Archives par mot-clé : AJDC

Pogroms (Poland, 19th and 20th c.)

L’institut d’Histoire de l’Université de Varsovie et le musée d’Histoire des Juifs polonais – Polin – accueillent du 10 au 12 juin prochains la conférence internationale : Pogroms: Collective Anti-Jewish Violence in the Polish Lands in the 19th and 20th CenturiesComme son titre l’indique, elle sera consacrée à l’étude des pogroms, en en présentant quelques uns et en prenant en compte les problèmes sociaux et politiques liés mais engendrés par ces pogroms ; leurs représentations dans la littérature et dans les arts ; et en analysant la réception des recherches menées sur ce sujet ou encore la méthodologie et les sources employées. Continuer la lecture de Pogroms (Poland, 19th and 20th c.)

Sur la toile : Prochaine mise en ligne du fonds “Pologne, 1945-1949” du Joint

Au mois d’octobre 2014, l’American Jewish Joint Distribution Committee (AJDC, dit aussi « Joint ») a annoncé la prochaine mise en ligne de son fonds « Pologne, couvrant la période 1945-1949, et sa libre consultation. Ce fonds d’archives du Joint avait été confisqué par les autorités communistes. Il regroupe des documents concernant l’aide apportée par le Joint aux survivants de la Shoah après 1945, en Pologne. Il faut cependant encore un peu patienter pour la consultation de ce fonds. Nous espérons vous annoncer bientôt leur mise en ligne !

En attendant, vous pouvez vous rendre sur la page du site internet du musée juif de Galicie, à Cracovie, présentant l’exposition (inaugurée le 30 octobre dernier) sur les activités du Joint en Pologne, depuis son installation il y a 100 ans à aujourd’hui : « Rescue, Relief and Renewal – 100 Years of the Joint in Poland.

joint_web

22-23 octobre 2014 : Judéités contemporaines en France et en Europe

c.H.b7.a56.Splashthat-header13
Les mercredi 22 et jeudi 23 octobre prochains se tiendra à Paris le colloque « Judéités contemporaines en France et en Europe » ; colloque qui propose de faire l’état des lieux des connaissances mais également des activités scientifiques autour du judaïsme contemporain de ces vingt-trente dernières années et invite à réfléchir sur la condition des communautés juives en France et en Europe.
Ci-dessous la présentation du colloque ainsi que son programme.
75010 Paris

Présentation du colloque
L’objectif de ce colloque est d’analyser, dans une perspective pluridisciplinaire, les judéités contemporaines de France et du continent européen à partir de la perspective des jeunes chercheurs, universitaires ou indépendants, travaillant en langue française.La compréhension du judaïsme contemporain a beaucoup évolué dans les dernières années. En Europe, depuis l’effondrement des démocraties populaires en Europe de l’Est, il y a bientôt vingt-cinq ans, de nombreuses spécialistes et observateurs ont dirigé leur attention vers la situation du judaïsme européen, qui se débattait, à leurs yeux, entre la faiblesse démographique et un élan inédit de renouveau. Conférences, publications et débats ont suivi, créant une meilleure compréhension du judaïsme européen aujourd’hui et thématisant la « renaissance » de la culture juive en Europe centrale et orientale, le positionnement de l’Europe comme un « troisième pilier » diasporique placé entre Israël et les Etats-Unis, l’émergence de nouvelles identités juives, les migrations post-soviétiques et leur impact en Israël, aux Etats-Unis et en Allemagne, la nouvelle observance religieuse, la montée des mouvements ultra-orthodoxes…Aux Etats-Unis, la publication très médiatisée de « A Portrait of Jewish Americans » par le Pew Research Center, en octobre 2013, est venu rappeler qu’il existe en Amérique du Nord une forte tradition d’enquêtes sociologiques des phénomènes contemporains du judaïsme. Ainsi, des reconfigurations multiples de la vie communautaire, l’innovation et « l’entrepreneuriat » juif, les attitudes vis-à-vis d’Israël des différents segments de la population juive y compris l’impact des voyages « Birthright » en Israël, les mariages-mixtes et le rapport qu’ils entretiennent avec la vie juive, la jeunesse, entre autres, sont analysés et mis en lumière de manière régulière alimentant des débats au sein de la communauté organisée. En France, la récente publication du « Dictionnaire du judaïsme français depuis 1944 » (2013), sous la direction de Jean Leselbaum et Antoine Spire, dresse un état de lieux de la recherche sur ces sujets en France.Mais, comment ces mêmes sujets s’articulent-ils dans une perspective européenne ? Ce colloque vise plus spécifiquement à offrir un espace de débat à des jeunes chercheurs et chercheuses, pour revisiter les travaux antérieurs et ce faisant, contribuer à ouvrir la réflexion et la recherche française sur la condition des communautés juives en France et en Europe.

Le colloque « Judéités contemporaines en France et en Europe » est soutenu par le JDC International Centre for Community Development (JDC-ICCD), centre de recherche sur le judaïsme contemporain, créé en 2005 par le bureau européen de l’American Jewish Joint Distribution Committee (JDC – Joint). Le JDC-ICCD a déjà parrainé deux autres colloques destinés à des jeunes chercheurs anglophones spécialisés dans l’histoire et la sociologie des Juifs en Europe contemporaine. Ces deux colloque ont eu lieu en 2010 et 2013 à Berlin.

Comité d’organisation
Marcelo Dimentstein
, directeur d’opérations du JDC-ICCD / doctorant à l’EHESS
Ewa Tartakowsky, doctorante à l’Université Lyon 2 / Centre Max Weber

Contact
colloquejudeites@gmail.com

Lieu
Institut universitaire d’études juives Elie Wiesel
119 rue Lafayette 75010 Paris

 

Programme du colloque

Le 22 octobre 2014

9h00-9h30   Accueil du public
9h30-9h45 Allocutions de bienvenue
Par Ewa Tartakowsky et Marcelo Dimentstein, organisateurs du colloque
Par Franklin Rausky, directeur des Etudes de l’Institut Universitaire Elie Wiesel
9h50-10h20 Ouverture du colloque
Par Dominique Schnapper, directrice de recherche à l’EHESS, présidente du musée d’Art et d’Histoire du judaïsme

10h20-12h10 Institutions et vie communautaire
Présidente et discutante de séance : Martine Cohen, chargée de recherche, Groupe Societés, Religions, Laïcités (GSRL, CNRS-EPHE)

Elizabeth Sheppard, maître de conférences, Université François Rabelais : Judaïsme(s) ? Une perspective transatlantique
Alain Granat, directeur du publication Jewpop : Nouvelles formes d’appropiation du judaïsme
Izio Rosenman, président de l’Association pour un judaïsme humaniste et laïque : Sécularisation et laïcisation du judaïsme français

13h30-15h45  Etre juif pour soi et pour les autres
Président et discutant de séance : Sébastien Tank-Storper, chargé de recherche au CNRS, CEIFR (EHESS)

Samuel Ghiles-Meilhac, enseignant à Sciences Po Paris, CADIS-EHESS : Les juifs français sont-ils (devenus) des blancs comme les autres ?
Jean-Claude Poizat, doctor en sciences politiques, IEP de Paris / CEVIPOF : Réflexion sur le type arendtien du « paria conscient » et ses usages dans la Frane d’aujourd’hui : de Bernard Lazare aux intellectuels juifs français contemporains
Yaël Hirsch, docteur en science politique, IEP de Paris : L’impossible conversion des intellectuels juifs du 20ème siècle : ce qu’elle révèle de la judéité et des démocraties d’Europe
rabbin Yeshaya Dalsace : Liens entre le judaïsme et le monde de la recherche

16h00-17h45 Reconstructions et recompositions
Président et discutant de séance : Franklin Rausky, directeur des Etudes de l’Institut Universitaire Elie Wiesel

Arnaud Bozzini, collaborateur scientifique au CIERL, Université Libre de Bruxelles : Reconstruction de la collectivité juive à Bruxelles au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. Institutions, acteurs et enjeux
Karine Michel, chercheure associée, Idemec, MMSH, Aix-en-Provence : La judéité en ex-Allemagne de l’Est aujourd’hui, du renouveau à l’incertitude
Rudy Rigaut, doctorant, Université d’Artois, Arras (laboratoire CREHS-EA 4027) : Enjeux et défis de la reconstruction : les communautés juives de la côte d’Opale (Dunkerque et Boulogne-sur-Mer) de 1945 à nos jours

