Archives par mot-clé : Dos poylishe yidntum

18 juin 2014 : Le théâtre yiddish parisien avant et après la Seconde Guerre mondiale

La prochaine séance de l’atelier “Histoire des Juifs en Europe après 1945″ aura lieu mercredi 18 juin 2014, de 17h à 19h. Nous recevrons deux doctorants, Eléonore Biezunski de l’EHESS et Nick Underwood de l’Université du Colorado, qui nous présenteront leurs recherches sur le théâtre yiddish parisien avant et après la Seconde Guerre mondiale. Nick Underwood présentera une intervention intitulée « Ouvriers juifs, avant-garde juive : La Kultur-lige et le développement du théâtre yiddish de gauche à Paris dans l’entre-deux-guerres », et Eléonore Biezunski s’intéressera aux « Reflets du théâtre yiddish dans l’après-guerre à travers la revue parisienne Der Teater Shpigl (“Le miroir du théâtre”) (1951-1961) ». Ces présentations seront discutées par Nancy L. Green, directrice d’études à l’EHESS.

La séance aura lieu au Centre d’histoire de Sciences Po, 56 rue Jacob, 75006 Paris, salle du Traité (1er étage).

Résumé de l’intervention d’Eléonore Biezunski

La revue théâtrale Teater Shpigl (Le Miroir du Théâtre) a été publiée par Aaron Poliakoff de 1951 à 1961 de façon presque mensuelle et dessine un faisceau de discours qui informent sur différents aspects du théâtre yiddish dans le contexte de l’après-guerre.
L’étude de cette revue informe à la fois sur le théâtre comme pratique sociale, avec ses financements, ses contraintes matérielles, ses succès et ses déboires, et sur les discours portés par les rédacteurs de la revue sur la fonction sociale des comédiens, sur la valeur du théâtre. Ces débats sont pris dans le contexte d’une difficile reconstruction après la Shoah où les auteurs s’inscrivent dans une tradition et une mémoire théâtrale – notamment à travers des indices de pratiques commémoratives – tout en interrogeant leur pratique présente et ses possibles développements futurs. L’appartenance à un groupe défini – par l’acte même de publier en yiddish – par la langue pose la question de l’identité en recomposition dans l’après-guerre et de la place de la culture dans une dimension plus spirituelle, voire intellectuelle de la reconstruction du groupe au lendemain du génocide.
1. À travers cette revue, on voit se dessiner les contours d’une certaine sociabilité. D’abord à l’initiative d’un individu, elle recompose aussi l’histoire d’une troupe familiale (Kompaneyets- Poliakoff). Les indices des conditions matérielles d’existence de la revue informent aussi sur les positionnements des rédacteurs par rapport aux institutions, aux associations juives, aux sociétés d’originaires, à la presse.
2. Cette sociabilité possède une géographie particulière, celle d’un réseau international de déracinés. La revue éclaire sur ces circulations constantes qui recouvrent tantôt des trajectoires migratoires, tantôt des tournées d’artistes, et ouvre une fenêtre sur une autre géographie, cette fois plus imaginaire, une géographie des origines qui participe à façonner les identités. Ces différents niveaux permettent d’appréhender la place de Paris dans une hiérarchie de villes où la culture yiddish cherche encore à s’épanouir, tant bien que mal.
3. Enfin, c’est aussi une certaine histoire du théâtre yiddish que construit cette revue. En s’inscrivant dans une généalogie d’artistes, les rédacteurs cherchent à renouer le fil d’une continuité historique et artistique, dont la géographie est bouleversée. Dans ce même élan, ils s’interrogent aussi sur l’avenir : que faire pour faire vivre le théâtre yiddish ? Que faire pour survivre ? À travers ces aspirations et ces inquiétudes se dessine une politique culturelle du monde yiddishophone, toujours inscrite dans le traditionnel triangle communiste-socialiste-sioniste de la politique juive qui se maintenait depuis l’entre-deux-guerres.

