Mémoire(s) et nostalgie des Juifs d’Odessa : un phénomène spécifique ?

À propos de la séance du 18 décembre 2013 de l’atelier “Histoire des Juifs en Europe après 1945
Intervention d’Isabelle Ferri-Nemirovski discutée par Simon Perego

 

Compte-rendu de l’intervention

 

Entre passé et présent, entre mythe et réalité.

La recherche d’Isabelle Ferri-Nemirovski, « Mémoire(s) et nostalgie des Juifs d’Odessa : un phénomène spécifique ? » (sous la direction d’Anne Grynberg et Jean Baumgarten, INALCO), fait suite à un master visant à présenter un portrait des Juifs d’Odessa au tournant des XIXe et XXe siècles. Il s’agit « de faire renaître par l’évocation, un monde qui n’[est] plus »1 , de reconstruire une histoire collective au-delà de la famille. La rareté des ouvrages scientifiques sur les Juifs d’Odessa et l’absence d’un livre du souvenir, révèlent une « mémoire chancelante », où mythe et réalité s’entremêlent. Le nombre impressionnant de témoignages littéraires souvent dithyrambiques d’auteurs juifs et non juifs, ainsi que d’autres productions artistiques (films, chansons, peintures) sur Odessa a conduit I. Ferri-Nemirovski à s’interroger sur la spécificité et le caractère atypique de l’expérience juive odessite, et à formuler l’hypothèse d’une originalité qui irait jusque dans l’expression nostalgique des descendants d’exilés juifs d’Odessa, identité qu’elle cherche à appréhender à travers ses multiples mémoires.

À Odessa, tandis que les traces du passé – et en particulier du passé juif – sont effacées, les rares témoins de la forte présence juive d’antan vivent dans « un exil temporel », au rythme de souvenirs et reclus dans des appartements remplis de vieilleries. L’héritage juif d’Odessa a été en partie détruit durant les heures sombres de la Russie puis de l’Union soviétique (vague de pogroms à partir de 1881 ; Révolutions de 1905 et 1917 ; en 1941, massacres d’Odessa, 19 000 Juifs sont assassinés ; dictature stalinienne et liquidation des institutions juives ; à partir de 1985, émigration massive des Juifs russes en général et d’Odessa en particulier). Aujourd’hui, lorsque les « touristes des racines » retournent à Odessa en vue d’explorer leur passé familial, ils assistent à un spectacle de désolation, tandis que la communauté juive de la ville ne semble pas se préoccuper outre mesure de ce passé juif flamboyant. Il existe ainsi une rupture entre l’Odessa mythique et celle d’aujourd’hui.

Odessa : À ville et communauté juive d’exception, mémoire d’exception ?

Le contexte particulier de la création d’Odessa (colonie de peuplement développée par l’impératrice Catherine II, politiques libérales conduites par les autorités successives, esprits novateurs et amateurs d’art qui ont participé à sa construction) a fait de la jeune ville un centre de progrès. Le statut des Juifs y était très différent de celui qui prévalait dans le reste de la Zone de résidence. Tandis qu’ailleurs leurs droits étaient limités et leur situation précaire, à Odessa, considérée comme un îlot de liberté au sein de l’Empire russe, les conditions de vie et d’implantation étaient privilégiées, notamment par des exemptions de taxes. Au début du XXe siècle, Odessa était l’une des villes les plus florissantes de l’Empire russe (la quatrième après Saint-Pétersbourg et Varsovie). Échappant aux catégorisations en vigueur dans l’Empire russe, les Juifs d’Odessa représentent à la fin du XIXe siècle plus de 30 % de la population totale de cette ville qui n’est ni un simple port, ni un shtetl, ni une ville russe, et qui ne laisse, à en croire les sources, personne indifférent.