Le 23 octobre 2014

9h30-11h15 Judéité à l’épreuve des arts
Président et discutant de séance : Philippe Zard, maître de conférences, Université de Paris-Ouest-Nanterre

Jean-Sébastien Noël, maître de conférences en histoire contemporaine, Université de La Rochelle / Centre de Recherches en Histoire Internationale et Atlantique (CRHIA)  : La Radical Jewish Culture : une forme esthétique, politique et communautaire du revivalisme des musiques juives traditionnelles
Elena Quaglia, doctorante, Université de Vérone/Université Paris Ouest Nanterre La Défense : La littérature contemporaine face à la judéité: les fictions identitaires de Marc Weitzmann
Ewelina Chwiejda, doctorante à l’EHESS : Juif, tu me manques ! – la culture polonaise contemporaine face à l’histoire polono-juive de l’après-guerre

11h30-12h25 Israël, pôle d’identification ?
Présidente et discutante de séance : Régine Azria, chargée de recherche CNRS, CEIFR

Noga Raviv, doctorante, EHESS : La place d’Israël dans le dynamisme communautaire juif en France
Ariel Danan, responsable de la Médiathèque Alliance Baron Edmond de Rothschild : Le lien à l’Etat d’Israël, plus petit dénominateur commun de l’identité juive en France ?

14h00-15h45 Judéités et politiques publiques
Président et discutant de séance : Paul Zawadzki, maître de conférences HDR, Université Paris 1 / GSRL / Institut Emmanuel Lévinas

Sébastien Ledoux, doctorant en histoire, Université Paris 1 / Centre d’histoire sociale du XXe siècle : Naissance d’une politique européenne de la mémoire de la Shoah
Amélie Blaustein-Niddam, journaliste, docteure en histoire : Traces des représentations scolaires de l’histoire des Juifs
Roland Lombardi, consultant indépendant, analyste au JFC Conseil, doctorant à l’Iremam, Aix Marseille Université : Les relations franco-israéliennes de 1980 aux années 2000 : rééquilibrage, limites et perspectives…

16h00-16h30 Conclusions du colloque
Par Ewa Tartakowsky, doctorante à l’université Lyon 2, et Marcelo Dimentstein, directeur d’opérations du JDC-ICCD, doctorant à l’EHESS, organisateurs du colloque

16h30-17h30 Conférence de clôture
Par Chantal Bordes-Benayoun, directrice de recherche au CNRS, Université Toulouse – Jean Jaurès

Exposition, Paris : Roman Vishniac. De Berlin à New York, 1920-1975

Du 17 septembre 2014 au 25 janvier 2015, le musée d’art et d’histoire du Judaïsme accueille dans ses murs les photographies de Roman Vishniac prises entre 1920 et 1975. Roman Vishniac est principalement connu pour ses photos réalisées en Europe de l’Est dans les années 1930, avant la guerre. Il travaillait alors pour l’American Jewish Joint Distribution Committee et avait pour mission de photographier les communautés juives de cette partie d’Europe. A travers les 220 photos de cette exposition, le visiteur pourra revoir son travail d’avant-guerre et prendre connaissance avec celui effectué pendant et après la guerre à New-York, ou encore dans les camps de personnes déplacées (Displaced Persons, DP) en Allemagne et en France lors de son passage en Europe en 1947.

