Archives de catégorie : Annonce des séances

« Une nouvelle vie dans un nouveau pays »

La prochaine séance de l’atelier “Histoire des Juifs en Europe après 1945″ aura lieu le jeudi 25 juin 2015, de 17h à 19h. Nous recevrons, Antoine Burgard, doctorant en Histoire à l’Université du Québec à Montréal et à l’Université Lumière Lyon 2. Il présentera une intervention intitulée :  « Une nouvelle vie dans un nouveau pays”. Trajectoires d’orphelins de la Shoah vers le Canada (1947-1952). Sa présentation sera discutée par Claire Zalc, chargée de recherches à l’Institut d’Histoire moderne et contemporaine (CNRS-ENS). Continuer la lecture de « Une nouvelle vie dans un nouveau pays »

« Un parcours immobile ? »

La prochaine séance de l’atelier “Histoire des Juifs en Europe après 1945″ aura lieu le mardi 12 mai 2015, de 17h à 19h. Nous recevrons Alma Heckman, doctorante à l’Université de Californie à Los Angeles (UCLA), qui présentera une intervention intitulée : « Un parcours immobile? » La partition politique des Juifs du Maroc au seuil de l’indépendance. Sa présentation sera discutée par Pierre-Jean Le Foll-Luciani, docteur en histoire de l’Université Rennes 2. Continuer la lecture de « Un parcours immobile ? »

16 avril 2015 : Les artistes rescapés de la Shoah en France de 1945 à 1995 : parcours, œuvres et réception

La prochaine séance de l’atelier “Histoire des Juifs en Europe après 1945″ aura lieu le jeudi 16 avril 2015, de 17h à 19h. Nous recevrons, Julie Constant, docteur de l’Université Bordeaux 3, qui présentera une intervention intitulée :  Les artistes rescapés de la Shoah en France de 1945 à 1995 : parcours, œuvres et réception. Sa présentation sera discutée par Didier Schulman, responsable de la Bibliothèque Kandinsky au Centre Pompidou.

La séance aura lieu à Sciences Po, 13 rue de l’Université (7e arrondissement), salle du Conseil, 5e étage.

Résumé de l’intervention (en français – en anglais)

Les artistes rescapés de la Shoah en France de 1945 à 1995 : parcours, œuvres et réception.

Julie Constant nous présentera sa thèse de doctorat soutenue en décembre, thèse qui propose d’éclairer les trajectoires et les œuvres d’artistes survivants des camps nazis, français ou installés en France après 1945, leur tentative de transmettre l’expérience de la déportation et du génocide ou leur volonté de fuir ces thématiques, les langages plastiques et l’iconographie empruntés, les déclencheurs mémoriels et les mutations des choix de chacun pour témoigner, représenter, remémorer, dans l’après-guerre, durant les années soixante et soixante-dix, puis à l’approche du cinquantième anniversaire de la Libération. Quelques rares artistes ont eu l’opportunité de créer in situ : nous étudions également les motivations, les conditions de création et les spécificités de ces dessins des camps. Entre mémoire, révolte et résilience, les artistes de ce corpus, déportés pour faits de résistance ou dans le cadre de la mise en œuvre de la solution finale, ont dû mener une lutte intérieure contre les douloureuses réminiscences des camps et parfois un combat militant pour diffuser leur message face aux offensives antisémites et négationnistes. La complexité de la transfiguration en termes plastiques du traumatisme a suscité doutes et réflexions : transmettre sans trahir, témoigner sans renoncer à l’art. Les peintres, sculpteurs et graveurs de ce corpus n’ont en effet jamais cessé de se définir prioritairement comme des artistes : l’essence et la portée universelle de la création, ainsi que les références tutélaires de l’histoire de l’art ont épaulé les artistes dans ce processus cathartique. Si les cadavres, corps anonymes et suppliciés, peuplent l’univers visuel de l’après-guerre, les artistes rescapés convoquent les disparus et réinsufflent chair et  individualité aux êtres aimés, figurés souffrants, combattants ou tendres, mais dignes et debout. Notre objet d’étude se concentre également sur les modalités et les formes évolutives de la rencontre entre les œuvres liées à la mémoire de la déportation et la France : la diffusion auprès du public français à l’occasion d’expositions ; la communication autour de ces problématiques dans les catalogues, les cartons d’expositions et les publications ; la réception des œuvres à travers la presse, les acquisitions publiques et les décorations honorifiques, ainsi que l’accueil spécifique de la communauté juive avec notamment la création du premier Musée d’art juif français. Les principaux artistes du corpus sont : Avigdor Arikha, René Baumer, Isaac Celnikier, Léon Delarbre, David Olère, Sam Ringer, Shelomo Selinger, Walter Spitzer et Boris Taslitzky.

Remember your future. Artists that survived the Nazi camps and how their work of testimony and memory has been received in France since 1945.