Dans ce laboratoire d’idées qu’est la ville d’Odessa, apparaît la figure archétypique du Juif odessite, acteur dynamique et incontournable des sphères économique, politique et culturelle de la cité, connu pour son goût prononcé pour les arts, en particulier la musique. « Une ville façonnée par les Juifs » écrit Isaac Babel dans ses Contes d’Odessa, sur la ville cosmopolite à laquelle la société juive, composés de juifs sécularisés et de religieux appartenant à différentes classes sociales, traversée par une grande diversité de courants politiques, avait conférée un cachet particulier. Elle fut aussi un vivier d’artistes, d’écrivains et d’intellectuels juifs comme Khayim N. Bialik, Mendele Moykher Sforim, Cholem Aleïkhem, Ahad Ha’am, Shimon Doubnov, Leon Pinsker, Nathan Milstein. À travers des productions littéraires et artistiques, elle est tantôt décriée tantôt encensée pour ses excès en tous genre, ses proxénètes, ses voyous (dont le quartier de la Moldavanka, notamment dépeint par Isaac Babel, est représentatif), son libertinage, son opulence, sa douceur de vivre et son bouillonnement artistique et intellectuel.

La contrainte de l’exil, provoqué notamment par l’éclatement de l’antisémitisme d’État en 1881, a engendré un déchirement intense. Les descendants juifs d’Odessa interrogés par Isabelle Ferri-Nemirovski sur leurs origines répondent spontanément et de manière récurrente qu’ils viennent d’un ailleurs indéfinissable. La mémoire juive odessite revêtirait un caractère original à plusieurs titres : tout d’abord, elle se déploie en des lieux divers (le quartier Little Odessa à New-York, la colonie agricole juive New Odessa dans l’Oregon ,  les 11 villes américaines qui portent le nom d’Odessa…) et sous des formes plurielles (littéraire, musicale, picturale, cinématographique…). Il existe même aujourd’hui dans la diaspora une « Internationale odessite », forum de discussion sur Internet2, dont le slogan est « Odessites de tous les pays, unissez-vous ». Aussi, la nostalgie des Juifs d’Odessa ne s’inscrirait-elle pas dans une définition traditionnelle, qui serait celle, temporelle et individuelle, des années d’enfance, mais dans un attachement aux lieux qui, dans sa dimension collective, relève parfois du patriotisme.

Odessa reste vivace dans les esprits des descendants d’exilés odessites, à travers des initiatives artistiques et il existe une réelle effervescence autour du passé juif de la ville, en particulier hors de ses frontières. C’est le cas de du film de Michale Boganim Odessa…Odessa !, dépeignant le quartier Brooklyn Little Odessa dont le nom même est caractéristique de cette langueur qui serait devenu « un mode d’être fertile en expressions en tous genres ». C’est aussi le cas de l’artiste peintre Anne Gorouben, qui consacre une partie de son œuvre à Odessa, d’une nouvelle en cours d’écriture portant sur Odessa, à laquelle Isabelle Ferri-Nemirovski apporte son concours sur le plan historique, tout en recueillant le témoignage de son auteure. Un travail de collecte d’un corpus d’une centaine de chansons sur la thématique de la ville bien-aimée à jamais disparue – souvent personnifiée sous les traits d’une amie, d’une sœur, d’une mère – a révélé que la nostalgie d’Odessa s’exprime sur des musiques entraînantes, contrairement à ce que l’on pourrait attendre de chansons exprimant la mélancolie et les souffrances liées à l’exil et à la perte. D’autres initiatives, plus concrètes, concernent par exemple la restauration des cimetières juifs de la ville, ou encore la traduction des pages manuscrites des registres d’Etat civil de la ville d’Odessa (du russe vers l’anglais) sur le site de Jewishgen kehilalinks Odessa qu’a effectué Isabelle Ferri-Nemirovski en tant que traductrice depuis novembre 2011.

S’appuyant sur des documents d’archives, sur la bibliographie scientifique existante, sur de nombreux entretiens (plus de 40 à ce jour), sur des correspondances, des anecdotes, des légendes et sur un vaste corpus de matériaux littéraire, musical, pictural et cinématographique, Isabelle Ferri-Nemirovski se propose de démêler l’écheveau complexe entre mythe et réalité dans le cas de la mémoire juive d’Odessa, et d’ouvrir des pistes encore inexploitées, notamment à travers des « lieux de mémoires immatériels ». En outre, cette réflexion autour de la singularité d’Odessa ne peut être validée que par une comparaison avec d’autres villes multiculturelles d’Europe centrale et orientale (Vienne, Czernowitz, Lviv, Budapest par exemple).