En attendant le 17 septembre, vous pouvez (re)découvrir le travail de ce biologiste et photographe sur le site internet du Centre International de la Photographie de New-York qui a mis en place cette exposition qui circule à présent en Europe.
Concernant l’histoire des Juifs après 1945, on peut avoir accès sur ce site à deux séries de photos prises à New York dans les années 1940 et au début des années 1950 : « Immigrants and Refugees, New York, 1941-early 1950s » et « Jewish Community Life, New York, 1941-early 1950s« .
Est présentée également une série de photos prises lors de son passage en France puis dans les camps DP d’Allemagne courant 1947. Celles réalisées en France montrent les réfugiés juifs hébergés au camp d’Hénonville, administré par le Joint, l’ORT et Agudath Israël de 1946 à 1952. Ce camp regroupait une yeshiva lituanienne, un centre pour orphelins juifs et un kibbutz. Sur d’autres photos on peut voir des réfugiés juifs quittant Marseille à bord d’un bateau pour la Palestine. Pour l’Allemagne, Roman Vishniac a laissé des photos de camps DP administrés par le Joint (entre autres) à Berlin (secteur américain) et à Munich (zone américaine).

Présentation de l’exposition par le Musée d’art et d’histoire du Judaïsme :

Rassemblant environ 220 œuvres, l’exposition « Roman Vishniac. De Berlin à New York, 1920-1975 » propose une réévaluation de l’intégralité de la production du photographe, depuis ses débuts à Berlin jusqu’à l’après-guerre aux États-Unis. Présentée à New York (à l’International Center of Photography) et à Amsterdam (au Joods Historisch Museum), sous le titre « Roman Vishniac Rediscovered », elle révèle plus d’une centaine d’images inédites de ce grand témoin du XXe siècle.

Plus qu’aucun autre photographe, Roman Vishniac a profondément influencé notre vision de la vie juive en Europe orientale. On lui doit le recensement photographique le plus emblématique de ce monde à la veille de son anéantissement – un ensemble exposé au Mahj en 2006 sous le titre « Un monde disparu ». Pourtant, seule une faible partie de son oeuvre a été montré ou publié de son vivant. Surtout connu pour ce poignant témoignage, Vishniac fut également un photographe inventif, aux multiples talents. L’exposition donne à voir un choix de travaux d’une extrême diversité, grâce aux recherches de Maya Benton dans le vaste fonds des archives Roman Vishniac conservées à l’International Center of Photography. « Roman Vishniac. De Berlin à New York, 1920-1975 » replace ses photographies iconiques du judaïsme est-européen au sein d’un mouvement plus large, celui de la photographie documentaire humaniste des années 1930.

Né en Russie en 1897 dans une famille juive aisée, Roman Vishniac émigre à Berlin en 1920. Il brosse un portrait alerte et malicieux de sa ville d’adoption et capte les signes précurseurs de la terreur nazie. En 1935, l’American Jewish Joint Distribution Committee, une importante organisation juive d’entraide, lui confie la mission de photographier les communautés juives misérables d’Europe orientale. En 1939, ayant rejoint ses parents réfugiés en France, il est interné au camp du Ruchard, avant de pouvoir s’embarquer pour les États-Unis en décembre 1940. À New York, Vishniac ouvre un studio de photographie, travaille comme portraitiste, documente la vie des juifs américains et celle des immigrants. En 1947, il revient en Europe et photographie les camps pour personnes déplacées, les survivants de la Shoah qui essaient de reconstruire leur vie, l’action des organisations de secours et d’émigration, ainsi que les ruines de Berlin. Après la guerre, revenant à sa formation de biologiste, il devient un pionnier dans le domaine de la photomicroscopie et de l’imagerie scientifique.

Conception de l‘exposition : Maya Benton, conservatrice des Archives Roman Vishniac à l’International Center of Photography, à New York
Commissariat de l’exposition à Paris : Paul Salmona, directeur du Musée d’art et d’histoire du Judaïsme, avec la collaboration de Nicolas Feuillie et de Dorota Sniezek
Scénographie : Loretta Gaïtis
Graphisme : Bernard Lagacé

Une dynamique transnationale : la reconstruction de la vie juive en Europe centrale et orientale après 1989

A propos de la séance du 9 avril 2014 de l’atelier “Histoire des Juifs en Europe après 1945″

Intervention de Marcelo Dimentstein discutée par Lisa Vapné

 

Compte-rendu de l’intervention : “Une dynamique transnationale : la reconstruction de la vie juive en Europe centrale et orientale après 1989”