The thesis attempts to shed light on the trajectory and work of French artists and artists who lived in France after 1945 after surviving the Nazi camps. It also looks at their efforts to pass on their experience of the deportation and the genocide, or on the other hand their desire to flee the themes, esthetic language and the iconography used. The triggers to the memory and the eventual mutation of choices by each person to be witness, to represent, to recollect after the war, during the 1960s and 1970s, then ahead of the fiftieth anniversary of the Liberation, will also be addressed. A few rare artists had the opportunity to create in situ: we will also study the motivation, the conditions of creation and the particularities of the drawings in the camps. Between memory, revolt and resilience, the artists of this group, deported for their activities in the resistance or the installation of the final solution, had to lead an interior  struggle against the painful reminiscences of the camps and sometimes an activist’s fight to spread their message in opposition to anti-Semite attacks and Holocaust deniers. The complexity of the transfiguration in terms of visual representations of trauma brought up doubts and reflections: transmitting without betraying, witnessing without giving up art. The painters, sculptors and engravers of this group have never really stopped defining themselves mainly as artists: the essence and the universal scope of creation, as well as the custodians of art history having placed this cathartic process on the shoulders of the artists. If the corpses, the anonymous and tortured bodies, inhabit the visual universe after the war, the artists that escaped, summoned those that disappeared and gave flesh and individuality to loved ones, represented as suffering, fighting or tender, but dignified and standing. The study also concentrates on the terms and changing forms of the reception in France of the works linked to the memory of the deportation: the distribution to the French public via exhibitions; the promotion concerning these issues in the literature about the exhibitions and the artists ; the press reactions, the public acquisitions and decorations, including the specific reception by the Jewish community especially with the creation of the French Jewish art museum. The main artists of the corpus are: Avigdor Arikha, René Baumer, Isaac Celnikier, Léon Delarbre, David Olère, Sam Ringer, Shelomo Selinger, Walter Spitzer and Boris Taslitzky.

Biographies des intervenants

Julie Constant est docteur en Histoire de l’art (Université Bordeaux 3), enseignante à l’Université de Lorraine et professeur d’Histoire dans le secondaire.

Didier Schulmann est conservateur du patrimoine et responsable de la Bibliothèque Kandinsky, service d’archives et de recherche du MNAM.

19 mars 2015 : La Tchécoslovaquie après 1945 : bonne mère ou marâtre pour les Juifs ?

La prochaine séance de l’atelier “Histoire des Juifs en Europe après 1945″ aura lieu le jeudi 19 mars 2015, de 17h à 19h. Nous recevrons, Paul Lenormand, doctorant au Centre d’Histoire de Sciences Po, qui présentera une intervention intitulée :  La Tchécoslovaquie après 1945 : bonne mère ou marâtre pour les Juifs ? Sa présentation sera discutée par Marta Craveri, Chercheur associé au CERCEC et Directrice scientifique adjointe à la FMSH.

La séance aura lieu à Sciences Po, 13 rue de l’Université (7e arrondissement), salle du Conseil, 5e étage.

 

Résumé de l’intervention

La Tchécoslovaquie après 1945 : bonne mère ou marâtre pour les Juifs ? La Tchécoslovaquie de 1945 constitue à bien des égards une exception en Europe centrale et orientale : territoire épargné par la guerre civile des confins soviétiques, démocratie imparfaite mais néanmoins refondée sur des principes humanistes et économie nettement moins endommagée par la guerre que ses voisines. Si un principe de rupture, gravitant essentiellement autour du socialisme (quelle qu’en soit la définition), est mis en avant par les responsables tchécoslovaques, le personnel politique et une grande partie des élites tchécoslovaques sont les héritiers de la Première République (1918-1938), qui donna aux Juifs le droit d’opter pour une nationalité propre et fit de la Tchécoslovaquie d’entre les guerres un des Etats les plus philosémites d’Europe.
Cette présentation visera à examiner le rôle joué par la guerre – c’est-à-dire par le génocide mais aussi par les autres expériences de guerre – dans la politique tchécoslovaque vis-à-vis des Juifs et dans la situation des Juifs en général. Un accent particulier sera mis sur l’armée tchécoslovaque, qui a accueilli de nombreux combattants juifs pendant la guerre. L’objectif sera d’y mesurer la présence des Juifs et l’enjeu que peut représenter leur place dans l’armée, au miroir de la politique plus large des nationalités et de la construction des identités dans l’après-guerre et jusqu’au début des années 1950. L’intervention tentera également de présenter les limites rencontrées en termes d’interprétation et de sources sur cette question.

Biographies des intervenants

Paul Lenormand, chargé de cours à Paris-Sorbonne et Sciences Po Paris, membre du GDR « Connaissance de l’Europe médiane », il étudie les processus d’épuration et de promotion ainsi que la transformation de la culture militaire en Tchécoslovaquie, en particulier le rôle de l’éducation politique. Il a notamment publié le chapitre « Les déplacés tchécoslovaques en Allemagne et en Autriche : réfugiés, expulsés et exilés dans la construction d’une frontière nationale et idéologique (1945-1950) » dans l’ouvrage Personnes déplacées et Guerre froide en Allemagne occupée, Peter Lang, 2015 et publiera « Miles Sovieticus? Education Officers and the New People’s Army in Post-War Czechoslovakia » (Transferring the Soviet New Man: Eastern and Central European Perspectives, Central European University Press). Il achève une thèse sur la transformation de l’institution militaire tchécoslovaque en armée communiste entre 1938 et le début des années 1950.

Chercheur associé au CERCEC depuis 2003, Marta Craveri est historienne et travaille sur l’histoire des répressions staliniennes et du travail forcé. Actuellement elle poursuit des recherches sur les trajectoires d’enfances au goulag et sur la mémoire et l’héritage de la déportation en URSS des Polonais et Baltes d’origine juive.
Après une thèse soutenue à l’Institut Universitaire Européen de Fiesole (Italie) en 2000 qui avait pour titre  Expansion, crise et effondrement du système du travail forcé en Union Soviétique. La résistance des prisonniers dans les camps de travail 1945 – 1956, Marta Craveri a coordonné un projet ANR contribuant à la création d’un corpus d’entretiens avec des survivants des répressions soviétiques et d’un musée virtuel Archives sonores – Mémoires Européennes du Goulag au sein duquel elle a été la réalisatrice de plusieurs salles thématiques et biographiques.
Elle est Directrice scientifique adjointe et responsable du programme Russie et Républiques de la CEI de la Fondation maison des sciences de l’homme (FMSH).

19 février 2015 : Entre impératif d’“assimilation” et gestion pragmatique des minorités : la IVe République et les Juifs étrangers

La prochaine séance de l’atelier « Histoire des Juifs en Europe après 1945 » aura lieu le jeudi 19 février 2015, de 17h à 19h. Nous recevrons, Jérémy Guedj, doctorant en à l’Université de Nice, qui présentera une intervention intitulée  : Entre impératif d’“assimilation” et gestion pragmatique des minorités : la IVe République et les Juifs étrangers. Sa présentation sera discutée par Anne Grynberg, Professeure des Universités à l’INALCO.

Attention modification : Anne Grynberg ne pourra malheureusement pas être présente, néanmoins l’intervention de Jérémy Guedj est maintenue.

La séance aura lieu au Centre d’histoire de Sciences Po, 56 rue Jacob, 75006 Paris, salle du Traité (1er étage).

Résumé de l’intervention

Entre impératif d’“assimilation” et gestion pragmatique des minorités : la IVe République et les Juifs étrangers. Fort de la triple dynamique nourrie par les études sur les lendemains de guerre, les minorités et la gestion de ces dernières par l’État, l’histoire des Juifs de France après 1945 connaît actuellement une notable vigueur. C’est à ces recherches en renouveau que la présente intervention se propose de contribuer en s’interrogeant sur la place que la IVe République a accordée aux Juifs étrangers qui se décomposaient en deux groupes inégaux : ceux déjà présents avant 1939, qu’il convenait, conformément à un impératif d’État, d’accompagner et de « réinsérer » après le choc de la guerre, et les nouveaux arrivants. Le régime a manifesté à la fois prudence et ambiguïté face aux Juifs étrangers, d’abord traités de manière spécifique, en marge de la gestion des étrangers et de l’immigration en général, puis, au fil de la normalisation de l’approche des questions migratoires, au tournant des années 1950, comme les autres étrangers dans l’ensemble. De fait, ce sujet dévoile certains traits des représentations d’État à l’égard des Juifs.

Biographies des intervenantes

Jérémy Guedj, chargé de cours et doctorant en histoire contemporaine à l’Université de Nice Sophia Antipolis, membre du Centre de la Méditerranée moderne et contemporaine (CMMC), s’intéresse à l’histoire des minorités dans la France contemporaine. Il a publié Le Miroir des désillusions. Les Juifs de France et l’Italie fasciste (1922-1939), Paris, Classiques Garnier, 2011 et achève une thèse sur la IVe République et l’immigration.

Anne Grynberg est maître de conférences en histoire contemporaine à l’Institut national des langues et civilisations orientales (INALCO), directrice de recherche associée à l’Université Paris I – Sorbonne, et responsable éditoriale des Cahiers du judaïsme. Elle est également directrice scientifique du Comité d’histoire auprès de la Commission d’indemnisation des victimes des spoliations intervenues du fait des législations antisémites en vigueur sous l’Occupation (CIVS).
Anne Grynberg est spécialiste de l’histoire des Juifs à la période contemporaine, de l’histoire et mémoire de la France de Vichy et de l’Occupation, de l’histoire des Juifs d’Europe dans l’après-guerre, des Mémoriaux et musées d’histoire.
Elle a, notamment, publié Les Camps de la honte. Les internés juifs des camps français, 1939-1944, ( éditions de La Découverte, 1991) ; Vers la terre d’Israël (éditions Gallimard, 1e éd. 1998) ; La Shoah, l’impossible oubli (Gallimard, 1e éd. 1995). En collaboration avec Johanna Linsler, elle a dirigé en 2013 : L’Irréparable. Itinéraires d’artistes juifs allemands et autrichiens réfugiés en France  (édition franco-allemande, Magdeburg, KST).