Qui sommes-nous ?

Yonith Benhamou
Est doctorante à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales à Paris. Elle prépare une thèse consacrée à l’«Histoire de l’humour juif et de la satire en Israël, du Yishouv à nos jours (1925-2000)», sous la direction de Jean Baumgarten. Son article publié dans la revue en ligne Intermède aborde la question du lien entre la caricature et les milieux juifs ultra-orthodoxes en Israël. Voir sa page personnelle

Eléonore Biezunski
Doctorante en histoire à l’EHESS et musicienne, articule la recherche et la pratique artistique : sa thèse entreprise sous la direction de Sylvie-Anne Goldberg porte sur les espaces musicaux de la création contemporaine en yiddish. Elle obtient en 2008 un Master de géographie à Paris X Nanterre sur New York comme espace vécu et représenté dans les chansons yiddish, après avoir travaillé sur les dynamiques spatiales du klezmer à New York. Formée en yiddish, elle participe, en tant que membre de l’équipe de chercheurs, à l’étude de la collection de livres en yiddish, « Dos poylishe yidntum » (La judéité polonaise), parue à Buenos Aires entre 1946 et 1966 (ANR – CRH, EHESS).
Voir sa page personnelle

Laure Fourtage
Est doctorante en histoire à l’Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Sa thèse, préparée sous la direction d’Anne Grynberg, est consacrée aux « Survivants juifs des camps dans la France de l’immédiat après Seconde Guerre mondiale ». Elle est l’auteur de deux articles : l’un paru dans Archives Juives en 2012 sous le titre : « Les organisations juives d’aide sociale et l’insertion professionnelle dans l’immédiat après-guerre » et l’autre publié en 2010 dans l’ouvrage collectif dirigé par Colette Zytnicki Terre d’exil, terre d’asile, Migrations juives en France aux XIXe et XXe siècles et intitulé : « Accueillir les déportés juifs en France dans l’immédiat après-guerre ». Mentionnons enfin la parution prochaine de deux textes, sur « l’Hôtel Lutetia » et « l’Exodus » (avec Julia Maspero), dans le Dictionnaire du judaïsme français après 1945. Voir sa page personnelle

Johanna Linsler
Est doctorante en histoire à l’Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne et membre du Comité d’Histoire auprès de la Commission pour l’Indemnisation des Victimes de Spoliations. Elle prépare une thèse sous la direction d’Anne Grynberg intitulée « Les Juifs de France face à la spoliation des biens ». Elle a dirigé avec Anne Grynberg l’ouvrage paru en 2013 en français et allemand : L’Irréparable. Itinéraires d’artistes et d’amateurs d’art juifs, réfugiés du « Troisième Reich » en France. Elle est l’auteur également de deux articles : l’un publié en 2009 dans Les Cahiers du Judaïsme – « La Spécificité de l’Alsace-Moselle sous administration allemande » – l’autre publié en 2010 dans l’ouvrage collectif dirigé par Colette Zytnicki Terre d’exil, terre d’asile, Migrations juives en France aux XIXe et XXe siècles – « Les Réfugiés juifs en provenance du Reich allemand en France dans les années 1930 ». Voir sa page personnelle

Julia Maspero
Est doctorante en histoire à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales à Paris et prépare une thèse portant sur les Personnes déplacées (DPs) en zones françaises d’occupation en Allemagne et en Autriche (1945-1951). En mai 2013, elle a co-organisé avec Corine Defrance et Juliette Denis la conférence, « Personnes déplacées et Guerre froide en Allemagne occupée », qui s’est tenue au Goethe-Institut à Paris. Les actes de la conférence sont parus en 2015 chez Peter Lang. Parmi ses publications, mentionnons notamment sa contribution au colloque organisé à Varsovie en 2011, et publiée en 2013 dans la revue de l’Institut juif de Varsovie (Jewish History Quarterly) : « French Policy On Postwar Migration Of Eastern European Jews Through France And French Occupation Zones In Germany And Austria ». Voir sa page personnelle

Martin Messika
Est doctorant en histoire et rattaché à l’Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne et l’Université du Québec à Montréal. Co-dirigée par Patrick Weil et Yolande Cohen, sa thèse porte sur l’« Histoire comparée des migrations juives d’Afrique du Nord, France-Canada/Québec (1950-1980) ». Par ailleurs, il est membre de la Société d’histoire des Juifs de Tunisie et du projet de l’Université Concordia consacré aux histoires de vie des Montréalais déplacés par la guerre, le génocide et autres violations des droits de la personne. Parmi ses publications, citons notamment deux articles parus dans la revue Archives Juives : « Paris – Montréal. Des façons d’accompagner le « choc terrible » du décès d’un enfant dans les années 1960-1980 » (2012) ; « Le foyer du « Toit familial » et l’arrivée des juifs d’Afrique du Nord en France (1954-1975) » (2011). Voir sa page personnelle

Constance Pâris de Bollardière
Est doctorante en histoire à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales à Paris. Elle prépare une thèse intitulée « Le Jewish Labor Committee et la reconstruction de la vie juive en France (1944-1949) » sous la direction de Nancy Green. En tant que membre de l’équipe de chercheurs, elle participe à l’étude de la collection de livres en yiddish, « Dos poylishe yidntum », parue à Buenos Aires entre 1946 et 1966 (ANR – CRH, EHESS). Sur le carnet de recherche dédié aux travaux de cette équipe, elle a ainsi publié en août 2013 un billet consacré au livre de Yankev Pat, Henekh, un enfant juif échappé du ghetto. Soulignons également, parmi ses publications, la parution en 2013 de son article intitulé « The Jewish Labor Committe’s Bundist Relief Network in France, 1945-1948 », au sein des actes du colloque tenu à Varsovie en 2011 sur le thème : To Stay or to Go ? Jews in Europe in the Immediate Aftermath of the Holocaust.

Simon Perego
Est doctorant et ATER au Centre d’histoire de Sciences Po. Paris. Sa thèse, préparée sous la direction de Claire Andrieu, s’intitule : « L’expérience de la Seconde Guerre mondiale : mémoires et représentations au sein du monde juif en France entre 1944 et 1967 ». Aux côtés de Renée Poznanski, il est également commissaire scientifique de l’exposition consacrée au CDJC (1943-2013) et présentée au Mémorial de la Shoah du 25 avril au 17 novembre 2013. Parmi ses publications, citons notamment l’article paru en 2010 dans la Revue d’histoire de la Shoah et portant sur « Les commémorations de la destruction des Juifs d’Europe au Mémorial du martyr juif inconnu du milieu des années cinquante à la fin des années soixante ». Nous pouvons également faire mention de ses quatre articles à paraître prochainement dans le Dictionnaire du judaïsme français de 1945 à nos jours et dirigé par Jean Leselbaum : « Commémorations », « Centre de documentation juive contemporaine », « Mémorial de la Shoah » et « Libération ». Voir sa page personnelle

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Atelier de recherche