Dans le cadre de sa thèse, Marcelo Dimentstein effectue des recherches sur l’implication humanitaire et culturelle des organisations juives occidentales, américaines pour la plupart, en Europe centrale et orientale après la chute du mur de Berlin. Son étude concerne les pays situés hors de l’ex-URSS, à l’exception des pays baltes, inclus dans son travail. Au sein de l’ensemble d’organisations juives occidentales dont il traite, Marcelo Dimentstein se concentre majoritairement sur la principale structure impliquée dans cette action, l’American Jewish Joint Distribution Committee (Joint ou AJDC). Créé en 1914 aux Etats-Unis, le Joint rassemble différents courants de la judéité américaine (principalement des Juifs réformés mais également des Juifs socialistes) dans le but de secourir les Juifs d’Europe victimes du conflit mondial en cours. Dès lors, le Joint ne cesse d’agir en Europe. Si son action pendant et après la Seconde Guerre mondiale a été analysée par des historiens tels que Yehuda Bauer et Laura Hobson Faure1, l’investissement considérable du Joint en faveur de la reconstruction de la vie juive en Europe centrale et de l’Est après 1989 demeure encore peu connu.

Durant son intervention, Marcelo Dimentstein a présenté la première partie de sa thèse, soit la contextualisation de l’aide du Joint après 1989, en rappelant tout d’abord l’ampleur de la solidarité juive américaine en Europe tout au long du XXe siècle, depuis les pogroms du début du siècle jusqu’au lendemain de la Shoah. En particulier après la Seconde Guerre mondiale, les Juifs américains sont amenés à jouer un rôle croissant dans l’aide aux communautés juives d’Europe mais également des autres continents, notamment d’Israël. De plus en plus professionnalisée et spécialisée en différents domaines (secours humanitaire, religion, éducation), l’aide juive américaine concerne de nombreuses organisations, qu’elles soient uniquement américaines (American Jewish Committee, Joint, Jewish Labor Committee, National Council of Jewish Women) ou mondiales (ORT, OSE, HIAS2, Habad-Loubavitch).

L’intérêt pour les Juifs résidant dans les pays communistes d’Europe se manifeste fortement à partir des années 1960 avec le mouvement « Let my People Go » en faveur de l’émigration des Juifs soviétiques. Cependant, depuis la fin du second conflit mondial, les Juifs d’Europe centrale et orientale, tels que ceux de Hongrie et de Tchécoslovaquie, captent peu l’intérêt des Juifs américains en comparaison des Juifs soviétiques. Selon Marcelo Dimentstein, ces derniers sont alors « redécouverts » à la fin des années 1980. A une première « redécouverte » réalisée par des quelques individus se succède un mouvement de solidarité de grande ampleur auquel s’ajoute un intérêt mémoriel empreint de nostalgie, essentiellement de la part de Juifs américains « entrepreneurs de mémoire »3. Les communautés locales, dont l’identité juive est estimée affaiblie, sont alors aidées à recouvrer une vie communautaire dynamique, aussi bien culturellement que religieusement. Une action collaborative d’aide juive occidentale imbriquant de nombreuses organisations transnationales se met en place. Le Joint, situé au centre de cette aide sociale et culturelle, centralise également les nombreux financements européens et américains. La complexité et l’interaction de ces derniers, aux sources aussi bien étatiques que communautaires ou individuelles, démontrent la dynamique à la fois massive et résolument transnationale de cette action.

Discussion

 

Lisa Vapné souhaite tout d’abord revenir sur le terme transnational, en suggérant, étant donné la prédominance des organisations américaines, le terme d’ « américanisation ».

Marcelo Dimentstein précise que si la plupart des organisations et des financements proviennent des Etats-Unis, les travailleurs sociaux ne sont pas nécessairement nord-américains. Nombre d’entre eux sont argentins et leur culture spécifique du travail social influence également l’action menée en Europe. Le terme transnational lui semble donc être le plus approprié.

Lisa Vapné note ensuite que les oligarques juifs dans l’espace post-soviétique ont parfois financé des synagogues à l’instar de Viktor Pinchuk en Ukraine et se demande dans quelle mesure ces derniers ont également joué un rôle philanthropique dans les autres pays anciennement communistes.