Isabelle Ferri-Nemirovski propose de présenter chronologiquement une toile de fond historique d’Odessa, sur laquelle viendrait se tisser les témoignages et les exemples, afin d’effectuer cet aller-retour entre mémoire et réalité. Partant des premières images constitutives de la mémoire odessite lors de la conception de la ville par ses promoteurs (depuis 1794), elle tentera de montrer comment, l’identité et la mémoire du Juif d’Odessa a fait de lui l’archétype de l’« odessite », pendant l’âge d’or de l’Odessa juive (1870-1920). Enfin, elle évoquerait le déclin de la vie juive odessite.

Isabelle Ferri-Nemirovski a conclu son intervention sur un projet de voyage sur lequel elle travaille en collaboration avec l’association Valiske qui encadre des groupes dont les membres sont à la recherche des traces de leurs ancêtres juifs, en particulier en Europe de l’Est. Un numéro d’« Envoyé spécial », diffusé le 4 juillet 2013, avait entre autre suivi le travail du responsable de l’association. Il s’agirait d’emmener un groupe de descendants de Juifs d’Odessa dans la ville mythique, de les interroger in situ, de recueillir leurs impressions « à chaud », afin de les insérer plus tard dans un chapitre de la thèse comme un exemple de « mémoire vivante », dans une sorte d’étude interactive. Ce séjour pourrait aussi donner lieu à la collecte de récits familiaux de membres plus âgés de la communauté juive odessite vivant toujours à Odessa. Enfin, elle a évoqué la visite du Musée de la Littérature d’Odessa, proposant des fonds d’archives uniques et une vaste bibliothèque.

Discussion

Simon Perego s’interroge sur le champ disciplinaire dans lequel s’inscrit ce travail et sur l’ampleur de la recherche et des corpus théoriques à maîtriser. Évoquant « l’option pointilliste », il suggère de resserrer la focale sur un champ particulier (par exemple la production littéraire), pour éviter de tomber dans le piège de la typologie descriptive des évocations, et pour mieux articuler description et analyse des représentations.

Isabelle Ferri-Nemirovski précise qu’elle souhaitait partir d’une vision « arc-en-ciel » d’Odessa pour ensuite pointer les auteurs les plus emblématiques par rapport à sa problématique de l’originalité. Elle envisage de poser la toile de fond historique sur laquelle viennent se greffer témoignages ou exemples qui développent un point particulier, tout en évitant les catégorisations artificielles. Il s’agit de l’histoire d’une ville jeune (créée à la fin du 18e siècle) qui a connu une période de sommeil pendant la soviétisation de la ville. Les années 1870 à 1920 sont donc au cœur de la thèse. Elle voudrait donner une définition du juif d’Odessa, qui s’appelle « odessite », dans la diaspora et dans les mémoires, et de dégager ainsi le caractère spécial d’Odessa. Elle dispose d’un matériel vaste et elle aura la possibilité de resserrer son analyse. Les aspects historiques ont par ailleurs déjà été traités dans le travail de Master.

S. P. s’interroge sur la manière de traiter l’originalité d’Odessa et sa spécificité. Ainsi, pour conduire la recherche, il serait intéressant de « dés-exceptionnaliser » l’objet et de partir du présupposé que c’est une ville comme les autres. Même si la singularité apparaît, notamment par l’absence de Livre du Souvenir, et par la modernité de la communauté, peut-être faut-il partir du constat que les originaires d’Odessa pensent qu’elle est spéciale, et qu’ils se considèrent exceptionnels. Il s’agirait de se demander pourquoi ils développent cette image d’exceptionnalité et pourquoi ils ont cultivé une image différente de celle des autres sociétés juives de l’Empire Russe. Cela impliquerait d’étudier les discours, les représentations, sans les dissocier du réel historique, mais en les considérant comme un corpus discursif sur une ville donnée.

I. F.-N. répond que la partie centrale de sa thèse pose la question de savoir pourquoi cette ville est si différente. Cela est lié aux conditions de création de la ville par Catherine II qui souhaitait peupler cette région afin de disposer d’une ouverture commerciale sur l’Europe. Odessa devait ainsi rivaliser avec Saint-Petersbourg.