Biographies des intervenants

Doctorante en histoire à l’EHESS et musicienne, Eléonore Biezunski articule recherche et pratique artistique : sa thèse, entreprise sous la direction de Sylvie-Anne Goldberg porte sur les espaces musicaux de la création contemporaine en yiddish. Elle obtient en 2008 un Master de géographie à Paris X Nanterre sur New York comme espace vécu et représenté dans les chansons yiddish, après avoir travaillé sur les dynamiques spatiales du klezmer à New York. Formée en yiddish, elle participe, en tant que membre de l’équipe de chercheurs, à l’étude de la collection de livres en yiddish, « Dos poylishe yidntum » (La judéité polonaise), parue à Buenos Aires entre 1946 et 1966 (ANR – CRH, EHESS). Elle est l’une des co-animatrices de l’atelier de recherche Histoire des Juifs en Europe après 1945.

Nick Underwood est doctorant en histoire moderne et histoire juive moderne à l’Université de Colorado à Boulder. Sa thèse, intitulée « Staging a New Community: Jewish Immigrant Culture and the Fight Against Fascism in Interwar France, 1922-1940 » (une nouvelle communauté en scène : culture juive immigrante et le combat contre le fascisme dans la France d’entre-deux-guerres, 1922-1940), est une histoire culturelle de la communauté juive yiddishophone immigrante à Paris pendant les années d’entre-deux-guerres. Nick Underwood est aussi rédacteur en chef adjoint pour la revue East European Jewish Affairs.

Nancy L. Green est historienne, directrice d’études et médiatrice à l’EHESS. Elle travaille à l’EHESS au sein du Centre de recherches historiques. Elle a co-présidé la Society for French Historical Studies en 2004, a participé à la mission de préfiguration de la Cité nationale de l’histoire de l’immigration et est actuellement membre du conseil scientifique de la Bibliothèque nationale de France. Ses premières recherches concernant l’immigration juive en France au début du vingtième siècle, à la croisée d’une histoire sociale et d’une histoire du travail (Les travailleurs immigrés juifs à la Belle Époque), l’ont amenée à une approche comparative sur les immigrés et le travail (Du Sentier à la 7e Avenue: La Confection et les immigrés, Paris-New York 1880-1980) et à une réflexion plus large sur l’histoire comparée et les migrations contemporaines (Repenser les migrations). Elle a co-dirigé deux ouvrages collectifs sur les questions de citoyenneté et d’histoire coloniale en perspective de l’histoire de l’immigration (avec Marie Poinsot, Histoire de l’immigration et question coloniale en France ; avec François Weil, Citoyenneté et émigration : Les politiques du départ). Posant toujours des questions de classe, d’identités, et de genre aux phénomènes migratoires, son dernier ouvrage s’intéresse à la migration d’élite (The Other Americans in Paris: Businessmen, Countesses, Wayward Youth, 1880-1941).

11-13 juin 2014 : Écritures de la destruction dans le monde judéo-polonais

AfficheL’ANR « Dos poylishe yidntum », 1946-1966 : histoire et mémoire d’un monde disparu au lendemain de la catastrophe (CRH, EHESS) organise à Paris le colloque :

« Écritures de la destruction dans le monde judéo-polonais de la fin de la Seconde Guerre mondiale à la fin des années soixante : productions, trajectoires, réseaux »

qui aura lieu au Musée d’Art et d’Histoire du Judaïsme les 11, 12 et 13 juin 2014.

Le comité scientifique est composé d’Annie Dayan Rosenman, Rachel Ertel, Samuel D. Kassow, Judith Lyon-Caen, Yitzkhok Niborski et Annette Wieviorka.

L’organisation de cette conférence est réalisée par Judith Lindenberg, Fleur Kuhn, Constance Pâris de Bollardière, Éléonore Biezunski et Simon Perego.

Entrée libre

Inscription par téléphone (lundi-vendredi de 14h à 17h30) : 01 53 01 86 48
ou par mail : reservations@mahj.org

MUSEE D’ART ET D’HISTOIRE DU JUDAÏSME
Hôtel de Saint-Aignan
71, rue du Temple
75003 Paris

 

Programme du colloque :

11 JUIN : OUVERTURE

15h-15h30 : Accueil des participants
15h30-16h : Judith Lyon-Caen et Judith Lindenberg, discours d’ouverture

16H-18H : UNE MEMOIRE TRANSNATIONALE, LA COLLECTION « DOS POYLISHE YIDNTUM » A BUENOS AIRES

Discutant : Yitskhok Niborski

Jan Schwarz (Lund University), Memoirs of the Yiddish Cultural Center in Warsaw: « Dos poylishe yidntum » and Transnational Memory
Fleur Kuhn (Paris 3), Prendre et donner la parole: le témoignage indirect dans la collection « Dos poylishe yidntum »
Malena Chinski (Institut de Développement Économique et Social, Buenos Aires), « Dos poylishe yidntum », en coulisse: la correspondance de Marc Turkow
Judith Lindenberg (EHESS), Écrits d’histoires, écrits d’historiens dans la collection « Dos poylishe yidntum »

12 JUIN: LIEUX ET INSTITUTIONS DE MÉMOIRE

9h-9h30 : Accueil des participants

9H30-11H : UN LIEU DE LA DIASPORA : PARIS

Discutante : Sylvie-Anne Goldberg

Constance Pâris de Bollardière (EHESS), Écritures de la destruction et reconstruction : les actions de Yankev Pat en faveur de la culture yiddish en France, 1944-1948
Simon Perego (Sciences Po), De l’écrit à l’oral. Le recours aux « écritures de la destruction » dans les cérémonies en mémoire de la révolte du ghetto de Varsovie (Paris, 1944-1967)
Éléonore Biezunski (EHESS), Miroir des mémoires : Der Teater Shpigl, une revue théâtrale yiddish parisienne de l’après- guerre

11H30-12H30 : LES LIVRES DU SOUVENIR

Discutante : Annette Wieviorka

Audrey Kichelewski (Université de Strasbourg), « Et la terre ne trembla pas ». La Shoah dans les Livres du souvenir
Gali Drucker Bar-Am (Hebrew University of Jerusalem), Lieux de mémoire as Identity Quests: Yizker-Bikher in Post-World War II Jewish Culture

14H-16H : INSTITUTIONS SAVANTES ET ECRITURE DE L’HISTOIRE

Discutant : Samuel Kassow

Laura Jockush (University of Tel aviv), Writing the Khurbn: Survivor Historians and the Beginnings of Holocaust Research in the Late 1940s
Judith Lyon-Caen (EHESS), Michel Borwicz, un parcours d’historien
Amy Kerner (Brown University), « 36 Hidden Saints »: Polish Jews and Yiddish Culture in Buenos Aires (1945-47)
Cecile E. Kuznitz (Bard College), Yiddish Scholarship in the Wake of Destruction: YIVO in the Post-War World

13 JUIN : DYNAMIQUES DE L’ÉCRITURE ET POLITIQUES DE PUBLICATION

9H30-11H : ÉCRITS AU CŒUR DE LA CATASTROPHE (1)

Discutant : Gilles Rozier

Samuel Kassow (Trinity College), Peretz Opoczynski’s reportages from the Warsaw ghetto and their post-war iterations
Nathalie Moine (CNRS), « Moscou, été 1944 ». Le récit d’Avrom Sutzkever sur le ghetto de Wilno, un témoignage-manifeste
Catherine Coquio (Paris 7), « Ce n’était pas un monde »/ « Wozu noch Welt? » Le ghetto comme monde

11H30-13H : ÉCRITS AU CŒUR DE LA CATASTROPHE (2)

Laëtitia Tordjman (Paris 3), Oser Warszawski, l’écrivain-témoin
Alban Perrin (Sciences Po), Ce que j’ai vu a Auschwitz d’Alter Fajnzylberg
Aurélia Kalisky (Zentrum für Literatur und Kulturforschung, Berlin), Les archives de la douleur en yiddish : l’odyssée d’un texte, du camp d’Auschwitz à la Knesset

15H-17H30 : TRAJECTOIRES ET RÉCEPTIONS

Discutante : Anny Dayan-Rosenman

Anna Ciarkowska (Université de Łódz), L’héritage multiculturel : Lviv de Piotr Rawicz
Arnaud Bikard (Université de Moscou), Avrom Zak, un témoin du XXème siècle
Carole Matheron (Université Paris 3), Dans les pas de Leyb Rochman : la figure du survivant

17H30-18H: Discussion générale

Colloque de l’ANR « POLY » (« Dos poylishe yidntum », 1946-1966 : histoire et mémoire d’un monde disparu au lendemain de la catastrophe), Centre de recherches historiques (UMR 8558 EHESS/CNRS)

Avec le soutien du Centre de recherches historiques, de l’Ecole des hautes études en Sciences sociales, de l’Institut Polonais, du Centre Medem, de la Maison de la culture yiddish, et du Musée d’art et d’histoire du Judaïsme

 

6 novembre 2013 : à propos de la collection Dos poylishe yidntum (1946-1966)

La prochaine séance de l’atelier “Histoire des Juifs en Europe après 1945″ aura lieu mercredi 6 novembre, de 17h à 19h. Nous recevrons Judith Lindenberg, chargée de recherche à l’EHESS, qui nous présentera ses recherches dans le cadre du projet intitulé « la collection Dos poylishe yidntum (1946-1966) : histoire et mémoire d’un monde disparu au lendemain de la catastrophe ». Son intervention sera discutée par Annette Wieviorka, directrice de recherche au CNRS.

La séance aura lieu à Sciences Po, 9 rue de la Chaise (75007 Paris), salle de réunion

Résumé

De l’histoire d’une collection à l’histoire de la Shoah : retour aux origines d’une historiographie.

La collection de livres yiddish “la judéité polonaise” contient 175 volumes publiés à Buenos Aires de 1946 à 1966. Son éditeur, Marc Turkow, souhaitait rassembler les « matériaux » ayant trait au « tragique présent de la judéité polonaise » afin « qu’aucun détail ne soit perdu pour l’histoire ». Animés par la volonté de donner la parole aux survivants dès le lendemain de la guerre et de sauvegarder les documents écrits au cœur de l’événement sous forme de livres, l’éditeur et les auteurs de la collection produisent les premiers ouvrages sur la catastrophe (du nom yiddish khurbn). L’étude de la collection met à jour, à travers les configurations multiples d’écrits qu’elle contient, à la fois l’influence des pratiques savantes du monde judéo-polonais dans la constitution d’une première historiographie sur la catastrophe, puis progressivement le passage à des formes nouvelles s’approchant du « témoignage de la Shoah » tel qu’il s’est imposé par la suite. Ce faisant, elle croise de nombreuses questions présentes dans le débat historiographique de ces dernières années, concernant d’une part l’histoire de la période – les relations judéo-polonaises dans l’immédiat après-guerre – et d’autre part des enjeux mémoriels – la question d’un silence puis d’un « mythe du silence » des survivants, celle du témoignage comme outil pour les historiens – et permet d’en ressaisir l’origine. 

A propos des intervenantes

Après une thèse de littérature comparée (Paris 3, 2006), Judith Lindenberg a mené une recherche post doctorale sur les liens entre poésie et politique et l’émergence de la figure de poète témoin après la Shoah (FMS, Centre Marc Bloch, 2007-2009). Elle est actuellement chargée de recherche à l’EHESS où elle coordonne un projet sur « la collection yiddish “la judéité polonaise” (1946-1966) : histoire et mémoire d’un monde disparu au lendemain de la catastrophe » (ANR, 2011-2014). Ses recherches portent sur le monde judéo-polonais au lendemain de la Seconde Guerre mondiale et les premiers écrits sur la Shoah.

Annette Wieviorka est directrice de recherche au CNRS (UMR IRICE). Spécialiste de la Shoah et de l’histoire des Juifs au XX siècle, elle est l’auteure de nombreux articles et ouvrages, parmi lesquels Déportation et génocide. Entre la mémoire et l’oubli (Plon,1992, réédition Hachette-Pluriel, 1995, 2002), L’Ere du témoin (Plon, 1999, réédition Hachette-Pluriel 2001) et Les livres du souvenir. Mémoriaux juifs de Pologne (Archives-Gallimard, 1983).

 

 

« Écritures de la destruction » : Appel à contributions

Écritures de la destruction dans le monde judéo-polonais de la fin de la Seconde Guerre mondiale à la fin des années soixante : productions, trajectoires, réseaux // Writing the Destruction in the Polish-Jewish World from the End of World War 2 to the Late 1960s: Productions, Trajectories, Networks.

Appel en français

 

Organisé autour du programme ANR centré sur l’étude multidisciplinaire de la collection de livres en yiddish « Dos Poylishe Yidntum », publiée par Mark Turkow à Buenos Aires entre 1946 et 1966, ce colloque voudrait réunir un ensemble de travaux consacrés aux écritures et aux écrits de la destruction dès la fin de la guerre en Europe, dans les diasporas juives et en Israël, par les survivants d’un monde juif polonais essentiellement yiddishophone.

Argumentaire. Par écritures de la destruction, on entend ici à la fois des écritures sur la « Catastrophe » (khurbn), produites dans le temps même des événements ou par la suite (collectes de témoignages, écrits du souvenir), et des écritures sur « l’avant », faisant exister un espace géographique et des formes de vie sociale désormais disparus, que leur publication et leur diffusion dans les années d’après-guerre chargent d’un sens particulier, en écho avec la Catastrophe récente.

Leurs auteurs ont été formés dans le monde judéo-polonais – qui s’étend, du nord au sud, de la mer baltique à la Galicie et, d’est en ouest, des rives du Dniepr à la Posnanie – passé depuis le début du siècle de la culture communautaire et religieuse du shtetl à une culture sécularisée alors que le yiddish, langue populaire, se muait dans le même temps en un outil social, politique et intellectuel de communication avec les masses, d’affirmation identitaire et de création littéraire. Dans les centres du judaïsme polonais (Varsovie, Cracovie, Vilnius, Lvov) devenus centres de la vie intellectuelle, ont émergé des institutions, des groupes, des personnalités qui ont incarné une culture juive polonaise à dominante yiddishophone mais intrinsèquement multilingue.

L’objet de ce colloque est de questionner la manière dont les auteurs issus de ce monde et ayant survécu à la Catastrophe écrivent la destruction, réinvestissant des modes de figurer et de raconter propres à cet avant détruit (en yiddish surtout, mais aussi dans d’autres langues), dans la grande diversité d’écrits qui furent alors produits ou publiés (poèmes, romans, récits, journaux, mémoires, Yisker bikher, livres d’histoire, reportages, théâtre). On tentera donc de prendre en compte cette diversité, non seulement pour y voir une indétermination générique qui serait propre à ce monde mais surtout pour constituer ces gestes d’écriture, de collecte, de publication comme autant d’événements faisant partie de l’histoire du khurbn.

Il s’agira de s’interroger à la fois sur une judéité polonaise qui s’efforce de continuer à exister hors de son ancrage d’origine – par les réseaux de publication et de diffusion, mais aussi par le maintien de codes d’écriture qui soudent auteurs et lecteurs en une même communauté imaginée – et sur la manière dont ces écrits, questionnant nos frontières génériques, aident à penser autrement la notion, apparue après-coup, de témoignage. Comment ces entreprises (commissions, maisons d’édition, revues), ces institutions (sociétés d’originaires, associations philanthropiques juives), ces acteurs (écrivains, journalistes, artistes) se sont-ils inscrits dans les conjonctures fortement politisées – mais différemment selon les lieux, entre l’Europe du rideau de fer et les centres de la diaspora juive – de l’après-guerre ? Que signifient à la fois la non prise en compte de ces écrits et de leur histoire et leur redécouverte récente, dans l’historiographie de la Shoah ? De quelle manière ces premiers écrits de la Catastrophe nous conduisent-ils à repenser l’histoire des écritures de la Shoah ?

Dans le sillage d’une actualité historiographique (l’ouvrage de Samuel D. Kassow sur Oyneg Shabes) et littéraire (la redécouverte de l’œuvre de Leib Rochman par Rachel Ertel) récente, à la fois française et internationale, ce colloque voudrait participer, par une démarche à la croisée de l’histoire et de la littérature, à la réévaluation du corpus foisonnant des écrits essentiellement yiddish qui marquèrent les lendemains de la Seconde guerre mondiale. Par sa spécificité, née d’une conjoncture culturelle exceptionnelle produite par la rencontre entre des traditions d’écritures judéo-polonaise et les conditions extrêmes de la Catastrophe, ce corpus amène à repenser nos grilles de lecture habituelles et se révèle fondamental dans l’écriture de l’histoire de l’après-guerre.

Axes privilégiés. Les axes suivants n’ont pas vocation à quadriller un territoire de recherche, ce ne sont que des perspectives indicatives pour formuler des propositions qui lieront à leur manière l’écriture sur le monde d’hier et sur sa destruction.

A. Le monde d’hier

Lieux de mémoires. Géographies d’un monde disparu

Savoirs du passé. Folklore, historiographies

Commémorer l’avant : lieux illustres, vies exemplaires

B. La catastrophe

Documenter, collecter

Dire, inscrire

Publier, diffuser

Institution organisatrice : EHESS (CRH)

Merci de faire parvenir, au plus tard le 15 décembre, vos propositions sous forme d’un résumé entre 500 et 1000 mots accompagné d’un bref CV à Judith Lindenberg ou Fleur Kuhn à l’adresse suivante : writingthedestruction@gmail.com. Pour toutes questions, écrire à cette adresse.

Date du colloque : 11-13 juin 2014

Comité scientifique : Tal Bruttmann, Anny Dayan Rosenman, Rachel Ertel, Samuel D. Kassow, Judith Lyon-Caen, Yitskhok Niborski, Annette Wieviorka

Comité d’organisation : Judith Lindenberg, Fleur Kuhn, Constance Paris de Bollardière, Éléonore Biezunski, Simon Perego

Call for papers

 

This conference is primarily linked to a transdisciplinary program funded by the French National Research Agency (ANR) about Dos Poylishe Yidntum, the Yiddish book series published by Mark Turkow in Buenos Aires between 1946 and 1966. Our project aims to gather research papers about a large variety of writings by Holocaust survivors from the Polish Jewish world, as early as the end of the war in Europe.

Topic. By using the term “Destruction Writings”, instead of Holocaust writings, we mean to be specific about the time period (the Second World War and its aftermath) and the places they were produced (in occupied and then liberated Eastern Europe, in the post-war Jewish Diasporas, in Israel). We thus refer to: 1. Khurbn writings, produced when events were happening – in camps, ghettos or in the underground -, and published after the war; 2. Writings about the “world of yesterday”, the world before the Catastrophe, which aimed to keep alive and vivid memory and knowledge about lost places and forms of social life. Those latter writings took on a specific meaning through their publication and diffusion in the post-war years, in resonance with the recent Catastrophe.

The authors of such writings received training in the Polish-Jewish world, which stretches from North to South, from the Baltic Sea to Galicia, and from East to West, from the banks of the Dnieper River to the area of the former province of Pozen. Initially shaped by the religious and community patterns of the shtetl, the culture of the Polish-Jewish world had become increasingly secular since the beginning of the Twentieth Century, while Yiddish, a vernacular language, was morphing into a social, political and intellectual instrument to communicate with the masses, assert the Jewish identity, and nurture literary creation.

The central places of Polish Judaism, such as Warsaw, Cracow, Vilnius, or Lvov, had become intellectual hubs and cradles for the emergence of institutions, groups, and figures embodying a brand of Jewish Polish culture that was mainly Yiddish-speaking but intrinsically multilingual.

The conference aims to investigate on how authors from the Polish-Jewish world who survived the Catastrophe re-appropriated prewar literary and historiographical traditions and trends to represent and tell what was specific to their time, as they wrote the Destruction – in Yiddish but in other languages as well— through, such as poems, novels, narratives, memoirs, Yizker Bikher, history books, reports, and plays. Participants are invited to consider such diversity, not only to argue that the literary production of the Polish-Jewish world is characteristically non genre-specific, but rather to look at these acts of writing, collecting, and publishing as many events making up the history of khurbn.

In order to enlarge our knowledge and understanding of the numerous and multiform “Destruction writings”, several issues can be raised:

1. How the Polish Jewish identity strove to exist outside its original setting, especially by keeping alive codes of writing that bind together authors and readers as they imagine their community into existence? And, because those writings challenge the way we conceive of genre boundaries, how such texts can help scholars to take a fresh look at the pervasive notion of “testimony” in its diverse uses?

2. “Destruction writings” were not produced by/did not come out from isolated individuals: they were encouraged and sometimes supervised by documentary projects (underground archives projects during the war, then historical commissions), they were issued by publishing houses and journals, they were supported by mutual-aid societies, landsmanshaftn, Jewish philanthropic associations; they involved professional writers, editors, journalists and artists. How should one consider those writings, people and institutions in the highly politicized contexts of the post-war years (though differently depending on location, Iron Curtain Europe contrasting sharply with the centers of the Jewish Diaspora) ?

3. How could one understand the unknown and obscurity in which those writings have remained for such a long time and their recent rediscovery by Holocaust historians and literary scholars ? How do the first texts on the Catastrophe lead us to rethink the history of the Shoah’s writings?

In the wake of recent historiographical and literary publications—i.e. Samuel D. Kassow’s work on Oyneg Shabes, and Rachel Ertel’s rediscovery of Leib Rochman’s work—both in France and abroad, through an approach that draws on history and literary studies, the conference’s goal is to contribute to reassessing the abundant body of mostly Yiddish writings that left their imprint on the post-war years. The specificity of these corpuses — born out of exceptional cultural circumstances that resulted from the encounter of Polish Jewish writing traditions and the extreme conditions created by the Catastrophe—leads us to reconsider our usual matrices of interpretation and proves to be central in writing the history of the post-war years.

Themes.The following themes are not meant to map a territory for research; they are only suggestions to help participants frame contributions focusing on the writings on yesterday’s world and its destruction.

A. Yesterday’s world

Places of memory. Geographies of a bygone world.

Knowledge of the past. Folklores, historiographies.

Commemorating the “time before”: famous places, exemplary lives

B. The Catastrophe

Documenting, collecting.

Telling, inscribing.

Publishing, diffusing.

Abstracts of 500-1000 words in French or English are requested by December, 15th, 2013. Please submit abstracts, along with a brief academic CV to Judith Lindenberg or Fleur Kuhn at writingthedestruction@gmail.com. Any further queries may be sent to the same address.

Organizing institution: EHESS (CRH)

Date of the conference : 11-13 June 2014

Scientific committee: Tal Bruttmann, Anny Dayan Rosenman, Rachel Ertel, Samuel D. Kassow, Judith Lyon-Caen, Yitskhok Niborski, Annette Wieviorka

Conference committee: Judith Lindenberg, Fleur Kuhn, Constance Paris de Bollardière, Éléonore Biezunski, Simon Perego