Archives de catégorie : Soutenances

Soutenance de Constance Pâris de Bollardière : Une aide socialiste juive américaine dans la diaspora yiddish, le Jewish Labor Committee en France (1944-1948)

Nous avons le grand plaisir d’annoncer la soutenance de thèse d’une des membres de notre groupe de recherche : Constance Pâris de Bollardière.

La soutenance de sa thèse de doctorat d’histoire dirigée par Nancy L. Green :

« La pérennité de notre peuple » :
Une aide socialiste juive américaine dans la diaspora yiddish,
le Jewish Labor Committee en France (1944-1948)

se déroulera le vendredi 10 mars 2017 à 14h30 à l’EHESS, Continuer la lecture de Soutenance de Constance Pâris de Bollardière : Une aide socialiste juive américaine dans la diaspora yiddish, le Jewish Labor Committee en France (1944-1948)

27 octobre 2014 : soutenance d’Ewa Tartakowsky – Conditions et fonctions sociales de la littérature d’exil. Production littéraire des auteurs d’origine judéo-maghrébine en France.

Le 27 octobre 2014, Ewa Tartakowsky – doctorante au Centre Max Weber de l’Université Lyon 2 –  soutiendra sa thèse de doctorat de sociologie : « Conditions et fonctions sociales de la littérature d’exil. Production littéraire des auteurs d’origine judéo-maghrébine en France. »

Le jury sera composé de :
Paul Aron, Professeur des Universités, Université libre de Bruxelles (rapporteur)
Chantal Bordes-Benayoun, Directrice de Recherche au CNRS, Université Toulouse Jean Jaurès
Isabelle Charpentier, Professeure des Universités, Université de Picardie (rapporteuse)
Christine Détrez, Maîtresse de conférences HDR, ENS Lyon
Bernard Lahire, Professeur des Universités, ENS Lyon (directeur de thèse)

Pour connaître ses travaux de recherche réalisés jusqu’à présent, rendez-vous sur sa page sur le site du Centre Max Weber.

Le lundi 27 octobre 2014
à 14h
Institut des Sciences de l’Homme
salle Marc Bloch
14 avenue Berthelot
Lyon 

Résumé par Ewa Tartakowsky
« Notre travail de thèse se propose d’interroger la production littéraire des écrivains d’origine judéo-maghrébine en France en tant que littérature d’exil, dans la période de la décolonisation. La démarche, se basant sur une étude prosopographique, porte dans un premier temps sur les contextes favorables et pertinents à l’action d’une série d’individus, autrement dit sur l’état des conditions de la production d’une littérature née d’un déplacement. S’en suit une classification d’écrivains rendue possible par la mise en relation des caractéristiques sociologiques et des dispositions propres à cette génération d’auteurs avec les cadres culturels, historiques et cognitifs qui sont les leurs. En s’appuyant sur des entretiens semi-directifs avec des écrivains sélectionnés selon la typologie dégagée de l’étude précédente ainsi que sur l’étude de leurs œuvres littéraires, la recherche s’attache, dans un second temps, à vérifier si cette écriture « minoritaire » peut nous renseigner, et jusqu’à quel point, sur les relations qu’entretiennent entre elles histoire, mémoire, littérature et identité dans le contexte migratoire. Enfin, dans cette perspective, ses usages sociaux et ses fonctions sont étudiés à travers l’analyse des mécanismes et des thèmes récurrents de cette production littéraire, qui se construit comme le témoignage singulier d’un moment de vécu historique et ce faisant, nourrit notre compréhension des processus d’ajustements littéraires. »

10 novembre 2014 : soutenance de Sébastien Ledoux – Le temps du « devoir de mémoire » des années 1970 à nos jours

Le 10 novembre 2014, Sébastien Ledoux – doctorant au Centre d’histoire sociale du XXe siècle de l’Université Paris I (CHS) –  soutiendra sa thèse de doctorat d’histoire : « Le temps du « devoir de mémoire » des années 1970 à nos jours« .

Le jury sera composé de :
Pieter Lagrou (Université Libre de Bruxelles), rapporteur
Sandrine Lefranc
(CNRS/Université de Paris Ouest-Nanterre La Défense)

Pascal Ory (Université de Paris I)
Denis Peschanski (CNRS/ Université de Paris I), directeur de thèse
Henry Rousso (CNRS), rapporteur

Pour connaître ses travaux de recherche réalisés jusqu’à présent, rendez-vous sur sa page sur le site du CHS.
 

Le lundi 10 novembre2014
9h30

Université Paris I, Sorbonne-Panthéon
Salle Jean-Baptiste Duroselle
1 rue Victor-Cousin, Paris 5e

Résumé – par Sébastien Ledoux

« La thèse est consacrée à l’histoire de l’expression « devoir de mémoire », des années 1970 à nos jours. Ce néologisme s’élabore dans le contexte de nouveaux usages du mot « mémoire », sans lien avec la mémoire de la Shoah, avant de devenir une formule du discours social au début des années 1990, à l’occasion du débat sur la reconnaissance officielle du rôle de Vichy dans la persécution et l’extermination des Juifs. Le rôle des médias, des acteurs politiques, ainsi que des militants de la mémoire est analysé pour comprendre la place et les sens de ce référent social qui a formalisé un nouveau rapport au passé des contemporains. Pour mener ce travail, les sources audiovisuelles, celles de la presse écrite, du secrétariat d’État aux Anciens combattants, et des associations ont été exploitées, complétées par de nombreux entretiens. La présente recherche s’inscrit dans le renouvellement actuel des études en memory studies, en mobilisant également l’analyse du discours et l’étude des politiques publiques. »