Marcelo Dimentstein signale que les pays d’Europe de l’Est après 1989 ne connaissent pas d’oligarques comme en Ukraine ou en Russie. Par ailleurs, à la remarque de L. V. sur la situation géographique de l’Ukraine en Europe de l’Est, M. D. précise que par « Europe de l’Est », il reprend la délimitation fixée par le Joint, qui n’inclut pas l’Ukraine et les pays d’ex Union soviétique à l’exception des pays baltes. De même, lorsqu’il parle de la communauté juive polonaise « anéantie », il reprend les termes employés par le Joint, qui perçoit ainsi cette communauté, bien que cela ne corresponde en effet pas à la réalité.

Lisa Vapné questionne également le terme de « solidarité juive », que M. D. distingue des « solidarités partisanes ». Les solidarités ne sont-elles pas toutes partisanes ? Quelle différence fait-il par ailleurs entre solidarité, charité et philanthropie ?

Marcelo Dimentstein n’opère pas de distinction entre solidarité et philanthropie dans son étude. Il note que la notion de solidarité juive a évolué depuis la création de l’Alliance Israélite Universelle en 1860 et tout au long du 20ème siècle. Après 1989, il s’agit d’un mélange d’entraide et de community development (en développant les dirigeants juifs par exemple, aspect traité dans la seconde partie de la thèse de M.D.). Avant cette date, les différences étaient plus strictes entre les organisations philanthropiques et les autres.

Oui, selon lui, les organisations impliquées sont toutes partisanes. Mais le Joint se veut fédérateur en tenant à représenter la communauté juive dans son ensemble. Certaines solidarités plus partisanes récoltent seulement parmi leurs membres, comme les Juifs religieux ou le Jewish Labor Committee.

Lisa Vapné note que M.D. évoque l’action de Juifs américains avant 1989. De quand date-t-il l’installation des organisations juives occidentales sur place ?

Marcelo Dimentstein répond que l’on note des changements chez les Juifs d’Europe de l’Est dès 1987 dans la revue Soviet Jewish Affairs, et que la « redécouverte » des Juifs d’Europe de l’Est ne s’est jamais arrêtée depuis. L’arrivée massive d’organisations juives en Europe de l’Est s’effectue après l’effondrement des régimes communistes. Le Joint est venu dès le début des années 1980, il s’agit d’une exception. En Roumanie, il commence même à opérer dès 1968.

Martin Messika questionne également les motivations des fondations à donner dans ces pays plutôt que dans d’autres régions du monde, notamment en Israël ou aux Etats-Unis.

Marcelo Dimentstein explique que les campagnes annuelles au sein de la communauté juive américaines sont divisées en trois parties depuis les années 1930 : un tiers est destiné aux Juifs américains, un tiers à Israël (le United Palestine Appeal existe déjà avant 1948), un tiers aux Juifs à l’étranger hors d’Israël. Les leveurs de fonds professionnels ont développé des campagnes afin de motiver le don pour les Juifs d’Europe de l’Est.

  1. Yehuda Bauer, American Jewry and the Holocaust: The American Jewish Joint Distribution Committee, 1939-1945, Detroit, Wayne State University Press, 1981; Out of the Ashes: The Impact of American Jews on Post-Holocaust European Jewry, Oxford, Pergamon Press, 1989; Laura Hobson Faure, Un “Plan Marshall juif” : la présence juive américaine en France après la Shoah, 1944-1954, Paris, Armand Colin, 2013. []
  2. ORT : du russe Obchestvo Remeslenovo i zemledeltchskovo Trouda – association pour la promotion des travaux qualifiés. Son sigle en français signifie Organisation Reconstruction Travail ; OSE ou OZE : du russe Obschestvo zdravookhraneniia evreev – société pour la santé des Juifs. Son sigle en français signifie œuvre de Secours aux Enfants ; HIAS : Hebrew Immigrant Aid Society. []
  3. Marcelo Dimentstein donne l’exemple du livre de photographie d’Edward Serotta, Out of the Shadows: A Photographic Portrait of Jewish Life in Central Europe Since the Holocaust, Citadell Press, 1992. []