Archives par mot-clé : conférences

Cycle de rencontres au Mahj autour du Musée de l’Histoire des Juifs de Pologne (Polin, à Varsovie)

En écho à l’ouverture de Polin, le Musée de l’histoire des Juifs de Pologne, inauguré en octobre 2014 à Varsovie, le Mahj (Musée d’art et d’histoire du Judaïsme) propose le programme « Pologne » de février à juin 2015.
Au cours de six rendez vous, de la présentation du Musée Polin à une Fête de la Musique « Scène polonaise », le Mahj tentera de rendre compte de l’Histoire des Juifs de Pologne, de ses représentations, de ses survivances et des relations infiniment complexes entre Juifs et Polonais.

Pour commencer le jeudi 12 février 2015 à 19 h 30, au Mahj, une rencontre est organisée pour présenter la naissance du projet et du musée Polin ; en présence de Dariusz Stola, directeur de Polin, Musée de l’histoire des juifs de Pologne ; de Paul Salmona, directeur du Mahj ; de Jean-Yves Potel, historien, ancien conseiller culturel en Pologne, auteur de l’ouvrage La fin de l’innocence : La Pologne face à son passé juif ( Autrement, 2009), de  Konstanty Gebert, journaliste, fondateur du mensuel juif polonais Midrasz et membre du Mouvement pour le renouveau de la vie juive en Pologne et de Guy Amsellem, commissaire de la Saison polonaise en 2004, président de la Cité de l’architecture et du patrimoine.

Une autre rencontre est proposée le jeudi 9 avril 2015 à 19 h 30, cette fois-ci sur la question de l’antisémitisme en Pologne. Avec la participation d’Adam Michnik, historien, journaliste, essayiste et ancien militant de l’opposition polonaise, directeur de publication de Gazeta Wyborcza, le plus important quotidien polonais ; Jean-Charles Szurek, CNRS, spécialiste de la Pologne et des relations judéo-polonaises ; Malgorzata Maliszewska, traductrice de Les Légendes du sang. Une anthropologie du préjugé antisémite, et de Joanna Tokarska-Bakir (Albin Michel, 2015)

Musée d’art et d’histoire du Judaïsme
Hôtel de Saint-Aignan
71, rue du Temple – 75003 Paris

5-7 Février 2015, Paris : Représenter la Shoah après 1989 (France-Pologne)

La section de polonais UFR d’Etudes slaves Université Paris-Sorbonne organise le colloque international « Représenter la Shoah après 1989 : idées, poétiques, images. Entre la France et la Pologne »  en collaboration avec l’Université de Varsovie et qui se tiendra les jeudi 5, vendredi 6 et samedi 7 février 2015 à Paris et dont vous trouverez le programme ci-dessous. Une deuxième session aura lieu du 24 au 26 septembre à Varsovie cette fois-ci. Au cours de cette conférence se rencontreront chercheurs et artistes polonais et français.

Sitographie des artistes :
http://miroslaw-balka.com/en
http://culture.pl/pl/tworca/anna-baumgart
http://culture.pl/en/artist/artur-zmijewski

Le comité scientifique est dirigé par Agnieszka Grudzinska (Université Paris-Sorbonne) et est composé de : Kinga Callebat (Université Paris-Sorbonne), Catherine Coquio (Université Paris Diderot – Paris 7), Luba Jurgenson (Université Paris-Sorbonne), Leszek Kolankiewicz (Centre de civilisation polonaise, Université Paris-Sorbonne), Iwona Kurz (Université de Varsovie), Sylvie Lindeperg (Université Panthéon-Sorbonne – Paris I), Philippe Mesnard, (Université Blaise Pascal de Clermont-Ferrand), Alina Molisak (Université de Varsovie) et de Jean-Yves Potel (Mémorial de la Shoah).

Jeudi 5 et vendredi 6 février 2015
Université Paris-Sorbonne

17, rue de la Sorbonne, 75005 Paris
(métro Cluny – La Sorbonne) 

Samedi 7 février
INHA- Institut national d’histoire de l’art
Salle Benjamin
2, rue Vivienne, 75002 Paris

(métro Palais-Royal-Musée du Louvre, Bourse ou Pyramide)

Prière d’imprimer le programme et de le présenter à l’entrée (plan Vigipirate)
Entrée libre dans la limite des places disponibles

Pour tout renseignement :
Aurelie.Rouget-Garma@paris-sorbonne.fr
Tél : 01 43 18 41 93

centre-civilisation-polonaise@paris-sorbonne.fr

Présentation de la conférence :

Représenter la Shoah après 1989 : idées, poétiques, images.
Entre la France et la Pologne

« La chute des régimes communistes a engendré des bouleversements dans les représentations de la Shoah, tant à l’Est qu’à l’Ouest. L’accès à de nouvelles archives, les recherches historiques et des débats mémoriels intenses ont modifié l’image de l’événement, du moins la manière dont les générations d’aujourd’hui l’appréhendent. L’expérience concentrationnaire a perdu de sa centralité, les résistances juives sont davantage perçues. L’attitude des populations non juives, témoins du génocide, préoccupe de plus en plus les consciences. De même, la période récente est marquée par la redécouverte en Europe centrale des traces de la culture juive disparue.

Les approches artistiques de cette mémoire ont tendance à prévaloir, les témoins directs disparaissant. Des œuvres originales se sont imposées ces vingt dernières années. À côté des écrits de rescapés comme Aharon Appelfeld, Imre Kertész ou Henryk Grynberg, des écrivains, des cinéastes, des hommes de théâtre renouvellent considérablement ces représentations.

Que proposent-ils de nouveau ? En quoi influencent-ils les pratiques mémorielles en Europe ? Peut-on réduire la grande diversité des styles et des œuvres à une opposition géographique entre l’Est et l’Ouest, même si les expériences de la Shoah et les mémoires de la Seconde Guerre mondiale y sont bien différentes ?

La fracture intellectuelle entre l’Est et l’Ouest cède progressivement le pas devant la nécessité d’une réflexion conjuguée. Avec ce colloque international, centré sur les cas polonais et français, nous voudrions faire émerger une réflexion commune, en partant moins du contexte que des œuvres elles-mêmes.

En Pologne, la période récente est particulièrement prolifique. Elle touche autant la littérature (Krall, Bieńczyk, Tulli, Ostaszewski…) que le théâtre (Warlikowski, Słobodzianek…), les arts plastiques (Bałka, Libera, Żmijewski…) ou le cinéma (Holland, Pasikowski…).

En France, qu’il s’agisse de la « guerre des images » ou du renouvellement des procédés littéraires, on observe une forte présence de récits hybrides : de la docu-fiction postmoderne (un va-et-vient entre les textes historiques et les textes de fiction), à l’investigation du domaine personnel voire intime… Il en résulte des formes d’illusions mimétiques inédites que nous nous proposons d’analyser.

Ces nouveaux regards respectifs sur l’autre histoire et l’abîme, qui peut apparaître entre différentes représentations, donnent un sens décisif mais assignent aussi des limites à une entreprise de comparaison.

Il s’agit donc d’un riche corpus qui englobera également des avancées théoriques récentes. La France et la Pologne seront considérées comme des territoires de création emblématiques, certes, aux expériences très éloignées, ce qui n’exclut pas l’analyse d’autres œuvres produites ailleurs en Europe.

Nous souhaitons, avec cette première réflexion commune, décloisonner les champs de réflexion et contribuer à en finir avec les fractures d’antan. »

 

 

Programme de la conférence :

La traduction simultanée sera assurée tout au long du colloque.

Jeudi 5 février en Sorbonne

10h30-11h30 – Allocutions d’ouverture – Salle des Actes
Agnieszka Grudzinska et Luba Jurgenson (Université Paris-Sorbonne)

11h30-13h30 – Panel 1: Littérature
La transformation politique constitue-t-elle une césure dans la représentation de la Shoah en Pologne ?
Modératrice : Kinga Callebat (Université Paris-Sorbonne)
Przemysław Czapliński (Université Adam Mickiewicz, Poznań), Malgorzata Smorag-Goldberg (Université Paris-Sorbonne), Justyna Kowalska-Leder (Université de Varsovie), Tomasz Żukowski (Académie Polonaise des Sciences, Varsovie)

 15h-17h : Amphi D670, galerie Claude Bernard

 15h-16h30 – Panel 2 : Littérature (suite)
Écrire sur la Shoah aujourd’hui : explorations et limites
Modérateur : Marek Tomaszewski (Inalco)
Catherine Coquio (Université Paris Diderot – Paris 7), Lucie Campos, Aurélie Barjonet (Université de Versailles, Saint-Quentin-en-Yvelines

17h-18h30 : Amphi Milnes, esc. B, 2e étage

17h-18h30 – Rencontre avec l’artiste I : Mirosław Bałka / Jean-Yves Potel


Vendredi 6 février
en Sorbonne

10h30-12h30 – Panel 3 : Mettre en scène la Shoah
Modérateur : Leszek Kolankiewicz (Centre de civilisation polonaise, Université Paris-Sorbonne)
Dorota Sajewska (Université de Varsovie), Grzegorz Niziolek (Université Jagellonne, Cracovie), Philippe Mesnard (Université Blaise Pascal de Clermont-Ferrand)

14h-15h – Présentation des travaux de Zbigniew Libera par Paul Bernard-Nouraud (Université Paris-Sorbonne/EHESS)

15h-17h – Panel 4 : Images, traces, documents, archives
Modératrice : Annette Wieviorka (CNRS)
Iwona Kurz, Ania Szczepańska (Université Panthéon-Sorbonne-Paris I), Ewa Ciszewska (Université de Łodź), Alain Kleinberger (Université Paris Ouest Nanterre La Défense)

17h30-18h30 – Rencontre avec l’artiste II: Anna Baumgart / Iwona Kurz

 

Samedi 7 février à l’INHA

9h15-11h30 – Panel 5 : Musées, monuments, lieux de mémoire
Modérateur :
Jean-Charles Szurek (Université Paris Ouest Nanterre La Défense)
Alina Molisak, Elżbieta Janicka (Académie Polonaise des Sciences), Jacek Leociak (Université de Varsovie/Centre de recherche sur l’Holocauste), Delphine Bechtel (Université Paris-Sorbonne)

11h45- 12h15 – Présentation des travaux d’Artur Żmijewski par Jean-Pierre Salgas

 12h15-12h45 – Conclusion du colloque : Agnieszka Grudzinska et Luba Jurgenson

À partir de 14h : ateliers d’art plastique animés par Artur Żmijewski ouverts à toute personne intéressée [sur inscription].

 

The Holocaust in Greece: Genocide and its Aftermath

En mars 2014, nous vous faisions part de l’appel à candidature pour la conférence « The Holocaust in Greece: Genocide and its Aftermath ». Cette conférence a eu lieu 21 novembre 2014 à Thessalonique, en Grèce. Un compte-rendu, d’Eliana Hadjisavvas ( Université Birmingham) vient d’être publié sur le site H-soz-kult. On y retrouve entre autres la présentation des interventions suivantes :

– Philip Carabott and Maria Vassilikou : « One For All But Not All For One? »: Greek Jewish Leftist Voices in the Open, 1945-1946 ;
– Kateřina Králová : How was it to be a Holocaust Survivor in Greece? Memories of the Post-War Period 1944-1953 ;
– Devin E. Naar  : « You Are Your Brother’s Keeper »: Rebuilding the Jewish Community of Salonica from Afar, 1944-1948 ;
Maria Kavala : The Postwar Demographic and Social Reconstruction of the Jewish Community of Thessaloniki: Marriages (1945-1955) ;
– Rony Alfandary : Proposition: Letters from Thessaloniki—Past, Present and Future ;
– Evangelia Matthopoulou : Cyprus as a « Clearing » Area for Jewish Migrants and the Public Opinion, 1933-1949.

 

 

9 -11 Novembre 2014, Boston : Dispossession. The Plundering of German Jewry, 1933-1945 and Beyond

Du 9 au 11 novembre prochain l’Université de Boston accueillera dans ses murs la conférence : Dispossession. The Plundering of German Jewry, 1933-1945 and Beyond.
A noter, des interventions concernant l’après-guerre. Une intervention (de Jonathan Petropoulos) portera sur le trafic des oeuvres d’art spoliées avant et après 1945. Le dernier panel de la conférence sera consacré à la question des restitutions ; ses intervenants parleront entre autres de la restitution à Berlin de biens juifs – afin d’illustrer les politiques de propriété pendant la Guerre froide (Eva Balz), de  l' »aryanisation » et de son héritage (restitution, mémoire et déni) dans l’Allemagne d’après-guerre (Benno Nietzel)  et des restitutions des biens juifs en Autriche (Lisa Silverman).

9-11 novembre 2011
Florence and Chafetz Hillel House
Boston University
213 Bay State Road
Boston MA 02215

Présentation de la conférence par ses organisateurs Jonathan Zatlin (Université de Boston) et Christoph Kreutzmüller (Haus der Wannsee-Konferenz)

« Among the stereotypes about Jews circulating in Nazi Germany, perhaps the most prominent portrayed Jews not simply as rich, but as enriching themselves at the expense of ordinary Germans. It is one of the cruelest of ironies, however, that the Nazis were the real economic predators, robbing Europe’s Jews before murdering them. Within twelve short years, the Nazis managed to dispossess Germany’s Jews, taking away first their rights, then their property, and finally their lives.Despite the enormity of the crime, however, the dispossession of the Jews has only recently become the focus of scholarly attention. This conference brings together scholars from a variety of countries working on the financial history, social significance, and cultural meanings of the theft of assets owned by Jews. Panels range from the methods by which Jews were robbed, including the legal technologies and bureaucratic actors, to the kinds of assets stolen, from liquid assets to art, and the difficult process of restitution after 1945. »

 

Programme de la conférence(disponible sur le site H-Net)

Dimanche 9 Novembre 2014

17h : Mot de bienvenue : Consul General Rolf Schütte (German Consulate, Boston), Michael Zank (Elie Wiesel Center for Judaic Studies, BU), Hartmut Berghoff (German Historical Institute, Washington, DC)

Introduction: Jonathan Zatlin (Boston University)

Keynote Address: Christoph Kreutzmüller (Haus der Wannsee-Konferenz, Berlin) : Kristallnacht and the Destruction of Jewish Commercial Activity in Germany

Lundi 10 Novembre

8h30-9h30 : Economic Background
Président de séance : Jonathan Zatlin (Boston University)

Albrecht Ritschl (London School of Economics) : Financial Destruction. Confiscatory Taxation of Jewish Property and Income in Nazi Germany
Jonathan Wiesen (Southern Illinois University, Carbondale), A Jew-Free Marketplace: The Ideologies and Economics of Thievery

 

9h30-11h : The German-Jewish Commercial Presence
Président de séance : Eugene Sheppard (Brandeis University)

Dorothea Hauser (Warburg Archiv, Hamburg) : Too Involved and Too Engaged: The Warburg Bank’s Late Surrender
Stefanie Mahrer (Franz Rosenzweig Minerva Research Center, Hebrew University of Jerusalem) : Fighting the Thieves. Salman Schocken’s Strategies to Save His Possessions
Pamela Swett (McMaster University, Hamilton, Ontario) : Salesmen, Salesmanship, and Dispossession in the Retail Context

11h30-13h : Bureaucracy and Dispossession – I
Président de séance : Hartmut Berghoff (German Historical Institute, Washington, DC)

Ingo Loose (Institut für Zeitgeschichte, München-Berlin) : The Reich Ministry of Economy and Its Role in the Institutional Competition of Plundering European Jews
Johannes Beermann (University of Bremen) : Taking Advantage: German Freight Forwarders and the Theft of Jewish Property, 1938-1945
Christine Schoenmakers (Carl von Ossietzky University, Oldenburg) : The « Legal » Theft of Jewish Assets: A Closer Look at the Key Actors and Mechanisms of Expropriation between 1933 and 1945

14h30-16h : Bureaucracy and Dispossession –  II
Président de séance : Devin Pendas (Boston College)

Jonathan Zatlin (Boston University) : « Retiring » to Theresienstadt: The Heimeinkaufsverträge and the Dispossession of the Elderly
Stefan Hördler (German Historical Institute, Washington, DC) : Administered Plundering: Gefangenen-Eigentums-Verwaltungen in the Nazi Camp System
Alfred C. Mierzejewski (University of North Texas, Denton) : Taking from the Weak, Giving to the Strong

Mardi 11 Novembre

8h30-10h : The German “Model” in European Context
Président de séance : Jeffrey Diefendorf (University of New Hampshire, Durham)

Tal Bruttman (City of Grenoble/Memorial de la Shoah, Paris) : Identifying « Jewish Assets » in Vichy France
David Crowe (Elon University, Elon, North Carolina) : Plunder and Theft of Jewish Property in the General Government
Mirna Zakić (Ohio University, Athens) : Volksdeutsche, Aryanization, and the Holocaust: The Case of the Serbian Banat

10h30-12h: Art and Visual Representation
Présidente de séance : Susannah Heschel (Dartmouth, Hanover, New Hampshire)

Michael Berkowitz (University of London) : Coming to Terms with a Lost Cohort:  Recalling and Restoring the Legacy of Jews and Photography
Charles Dellheim (Boston University) : Traffic in Significant Symbols: The Meaning of Looted Art
Jonathan Petropoulos (Claremont McKenna College, Claremont, California) : Art Dealers in Nazi Germany: Trafficking in Looted Art Before and After 1945

13h30-15h: Restitution
Présidente de séance : Abigail Gilman (Boston University)

Eva Balz (Ruhr-Universität Bochum) : The Politics of Property in the Cold War. The Restitution of Jewish Assets in Berlin
Benno Nietzel (University of Bielefeld) : Restitution, Memory, and Denial: Assessing the Legacy of « Aryanization » in Postwar Germany
Lisa Silverman (University of Wisconsin-Milwaukee) : Repossession and Return: Madame d’Ora and the Restitution of Jewish Property in Austria after the Holocaust
Anna Rubin (Department of Financial Services, New York State) : The Nazi Regime and Legal Spoliation

15h-16h : Conclusions

Laura Meier-Ewert (La Commission d’indemnisation des victimes de spoliations intervenues du fait des législations antisémites en vigueur pendant l’Occupation, French Embassy, Berlin)
Christoph Kreutzmüller (Haus der Wannsee-Konferenz, Berlin)
Albrecht Ritschl (London School of Economics)
Jonathan Wiesen (Southern Illinois University, Carbondale)
Jonathan Zatlin (Boston University)

Enfance et jeunesse juives après 1900

Au cours de la conférence « Das Ende der Kindheit? Jüdische Kindheit und Jugend ab 1900 » (La fin de l’enfance ? Enfance et jeunesse juives à partir de 1900), qui s’est tenue du 2 au 4 juillet 2014 à Vienne, trois interventions ont concerné la période de l’après Deuxième Guerre mondiale :

– L’intervention d’Ina Schulz sur le sort des enfants juifs non accompagnés et sur leur prise en charge dans l’Allemagne d’après-guerre ;

– celle d’Alexander Friedman sur les modes de vie des enfants et jeunes juifs en URSS après la guerre ;

– et celle de Meron Mendel sur l’enfance et la jeunesse juive dans l’Allemagne d’après-guerre.

Sur le site H-Soz-U-Kult vous pouvez trouver un compte-rendu, en allemand, de cette conférence, réalisé par Merethe Jensen et Philipp Mettauer de l’Institut für jüdische Geschichte Österreichs, St. Pölten. On peut y lire des petits résumés de ces trois interventions.