Johanna Linsler revient sur la question des critères de comparaison avec d’autres villes, qui auraient un élément commun avec Odessa, par exemple Amsterdam, dans son aspect d’ouverture aux réfugiés.

I. F.-N. répond qu’elle a choisi de limiter la comparaison avec d’autres grandes villes à forte population juive, situées dans la même zone géographique, comme Vienne, Budapest, Czernowitz. Vilnius était, quant à elle, très riche, mais était plus intellectuelle et son sérieux contraste avec l’image d’Odessa que l’historien Jarrod Tanny a qualifié de « cleptocratie juive »3. Isaac Babel a remarquablement dépeint ce monde, en particulier le quartier de la Moldavanka, créé à la fin du 19e siècle, avec le début des problèmes économiques, lorsque les ouvriers ne pouvaient plus se loger dans le centre. Elle cite une expression : « A Odessa, les maisons de prière et les maisons de tolérance se côtoient ».

Julia Maspero demande des précisions sur la manière dont la mémoire d’Odessa est exprimée selon les différentes vagues d’émigration.

I. F.-N. répond que la vague la plus importante, et la plus génératrice d’expressions mémorielles, est celle qui a suivi les pogroms de 1881, particulièrement autour de 1906 et jusqu’en 1920. Ainsi, Little Odessa a été créée à la fin du 19è siècle à New York.

S. P. demande s’il s’agit uniquement de mémoire. Les chansons collectées sont-elles faites par des gens d’Odessa sur leur ville ou par des émigrants qui parlent de leur ville au passé ? Cette thèse s’intéresse-t-elle à mémoire de la ville ou bien, de manière plus générale, à ses représentations ? De même, les écrivains écrivent-ils sur Odessa après leur émigration ou lorsqu’ils y habitent toujours ? La nostalgie, comme émotion, est une notion qui n’est pas évidente à étudier en histoire, mais il serait intéressant de se focaliser sur la mémoire des gens qui ont quitté Odessa, voire qui ne l’ont pas connu, tout en gardant toute la documentation récoltée pour comprendre comment ces mémoires se construisent. Écrire sur l’Odessa où l’on vit ou sur la ville qu’on a quittée a un impact sur le contenu même des évocations, et donc sur la méthodologie employée.

I. F.-N. rappelle que le cinéma, la littérature, la musique ont été les terres nourricières du mythe. Chaque évocation mériterait d’être développée en autant de mémoires ou de thèses. Il est aussi important de connaître le russe, le yiddish et l’hébreu (avec le renouveau hébraïque chez Nahman Bialik), pour étudier les Juifs d’Odessa. La partie centrale de la thèse porte sur l’aspect singulier d’Odessa et sur le personnage odessite.

J. M. demande s’il est possible de connaître le discours des odessites émigrés non-juifs sur les Juifs.

I. F.-N. répond avoir consulté des carnets de voyage tenus dès les premières années d’existence d’Odessa. Ils témoignent d’une forme d’émerveillement sur les possibilités que cette ville offre. Au début, les Juifs ne sont pas réellement européanisés, cela n’apparaît que dans le dernier quart du 19e siècle.

J. M. demande comment est abordée la question de l’antisémitisme.

I. F.-N. répond qu’il n’y a eu que pogrom de 1871, était dû à une rivalité concernant le commerce du blé. Alexandre II avait interdit les pogroms mais après son assassinat en 1881, les pogroms ont été particulièrement violents à Odessa. Si cet aspect est très présent dans les écrits des auteurs juifs, il ne semble pas aussi affirmé chez les auteurs non-juifs.

Elena Lomakina souligne la spécificité des Juifs d’Odessa liée aux lois libérales édictées par de Catherine II. Odessa a été quasiment fondé par Juifs, et ces derniers occupaient des postes élevés. C’était la seule ville favorisée, d’où cette immigration massive. On ne trouve nulle part ailleurs cette situation qui apparente Odessa à une sorte d’Amsterdam russe.

I. F.-N. répond que c’est effectivement le cas et qu’il existait de nombreuses exemptions de taxes. Un des plus importants gouverneurs d’Odessa était le Duc de Richelieu, qui était protecteur des Juifs, qui a fait beaucoup pour la ville.

