Archives par mot-clé : Atelier de recherches ; Séances

16 avril 2015 : Les artistes rescapés de la Shoah en France de 1945 à 1995 : parcours, œuvres et réception

La prochaine séance de l’atelier “Histoire des Juifs en Europe après 1945″ aura lieu le jeudi 16 avril 2015, de 17h à 19h. Nous recevrons, Julie Constant, docteur de l’Université Bordeaux 3, qui présentera une intervention intitulée :  Les artistes rescapés de la Shoah en France de 1945 à 1995 : parcours, œuvres et réception. Sa présentation sera discutée par Didier Schulman, responsable de la Bibliothèque Kandinsky au Centre Pompidou.

La séance aura lieu à Sciences Po, 13 rue de l’Université (7e arrondissement), salle du Conseil, 5e étage.

Résumé de l’intervention (en français – en anglais)

Les artistes rescapés de la Shoah en France de 1945 à 1995 : parcours, œuvres et réception.

Julie Constant nous présentera sa thèse de doctorat soutenue en décembre, thèse qui propose d’éclairer les trajectoires et les œuvres d’artistes survivants des camps nazis, français ou installés en France après 1945, leur tentative de transmettre l’expérience de la déportation et du génocide ou leur volonté de fuir ces thématiques, les langages plastiques et l’iconographie empruntés, les déclencheurs mémoriels et les mutations des choix de chacun pour témoigner, représenter, remémorer, dans l’après-guerre, durant les années soixante et soixante-dix, puis à l’approche du cinquantième anniversaire de la Libération. Quelques rares artistes ont eu l’opportunité de créer in situ : nous étudions également les motivations, les conditions de création et les spécificités de ces dessins des camps. Entre mémoire, révolte et résilience, les artistes de ce corpus, déportés pour faits de résistance ou dans le cadre de la mise en œuvre de la solution finale, ont dû mener une lutte intérieure contre les douloureuses réminiscences des camps et parfois un combat militant pour diffuser leur message face aux offensives antisémites et négationnistes. La complexité de la transfiguration en termes plastiques du traumatisme a suscité doutes et réflexions : transmettre sans trahir, témoigner sans renoncer à l’art. Les peintres, sculpteurs et graveurs de ce corpus n’ont en effet jamais cessé de se définir prioritairement comme des artistes : l’essence et la portée universelle de la création, ainsi que les références tutélaires de l’histoire de l’art ont épaulé les artistes dans ce processus cathartique. Si les cadavres, corps anonymes et suppliciés, peuplent l’univers visuel de l’après-guerre, les artistes rescapés convoquent les disparus et réinsufflent chair et  individualité aux êtres aimés, figurés souffrants, combattants ou tendres, mais dignes et debout. Notre objet d’étude se concentre également sur les modalités et les formes évolutives de la rencontre entre les œuvres liées à la mémoire de la déportation et la France : la diffusion auprès du public français à l’occasion d’expositions ; la communication autour de ces problématiques dans les catalogues, les cartons d’expositions et les publications ; la réception des œuvres à travers la presse, les acquisitions publiques et les décorations honorifiques, ainsi que l’accueil spécifique de la communauté juive avec notamment la création du premier Musée d’art juif français. Les principaux artistes du corpus sont : Avigdor Arikha, René Baumer, Isaac Celnikier, Léon Delarbre, David Olère, Sam Ringer, Shelomo Selinger, Walter Spitzer et Boris Taslitzky.

Remember your future. Artists that survived the Nazi camps and how their work of testimony and memory has been received in France since 1945.

The thesis attempts to shed light on the trajectory and work of French artists and artists who lived in France after 1945 after surviving the Nazi camps. It also looks at their efforts to pass on their experience of the deportation and the genocide, or on the other hand their desire to flee the themes, esthetic language and the iconography used. The triggers to the memory and the eventual mutation of choices by each person to be witness, to represent, to recollect after the war, during the 1960s and 1970s, then ahead of the fiftieth anniversary of the Liberation, will also be addressed. A few rare artists had the opportunity to create in situ: we will also study the motivation, the conditions of creation and the particularities of the drawings in the camps. Between memory, revolt and resilience, the artists of this group, deported for their activities in the resistance or the installation of the final solution, had to lead an interior  struggle against the painful reminiscences of the camps and sometimes an activist’s fight to spread their message in opposition to anti-Semite attacks and Holocaust deniers. The complexity of the transfiguration in terms of visual representations of trauma brought up doubts and reflections: transmitting without betraying, witnessing without giving up art. The painters, sculptors and engravers of this group have never really stopped defining themselves mainly as artists: the essence and the universal scope of creation, as well as the custodians of art history having placed this cathartic process on the shoulders of the artists. If the corpses, the anonymous and tortured bodies, inhabit the visual universe after the war, the artists that escaped, summoned those that disappeared and gave flesh and individuality to loved ones, represented as suffering, fighting or tender, but dignified and standing. The study also concentrates on the terms and changing forms of the reception in France of the works linked to the memory of the deportation: the distribution to the French public via exhibitions; the promotion concerning these issues in the literature about the exhibitions and the artists ; the press reactions, the public acquisitions and decorations, including the specific reception by the Jewish community especially with the creation of the French Jewish art museum. The main artists of the corpus are: Avigdor Arikha, René Baumer, Isaac Celnikier, Léon Delarbre, David Olère, Sam Ringer, Shelomo Selinger, Walter Spitzer and Boris Taslitzky.

Biographies des intervenants

Julie Constant est docteur en Histoire de l’art (Université Bordeaux 3), enseignante à l’Université de Lorraine et professeur d’Histoire dans le secondaire.

Didier Schulmann est conservateur du patrimoine et responsable de la Bibliothèque Kandinsky, service d’archives et de recherche du MNAM.

19 février 2015 : Entre impératif d’“assimilation” et gestion pragmatique des minorités : la IVe République et les Juifs étrangers

La prochaine séance de l’atelier « Histoire des Juifs en Europe après 1945 » aura lieu le jeudi 19 février 2015, de 17h à 19h. Nous recevrons, Jérémy Guedj, doctorant en à l’Université de Nice, qui présentera une intervention intitulée  : Entre impératif d’“assimilation” et gestion pragmatique des minorités : la IVe République et les Juifs étrangers. Sa présentation sera discutée par Anne Grynberg, Professeure des Universités à l’INALCO.

Attention modification : Anne Grynberg ne pourra malheureusement pas être présente, néanmoins l’intervention de Jérémy Guedj est maintenue.

La séance aura lieu au Centre d’histoire de Sciences Po, 56 rue Jacob, 75006 Paris, salle du Traité (1er étage).

Résumé de l’intervention

Entre impératif d’“assimilation” et gestion pragmatique des minorités : la IVe République et les Juifs étrangers. Fort de la triple dynamique nourrie par les études sur les lendemains de guerre, les minorités et la gestion de ces dernières par l’État, l’histoire des Juifs de France après 1945 connaît actuellement une notable vigueur. C’est à ces recherches en renouveau que la présente intervention se propose de contribuer en s’interrogeant sur la place que la IVe République a accordée aux Juifs étrangers qui se décomposaient en deux groupes inégaux : ceux déjà présents avant 1939, qu’il convenait, conformément à un impératif d’État, d’accompagner et de « réinsérer » après le choc de la guerre, et les nouveaux arrivants. Le régime a manifesté à la fois prudence et ambiguïté face aux Juifs étrangers, d’abord traités de manière spécifique, en marge de la gestion des étrangers et de l’immigration en général, puis, au fil de la normalisation de l’approche des questions migratoires, au tournant des années 1950, comme les autres étrangers dans l’ensemble. De fait, ce sujet dévoile certains traits des représentations d’État à l’égard des Juifs.

Biographies des intervenantes

Jérémy Guedj, chargé de cours et doctorant en histoire contemporaine à l’Université de Nice Sophia Antipolis, membre du Centre de la Méditerranée moderne et contemporaine (CMMC), s’intéresse à l’histoire des minorités dans la France contemporaine. Il a publié Le Miroir des désillusions. Les Juifs de France et l’Italie fasciste (1922-1939), Paris, Classiques Garnier, 2011 et achève une thèse sur la IVe République et l’immigration.

Anne Grynberg est maître de conférences en histoire contemporaine à l’Institut national des langues et civilisations orientales (INALCO), directrice de recherche associée à l’Université Paris I – Sorbonne, et responsable éditoriale des Cahiers du judaïsme. Elle est également directrice scientifique du Comité d’histoire auprès de la Commission d’indemnisation des victimes des spoliations intervenues du fait des législations antisémites en vigueur sous l’Occupation (CIVS).
Anne Grynberg est spécialiste de l’histoire des Juifs à la période contemporaine, de l’histoire et mémoire de la France de Vichy et de l’Occupation, de l’histoire des Juifs d’Europe dans l’après-guerre, des Mémoriaux et musées d’histoire.
Elle a, notamment, publié Les Camps de la honte. Les internés juifs des camps français, 1939-1944, ( éditions de La Découverte, 1991) ; Vers la terre d’Israël (éditions Gallimard, 1e éd. 1998) ; La Shoah, l’impossible oubli (Gallimard, 1e éd. 1995). En collaboration avec Johanna Linsler, elle a dirigé en 2013 : L’Irréparable. Itinéraires d’artistes juifs allemands et autrichiens réfugiés en France  (édition franco-allemande, Magdeburg, KST).

Programme de l’année 2014-2015

Le séminaire se tient un jeudi par mois de 17 à 19h dans les locaux de Sciences Po Paris, ou, cas exceptionnel, dans ceux de l’IHTP.

Le lieu de chaque séance sera à chaque fois précisé (au moins une semaine avant sa tenue) via une annonce publiée sur ce site.

 

19 février 2015

  • Jérémy Guedj (Université de Nice)  : « Entre impératif d’“assimilation” et gestion pragmatique des minorités : la IVe République et les Juifs étrangers

Discutante : Anne Grynberg (Professeur des Universités à l’INALCO)

Jeudi 19 mars 2015

  • Paul Lenormand (Centre d’Histoire de Sciences Po) : « La Tchécoslovaquie après 1945 : bonne mère ou marâtre pour les Juifs ? ».

Discutante : Marta Craveri (FMSH et Chercheur associé au CERCEC)

 Jeudi 16 avril 2015

  • Julie Constant (Université Bordeaux 3) : « Les artistes rescapés de la Shoah en France de 1945 à 1995 : parcours, œuvres et réception ».

Discutant : Didier Schulman (Centre Pompidou)

Mardi 12 mai 2015

  • Alma Heckman (UCLA) : « “Un parcours immobile” ? La participation politique des Juifs du Maroc au seuil de l’indépendance ».

Discutant : Pierre-Jean Le Foll-Luciani (Université du Maine)

Jeudi 25 juin 2015

  • Antoine Burgard (Université Lyon 2 / UQAM) : « “Une nouvelle vie dans un nouveau pays”. Trajectoires d’orphelins de la Shoah vers le Canada (1947-1952) ».

Discutante : Claire Zalc (IHMC, CNRS-ENS)

18 juin 2014 : Le théâtre yiddish parisien avant et après la Seconde Guerre mondiale

La prochaine séance de l’atelier “Histoire des Juifs en Europe après 1945″ aura lieu mercredi 18 juin 2014, de 17h à 19h. Nous recevrons deux doctorants, Eléonore Biezunski de l’EHESS et Nick Underwood de l’Université du Colorado, qui nous présenteront leurs recherches sur le théâtre yiddish parisien avant et après la Seconde Guerre mondiale. Nick Underwood présentera une intervention intitulée « Ouvriers juifs, avant-garde juive : La Kultur-lige et le développement du théâtre yiddish de gauche à Paris dans l’entre-deux-guerres », et Eléonore Biezunski s’intéressera aux « Reflets du théâtre yiddish dans l’après-guerre à travers la revue parisienne Der Teater Shpigl (“Le miroir du théâtre”) (1951-1961) ». Ces présentations seront discutées par Nancy L. Green, directrice d’études à l’EHESS.

La séance aura lieu au Centre d’histoire de Sciences Po, 56 rue Jacob, 75006 Paris, salle du Traité (1er étage).

Résumé de l’intervention d’Eléonore Biezunski

La revue théâtrale Teater Shpigl (Le Miroir du Théâtre) a été publiée par Aaron Poliakoff de 1951 à 1961 de façon presque mensuelle et dessine un faisceau de discours qui informent sur différents aspects du théâtre yiddish dans le contexte de l’après-guerre.
L’étude de cette revue informe à la fois sur le théâtre comme pratique sociale, avec ses financements, ses contraintes matérielles, ses succès et ses déboires, et sur les discours portés par les rédacteurs de la revue sur la fonction sociale des comédiens, sur la valeur du théâtre. Ces débats sont pris dans le contexte d’une difficile reconstruction après la Shoah où les auteurs s’inscrivent dans une tradition et une mémoire théâtrale – notamment à travers des indices de pratiques commémoratives – tout en interrogeant leur pratique présente et ses possibles développements futurs. L’appartenance à un groupe défini – par l’acte même de publier en yiddish – par la langue pose la question de l’identité en recomposition dans l’après-guerre et de la place de la culture dans une dimension plus spirituelle, voire intellectuelle de la reconstruction du groupe au lendemain du génocide.
1. À travers cette revue, on voit se dessiner les contours d’une certaine sociabilité. D’abord à l’initiative d’un individu, elle recompose aussi l’histoire d’une troupe familiale (Kompaneyets- Poliakoff). Les indices des conditions matérielles d’existence de la revue informent aussi sur les positionnements des rédacteurs par rapport aux institutions, aux associations juives, aux sociétés d’originaires, à la presse.
2. Cette sociabilité possède une géographie particulière, celle d’un réseau international de déracinés. La revue éclaire sur ces circulations constantes qui recouvrent tantôt des trajectoires migratoires, tantôt des tournées d’artistes, et ouvre une fenêtre sur une autre géographie, cette fois plus imaginaire, une géographie des origines qui participe à façonner les identités. Ces différents niveaux permettent d’appréhender la place de Paris dans une hiérarchie de villes où la culture yiddish cherche encore à s’épanouir, tant bien que mal.
3. Enfin, c’est aussi une certaine histoire du théâtre yiddish que construit cette revue. En s’inscrivant dans une généalogie d’artistes, les rédacteurs cherchent à renouer le fil d’une continuité historique et artistique, dont la géographie est bouleversée. Dans ce même élan, ils s’interrogent aussi sur l’avenir : que faire pour faire vivre le théâtre yiddish ? Que faire pour survivre ? À travers ces aspirations et ces inquiétudes se dessine une politique culturelle du monde yiddishophone, toujours inscrite dans le traditionnel triangle communiste-socialiste-sioniste de la politique juive qui se maintenait depuis l’entre-deux-guerres.

Biographies des intervenants

Doctorante en histoire à l’EHESS et musicienne, Eléonore Biezunski articule recherche et pratique artistique : sa thèse, entreprise sous la direction de Sylvie-Anne Goldberg porte sur les espaces musicaux de la création contemporaine en yiddish. Elle obtient en 2008 un Master de géographie à Paris X Nanterre sur New York comme espace vécu et représenté dans les chansons yiddish, après avoir travaillé sur les dynamiques spatiales du klezmer à New York. Formée en yiddish, elle participe, en tant que membre de l’équipe de chercheurs, à l’étude de la collection de livres en yiddish, « Dos poylishe yidntum » (La judéité polonaise), parue à Buenos Aires entre 1946 et 1966 (ANR – CRH, EHESS). Elle est l’une des co-animatrices de l’atelier de recherche Histoire des Juifs en Europe après 1945.

Nick Underwood est doctorant en histoire moderne et histoire juive moderne à l’Université de Colorado à Boulder. Sa thèse, intitulée « Staging a New Community: Jewish Immigrant Culture and the Fight Against Fascism in Interwar France, 1922-1940 » (une nouvelle communauté en scène : culture juive immigrante et le combat contre le fascisme dans la France d’entre-deux-guerres, 1922-1940), est une histoire culturelle de la communauté juive yiddishophone immigrante à Paris pendant les années d’entre-deux-guerres. Nick Underwood est aussi rédacteur en chef adjoint pour la revue East European Jewish Affairs.

Nancy L. Green est historienne, directrice d’études et médiatrice à l’EHESS. Elle travaille à l’EHESS au sein du Centre de recherches historiques. Elle a co-présidé la Society for French Historical Studies en 2004, a participé à la mission de préfiguration de la Cité nationale de l’histoire de l’immigration et est actuellement membre du conseil scientifique de la Bibliothèque nationale de France. Ses premières recherches concernant l’immigration juive en France au début du vingtième siècle, à la croisée d’une histoire sociale et d’une histoire du travail (Les travailleurs immigrés juifs à la Belle Époque), l’ont amenée à une approche comparative sur les immigrés et le travail (Du Sentier à la 7e Avenue: La Confection et les immigrés, Paris-New York 1880-1980) et à une réflexion plus large sur l’histoire comparée et les migrations contemporaines (Repenser les migrations). Elle a co-dirigé deux ouvrages collectifs sur les questions de citoyenneté et d’histoire coloniale en perspective de l’histoire de l’immigration (avec Marie Poinsot, Histoire de l’immigration et question coloniale en France ; avec François Weil, Citoyenneté et émigration : Les politiques du départ). Posant toujours des questions de classe, d’identités, et de genre aux phénomènes migratoires, son dernier ouvrage s’intéresse à la migration d’élite (The Other Americans in Paris: Businessmen, Countesses, Wayward Youth, 1880-1941).

28 mai 2014 : L’évolution de la mémoire de la Shoah en Pologne à travers quelques musées

La prochaine séance de l’atelier « Histoire des Juifs en Europe après 1945″ aura lieu mercredi 28 mai 2014, de 17h à 19h. Nous recevrons Zofia Waślicka, doctorante à ISS Universite de Varsovie et à l’ISP Paris Ouest Nanterre La Defense qui nous présentera une intervention intitulée « L’évolution récente de la mémoire de la Shoah en Pologne à travers deux exemples : le Musée d’histoire des Juifs polonais à Varsovie et les nouvelles expositions du Musée d’Auschwitz ». Sa présentation sera discutée par Audrey Kichelewski, Maitresse de conférences à l’Université de Strasbourg.

La séance aura lieu à l’IHTP, 59/61 rue Pouchet (17e arr.), salle 159.

Résumé / Abstract

L’évolution récente de la mémoire de la Shoah en Pologne à travers deux exemples : le Musée d’histoire des Juifs polonais à Varsovie et les nouvelles expositions du Musée d’Auschwitz :  Cet exposé va porter sur l’évolution de la mémoire de la Shoah et de celle de la Deuxième Guerre mondiale en Pologne. La Pologne, pays monoethnique après la guerre, est en train de découvrir sa diversité nationale et religieuse d’autrefois et de redéfinir son identité. Pour étudier ce processus, je propose de prendre comme exemple la commémoration du 70ème anniversaire de l’insurrection du ghetto de Varsovie qui, cette année, pour la première fois, a été célébré de la même façon que l’anniversaire de l’insurrection de Varsovie de 1944 : avec le son des sirènes d’alarme, celui des cloches des églises et la présence des personnes les plus importantes du pays. Au cours de cette cérémonie, le président Komorowski a dit que l’insurrection du ghetto fut « la première insurrection de Varsovie » et a également souligné que c’est un des moments les plus importants de l’histoire polonaise. Par ailleurs, il a présenté une version idéalisée et fausse des relations entre Polonais juifs et non-juifs pendant la guerre. Au cours de cette séance, j’analyserai cette cérémonie très représentative de la mémoire polonaise actuelle ; cérémonie pendant laquelle on a également inauguré le Musée de l’Histoire des Juifs polonais. Je présenterai la narration de l’exposition permanente du musée qui sera ouverte au public l’année prochaine. Je parlerai aussi du Musée d’Auschwitz-Birkenau, ouvert en 1947 par les anciens déportés, dont l’exposition générale et les pavillons nationaux peuvent montrer l’évolution mémorielle depuis la guerre jusqu’à aujourd’hui.

Biographie des intervenants

Zofia Waślicka est doctorante en sociologie en cotutelle à l’Université de Varsovie sous la direction de Joanna Tokarska-Bakir et à l’Université Paris Ouest la Défense sous la direction de Jean-Charles Szurek. Sa thèse est une analyse de la narration historique des expositions de musées de la Shoah et musées juifs en Europe, États-Unis et Israël. Elle a passé deux ans au Centre Marc Bloch à Berlin, et actuellement elle est au CEFRES à Prague.

Maitresse de conférences à l’Université de Strasbourg, Audrey Kichelewski est historienne et spécialiste de l’histoire des Juifs en Pologne. Ancienne élève de l’école Normale Supérieure, agrégée et docteure en histoire, elle est chercheuse associée à l’IRICE et au Centrum Badań nad Zagładą Żydów (Centre de Recherche sur la Shoah) de l’Institut de Philosophie et de Sociologie de l’Académie de Sciences de Varsovie (IfiS-PAN). Sa thèse portait sur la place des Juifs dans la société polonaise de 1944 à 1949. Audrey Kichelewski continue à travailler sur ce sujet et plus spécifiquement sur les relations polono-juives de 1945 à nos jours ainsi que sur les violences antijuives en Pologne et les échos des pogromes en France (1918-1946). Elle s’intéresse également aux landsmanshaftn, ou sociétés d’originaires, comme lieux de sociabilité et de mémoire des Juifs polonais en France au vingtième siècle.
Début 2015 paraîtra son livre sur les survivants juifs en Pologne de 1945 à nos jours, aux éditions Vendémiaire.