juives en France et en Europe.
Ci-dessous la présentation du colloque ainsi que son programme.
75010 Paris

Présentation du colloque
L’objectif de ce colloque est d’analyser, dans une perspective pluridisciplinaire, les judéités contemporaines de France et du continent européen à partir de la perspective des jeunes chercheurs, universitaires ou indépendants, travaillant en langue française.La compréhension du judaïsme contemporain a beaucoup évolué dans les dernières années. En Europe, depuis l’effondrement des démocraties populaires en Europe de l’Est, il y a bientôt vingt-cinq ans, de nombreuses spécialistes et observateurs ont dirigé leur attention vers la situation du judaïsme européen, qui se débattait, à leurs yeux, entre la faiblesse démographique et un élan inédit de renouveau. Conférences, publications et débats ont suivi, créant une meilleure compréhension du judaïsme européen aujourd’hui et thématisant la « renaissance » de la culture juive en Europe centrale et orientale, le positionnement de l’Europe comme un « troisième pilier » diasporique placé entre Israël et les Etats-Unis, l’émergence de nouvelles identités juives, les migrations post-soviétiques et leur impact en Israël, aux Etats-Unis et en Allemagne, la nouvelle observance religieuse, la montée des mouvements ultra-orthodoxes…Aux Etats-Unis, la publication très médiatisée de « A Portrait of Jewish Americans » par le Pew Research Center, en octobre 2013, est venu rappeler qu’il existe en Amérique du Nord une forte tradition d’enquêtes sociologiques des phénomènes contemporains du judaïsme. Ainsi, des reconfigurations multiples de la vie communautaire, l’innovation et « l’entrepreneuriat » juif, les attitudes vis-à-vis d’Israël des différents segments de la population juive y compris l’impact des voyages « Birthright » en Israël, les mariages-mixtes et le rapport qu’ils entretiennent avec la vie juive, la jeunesse, entre autres, sont analysés et mis en lumière de manière régulière alimentant des débats au sein de la communauté organisée. En France, la récente publication du « Dictionnaire du judaïsme français depuis 1944 » (2013), sous la direction de Jean Leselbaum et Antoine Spire, dresse un état de lieux de la recherche sur ces sujets en France.Mais, comment ces mêmes sujets s’articulent-ils dans une perspective européenne ? Ce colloque vise plus spécifiquement à offrir un espace de débat à des jeunes chercheurs et chercheuses, pour revisiter les travaux antérieurs et ce faisant, contribuer à ouvrir la réflexion et la recherche française sur la condition des communautés juives en France et en Europe.

Le colloque « Judéités contemporaines en France et en Europe » est soutenu par le JDC International Centre for Community Development (JDC-ICCD), centre de recherche sur le judaïsme contemporain, créé en 2005 par le bureau européen de l’American Jewish Joint Distribution Committee (JDC – Joint). Le JDC-ICCD a déjà parrainé deux autres colloques destinés à des jeunes chercheurs anglophones spécialisés dans l’histoire et la sociologie des Juifs en Europe contemporaine. Ces deux colloque ont eu lieu en 2010 et 2013 à Berlin.

Comité d’organisation
Marcelo Dimentstein
, directeur d’opérations du JDC-ICCD / doctorant à l’EHESS
Ewa Tartakowsky, doctorante à l’Université Lyon 2 / Centre Max Weber

Contact
colloquejudeites@gmail.com

Lieu
Institut universitaire d’études juives Elie Wiesel
119 rue Lafayette 75010 Paris

 

Programme du colloque

Le 22 octobre 2014

9h00-9h30   Accueil du public
9h30-9h45 Allocutions de bienvenue
Par Ewa Tartakowsky et Marcelo Dimentstein, organisateurs du colloque
Par Franklin Rausky, directeur des Etudes de l’Institut Universitaire Elie Wiesel
9h50-10h20 Ouverture du colloque
Par Dominique Schnapper, directrice de recherche à l’EHESS, présidente du musée d’Art et d’Histoire du judaïsme

10h20-12h10 Institutions et vie communautaire
Présidente et discutante de séance : Martine Cohen, chargée de recherche, Groupe Societés, Religions, Laïcités (GSRL, CNRS-EPHE)

Elizabeth Sheppard, maître de conférences, Université François Rabelais : Judaïsme(s) ? Une perspective transatlantique
Alain Granat, directeur du publication Jewpop : Nouvelles formes d’appropiation du judaïsme
Izio Rosenman, président de l’Association pour un judaïsme humaniste et laïque : Sécularisation et laïcisation du judaïsme français

13h30-15h45  Etre juif pour soi et pour les autres
Président et discutant de séance : Sébastien Tank-Storper, chargé de recherche au CNRS, CEIFR (EHESS)

Samuel Ghiles-Meilhac, enseignant à Sciences Po Paris, CADIS-EHESS : Les juifs français sont-ils (devenus) des blancs comme les autres ?
Jean-Claude Poizat, doctor en sciences politiques, IEP de Paris / CEVIPOF : Réflexion sur le type arendtien du « paria conscient » et ses usages dans la Frane d’aujourd’hui : de Bernard Lazare aux intellectuels juifs français contemporains
Yaël Hirsch, docteur en science politique, IEP de Paris : L’impossible conversion des intellectuels juifs du 20ème siècle : ce qu’elle révèle de la judéité et des démocraties d’Europe
rabbin Yeshaya Dalsace : Liens entre le judaïsme et le monde de la recherche

16h00-17h45 Reconstructions et recompositions
Président et discutant de séance : Franklin Rausky, directeur des Etudes de l’Institut Universitaire Elie Wiesel

Arnaud Bozzini, collaborateur scientifique au CIERL, Université Libre de Bruxelles : Reconstruction de la collectivité juive à Bruxelles au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. Institutions, acteurs et enjeux
Karine Michel, chercheure associée, Idemec, MMSH, Aix-en-Provence : La judéité en ex-Allemagne de l’Est aujourd’hui, du renouveau à l’incertitude
Rudy Rigaut, doctorant, Université d’Artois, Arras (laboratoire CREHS-EA 4027) : Enjeux et défis de la reconstruction : les communautés juives de la côte d’Opale (Dunkerque et Boulogne-sur-Mer) de 1945 à nos jours

Le 23 octobre 2014

9h30-11h15 Judéité à l’épreuve des arts
Président et discutant de séance : Philippe Zard, maître de conférences, Université de Paris-Ouest-Nanterre

Jean-Sébastien Noël, maître de conférences en histoire contemporaine, Université de La Rochelle / Centre de Recherches en Histoire Internationale et Atlantique (CRHIA)  : La Radical Jewish Culture : une forme esthétique, politique et communautaire du revivalisme des musiques juives traditionnelles
Elena Quaglia, doctorante, Université de Vérone/Université Paris Ouest Nanterre La Défense : La littérature contemporaine face à la judéité: les fictions identitaires de Marc Weitzmann
Ewelina Chwiejda, doctorante à l’EHESS : Juif, tu me manques ! – la culture polonaise contemporaine face à l’histoire polono-juive de l’après-guerre

11h30-12h25 Israël, pôle d’identification ?
Présidente et discutante de séance : Régine Azria, chargée de recherche CNRS, CEIFR

Noga Raviv, doctorante, EHESS : La place d’Israël dans le dynamisme communautaire juif en France
Ariel Danan, responsable de la Médiathèque Alliance Baron Edmond de Rothschild : Le lien à l’Etat d’Israël, plus petit dénominateur commun de l’identité juive en France ?

14h00-15h45 Judéités et politiques publiques
Président et discutant de séance : Paul Zawadzki, maître de conférences HDR, Université Paris 1 / GSRL / Institut Emmanuel Lévinas

Sébastien Ledoux, doctorant en histoire, Université Paris 1 / Centre d’histoire sociale du XXe siècle : Naissance d’une politique européenne de la mémoire de la Shoah
Amélie Blaustein-Niddam, journaliste, docteure en histoire : Traces des représentations scolaires de l’histoire des Juifs
Roland Lombardi, consultant indépendant, analyste au JFC Conseil, doctorant à l’Iremam, Aix Marseille Université : Les relations franco-israéliennes de 1980 aux années 2000 : rééquilibrage, limites et perspectives…

16h00-16h30 Conclusions du colloque
Par Ewa Tartakowsky, doctorante à l’université Lyon 2, et Marcelo Dimentstein, directeur d’opérations du JDC-ICCD, doctorant à l’EHESS, organisateurs du colloque

16h30-17h30 Conférence de clôture
Par Chantal Bordes-Benayoun, directrice de recherche au CNRS, Université Toulouse – Jean Jaurès

Sur la toile : Histoire des Juifs de Roumanie et de Moldavie après 1945

Si vous vous intéressez à l’histoire des Juifs de Roumanie, de Moldavie et de la région de Bessarabie après 1945 voici trois informations qui pourraient vous intéresser.

 

La première est la création d’un blog par le groupe de recherche roumano-moldave – RO-MO (pour « Romanian-Moldovan Research Group« ). Ce groupe a été créé à la « School of Slavonic and East European Studies (UCL) » de Londres par des doctorants travaillant sur l’histoire, la culture et la littérature roumaines et moldaves, ainsi que celles de Bessarabie. A présent le groupe est composé de jeunes chercheurs de Grande-Bretagne, d’Europe et des USA et est soutenu par le Stanley Burton Centre for Holocaust and Genocide Studiese de l’Université de Leicester et de l' »European Centre for Minority Issues » de Flensburg en Allemagne. Cette collaboration a débouché sur l’organisation début juillet d’un premier workshop à Leicester autour de l’étude des discriminations politiques, juridiques et sociales à l’encontre des communautés juives et roms de ces régions ces deux derniers siècles. Ce blog présente l’ensemble des participants et leurs interventions au cours de ce workshop : « Collaborative Outreach Workshop on Anti-Semitism in Romania and Moldova (1881-1991)« . Certains des exposés ont été même filmés et sont à présent disponibles sur le blog. A noter la présentation (mais non filmée) du travail d’Ion Popa de l’Université de Manchester sur le retour de l’antisémitisme dans l’Eglise orthodoxe roumaine après 1989.

 

La deuxième information est l’attribution pour l’année universitaire à venir (2014-2015) d’une des bourses du Mandel Center de l’« United States Holocaust Memoral Museum » (USHMM), (la : « Yetta and Jacob Gelman Fellowship on the Holocaust in Romania ») à : Bogdan Chiriac de l’Université d’Europe Centrale de Budapest pour son travail sur la recherche des criminels de guerre en Roumanie et les représentations de la Shoah dans ce pays : « The 1946 Trial of the Antonescu Group: Prosecution of Major War Criminals and the Image of the Holocaust in Romania« . Ses recherches seront décrites sur le site de l’USHMM lors de son passage au centre Mandel.

 

La troisième concerne l’intervention proposée par Diana Dumitru de la State University de Moldavie au cours de la conférence sur l’antisémitisme et le racisme qui s’est tenue à l’Université d’Europe Centrale de Budapest en juin dernier. Intervention qui portait le titre suivant : Looking into the Eyes of Your Neighbors: Jewish-Gentile Encounters in Bessarabia after the Holocaust. La biographie et le travail de Diana Dumitru sont présentés sur le blog de la conférence.

 

Dernières parutions sur la toile concernant les DPs juifs

Au cours de ce mois d’avril deux textes sur les personnes déplacées (Displaced Persons, DPs) juives sont parus sur le net, en allemand.

Tout d’abord, mentionnons celui du site web de la Maison allemande des émigrés de Bremerhaven en Allemagne (musée sur le thème de l’immigration allemande aux Etats-Unis), intitulé : « Ankauf der Fotoserie „Displaced Persons“ von Clemens Kalischer (1947/48)«  c’est-à-dire sur l’acquisition de photos de Clemens Kalisher. Du 14 juillet au 30 novembre 2014, le musée consacrera à ces photos une exposition « Displaced Persons. Überlebende des Holocaust 1938 – 1951 ».

550 000 DPs sont passés par Bremerhaven au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, direction les Etats-Unis. Le site nous offre la possibilité de voir trois photos de l’américain Clemens Kalisher, lui même émigré juif allemand de 1933, et de suivre ainsi les nouveaux immigrés, dans les différentes étapes de leur arrivée à New York.

Une première photo montre un couple de personnes âgées encore sur le bateau et pointant du doigt Manhattan. Sur la deuxième photo, nous sommes déjà sur le sol américain, puisque l’on voit un jeune garçon assis au milieu de valises dans les environs de Battery Park. Puis sur la troisième photo, on assiste aux retrouvailles entre un homme et une femme, celle-ci ayant survécu à la guerre en Europe.
A travers ces trois photos et ces 5 personnes d’âges différents, nous suivons les tous premiers temps de cette nouvelle vie sur un nouveau continent et les différents sentiments qui y sont liés : la découverte, l’espoir, l’angoisse, le soulagement…

 

L’autre texte qui a attiré notre attention est un article de l’historien allemand Jim G. Tobias : « Wo deutsche, österreichische, russische Kaiserinnen und jüdische Kinder sich erholten » paru sur le site internet « haGalil« .

Jim G. Tobias raconte ici l’histoire du centre religieux pour enfants – survivants de la Shoah – dans la ville thermale de Bad Nauheim, dans la région de Hesse, alors en zone américaine d’occupation en Allemagne.

Il explique qu’au début de l’année 1947, le rabbin Samuel Schechter, représentant de l’organisation Vaad Hatzala, rencontra le directeur UNRRA de la ville et obtint un bâtiment (qui était avant la guerre un sanatorium pour enfants juifs) permettant ainsi l’établissement d’un centre religieux pour 85 enfants. L’auteur décrit le quotidien de ces derniers et leur apprentissage de la vie religieuse. Il relate également les problèmes d’administration, les tensions entre l’organisation juive, l’UNRRA et les autorités américaines. Tous ces points sont expliqués en détail dans l’article de Jim G. Tobias, disponible sur ce lien : « Wo deutsche, österreichische, russische Kaiserinnen und jüdische Kinder sich erholten« .
On y trouve également des photos du centre et des enfants en 1947. D’autres photos et informations sont consultables sur le site du Musée Mémorial de l’Holocauste à Washington et du Joint Distribution Committee  (il faut chercher la photo en question vers la fin de la page).