6 novembre 2013 : à propos de la collection Dos poylishe yidntum (1946-1966)

La prochaine séance de l’atelier “Histoire des Juifs en Europe après 1945″ aura lieu mercredi 6 novembre, de 17h à 19h. Nous recevrons Judith Lindenberg, chargée de recherche à l’EHESS, qui nous présentera ses recherches dans le cadre du projet intitulé « la collection Dos poylishe yidntum (1946-1966) : histoire et mémoire d’un monde disparu au lendemain de la catastrophe ». Son intervention sera discutée par Annette Wieviorka, directrice de recherche au CNRS.

La séance aura lieu à Sciences Po, 9 rue de la Chaise (75007 Paris), salle de réunion

Résumé

De l’histoire d’une collection à l’histoire de la Shoah : retour aux origines d’une historiographie.

La collection de livres yiddish “la judéité polonaise” contient 175 volumes publiés à Buenos Aires de 1946 à 1966. Son éditeur, Marc Turkow, souhaitait rassembler les « matériaux » ayant trait au « tragique présent de la judéité polonaise » afin « qu’aucun détail ne soit perdu pour l’histoire ». Animés par la volonté de donner la parole aux survivants dès le lendemain de la guerre et de sauvegarder les documents écrits au cœur de l’événement sous forme de livres, l’éditeur et les auteurs de la collection produisent les premiers ouvrages sur la catastrophe (du nom yiddish khurbn). L’étude de la collection met à jour, à travers les configurations multiples d’écrits qu’elle contient, à la fois l’influence des pratiques savantes du monde judéo-polonais dans la constitution d’une première historiographie sur la catastrophe, puis progressivement le passage à des formes nouvelles s’approchant du « témoignage de la Shoah » tel qu’il s’est imposé par la suite. Ce faisant, elle croise de nombreuses questions présentes dans le débat historiographique de ces dernières années, concernant d’une part l’histoire de la période – les relations judéo-polonaises dans l’immédiat après-guerre – et d’autre part des enjeux mémoriels – la question d’un silence puis d’un « mythe du silence » des survivants, celle du témoignage comme outil pour les historiens – et permet d’en ressaisir l’origine. 

A propos des intervenantes

Après une thèse de littérature comparée (Paris 3, 2006), Judith Lindenberg a mené une recherche post doctorale sur les liens entre poésie et politique et l’émergence de la figure de poète témoin après la Shoah (FMS, Centre Marc Bloch, 2007-2009). Elle est actuellement chargée de recherche à l’EHESS où elle coordonne un projet sur « la collection yiddish “la judéité polonaise” (1946-1966) : histoire et mémoire d’un monde disparu au lendemain de la catastrophe » (ANR, 2011-2014). Ses recherches portent sur le monde judéo-polonais au lendemain de la Seconde Guerre mondiale et les premiers écrits sur la Shoah.

Annette Wieviorka est directrice de recherche au CNRS (UMR IRICE). Spécialiste de la Shoah et de l’histoire des Juifs au XX siècle, elle est l’auteure de nombreux articles et ouvrages, parmi lesquels Déportation et génocide. Entre la mémoire et l’oubli (Plon,1992, réédition Hachette-Pluriel, 1995, 2002), L’Ere du témoin (Plon, 1999, réédition Hachette-Pluriel 2001) et Les livres du souvenir. Mémoriaux juifs de Pologne (Archives-Gallimard, 1983).

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *