Archives par mot-clé : atelier

Programme de l’année 2014-2015

Le séminaire se tient un jeudi par mois de 17 à 19h dans les locaux de Sciences Po Paris, ou, cas exceptionnel, dans ceux de l’IHTP.

Le lieu de chaque séance sera à chaque fois précisé (au moins une semaine avant sa tenue) via une annonce publiée sur ce site.

 

19 février 2015

  • Jérémy Guedj (Université de Nice)  : « Entre impératif d’“assimilation” et gestion pragmatique des minorités : la IVe République et les Juifs étrangers

Discutante : Anne Grynberg (Professeur des Universités à l’INALCO)

Jeudi 19 mars 2015

  • Paul Lenormand (Centre d’Histoire de Sciences Po) : « La Tchécoslovaquie après 1945 : bonne mère ou marâtre pour les Juifs ? ».

Discutante : Marta Craveri (FMSH et Chercheur associé au CERCEC)

 Jeudi 16 avril 2015

  • Julie Constant (Université Bordeaux 3) : « Les artistes rescapés de la Shoah en France de 1945 à 1995 : parcours, œuvres et réception ».

Discutant : Didier Schulman (Centre Pompidou)

Mardi 12 mai 2015

  • Alma Heckman (UCLA) : « “Un parcours immobile” ? La participation politique des Juifs du Maroc au seuil de l’indépendance ».

Discutant : Pierre-Jean Le Foll-Luciani (Université du Maine)

Jeudi 25 juin 2015

  • Antoine Burgard (Université Lyon 2 / UQAM) : « “Une nouvelle vie dans un nouveau pays”. Trajectoires d’orphelins de la Shoah vers le Canada (1947-1952) ».

Discutante : Claire Zalc (IHMC, CNRS-ENS)

L’évolution de la mémoire de la Shoah et de celle de la Deuxième Guerre mondiale en Pologne.

À propos de la séance du 28 mai 2014 de l’atelier “Histoire des Juifs en Europe après 1945″.
Intervention de Zofia Waślicka discutée par Audrey Kichelewski.

 

 

Compte-rendu de l’intervention : “L’évolution récente de la mémoire de la Shoah en Pologne à travers deux exemples : le Musée d’histoire des Juifs polonais à Varsovie et les expositions du Musée d’Auschwitz-Birkenau et de Majdanek”.

Le projet de recherche de Zofia Waślicka, porte un regard sociologique sur la manière dont différents musées de pays européens, des États-Unis et d’Israël intègrent l’histoire de la Shoah dans leur narratif.
Au cours de son intervention, Zofia Waślicka a présenté trois institutions : le musée de l’Histoire des Juifs polonais à Varsovie (dont l’ouverture est prévue pour octobre 2014), le musée de Majdanek et celui d’Auschwitz-Birkenau (où les premières expositions furent inaugurées respectivement en novembre 1944 et fin 1945 avant l’ouverture officielle de ces musées en juillet 1947). Aucune de ces trois institutions  n’est consacrée entièrement à l’histoire de la Shoah. L’intervenante se propose d’analyser la place que cette dernière y occupe.

1. L’exposition permanente du musée de l’Histoire des Juifs polonais à Varsovie prévoit de découper l’histoire des Juifs de Pologne en huit entités, les deux dernières étant consacrées à la Shoah et à la vie juive en Pologne après la Deuxième Guerre mondiale. Le contenu de l’exposition, qui n’est pas encore ouverte au public, présente un certain décalage : le projet qui a abouti à la création du musée existe depuis une quinzaine d’années, et une grande partie des contenus n’ont pas été modifiés depuis lors. Par conséquent, par son parti-pris scénographique et esthétique, l’exposition rappelle les années 1990. De même, certaines évolutions, pourtant cruciales, au niveau du vocabulaire n’ont pas été répercutées dans les textes : pour exemple, le musée évoque constamment l’histoire des « Juifs », par opposition aux « Polonais », alors qu’il est dorénavant d’usage d’évoquer l’histoire des Polonais juifs (et non-juifs).

2. En octobre 1944 fut créée, sur le site du camp de concentration et du centre de mise à mort de Majdanek – premier camp libéré par les Alliés –, une exposition temporaire sur l’univers concentrationnaire nazi. Il s’agissait de la première fois qu’une exposition abordait ce sujet, visant à susciter un sentiment d’effroi et de révolte. Son l’objectif était de montrer et de documenter les crimes nazis, alors même que la guerre contre le Reich n’était pas terminée et les autres camps pas encore libérés. Ensuite, en septembre 1945 fut inaugurée l’exposition permanente, reprenant comme thème central celui des atrocités commises par les nazis et faisant appel à de nombreuses ‘images violentes’. Si durant les premières années, le contenu de cette exposition était centré sur les souffrances et la martyrologie des victimes, l’État polonais décida, à partir de 1948, d’axer la muséographie sur l’héroïsme et la résistance des déportés polonais.
Par ailleurs, explique Zofia Waślicka, jusqu’au début du stalinisme, l’exposition accordait une certaine place au sort des déportés juifs et montrait que la plupart des victimes de Majdanek étaient juives. Lorsqu’en 1946 vingt baraques du camp furent transformées en pavillons nationaux, l’un d’entre eux fut attribué aux organisations juives polonaises. L’exposition préparée par ces dernières ne se limitait pas à Majdanek mais montrait également l’histoire des Juifs pendant la guerre et accordait une place importante à la révolte du ghetto de Varsovie. En 1947, le musée de Majdanek fut officiellement fondé par le parlement polonais et fut choisi comme lieu de commémoration des « martyrs polonais et d’autres nations ». A partir de 1948-1949, le parti communiste mit fin à une relative liberté qui régissait jusqu’alors l’organisation des commémorations et prit le contrôle des musées de Majdanek et d’Auschwitz-Birkenau. Les nouvelles expositions des années 1950 furent marquées par la Guerre froide, s’attachant à décrire les camps de concentration comme des instruments de « l’impérialisme » et l’Allemagne de l’Est comme Etat peuplé d’opposants à l’hitlérisme. Avec la fin du stalinisme, les expositions furent à nouveau modifiées mais, jusqu’aux années 1980, leur contenu demeurait sous contrôle étatique et l’histoire du génocide des Juifs restait marginalisée.

3. Le musée d’Auschwitz-Birkenau fut fondé en 1947, en même temps que celui de Majdanek. Contrairement à ce dernier, le musée d’Auschwitz fut créé non pas par l’Etat mais par d’anciens détenus. Son exposition permanente – préparée dès 1945 – a été l’œuvre essentiellement d’anciens prisonniers politiques et se concentrait sur l’histoire du camp d’Auschwitz I et sur la répression. L’exposition de 1947 distinguait le sort des déportés politiques polonais de celui des déportés juifs ; la plus grande part était cependant consacrée aux premiers. L’organisation des anciens prisonniers juifs polonais – bien que consciente d’importantes lacunes dans cette muséographie – concentrait alors ses efforts sur l’exposition de Majdanek (principal lieu des commémorations en Pologne) ainsi que sur le monument des Héros du Ghetto de Varsovie. En 1946, une exposition consacrée à l’histoire des Juifs fut inaugurée à Auschwitz, agrandie en 1947, puis, en 1948, un monument à la mémoire des « millions de Juifs » assassinés dans ce camp fut érigé à Birkenau. À partir de cette même année, l’État prit le contrôle du musée. L’équipe de conservateurs et de guides, essentiellement d’anciens détenus, fut alors remplacée et l’exposition de 1950 – qui jusque-là accusait « les Allemands » – présentait dorénavant les crimes du fascisme comme des faits de l’impérialisme, commentés par nombre de citations de Staline. En 1955, fut créée une nouvelle exposition, accordant davantage d’attention à l’histoire du centre de mise à mort immédiate de Birkenau. Mettant l’accent sur l’extermination elle évitait néanmoins, dans une large mesure, de préciser l’identité des victimes en évoquant de manière universaliste des ‘êtres humains’. En 1968, dans le cadre de la campagne antisémite d’État, la majeure partie des références aux déportés juifs en fut expurgée et un nouveau monument fut érigé à Birkenau présentant les ‘nationalités’ des victimes par ordre alphabétique et plaçant de la sorte les Juifs (« Żydzi » en polonais) en dernier.

Malgré l’état des sources, très lacunaires, qui rend difficile la reconstitution des différentes expositions du passé, Zofia Waślicka souhaite analyser un processus long. Sa recherche vise à retracer l’évolution – depuis l’immédiat après-guerre, à travers la Guerre froide puis depuis 1989 – alors que le contrôle étatique cède sa place à une politique publique – ainsi que la place qu’occupe l’histoire de la Shoah dans ces lieux.

28 mai 2014 : L’évolution de la mémoire de la Shoah en Pologne à travers quelques musées

La prochaine séance de l’atelier « Histoire des Juifs en Europe après 1945″ aura lieu mercredi 28 mai 2014, de 17h à 19h. Nous recevrons Zofia Waślicka, doctorante à ISS Universite de Varsovie et à l’ISP Paris Ouest Nanterre La Defense qui nous présentera une intervention intitulée « L’évolution récente de la mémoire de la Shoah en Pologne à travers deux exemples : le Musée d’histoire des Juifs polonais à Varsovie et les nouvelles expositions du Musée d’Auschwitz ». Sa présentation sera discutée par Audrey Kichelewski, Maitresse de conférences à l’Université de Strasbourg.

La séance aura lieu à l’IHTP, 59/61 rue Pouchet (17e arr.), salle 159.

Résumé / Abstract

L’évolution récente de la mémoire de la Shoah en Pologne à travers deux exemples : le Musée d’histoire des Juifs polonais à Varsovie et les nouvelles expositions du Musée d’Auschwitz :  Cet exposé va porter sur l’évolution de la mémoire de la Shoah et de celle de la Deuxième Guerre mondiale en Pologne. La Pologne, pays monoethnique après la guerre, est en train de découvrir sa diversité nationale et religieuse d’autrefois et de redéfinir son identité. Pour étudier ce processus, je propose de prendre comme exemple la commémoration du 70ème anniversaire de l’insurrection du ghetto de Varsovie qui, cette année, pour la première fois, a été célébré de la même façon que l’anniversaire de l’insurrection de Varsovie de 1944 : avec le son des sirènes d’alarme, celui des cloches des églises et la présence des personnes les plus importantes du pays. Au cours de cette cérémonie, le président Komorowski a dit que l’insurrection du ghetto fut « la première insurrection de Varsovie » et a également souligné que c’est un des moments les plus importants de l’histoire polonaise. Par ailleurs, il a présenté une version idéalisée et fausse des relations entre Polonais juifs et non-juifs pendant la guerre. Au cours de cette séance, j’analyserai cette cérémonie très représentative de la mémoire polonaise actuelle ; cérémonie pendant laquelle on a également inauguré le Musée de l’Histoire des Juifs polonais. Je présenterai la narration de l’exposition permanente du musée qui sera ouverte au public l’année prochaine. Je parlerai aussi du Musée d’Auschwitz-Birkenau, ouvert en 1947 par les anciens déportés, dont l’exposition générale et les pavillons nationaux peuvent montrer l’évolution mémorielle depuis la guerre jusqu’à aujourd’hui.

Biographie des intervenants

Zofia Waślicka est doctorante en sociologie en cotutelle à l’Université de Varsovie sous la direction de Joanna Tokarska-Bakir et à l’Université Paris Ouest la Défense sous la direction de Jean-Charles Szurek. Sa thèse est une analyse de la narration historique des expositions de musées de la Shoah et musées juifs en Europe, États-Unis et Israël. Elle a passé deux ans au Centre Marc Bloch à Berlin, et actuellement elle est au CEFRES à Prague.

Maitresse de conférences à l’Université de Strasbourg, Audrey Kichelewski est historienne et spécialiste de l’histoire des Juifs en Pologne. Ancienne élève de l’école Normale Supérieure, agrégée et docteure en histoire, elle est chercheuse associée à l’IRICE et au Centrum Badań nad Zagładą Żydów (Centre de Recherche sur la Shoah) de l’Institut de Philosophie et de Sociologie de l’Académie de Sciences de Varsovie (IfiS-PAN). Sa thèse portait sur la place des Juifs dans la société polonaise de 1944 à 1949. Audrey Kichelewski continue à travailler sur ce sujet et plus spécifiquement sur les relations polono-juives de 1945 à nos jours ainsi que sur les violences antijuives en Pologne et les échos des pogromes en France (1918-1946). Elle s’intéresse également aux landsmanshaftn, ou sociétés d’originaires, comme lieux de sociabilité et de mémoire des Juifs polonais en France au vingtième siècle.
Début 2015 paraîtra son livre sur les survivants juifs en Pologne de 1945 à nos jours, aux éditions Vendémiaire.

23 octobre 2013 : L’engagement politique du Habad en Russie, un cas particulier ?

La prochaine séance de l’atelier « Histoire des Juifs en Europe après 1945 » aura lieu mercredi 23 octobre, de 17h à 19h. Nous recevrons Elena Lomakina, doctorante à Sciences Po, qui nous présentera ses recherches sur le mouvement Habad : « L’engagement politique du Habad en Russie, un cas particulier ? » Son intervention sera discutée par Laurence Podselver, ingénieure d’études à l’EHESS.

La séance aura lieu à Sciences Po, 13 rue de l’Université (7e arr.), salle du Conseil (5e étage)

Résumé / Abstract

 

L’engagement politique du Habad en Russie, un cas particulier ? L’effondrement de l’Union Soviétique a permis aux Juifs russes de quitter leur terre natale pour les pays occidentaux et Israël. Près d’un million d’entre eux ont quitté l’ex-URSS ces deux dernières décennies. Simultanément, plusieurs associations juives ont envoyé des militants afin d’apporter une aide matérielle, d’encourager l’émigration mais aussi d’aider à la reconstruction des communautés juives de Russie. L’une des principales organisations étrangères concernées est Habad-Lubavitch Hasidim qui est aujourd’hui le groupe le plus influent dans la vie socio-culturelle juive, notamment en Russie. La présence du Habad est extrêmement visible, notamment en raison de ses liens étroits avec de grands oligarques russes. De plus, les activités du Habad sont soutenues de facto par le gouvernement Poutine. De nos jours, ce mouvement semble être profondément engagé dans la vie politique russe. Cela est pourtant paradoxal lorsqu’on prend en considération le fait  que de la Russie tzariste à la fin de l’Union soviétique la meilleure politique que les Juifs pouvaient espérer à leur égard était l’absence de persécution étatique. Afin d’éclairer et d’analyser ce paradoxe, j’examinerai le développement des activités du Habad en Russie et leurs conséquences.

Political engagement of Habad in Russia. A particular case? The collapse of the USSR gave Soviet Jews a lot of opportunities to leave for Western countries and Israel. Around a million of Jews have left the former Soviet Union over the last two decades. But at the same time, various Jewish organizations sent activists to the former Soviet Union, to give material support, to encourage emigration, and to assist with the rebuilding of Jewish communities. One of the most prominent of these overseas groups is Chabad-Lubavitch Hasidim, which nowadays is most influential on the socio-cultural life of Jews especially in Russia. Chabad’s presence is highly visible, also because of its close ties with such influential tycoons. Moreover, activities of Chabad are held under the de facto patronage of the Putin government. In today’s Russia, Chabad seems to be very engaged in the political activities of the country. This trend is highly paradoxical, taking into consideration the fact that from Tzarist Russia until the end of the Soviet Union the best politic towards the Jewish population was the non-state persecution. To understand this paradox, I would like to examine the development of Chabad’s activities in Russia and its consequences.

Biographies des intervenantes

Elena Lomakina-Oiberman est originaire d’Odessa en Russie. Elle a obtenu un premier Master en Relations Internationales à l’Université d’État du Kouban, au sud de la Russie, ainsi qu’un second Master en Histoire à l’Université de Paris 1 – Panthéon Sorbonne. Depuis 2011, elle est doctorante au Centre d’Études de Relations Internationales de Sciences Po à Paris où elle mène une thèse sur L’action politique du Habad. Une étude comparée : France, Russie, USA, sous la direction d’Astrid von Busekist.

Laurence Podselver est ingénieure d’études à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS), au Centre des Études Juives (CEJ). Elle est sociologue, spécialiste des communautés juives contemporaines en France. Elle a consacré une grande partie de sa recherche ainsi qu’un ouvrage aux hassidim de Loubavitch en France où elle décrit, de manière anthropologique, leurs itinéraires, leurs rituels, et interroge ce phénomène de « retour » au judaïsme, propre à ce mouvement composé principalement de baalei techouva, ceux qui reviennent. Plus récemment, elle a travaillé sur l’alya (immigration en Israël) des jeunes juifs français des années 2000, qui n’est plus vraiment marquée par une idéologie sioniste mais qui s’inscrit dans une démarche plus hédoniste. Parmi ses publications, citons  : Retour au judaïsme ? Les Loubavitch en France, Paris, Odile Jacob, 2010, 336 p. ; « Nouvelle orthodoxie juive et conversion interne :la teshouva », Les Annales, Histoire, Sciences Sociales, n° 2, mars-avril 2002, p. 275-296 ; « Que sont nos enfants devenus ? », Les Cahiers du Judaïsme, n°33, Editions de l’Eclat, 2011.

Programme de l’année 2013-2014

Le séminaire se tient un mercredi par mois de 17 à 19h dans les locaux de Sciences Po Paris, ou, cas exceptionnel, dans ceux de l’IHTP.

Le lieu de chaque séance sera à chaque fois précisé (au moins une semaine avant sa tenue) via une annonce publiée sur ce site.


23 octobre 2013

  • Elena Lomakina (Sciences Po) : « L’engagement politique du Habad en Russie, un cas particulier ? »

Discutante : Laurence Podselver (ingénieure d’études EHESS)

6 novembre 2013

  • Judith Lindenberg (EHESS) : « La collection Dos poylishe yidntum (1946-1966) : de l’histoire d’une collection à l’histoire de la Shoah, questions de méthode.»

Discutante : Annette Wieviorka (directrice de recherche au CNRS)

18 décembre 2013

  • Isabelle Némirovsky (INALCO) : «Mémoire(s) et nostalgie des Juifs d’Odessa : un phénomène spécifique ? ».

Discutant : Simon Perego (ATER Sciences Po)

29 janvier 2014

  • Lukasz Kryzanowski (Université de Varsovie) : «Hostilities in the Wake of the Holocaust: Anti-Jewish Violence in the Polish Town of Radom in 1945. »

Discutant : Daniel Blatman (Université hébraïque de Jérusalem)

19 février 2014

  • Sara Silvenstein (Yale University) : « »We are still dead ». Jewish doctors and the rehabilitation of Europe after the Second World War. »

Discutante : Nathalie Zajde (professeur à l’Université Paris 8)

19 mars 2014

  • Ewa Tartakowsky (Université de Lyon 2) : « Conditions sociales et fonctions de la littérature d’exil. Production des écrivains d’origine judéo-maghrébine en France. »

Discutante : Yolande Cohen (professeur à l’UQAM)

9 avril 2014

  • Marcelo Dimenstein (EHESS) : « Le rôle de l’American Jewish Joint Distribution Committee dans la reconstruction des communautés juives est-européennes après la chute du mur de Berlin, 1989-1999»

Discutante : Lisa Vapné (Docteure associée au Centre d’études de relations internationales, Sciences Po Paris)

28 mai 2014

  • Zofia Waslicka (Université de Varsovie/Paris 10) : «L’évolution récente de la mémoire de la Shoah en Pologne à travers deux exemples : le Musée d’histoire des Juifs polonais à Varsovie et les nouvelles expositions du Musée d’Auschwitz.»

Discutante : Audrey Kichelewski (maître de conférences à l’Université de Strasbourg)

18 juin 2014

Le théâtre yiddish parisien avant et après la Seconde Guerre mondiale :

  • Nick Underwood (University of Colorado) : « Ouvriers juifs, avant-garde juive : La Kultur-lige et le développement du théâtre yiddish de gauche à Paris dans l’entre-deux guerres. »
  • Eléonore Biezunski (EHESS) : « Reflets du théâtre yiddish dans l’après-guerre à travers la revue parisienne Der Teater Shpigl (« Le miroir du théâtre ») (1951-1961). »

Discutante : Nancy Green (Directrice d’études à l »EHESS)

25 juin 2014

  • Henning Fauser (Paris I) : « L’évolution des représentations de l’Allemagne et des Allemands chez d’anciens concentrationnaires français. »

Discutant : Olivier Lalieu (Mémorial de la Shoah)