Eléonore Biezunski souligne la possibilité d’étudier les transformations, les évolutions de cette mémoire, au fil des migrations. Est-ce que l’objet de nostalgie se modifie ?

I. F.-N. répond que cette nostalgie se caractérise par sa constance. Elle est fondée sur la douceur de vivre de cette enclave dans l’Empire tsariste. L’expression « exception volontaire », et inédite rend bien compte de sa spécificité. Parmi les 144 villes nouvelles créées par Catherine II, Odessa a reçu un traitement très particulier.

Laure Fourtage revient sur le fait qu’Odessa est considérée dans cette étude comme spéciale a priori, ce qui risque de créer un biais dans le choix des textes. Elle ajoute que pour établir cette spécificité, la comparaison est indispensable.

I. F.-N. précise qu’elle a soulevé ces questions guidée par une intuition. Au fil du travail de déchiffrage des sources, cette hypothèse semble se confirmer, mais elle est tout à fait ouverte à intégrer des éléments qui ne vont pas dans ce sens s’ils se présentent. Le premier chapitre qu’elle écrit porte sur la comparaison.

S. P. ajoute que l’étude ne concerne pas l’histoire de la communauté juive d’Odessa, mais part du constat de cette spécificité pour questionner la logique de la spécificité de la mémoire juive d’Odessa.

E.B. ajoute que l’étude des représentations implique une approche pluridisciplinaire en raison de la variété des sources. Il y a de nombreuses chansons en yiddish nostalgiques sur la Roumanie, la Bessarabie…

I. F.-N. précise que les chansons sur Odessa sont écrites en russe.

Constance Pâris de la Bollardière remarque qu’il serait intéressant de comparer les évocations d’Odessa dans les créations selon qu’elles soient en yiddish ou en russe.

Yonith Benhamou note que les artistes satiriques qui se produisent dans le Yishouv sont odessites.

I. F.-N. ajoute que l’humour est effectivement l’une des spécificité d’Odessa. A titre d’exemple, un festival de l’humour se déroule tous les ans dans la ville.

 

  1. Florence Heymann, Le Crepuscule des lieux, Paris : Stock, 2003, p. 10 []
  2. http://odessit.livejournal.com et http://odessa.lk.net/english/forum/geobook.html. Pages consultées le 14 août 2013 []
  3. Jarrod Tanny, City of Rogues and Schorrers, Russia’s Jews and the Myth of old Odessa, Bloomington : Indiana University Press, 2011 []

5 réflexions au sujet de « Mémoire(s) et nostalgie des Juifs d’Odessa : un phénomène spécifique ? »

  1. Merci,
    Je cherche à connaître tant soit peu quelle était la vie de la famille Jankélévitch dont deux fils furent envoyés faire leur lycée à Paris, l’un d’entre eux était Samuel Jankélévitch père de Wladimir, Ida et Léon.
    Sa femme, Anna Ryss, qu’il rencontra à l’université de Montpellier était aussi originaire d’Odessa et je serai heureuse de savoir quelque chose aussi sur sa famille.
    Bien cordialement
    Anne Sée

    1. Bonjour, nous transmettons votre question à des personnes susceptibles d’avoir une réponse. Bien cordialement.

      1. Bonjour, comme promis, le message a été transmis et vous trouverez ci-contre une réponse d’Isabelle Némirovski. Cordialement.

      2. Madame,
        Je travaille actuellement à la création d’une association Les Amis d’Odessa, sur le modèle de l’ancienne société mutualiste L’Amicale d’Odessa, dans le but de diffuser et sauvegarder la mémoire de la culture portée par les Français (juifs et non juifs) originaires d’Odessa. J’ai organisé un voyage à Odessa qui aura lieu du 3 au 10 septembre prochain. Une visite aux archives est organisée et je compte entretenir ce contact au sein de mon association pour la recherche de « nos ancêtres odessites ». Puis-je vous communiquer un bulletin d’adhésion avec la déclaration d’intention de mon association d’ici quelques jours, le temps de finaliser le projet. Cela permettra peut-être de répondre à vos attentes.
        Cordialement,
        Isabelle Némirovski

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *