Soutenance de Constance Pâris de Bollardière : Une aide socialiste juive américaine dans la diaspora yiddish, le Jewish Labor Committee en France (1944-1948)

Nous avons le grand plaisir d’annoncer la soutenance de thèse d’une des membres de notre groupe de recherche : Constance Pâris de Bollardière.

La soutenance de sa thèse de doctorat d’histoire dirigée par Nancy L. Green :

« La pérennité de notre peuple » :
Une aide socialiste juive américaine dans la diaspora yiddish,
le Jewish Labor Committee en France (1944-1948)

se déroulera le vendredi 10 mars 2017 à 14h30 à l’EHESS, 105 boulevard Raspail (Paris 6e) en salle 7 (escalier B, 2ème étage), devant un jury composé de :

Catherine Collomp, Professeure émérite des Universités, Université Paris Diderot-Paris 7
Michel Dreyfus, Directeur de recherche émérite, CNRS, CHS
Nancy L. Green, Directrice d’études, EHESS
Laurent Jeanpierre, Professeur des Universités, Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis
Audrey Kichelewski, Maîtresse de conférences, Université de Strasbourg
Enzo Traverso, Professor, Cornell University.

Résumé de la thèse :

Après la Shoah, l’aide matérielle et le soutien moral des Juifs des Etats-Unis jouent un rôle considérable dans la reconstruction du monde juif en Europe. Cette vaste entreprise philanthropique se manifeste aussi bien de façon unifiée que par l’intermédiaire de réseaux plus ciblés, chaque pan du monde juif des Etats-Unis souhaitant secourir les siens et œuvrer de manière indépendante à la pérennité de sa vision particulière de la judaïcité. C’est dans ce cadre que les socialistes juifs américains du Jewish Labor Committee, organisation antinazie créée à New York en 1934, se tournent vers les rescapés du monde yiddish non communiste et plus particulièrement vers ceux résidant en France, majoritairement concentrés dans et autour de la capitale. Paris, ville vers laquelle affluent à la fin des années 1940 des milliers de survivants de la Shoah, dont nombre de transitaires en route vers des destinations outre-mer, représente alors un des lieux d’espoir pour l’épanouissement de leur culture minoritaire.
L’étude de cas de l’intervention du Jewish Labor Committee en France de 1944 à 1948 présente la singularité des préoccupations des bundistes et des socialistes de culture yiddish à la sortie du génocide et au début de la guerre froide. Elle observe l’évolution de leurs idées comme leurs efforts pour affronter les défis de l’après-guerre et perpétuer leur projet politique et culturel national hors de leur territoire d’origine en Europe orientale. Pour approfondir ces thématiques, cette recherche met en perspective le monde yiddish avec les mondes juif et non juif (socialiste et syndical), qui l’environnent.
Etant le cadre de vastes échanges de courriers, d’informations, d’hommes, de biens matériels et d’argent entre les Etats-Unis et la France, l’action du Jewish Labor Committee se prête à l’analyse de l’interaction entre des immigrés situés dans deux pôles d’une migration divergente. Inspirée par les recherches sur le transnationalisme des primo-immigrés, cette étude transpose les questions de circulations entre les frontières et de négociations entre deux environnements nationaux dans le cas d’acteurs se tournant non pas vers leur pays d’origine mais vers un autre centre de leur diaspora. Appréhendée via cette rencontre entre socialistes juifs aux Etats-Unis et en France, une telle approche transnationale amène à questionner les degrés de proximité entre deux centres de la « diaspora yiddish » au lendemain de la destruction.

Abstract

“The Everlastingness of Our People”: An American Jewish Socialist Aid in the Yiddish Diaspora, the Jewish Labor Committee in Postwar France (1944-1948)
In the aftermath of the Holocaust, the material aid and moral support provided by the Jews of the United States played a considerable role in the reconstruction of European Jewry. This wide philanthropic undertaking was implemented through several complementary channels: the major, inclusive and unified relief of the American Jewish Joint Distribution Committee was supplemented by smaller networks of aid. If communal action was indeed necessary and efficient, each part of the Jewish world of the United States was willing to rescue its kin and to act independently to ensure the continuance of its own meaning of Jewishness. Within this frame, American Jewish Socialists of the Jewish Labor Committee, an anti-Nazi organization created in New York in 1934, supported the survivors of the non-Communist Yiddish world. Thousands of Holocaust survivors headed to Paris in the late 1940s, many staying in transit before leaving for their final destinations overseas. At that time, this European metropolis represented a place of hope for the fulfilment of their minority culture. The Jewish Labor Committee thus significantly concentrated on those survivors settled in France, who for the most part lived in or around the French capital.
This study of the Jewish Labor Committee in France from 1944 to 1948 describes the concerns Bundists and Jewish Socialists of Yiddish culture faced in the aftermath of the genocide and the early Cold War period. Focusing on the inner circles of those actors as well as their interaction with the different Jewish and political groups which surrounded them, I question how they responded to the stakes of the postwar years and how they worked to perpetuate their political and cultural project outside of their communities of origin in Eastern Europe.
The action of the Jewish Labor Committee in postwar France required considerable exchanges: of letters, information, people, material goods and money. These exchanges provide the resources for an analysis of the interaction of immigrants settled in two centers of a divergent migration. Inspired by research on transnationalism among first-generation immigrants, this study explores the movement of ideas and people across frontiers and the negotiation between two national contexts. If such questions are usually applied to immigrants’ connections to their country of origin, I adapt them in the context of connections of immigrants with another center of their diaspora. In the case of this encounter between Jewish Socialists in the United States and France, such a transnational approach leads me to evaluate the degrees of proximity between these two centers of the “Yiddish diaspora” in the aftermath of destruction.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *