Archives par mot-clé : reconstruction

The Holocaust and its Aftermath from the Family Perspective

Le CEFRES (Centre français de recherche en sciences sociales),  l’Institut d’histoire contemporaine de l’Académie tchèque des sciences et l’Institut d’histoire allemande de Varsovie organisent les 15 et 16 mars 2017 un colloque qui se tiendra à Prague et qui portera sur l’Holocauste et ses suites du point de vue de la famille. La conférence s’intéressera entre autres au rôle de la famille chez les Juifs et les Romes dans la reconstruction post-Holocauste. Un appel à proposition (en tchèque et en anglais) vient d’être mis en ligne sur le site jewishhistory.cz  et les candidatures sont attendues avant le 31 juillet 2016.

Ci-dessous, l’appel à candidature en anglais : Continuer la lecture de The Holocaust and its Aftermath from the Family Perspective

L’œuvre de Secours aux Enfants et les populations juives au XXe siècle

1540-1L’ouvrage collectif L’œuvre de Secours aux Enfants et les populations juives au XXe siècle, prévenir et guérir dans un siècle de violence, paru en 2014 aux éditions Armand Colin, est issu de deux colloques organisés par l’Oeuvre de Secours aux Enfants (OSE) à l’occasion de son centenaire en 2012. Dirigé par les historiens Laura Hobson Faure, Mathias Gardet, Katy Hazan et Catherine Nicault, cette publication rassemble des contributions de chercheurs de nombreux pays et propose pour la première fois une approche à la fois internationale et transnationale de l’histoire de l’OSE. A la croisée de la sociologie et de l’histoire sociale, de l’histoire des sciences, de la médecine et de l’éducation, elle offre de nouvelles perspectives sur l’histoire contemporaine des Juifs d’Europe et l’histoire de la Shoah. Continuer la lecture de L’œuvre de Secours aux Enfants et les populations juives au XXe siècle

The Holocaust in Greece: Genocide and its Aftermath

En mars 2014, nous vous faisions part de l’appel à candidature pour la conférence « The Holocaust in Greece: Genocide and its Aftermath ». Cette conférence a eu lieu 21 novembre 2014 à Thessalonique, en Grèce. Un compte-rendu, d’Eliana Hadjisavvas ( Université Birmingham) vient d’être publié sur le site H-soz-kult. On y retrouve entre autres la présentation des interventions suivantes :

– Philip Carabott and Maria Vassilikou : « One For All But Not All For One? »: Greek Jewish Leftist Voices in the Open, 1945-1946 ;
– Kateřina Králová : How was it to be a Holocaust Survivor in Greece? Memories of the Post-War Period 1944-1953 ;
– Devin E. Naar  : « You Are Your Brother’s Keeper »: Rebuilding the Jewish Community of Salonica from Afar, 1944-1948 ;
Maria Kavala : The Postwar Demographic and Social Reconstruction of the Jewish Community of Thessaloniki: Marriages (1945-1955) ;
– Rony Alfandary : Proposition: Letters from Thessaloniki—Past, Present and Future ;
– Evangelia Matthopoulou : Cyprus as a « Clearing » Area for Jewish Migrants and the Public Opinion, 1933-1949.

 

 

Une dynamique transnationale : la reconstruction de la vie juive en Europe centrale et orientale après 1989

A propos de la séance du 9 avril 2014 de l’atelier “Histoire des Juifs en Europe après 1945″

Intervention de Marcelo Dimentstein discutée par Lisa Vapné

 

Compte-rendu de l’intervention : “Une dynamique transnationale : la reconstruction de la vie juive en Europe centrale et orientale après 1989”

Dans le cadre de sa thèse, Marcelo Dimentstein effectue des recherches sur l’implication humanitaire et culturelle des organisations juives occidentales, américaines pour la plupart, en Europe centrale et orientale après la chute du mur de Berlin. Son étude concerne les pays situés hors de l’ex-URSS, à l’exception des pays baltes, inclus dans son travail. Au sein de l’ensemble d’organisations juives occidentales dont il traite, Marcelo Dimentstein se concentre majoritairement sur la principale structure impliquée dans cette action, l’American Jewish Joint Distribution Committee (Joint ou AJDC). Créé en 1914 aux Etats-Unis, le Joint rassemble différents courants de la judéité américaine (principalement des Juifs réformés mais également des Juifs socialistes) dans le but de secourir les Juifs d’Europe victimes du conflit mondial en cours. Dès lors, le Joint ne cesse d’agir en Europe. Si son action pendant et après la Seconde Guerre mondiale a été analysée par des historiens tels que Yehuda Bauer et Laura Hobson Faure1, l’investissement considérable du Joint en faveur de la reconstruction de la vie juive en Europe centrale et de l’Est après 1989 demeure encore peu connu.

Durant son intervention, Marcelo Dimentstein a présenté la première partie de sa thèse, soit la contextualisation de l’aide du Joint après 1989, en rappelant tout d’abord l’ampleur de la solidarité juive américaine en Europe tout au long du XXe siècle, depuis les pogroms du début du siècle jusqu’au lendemain de la Shoah. En particulier après la Seconde Guerre mondiale, les Juifs américains sont amenés à jouer un rôle croissant dans l’aide aux communautés juives d’Europe mais également des autres continents, notamment d’Israël. De plus en plus professionnalisée et spécialisée en différents domaines (secours humanitaire, religion, éducation), l’aide juive américaine concerne de nombreuses organisations, qu’elles soient uniquement américaines (American Jewish Committee, Joint, Jewish Labor Committee, National Council of Jewish Women) ou mondiales (ORT, OSE, HIAS2, Habad-Loubavitch).

L’intérêt pour les Juifs résidant dans les pays communistes d’Europe se manifeste fortement à partir des années 1960 avec le mouvement « Let my People Go » en faveur de l’émigration des Juifs soviétiques. Cependant, depuis la fin du second conflit mondial, les Juifs d’Europe centrale et orientale, tels que ceux de Hongrie et de Tchécoslovaquie, captent peu l’intérêt des Juifs américains en comparaison des Juifs soviétiques. Selon Marcelo Dimentstein, ces derniers sont alors « redécouverts » à la fin des années 1980. A une première « redécouverte » réalisée par des quelques individus se succède un mouvement de solidarité de grande ampleur auquel s’ajoute un intérêt mémoriel empreint de nostalgie, essentiellement de la part de Juifs américains « entrepreneurs de mémoire »3. Les communautés locales, dont l’identité juive est estimée affaiblie, sont alors aidées à recouvrer une vie communautaire dynamique, aussi bien culturellement que religieusement. Une action collaborative d’aide juive occidentale imbriquant de nombreuses organisations transnationales se met en place. Le Joint, situé au centre de cette aide sociale et culturelle, centralise également les nombreux financements européens et américains. La complexité et l’interaction de ces derniers, aux sources aussi bien étatiques que communautaires ou individuelles, démontrent la dynamique à la fois massive et résolument transnationale de cette action.

Discussion

 

Lisa Vapné souhaite tout d’abord revenir sur le terme transnational, en suggérant, étant donné la prédominance des organisations américaines, le terme d’ « américanisation ».

Marcelo Dimentstein précise que si la plupart des organisations et des financements proviennent des Etats-Unis, les travailleurs sociaux ne sont pas nécessairement nord-américains. Nombre d’entre eux sont argentins et leur culture spécifique du travail social influence également l’action menée en Europe. Le terme transnational lui semble donc être le plus approprié.

Lisa Vapné note ensuite que les oligarques juifs dans l’espace post-soviétique ont parfois financé des synagogues à l’instar de Viktor Pinchuk en Ukraine et se demande dans quelle mesure ces derniers ont également joué un rôle philanthropique dans les autres pays anciennement communistes.

Marcelo Dimentstein signale que les pays d’Europe de l’Est après 1989 ne connaissent pas d’oligarques comme en Ukraine ou en Russie. Par ailleurs, à la remarque de L. V. sur la situation géographique de l’Ukraine en Europe de l’Est, M. D. précise que par « Europe de l’Est », il reprend la délimitation fixée par le Joint, qui n’inclut pas l’Ukraine et les pays d’ex Union soviétique à l’exception des pays baltes. De même, lorsqu’il parle de la communauté juive polonaise « anéantie », il reprend les termes employés par le Joint, qui perçoit ainsi cette communauté, bien que cela ne corresponde en effet pas à la réalité.

Lisa Vapné questionne également le terme de « solidarité juive », que M. D. distingue des « solidarités partisanes ». Les solidarités ne sont-elles pas toutes partisanes ? Quelle différence fait-il par ailleurs entre solidarité, charité et philanthropie ?

Marcelo Dimentstein n’opère pas de distinction entre solidarité et philanthropie dans son étude. Il note que la notion de solidarité juive a évolué depuis la création de l’Alliance Israélite Universelle en 1860 et tout au long du 20ème siècle. Après 1989, il s’agit d’un mélange d’entraide et de community development (en développant les dirigeants juifs par exemple, aspect traité dans la seconde partie de la thèse de M.D.). Avant cette date, les différences étaient plus strictes entre les organisations philanthropiques et les autres.

Oui, selon lui, les organisations impliquées sont toutes partisanes. Mais le Joint se veut fédérateur en tenant à représenter la communauté juive dans son ensemble. Certaines solidarités plus partisanes récoltent seulement parmi leurs membres, comme les Juifs religieux ou le Jewish Labor Committee.

Lisa Vapné note que M.D. évoque l’action de Juifs américains avant 1989. De quand date-t-il l’installation des organisations juives occidentales sur place ?

Marcelo Dimentstein répond que l’on note des changements chez les Juifs d’Europe de l’Est dès 1987 dans la revue Soviet Jewish Affairs, et que la « redécouverte » des Juifs d’Europe de l’Est ne s’est jamais arrêtée depuis. L’arrivée massive d’organisations juives en Europe de l’Est s’effectue après l’effondrement des régimes communistes. Le Joint est venu dès le début des années 1980, il s’agit d’une exception. En Roumanie, il commence même à opérer dès 1968.

Martin Messika questionne également les motivations des fondations à donner dans ces pays plutôt que dans d’autres régions du monde, notamment en Israël ou aux Etats-Unis.

Marcelo Dimentstein explique que les campagnes annuelles au sein de la communauté juive américaines sont divisées en trois parties depuis les années 1930 : un tiers est destiné aux Juifs américains, un tiers à Israël (le United Palestine Appeal existe déjà avant 1948), un tiers aux Juifs à l’étranger hors d’Israël. Les leveurs de fonds professionnels ont développé des campagnes afin de motiver le don pour les Juifs d’Europe de l’Est.

  1. Yehuda Bauer, American Jewry and the Holocaust: The American Jewish Joint Distribution Committee, 1939-1945, Detroit, Wayne State University Press, 1981; Out of the Ashes: The Impact of American Jews on Post-Holocaust European Jewry, Oxford, Pergamon Press, 1989; Laura Hobson Faure, Un “Plan Marshall juif” : la présence juive américaine en France après la Shoah, 1944-1954, Paris, Armand Colin, 2013. []
  2. ORT : du russe Obchestvo Remeslenovo i zemledeltchskovo Trouda – association pour la promotion des travaux qualifiés. Son sigle en français signifie Organisation Reconstruction Travail ; OSE ou OZE : du russe Obschestvo zdravookhraneniia evreev – société pour la santé des Juifs. Son sigle en français signifie œuvre de Secours aux Enfants ; HIAS : Hebrew Immigrant Aid Society. []
  3. Marcelo Dimentstein donne l’exemple du livre de photographie d’Edward Serotta, Out of the Shadows: A Photographic Portrait of Jewish Life in Central Europe Since the Holocaust, Citadell Press, 1992. []